Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

4 décembre - Tabac, alcool et $$$ derrière l’offensive stupéfiante du Cannabiz’ness Lire 30 novembre - Démantèlement d’un cartel de la cocaïne : l’UE se réveille-t-elle ? Lire 29 novembre - Corinne Lepage accuse le nucléaire d’avoir la rage Lire
AccueilActualités

Géneral Leonardo Tricarico : l’OTAN viole sa propre charte

Présentation du général Leonardo Tricarico (cr), ancien chef d’état-major de l’Armée de l’air italienne , lors de la visio-conférence de l’Institut Schiller du 26 mai 2022 réunissant des experts militaires et du renseignement, intitulée La folie des politiques menace de nous entraîner dans une guerre nucléaire.

Pour rappel : interrogé par la télévision nationale italienne La7, le 7 mai 2022, il avait déclaré que l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN ne feraient qu’accroître l’instabilité internationale. Le lendemain, avant l’annonce officielle de la Finlande, le général avait critiqué le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, pour sa déclaration selon laquelle ces adhésions stabiliseraient le flanc nord de l’Europe.

Autres intervenants :

Source : Institut Schiller.

Bonsoir à tous.

Permettez-moi d’avoir quelques doutes sur ce que j’ai entendu de la part de la fondatrice de l’Institut Schiller (Mme Helga Zepp-LaRouche). En particulier sur la partie concernant une confrontation nucléaire et les différentes doctrines à utiliser dans ce cas.

Je n’irai pas jusque là, mais je m’en tiendrai aux faits tels que nous les avons vus, tels que nous les vivons chaque jour, pour essayer de comprendre ce que nous pouvons faire pour arrêter cette guerre insensée.

C’est pourquoi, parmi les choses que Mme Zepp-LaRouche a évoqué, je voudrais parler d’une en particulier : les règles. Elle a parlé de certaines règles qui, selon elle, sont les piliers d’un éventuel système de sécurité mondial.

Or, je voudrais vous rappeler qu’une des caractéristiques de cette guerre est la rupture de toutes les règles, à commencer par la règle numéro 1, celle qui définit l’usage de la force.

Tous les militaires, surtout les militaires occidentaux comme moi, savent qu’il y a des règles dans la guerre. Ce sont les règles suivies par l’OTAN et dans tout dispositif militaire occidental. Ce sont les règles que la Russie a violées au cours de ces trois mois, et qu’elle avait déjà violées en Syrie, en utilisant la force de manière incontrôlée ou sans conditions. C’est la première règle, qui à mon avis, doit être rappelée et rétablie.

Et je ne sais pas quel type de pragmatisme est nécessaire pour rétablir les règles qui sauvegardent les vies humaines, surtout les innocents. Cela doit être la première ligne dans la planification d’une mission de bombardement.

La deuxième règle, et ce sont des règles que tout le monde devrait garder à l’esprit, ce sont des règles consolidées par des lois passées dans les pays qui se sont mis ensemble en 1949, et qui sont encore ensemble.

Le premier article de l’OTAN dit que les pays membres s’engagent à résoudre de manière pacifique toute controverse qui pourrait les impliquer. Je le répète, les pays membres s’engagent à résoudre de manière pacifique toute controverse qui les concerne.

Je vous demande donc à tous si un seul pays de l’OTAN a élevé la voix pour demander le respect de cette règle fondamentale ? Nous avons vu exactement le contraire. Il y a eu un élan général pour résoudre cette controverse par la force et à tout prix. C’est la première règle qui a été enfreinte et que nous devrons reprendre un jour, quand tout sera terminé. (...)

Passons à l’article 4 (de la charte de l’OTAN) qui stipule que chaque fois qu’un pays membre pense qu’il peut y avoir un danger pour sa sécurité ou celle de l’alliance, il peut solliciter une consultation entre les pays alliés. Cet article 4 n’a été invoqué par personne ; c’est même le contraire qui a été invoqué. Nous avons vu le secrétaire américain à la Défense réunir 40 pays à Ramstein (la principale base américaine en Allemagne), non pas pour consultation sur une attaque d’un pays ennemi comme la Russie, mais pour planifier une défense forte jusqu’à la dernière goutte de sang.

C’est ce qu’a fait le secrétaire américain à la Défense Austin, lorsqu’il a parlé « d’affaiblir » la Russie jusqu’à ce qu’elle ne représente plus aucun danger pour personne. C’est ce qu’il a dit. Voilà l’interprétation de l’article 4 du traité de l’OTAN par les États-Unis.

Passons ensuite à l’article 10 qui affirme que les pays membres peuvent inviter, mais par un vote unanime, d’autres pays à rejoindre l’OTAN. Si cela permet d’accroître la sécurité de la région de l’Atlantique Nord, c’est bien. Deux pays ont demandé à adhérer et il est évident pour tout le monde que cela n’apportera pas un renforcement de la sécurité, mais exactement le contraire : ce sera une plus grande déstabilisation d’une situation qui est déjà largement compromise. Et malgré cela, ils se précipitent pour accélérer cette entrée dans l’OTAN. Et ceci, pour ne citer que les principales règles.

Alors je vais conclure. Je n’utiliserai pas plus de temps de qui m’est imparti.

C’est une rupture des règles de comportement. Dans cette affaire, les États-Unis ont jeté le masque et ont abusé imprudemment de leur position majoritaire au sein de l’OTAN en donnant des ordres à tout le monde et en utilisant pour cela un mégaphone appelé Jens Stoltenberg (le secrétaire général de l’Alliance). Et ceci en contradiction directe avec les principes de l’OTAN qu’ils devraient respecter en tant que principaux acteurs.

Je conclurai donc en disant que le bon sens devrait à nouveau prévaloir.

Il n’est pas possible que les États-Unis n’aient parlé pour la première fois d’un cessez-le-feu qu’après la visite du [Premier ministre italien] Mario Draghi il y a quelques semaines. Il n’est pas possible qu’ils ne s’engagent pas à entamer une négociation. Seuls certains pays la promeuvent, certains pays dont la voix est faible, comme la Turquie, l’Italie, la France, et même Israël. Nous avons donc besoin d’un engagement sérieux, d’un engagement sérieux à retrouver la sagesse et le pragmatisme, parce qu’enfin, au lieu de jeter de l’huile sur le feu, comme tout le monde le fait dans ce battage belliciste, nous devrions retrouver la sagesse de promouvoir des négociations qui sont la seule façon de sortir de cette situation. Et je ne veux même pas penser au danger nucléaire.

Question d’un auditeur : Lors d’un entretien, vous critiquez la façon dont l’armée russe mène l’opération militaire en Ukraine, notamment la mauvaise performance de la marine et de l’armée de l’air. Cependant, j’ai également lu des analystes indépendants tels que Scott Ritter qui, tout en ne ménageant pas ses critiques à l’égard de la phase initiale des opérations russes due à des défaillances du renseignement, a fait valoir que si nous sommes habitués depuis 30 ans à voir l’armée américaine tout raser et aller voir ensuite qui est mort et quels sont les dégâts causés, nous sommes confrontés dans le cas présent à des objectifs très différents. La stratégie et les tactiques utilisées sont donc nécessairement différentes au point de paraître parfois erronées pour un observateur occidental. La Russie n’est-elle pas en train d’atteindre ses objectifs ?

La question de l’auditeur repose sur une hypothèse erronée. Je dis cela, parce que je parle, bien sûr, non pas de ce que j’ai lu dans des livres, ou de ce que j’ai entendu dire par quelqu’un, mais je parle de mon expérience directe. Je vais dire quelque chose qui n’est pas élégant. J’étais commandant adjoint de la coalition multinationale dans les conflits des Balkans en 1999. Nous avons mené 30.000 missions de bombardement avec un nombre de victimes estimé à 370-430 morts, en 78 jours de bombardement. Cela signifie donc que le critère d’utilisation de la force n’était pas de tout détruire, et donc nous n’avons pas tout détruit. Cela a été inventé par quelqu’un, je ne sais pas qui. L’auditeur a mentionné une autre personne que je ne connais pas, mais avec mon expérience, je peux dire que ce n’était pas le cas.

Par conséquent, nous devons prendre les acteurs actuels, les ennemis actuels, je ne sais pas comment, mais nous devons inventer quelque chose. Ils doivent utiliser la force selon les critères que tout le monde connaît bien, pour lesquels la sauvegarde de la vie humaine est le premier concept dans la planification des missions de guerre. C’est le message que, sur la base de mon expérience, de ce que j’ai vu et de ce que je crois, je me sens capable de formuler avec force envers ceux qui ont le pouvoir de décision.

Je confirme que les Russes mènent une bataille à l’ancienne d’un point de vue conceptuel. D’un point de vue technique, c’est comme si 30 ans ne s’étaient pas écoulés et la technologie militaire n’avait pas fait un grand bond en avant.

Quelle est votre opinion sur le rôle du déploiement par les États-Unis de missiles Jupiter en Italie et en Turquie dans le déclenchement de la crise des missiles de Cuba ?

Nous parlons d’une époque où nous avions des équilibres. Il y avait certainement un danger de déstabiliser ces équilibres, mais nous avions un mécanisme de compensation qui a très bien fonctionné, si bien qu’il n’y a eu que cette circonstance dans laquelle nous nous sommes trouvés au bord de l’abîme.

Mais par la suite, cet « équilibre de la terreur » est devenu au contraire un instrument de déstabilisation, comme cela se produit aujourd’hui.

Par conséquent, que devons-nous faire ? Nous devons mettre fin à cette escalade. Il n’y a pas d’autre moyen que la négociation. Et il est naturel que nous devons renforcer nos défenses, c’est indiscutable. De ce point de vue, nous avons en Occident un devoir impératif, un engagement que nous devons prendre en raison de la menace des missiles, mais nous devons atteindre cet équilibre, comme d’autres pays l’ont fait, peut-être mieux que nous.

Et aussi parce que la présidente de l’Institut Schiller a évoqué cette famille missiles que nous avons vus présentés par Poutine, dont nous espérons qu’elle ne sera jamais utilisée, surtout avec des ogives létales.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Approfondir

Refonder l’Europe

L’Europe n’est pas l’Union européenne (UE) ! L’UE est devenue la caricature destructrice de ce que devrait être une Europe progressant dans l’intérêt mutuel des peuples et des nations qui la composent. C’est pourquoi il faut la dissoudre.

En savoir plus
Un vent de révolte se lève contre l'OTAN
23 mai
Chroniques stratégiques
Un vent de révolte se lève contre l’OTAN
Rester dans l'OTAN ? la France s'interroge
23 mai
Actualités
Rester dans l’OTAN ? la France s’interroge
UE : Une Allemagne otanisée réclame la suppression de la règle de l’unanimité
18 mai
Chroniques stratégiques
UE : Une Allemagne otanisée réclame la suppression de la règle de l’unanimité
Finlande et Suède dans l'OTAN ? La France doit mettre son véto !
18 mai
Actualités
Finlande et Suède dans l’OTAN ? La France doit mettre son véto !
Richard Black : en Ukraine, l'OTAN nous conduit vers la guerre nucléaire
17 mai
Actualités
Richard Black : en Ukraine, l’OTAN nous conduit vers la guerre nucléaire
L’Italie sera-t-elle le grain de sable dans la machine de « guerre permanente » de l'Otan ?
11 mai
Chroniques stratégiques
L’Italie sera-t-elle le grain de sable dans la machine de « guerre permanente » de l’Otan ?

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard