Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

30 novembre - Démantèlement d’un cartel de la cocaïne : l’UE se réveille-t-elle ? Lire 29 novembre - Corinne Lepage accuse le nucléaire d’avoir la rage Lire 28 novembre - Un panier de crabes nommé FTX Lire
AccueilActualités

Eric Denécé : l’Ukraine, un conflit qui aurait dû être évité

Présentation d’Eric Denécé, directeur du Centre français de recherches sur le renseignement (CF2R), lors de la visio-conférence de l’Institut Schiller du 26 mai 2022 réunissant des experts militaires et du renseignement, intitulée La folie des politiques menace de nous entraîner dans une guerre nucléaire.

Autres intervenants :

Source : Institut Schiller.

Bonjour,

Avant de me livrer à une analyse de la crise ukrainienne, je voudrais juste faire quelques remarques liminaires.

D’abord adresser toute ma compassion aux populations qui sont victimes de cette crise et dire également que s’il convient, bien sûr, de dénoncer l’attaque russe il convient aussi de dénoncer toutes les violations du droit international, c’est à dire aussi celles qui ont conduit à l’agression ukrainienne dans le Donbass et malheureusement celles que nos alliés américains conduisent régulièrement au nom de la lutte anti-terroriste partout dans le monde, notamment en 2003.

Ce qui me semble important aujourd’hui de rappeler, c’est comment nous en sommes arrivés là, et comment cette guerre qui n’aurait jamais dû avoir lieu, a fini par se produire. Il ne s’agit pas d’être pro-ukrainien ou anti-ukrainien, pro-russe ou anti-russe, mais d’analyser les faits avec la froideur et la rationalité qui s’imposent.

Dans un premier temps il est important de rappeler que cette guerre n’aurait jamais dû avoir lieu. C’est un conflit qui aurait dû être évité et dans lequel tous les acteurs impliqués aujourd’hui directement ou indirectement ont finalement leur part de responsabilité.

Il faut rappeler bien sûr, en premier lieu, un fait essentiel pour moi, qui est qu’à la fin de la guerre froide l’OTAN aurait dû être dissoute. C’est une organisation qui avait pour seul but de protéger l’occident de la menace soviétique, de l’expansion de la révolution prolétarienne et de la menace militaire soviétique, et qui aurait dû disparaître à la fin de la guerre froide.

Le simple fait de l’avoir conservée, a été l’une des causes à l’origine des problèmes que nous rencontrons aujourd’hui.

Il faut également rappeler que depuis trente ans, que cela nous plaise ou non, il y a eu une véritable humiliation de la Russie, des promesses non tenues, qui n’a fait que renforcer l’insatisfaction mais aussi le ressentiment russe à l’égard de l’Occident. Les mensonges qui ont été servis à Moscou de manière régulière au cours de ces années, n’ont fait qu’accroître le fossé entre les deux parties du continent européen.

Bien sûr, il y a eu aussi le coup d’État de Maïdan. Je rappelle que le président Ianoukovitch aussi corrompu soit-il, d’ailleurs comme tous ses prédécesseurs à la tête de l’Ukraine, avait été élu légalement avec des représentants de l’OSCE et que c’est donc un coup d’état révolutionnaire qui a été fait pour le chasser du pouvoir, soutenu par l’Occident et finalement en violation de toutes les règles démocratiques.

Il s’en est suivi assez rapidement l’ostracisation des populations russophones du Donbass, et très rapidement une agression militaire des forces de Kiev contre ces populations, qui ne sont pas séparatistes, comme on l’a trop souvent annoncé dans les médias, mais qui étaient autonomistes, qui voulaient se voir reconnaître une autonomie au sein de la République ukrainienne et surtout la libre utilisation de leur langue qui est le russe, mais elles ont été bien sûr immédiatement contrées par le pouvoir de Kiev qui a voulu les faire rentrer par la force dans le rang.

Je pense que ce qui se passe aux États-Unis en matière de politique intérieure a joué un rôle important, les déboires de Joe Biden depuis qu’il a été élu président de la république, le retrait catastrophique de l’Afghanistan, et les grands problèmes budgétaires, et les séquestres [coupes automatiques des budgets], ont amené un durcissement du discours américain qui a provoqué la guerre.

Je ne saurais oublier également la responsabilité ukrainienne, notamment bien sûr, l’attitude à l’égard du Donbass. Mais également le discours très provocant qu’a tenu finalement Zelensky lors du sommet de Munich en début d’année en affirmant haut et fort qu’il était essentiel pour lui que trois conditions soient remplies

  1. l’intégration dans l’OTAN ce qu’il n’a cessé d’affirmer ;
  2. la reprise du Donbass par la force ;
  3. de pouvoir disposer d’armes nucléaires.

Lorsqu’on met tout ça bout à bout, on ne peut que comprendre —mais comprendre ne veut pas dire excuser, bien sûr— la réaction russe, par rapport à l’ensemble de ces attitudes qui avaient été malheureusement orchestrées contre elle.

Je crois qu’il faut également rappeler que Poutine n’a cessé d’affirmer que la militarisation de l’Ukraine et son intégration dans l’OTAN était pour la Russie une menace existentielle. Nous n’en avons pas tenu compte, nous n’avons cessé de pousser les ukrainiens dans une position extrêmement dure vis-à-vis de Moscou et vis-à-vis du Donbass. Malheureusement nous avons obtenu ce que nous avons provoqué, et c’est ce qui a déclenché cette offensive russe.

Cette offensive russe est un piège dans lequel finalement Poutine a accepté de tomber en toute conscience. Je dirais qu’il l’a fait d’autant plus volontiers qu’aucune de ses propositions de mettre en place une nouvelle architecture de sécurité en Europe n’a été honorée.

Dans un deuxième temps, quel a été ce conflit depuis le 24 février ? Je dirais que c’est finalement une guerre que l’Ukraine ne peut gagner. D’abord, même si on est opposé à cette attaque russe, il faut quand même reconnaître qu’il s’agit bien d’une opération spéciale et non pas d’une volonté d’invasion de l’Ukraine comme ça a été trop souvent dit par les pays de l’Europe de l’Est et par l’OTAN. Rappelons d’abord les effectifs : 150 000 hommes ont participé à l’opération.

A titre de comparaison, l’invasion illégale de l’Irak en 2003 par les Américains et les Britanniques comprenaient 250000 américains et 30 000 britanniques, 280 000 hommes, face à une armée qui n’était pas au 10ème de l’efficacité de l’armée ukrainienne. Donc, continuer à affirmer que Poutine voulait envahir l’Ukraine est quelque chose d’absolument faux. Cette opération militaire a rencontré un certain nombre de dysfonctionnements et d’échecs initiaux, mais pour l’instant il semble bien que les buts de guerre que s’est fixés la Russie, c’est à dire, protéger le Donbass et finalement s’emparer des provinces russophones, certes moins russophones que Donetsk et Lougansk du sud de l’Ukraine, est en train d’aboutir.

Il y a eu malheureusement un tas de jugements très hâtifs sur l’opération militaire qui, en dépit des pertes de chaque côté, n’est pas la déroute que l’on veut nous faire croire concernant l’armée russe et cela d’ailleurs fera partie des enseignements importants à connaître.

D’autres éléments méritent d’être évoqués. Les distributions massives d’armes, notamment d’armes légères, de missiles anti-chars et de missiles anti-aériens, qui ont été faites par les Occidentaux à destination de l’Ukraine, si elles ont en partie, en grande partie servi au conflit, sont également allées nourrir les réseaux mafieux, des réseaux criminels, voire alimenter la revente à des réseaux terroristes du tiers-monde parce qu’elles ont été effectuées sans aucun contrôle.

J’insisterai aussi sur deux autres points. Les réactions et les sanctions qui ont été votées contre la Russie qui, si elles ont évidemment un fondement juridique international, ont été totalement démesurées, tant dans leurs aspects économiques que dans leurs aspects culturels. Nous avons atteint là le sommet de la bêtise en interdisant à des sportifs, à des musiciens, à des chanteurs d’opéra de pouvoir exercer leur métier, qu’ils soient pour ou anti-Poutine, nous sommes entrés là dans un totalitarisme de la pensée, tout à fait excessif.

Il en va de même en matière de médias. Pour la première fois, la guerre de l’information que nous avons livrée à la Russie finalement se caractérise par une atteinte aux libertés de la presse, et en conséquence le fait de ne pas avoir d’information sur ce qui se passe de l’autre côté ne nous permet pas d’avoir une vision objective de la situation.

Je terminerai également en insistant sur le rôle qu’a joué Zelensky et ses « spin-doctors » aujourd’hui pour présenter « sa » version des faits dans le conflit ukrainien.

Si bien sûr, ce pays est agressé, si bien sûr il est tout à fait légitime que les Ukrainiens prennent les armes pour se défendre, je crois qu’il est essentiel de rapporter que les combats ont lieu aujourd’hui à 90 % dans les zones russophones, donc ce ne sont pas des Ukrainiens ethniques, c’est-à-dire les Galiciens qui souffrent de ces combats. Pourtant, ce sont tous ces Ukrainiens ethniques qui quittent le pays, nous n’avons pas d’immigration des zones russophones. Voilà. Et d’autre part, la partie occidentale du pays, qui est sous des bombardements russes, un certain nombre de bombardements russes, n’est pas au sens propre, une zone de conflit.

Le dernier point qui me semble important dans ce conflit, c’est de parler de la co-belligérance des Occidentaux. La manière dont nous approvisionnons en armes, en munition et dont nous aidons les Ukrainiens en matière de renseignement, n’est plus une aide indirecte, cela veut dire que nous sommes aujourd’hui en situation de co-belligérance directe, ça n’a rien de comparable avec ce qui s’était passé dans les années 1979-89 en Afghanistan où le rôle que nous avions joué contre Moscou à l’époque était une aide clandestine. Cela n’a rien à voir non plus avec le soutien pendant la guerre Iran-Irak où les Occidentaux et notamment la France avaient clairement pris parti pour l’Irak. Aujourd’hui, nous sommes vraiment dans une situation de co-belligérance, et non pas uniquement de fourniture d’armements.

Je terminerai sur un troisième point rapidement : est-ce qu’une sortie de crise est possible ? Aujourd’hui, parmi les leçons que nous pouvons tirer de ces crises et ces événements, il y a d’abord une victoire de la géopolitique. Je crois qu’il faut le rappeler haut et fort. La leçon en matière de géopolitique, c’est qu’aucun État ne peut assurer sa sécurité au détriment de son voisin. Et là, l’Ukraine a fait exactement le contraire, pensant qu’elle pouvait faire avancer ses intérêts en se moquant éperdument des alertes et des demandes russes qui étaient peut-être parfois excessives mais qui n’ont absolument pas été prises en compte.

Au-delà de ça, il y a un certain nombre de gagnants et de perdants dans ce conflit. La Russie et les Etats-Unis sont aujourd’hui des vainqueurs partiels. Les Américains parce qu’ils ont réussi, par cette crise, à finalement redorer un petit peu leur blason, et surtout à obliger les Européens à serrer les rangs autour d’eux et autour de l’OTAN. Donc c’est une victoire, certes, mais il y a quand même des impacts non négligeables sur la politique américaine, notamment au niveau international parce que peu de gens soutiennent, hors de l’Occident, la position des Européens et des Américains et puis surtout parce qu’il y a des conséquences économiques et notamment l’inflation aux États-Unis.

Côté russe, c’est aussi une forme de victoire puisque les Russes arrivent à montrer que finalement ils peuvent remettre en cause l’Occident, même s’il y a là aussi pour eux une série de conséquences négatives, y compris sur le plan économique. Mais en tout cas, ils n’ont pas cédé selon leur point de vue et ils arrivent à une forme de nouveau partage du monde dans lequel l’Occident ne tient plus les rênes.

Et puis, il y a des acteurs qui sortent perdants de ce conflit. En premier lieu les Ukrainiens avec la destruction totale du pays. Mais j’insiste là aussi : c’est un fait dont le gouvernement Zelinsky porte largement la responsabilité. Et puis les Européens, les Européens qui suivent aveuglément les Américains dans ce conflit qui ne les concerne pas. Parce qu’il faut rappeler que l’Ukraine n’était ni membre de l’Union européenne, ni membre de l’OTAN, il n’y avait pas d’accord de défense avec les pays de l’Ouest, notamment pas avec la France, et puis pour nous Européens, les sanctions économiques sont beaucoup, beaucoup plus lourdes, en termes de conséquences, qu’elles le sont pour les Américains.

Donc, pour résumer, c’est un conflit qui aurait dû être évité. Et là, la responsabilité européenne est très forte. Il faut rappeler que si la France et l’Allemagne, qui étaient des acteurs majeurs dans les accords de Minsk, avaient obligé l’Ukraine à respecter ces accords de Minsk, peut-être aurait-on évité ce conflit. Mais c’est un fait que l’ingérence américaine, qui ne faisait pas partie des accords de Minsk, a beaucoup joué.

Donc, un conflit qui aurait dû être évité ; une guerre qui ne peut pas être gagnée par l’Ukraine, je crois qu’il faut le dire de manière très claire ; et malheureusement une sortie de crise qui peine à se dessiner, parce que la montée des extrêmes, l’obstination des Américains, le suivisme des Européens et l’attitude russe qui considère que c’est pour Moscou un conflit existentiel, ne nous laissent pas espérer quelque chose de positif sauf revirement à 180 degrés de l’un ou l’autre des acteurs. Je crois que c’est ce qu’il faut espérer dans les semaines qui viennent.

Les récentes déclarations d’Henry Kissinger, déclarant qu’il était impératif que l’Ukraine cède des terres à la Russie, me paraissent extrêmement pertinentes mais le refus tout à fait obstiné du gouvernement ukrainien ne permet pas aujourd’hui de se dire qu’une négociation est possible.

Voilà, je vous remercie de votre attention.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Benoît Ducret • 07/06/2022 - 11:15

    Merci pour votre excellente analyse. Cela nous change des visions unidirectionnelles partagées par les médias traditionnelles. Comme exemple de co-belligérance évidente : la vente de "chars"César à l’Ukraine et l’entrainement au maniement de ces Césars fourni à des soldats ukrainiens sur une ou deux bases militaires en France ( reportage sur FR2 20.00 il y a quelques jours).

    • DURAD • 12/10/2022 - 20:32

      Analyse Intéressante de votre part. Nous avons aussi une" vision unidirectionnelle des médias" côté Russe. Le nazisme en Ukraine pour cette guerre n’a pas de fondement sérieux. L’occident par l’intermédiaire de l’OTAN n’a jamais voulue faire la guerre à la Russie. Si le gouvernement russe le pense c’est dommage. La France défend sa vision de L’universalisme et de la Liberté. Pas celui du totalitarisme. Amicalement.

    Répondre à ce message

  • DURAND • 12/10/2022 - 13:33

    Bonjour, cet article est intéressant, mais à aucun moment l’Histoire de la Russie est expliquée. Cet article fait croire que les russes ont tous subit des malheurs alors que ce pays a annexé pendant des siècles des Provinces sans scrupules et fait le malheur des autochtones. Nous constatons leur philosophie. Actuellement. Sincèrement.

    Répondre à ce message

  • Micoud francoise • 08/06/2022 - 05:17

    Je pensais être une des rares personnes à avoir les mêmes points de vue parus dans cet article. Me voilà rassurée.
    Eric Zemour a tenu le même discours lors des élections présidentielles.
    Merci Dominique Kaczmarek d’avoir permis la publication de cet article qui sort de l’ordinaire.

    • octave • 08/10/2022 - 01:05

      et Zemour c’est l’opération Z au Donbass ou c’est la marmotte qui a mis le chocolat dans le papier alu ?

    Répondre à ce message

  • Driss Larafi • 20/06/2022 - 00:50

    Vos analyses de la crise ukrainienne sont extrement réalistes et instructives.Encore une fois,les Europeens dans leur suivisme aveugle comme vous l’avez brillamment expose ratent l’occasion de bâtir des relations stables et pacifiees avec une Russie qui juste se redresse de decades d’humiliation et de crises multiples,mais par leurs actions irrationnelles enterrent l’esprit d’Helsinki et le Désarmement et l’arms control.Au-dela,ces allies irréfléchis s’affaissent dans leurs tentatives de bâtir une architecture de sécurité paneuropeenne bénéfique pour toutes les nations du continent susceptible de conforter la stabilité et la paix mondiales subitement chancelantes avec la perspective d’un cataclysme mondial.

    Répondre à ce message

  • Jacques Guesnet, de Pologne • 08/06/2022 - 16:35

    Je suis heureux et réconforté de voir que tout le monde ne partage pas la doxa ambiante du politiquement correcte. Un peu de lucidité serait bienvenue dans nos médias... mais il s’agit là d’un voeux pieux. Merci au CF2R de nous donner un autre son de cloche, même si je pense cela depuis déjà quelques mois.

    Répondre à ce message

  • Blanche • 08/06/2022 - 13:02

    Tout est dit
    CQFD

    Répondre à ce message

  • Micoud francoiseTres bonne • 08/06/2022 - 02:35

    Merci de cette très bonne analyse de la situation. Tout a fait d.accord avec vous.

    Répondre à ce message

  • Christophe Hakobyan • 07/06/2022 - 13:26

    Très bonne analyse. Merci beacoup pour la proposition d’une vision différente de celle officielle.
    Chaque lecteur en tirera ses conclusions, mais ce qui manque aujourd’hui c’est une diversité des positions et de l’information.

    Répondre à ce message

  • François Torok • 03/06/2022 - 16:54

    Excellente analyse de M. Denécé. Il n’y manque sue rien et tout y est juste.

    Répondre à ce message

  • KHALFAOUI • 03/06/2022 - 09:59

    Analyse très pertinente

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Eric Dénécé : Zelensky a aussi sa part de responsabilité
4 avril
Actualités
Eric Dénécé : Zelensky a aussi sa part de responsabilité
Eric Denécé « La politique étrangère française doit retrouver sa pleine autonomie »
20 mai 2021
Partenaires
Eric Denécé « La politique étrangère française doit retrouver sa pleine autonomie »
Après l’Ukraine, Taïwan ?
27 mai
Actualités
Après l’Ukraine, Taïwan ?
En 2019, un think-tank de l’Armée américaine a écrit le script du conflit en Ukraine
7 mai
Actualités
En 2019, un think-tank de l’Armée américaine a écrit le script du conflit en Ukraine

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard