Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

30 janvier - Appel : Prenons congé de l’OTAN, préparons sa dissolution Lire 30 janvier - Visioconférence internationale de l’Institut Schiller Lire 27 janvier - Réunion à Paris le mercredi 15 février avec Jacques Cheminade Lire
AccueilActualités
Revue de livre

Le Brun et le Vert – Quand les nazis étaient écologistes

Revue de livre
Le Brun et le Vert – Quand les nazis étaient écologistes
Philippe Simonnot,
Les éditions du Cerf,
novembre 2022

Certains se sentiront mal à l’aise en lisant ce livre de Philippe Simonnot, puisqu’il montre non seulement qu’Hitler et ses associés étaient des « écologistes », mais surtout que nazisme et écologisme (à ne pas confondre avec la science de l’écologie) proviennent de la même matrice idéologique.

La culture actuelle étant basée sur la manipulation des émotions immédiates et l’utilisation de messages-chocs, il est difficile pour des jeunes séduits par l’écologisme, bien qu’ils affirment agir pour les générations futures, de développer une pensée sur le temps long. Ils véhiculent cependant des idées dont ils négligent non seulement les origines, mais aussi les conséquences désastreuses. Puisse ce livre les aider à réfléchir.

Déification de la nature

Philippe Simonnot.
Philippe Simonnot.

Au commencement, selon Simonnot, le biologiste Ernst Haeckel inventa le mot « écologie » et introduisit le darwinisme en Allemagne.

Tout comme son idole, mais de manière plus explicite, Haeckel voyait une parfaite continuité entre les différentes races du monde animal et de l’humanité. Au sommet de la hiérarchie du vivant qu’il établit, il place les hommes d’Europe du Nord ; aux échelons inférieurs, viennent les sémites et les « nègres », plus proches des singes.

Cependant, il n’existe dans cette vision qu’une différence de degré entre espèces vivantes, mais aucune différence fondamentale entre l’humain et l’animal. L’ennemi désigné par Haeckel et tous ses disciples est donc naturellement le judéo-christianisme, qui distingue l’homme de l’animal dès le livre de la Genèse, où Dieu ordonne au premier de croître, se multiplier, dominer la Terre et d’asservir les créatures qui la peuplent. De cette injonction, selon Haeckel, découlerait le développement de l’industrie moderne, à cause de laquelle l’homme détruirait la nature alors qu’il n’en serait en réalité qu’un simple chaînon.

Suivant la même logique, Hitler écrit dans Mein Kampf :

En tentant de se révolter contre la logique inflexible de la nature, l’homme entre en conflit avec les principes auxquels il doit d’exister en tant qu’homme. C’est ainsi qu’en agissant contre le vœu de la nature il prépare sa propre ruine. Ici intervient, il est vrai, l’objection spécifiquement judaïque aussi comique que niaise, du pacifiste moderne : ‘L’homme doit précisément vaincre la nature’.

Dès lors, le nazi se conçoit comme étant au service d’une divinité païenne, la nature, à la manière d’un jardinier ou d’un paysagiste : selon Walther Shoenichen, le disciple de Haeckel inspirateur des premières lois nazies de protection de la nature, toutes les espèces vivantes doivent être préservées, ce qui implique de lutter contre certains parasites ou espèces invasives parmi lesquelles il fera figurer les juifs (selon son idéologie du sol et du sang, l’identité d’un peuple est indissociable de son territoire – il dirait aujourd’hui son écosystème – mais les juifs étant qualifiés de « peuple déraciné », ils devraient donc être considérés comme des parasites).

Après la théorie, la pratique

Cette sauvegarde de la biodiversité présente certaines caractéristiques spécifiques : chaque paysage étant le reflet de la société humaine qui le peuple, le paysage le plus évolué est la forêt allemande ; à des niveaux inférieurs figurent les steppes slaves et les déserts judaïques.

Partant de là, l’un des buts de l’opération Barbarossa fut donc de « germaniser » les territoires polonais, ukrainiens, biélorusses et russes, c’est-à-dire d’y créer des réserves naturelles à l’image de la forêt allemande, après les avoir nettoyés de leur population slave et colonisés avec de bons aryens.

Hermann Goering était particulièrement attaché à ce projet (qui nous rappelle les pratiques du WWF dans les pays pauvres pour y établir des parcs naturels, bien que Simonnot n’en parle pas ici).

Dans ce contexte, les travaux d’infrastructure, tels que la construction des fameuses autoroutes d’Hitler, devaient impérativement prendre en compte la préservation de la nature.

Des paysagistes nazis de premier plan étaient impliqués dans ces travaux, et beaucoup d’entre eux comme Alwin Seifert furent blanchis après la guerre et sont encore considérés comme des scientifiques respectables par les écologistes allemands d’aujourd’hui. Rajoutons que ceci est cohérent avec l’hostilité de Heidegger pour les grands barrages.

En ce qui concerne l’agriculture, pour beaucoup de dignitaires du régime comme Rudolf Hess, le modèle à suivre était la biodynamique de Rudolf Steiner, bannissant pesticides et engrais. Ce type d’agriculture ayant de mauvais rendements et nécessitant donc une main d’œuvre intensive, des plantations expérimentales en vue de futures colonisations de l’Est furent étudiées dans certains camps de concentration comme Dachau ou Auschwitz.

On y faisait travailler le « matériel humain » jusqu’à épuisement avant de l’éliminer dans les chambres à gaz. Notons au passage qu’Heinrich Himmler, l’artisan de la Solution finale et grand ami des animaux, considérait la chasse comme un meurtre. Il est vrai que dès le début, le gouvernement nazi avait institué toute une série de lois pour protéger les animaux et limiter la souffrance animale, Hitler et plusieurs de ses proches étant par ailleurs végétariens.

Les lignes qui précèdent ne font qu’évoquer certains points du livre de Philippe Simonnot. Il est clair que cette analyse du passé a pour cible réelle l’écologisme d’aujourd’hui qui tend à « oublier » ses racines idéologiques. L’auteur avait l’intention d’étudier davantage les mouvements militants actuels dans une future enquête, mais il est malheureusement décédé en novembre 2022, quelques jours avant la publication de son livre. Espérons qu’il inspirera d’autres chercheurs.

Une écologie humaine et scientifique

Finissons néanmoins cette recension en mentionnant un « angle mort » de sa recherche. Il s’agit des racines britanniques (et pas seulement allemandes) de l’écologisme. Simonnot a parfaitement raison de montrer que la notion d’espace vital (lebensraum) chère à Hitler rejoint les théories de Thomas Malthus, mais il semble avoir une certaine réticence à explorer cette piste jusqu’au bout et à s’en prendre au darwinisme. Darwin serait-il innocent de ce qu’ont dit après lui ses disciples comme Haeckel ? Trop souvent on assimile le darwinisme à l’évolutionnisme. Attaquer Darwin reviendrait alors à se placer dans le camp du créationnisme. Chassons ce préjugé.

Le véritable apport de Darwin n’est pas l’évolutionnisme mais la « sélection naturelle », selon laquelle le plus apte survit aux dépens du moins apte dans la lutte pour l’existence. Or, ceci nous indique certes comment des espèces disparaissent, mais pas comment en apparaissent de nouvelles. Pour ces dernières, Darwin et ses héritiers ne parlent que de variations aléatoires, refusant l’idée qu’il puisse exister un principe directeur de l’évolution.

Cette vision d’une « lutte pour l’existence » était partagée non seulement par le Troisième Reich, mais également par l’Empire colonial britannique auquel Malthus et Darwin étaient liés. Cet empire a tué des dizaines de millions d’êtres humains dans ses colonies, notamment en organisant artificiellement des famines en Inde, dont l’une des plus notables a sévi au Bengale… en 1943, sous Churchill.

Mais ceci ne serait pas concluant contre Darwin s’il n’existait aucune théorie évolutionniste non darwinienne et non malthusienne. Or une telle théorie a souvent été présentée sur ce site : elle vient de l’écologue russe Vladimir Vernadski, découvreur des notions scientifiques de biosphère et de noosphère.

De ce point de vue, l’activité humaine introduit une transformation accélérée, irréversible mais légitime de la nature : avec l’apparition de l’homme, l’évolution devient auto-consciente et donc plus efficace. Elle ne se réduit plus à une lutte de chacun contre tous pour la survie !

L’erreur fondamentale commise par tous les écologistes de Darwin à Hitler, mais heureusement corrigée par Vernadski (et par Lyndon LaRouche après lui), revient à nier ce qui distingue radicalement l’être humain de l’animal : l’intelligence créatrice. Ils réduisent cette intelligence à un processus purement biologique. Dès lors, ils peuvent proclamer que l’homme est une bête et organiser la société en conséquence.

Et comme on le sait, la haine de la pensée est la marque des pires sociétés dictatoriales.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Vernadski contre l'écologie anti-humaine
11 janvier 2009
Science
Vernadski contre l’écologie anti-humaine
Entretien avec Christian Lévêque - L’écologie malade du « fixisme » ?
22 avril 2021
Science
Entretien avec Christian Lévêque - L’écologie malade du « fixisme » ?
Oui à une écologie humaine, non au fascisme vert
20 mai 2019
Déclarations
Oui à une écologie humaine, non au fascisme vert
Encyclique sur l'écologie : le Pape François piégé par le Club de Rome
22 juin 2015
Actualités
Encyclique sur l’écologie : le Pape François piégé par le Club de Rome

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard