Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

10 juillet - Comment Macron nous fera payer le plan de relance Lire 10 juillet - Le 19 septembre 2020 : journée citoyenne de rentrée Lire 4 juillet - IIe Guerre mondiale : Zepp-LaRouche répond à Poutine Lire
AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Poutine : tirons les vraies leçons de la 2e Guerre mondiale

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Chronique stratégique du 24 juin 2020 (pour s’abonner c’est PAR ICI)

Face à la tentative des Anglo-américains et de leurs alliés en Europe de réécrire l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, en renvoyant dos à dos l’Allemagne nazie et l’Union soviétique, Poutine a tenu à remettre les pendules à l’heure. Dans une longue et poignante tribune accordée le 19 juin à la revue américaine The National Interest, il démontre, en s’appuyant sur de nouveaux documents d’archives, comment les politiques d’apaisement de la France et de la Grande Bretagne envers les Nazis, à l’Ouest, et la menace d’une attaque japonaise à l’Est, avaient contraint l’URSS à signer le Pacte germano-soviétique pour gagner du temps avant de lancer l’offensive contre l’Allemagne nazie.

Le président russe a saisi l’occasion du 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale et de la récente publication de l’ensemble des archives historiques de l’Union soviétique, pour livrer, à travers cette tribune, sa propre analyse des causes de cette terrible tragédie, et pour adresser un vibrant appel à l’attention des cinq membres du Conseil de sécurité des Nations unies – les pays vainqueurs de 1945 – à se réunir en un Sommet du P5, afin de prendre des mesures pour empêcher que la crise actuelle ne conduise à une catastrophe plus terrible encore, compte tenu du stock actuel d’armes nucléaires.

Poutine et l’héritage de la Seconde Guerre mondiale

Pour les Russes, l’histoire de la Seconde Guerre mondiale tient quasiment du sacré, tant elle a causé de victimes dans le pays de Pouchkine : 27 millions de soldats et citoyens, morts sur le front, dans les prisons allemandes et sous les bombes – soit un citoyen soviétique sur sept. Chaque famille en porte le deuil, encore aujourd’hui.

Son grand frère étant mort au cours du siège de Stalingrad, Vladimir Poutine a lui-même l’horreur de la guerre inscrite dans sa propre chair, et sa vision du monde en est largement imprégnée. Les principes qui ont vu le jour à la fin de la Guerre, le droit international, la non-ingérence dans les affaires intérieures des nations, la nécessaire coopération économique au sein d’une communauté internationale constituée de nations westphaliennes, sont des repères fondamentaux pour lui.

Après l’effondrement de l’URSS, Poutine a vu cet ordre international virer à la loi du plus fort, sous l’impulsion des néoconservateurs anglo-américains, qui ont voulu s’asseoir sur le droit international et imposer un ordre mondial unilatéral. Plus récemment, il a vu resurgir des mouvements ouvertement fascistes en Europe – en particulier les « révolutionnaires » de Maïdan, qui ont renversé le gouvernement élu de l’Ukraine en 2014 (avec le soutien inconditionnel de George Soros et de l’administration Obama), en affichant ouvertement leurs croix gammées et en arborant des portraits d’Hitler et de sa cohorte en Ukraine, Stepan Bandera.

Ce renouveau fasciste en Ukraine et dans d’autres pays d’Europe de l’Est s’est accompagné d’un effort de réécriture de l’histoire de la guerre contre le fascisme et les nazis, par ceux qui, en Pologne et ailleurs, affirment que la guerre a été lancée à la fois par l’Allemagne et l’Union soviétique par le biais de la division de la Pologne en 1939. L’Union européenne elle-même est entrée dans ce jeu, souligne le président russe, notamment en adoptant la « Résolution du Parlement européen du 19 septembre 2019 sur l’importance de la mémoire européenne pour l’avenir de l’Europe », qui accuse directement l’URSS – au côté de l’Allemagne nazie – d’avoir lancé la Seconde Guerre mondiale. Ce révisionnisme prend soin d’oublier les accords infâmes de Munich de 1938, conclus entre Chamberlain, Daladier, Hitler et Mussolini, qui accordèrent leur bénédiction à la prise de contrôle des Sudètes par les nazis, et gravèrent dans le marbre l’impossibilité d’une coalition antinazie impliquant l’URSS.

Quand Hitler et Mussolini était des dirigeants fréquentables

La principale révélation des nouvelles archives publiées de l’URSS – mise en lumière par Poutine dans sa tribune – est la grande trahison des dirigeants polonais de l’époque à l’égard de leur propre peuple, lorsqu’ils cherchèrent à obtenir la protection d’Hitler dans le conflit avec la Tchécoslovaquie. Il cite notamment une note du 20 septembre 1938 de Józef Lipski, l’ambassadeur polonais de l’époque à Berlin, qui écrivait à Józef Beck, ministre des Affaires étrangères polonais (1932-1939) : « En cas de conflit entre la Pologne et la Tchécoslovaquie, autour de nos intérêts au Teschen, le Reich serait avec la Pologne ». Poutine cite aussi Hans-Adolf von Moltke, l’ambassadeur allemand à Varsovie, qui écrivait le 1er octobre de la même année : « M. Beck exprimait une réelle gratitude pour le traitement loyal accordé aux intérêts polonais lors de la conférence de Munich, ainsi que la sincérité des relations au cours du conflit tchèque. Le gouvernement et le public [polonais] apprécie pleinement l’attitude du Führer et chancelier ».

Poutine rappelle qu’au cours des années ayant précédé la guerre, les dirigeants occidentaux, et en particulier français et britanniques, n’ont cessé d’apaiser Hitler et de s’accommoder avec lui. Empêtrés dans leurs calculs géopolitiques, les dirigeants français et britanniques ont non seulement été incapables de réaliser l’idéal de paix de la Société des Nations, mais ils l’ont même trahi lors des accords de Munich, en jetant la Tchécoslovaquie dans les griffes nazies.

Aujourd’hui, les politiciens européens, et les dirigeants polonais en particulier, veulent garder sous le tapis la trahison de Munich, écrit Poutine. Pourquoi ? Le fait que leurs pays aient rompu leurs promesses et soutenu ces accords – certains d’entre eux prenant même leur part du gâteau – n’est pas la seule raison. L’autre raison est qu’il est plutôt embarrassant de rappeler qu’au cours de ces jours tragiques de 1938, l’Union soviétique était la seule à soutenir la Tchécoslovaquie.

A l’époque, Hitler et Mussolini étaient considérés par la plupart des nations occidentales comme des dirigeants tout à fait fréquentables, et étaient régulièrement invités dans les capitales européennes — en 1938, le magazine Times désignait même Hitler comme « l’homme de l’année ». En dépit des atrocités commises par Staline contre son peuple, ce dernier ne s’est jamais déshonoré en rencontrant Hitler, fait remarquer Poutine. Pire, les États occidentaux participèrent directement ou indirectement à la montée du nazisme : 

Leurs entreprises financières et industrielles ont activement investi dans les usines et les sites allemands fabricant les équipements et le matériel militaires, écrit-il. De plus, de nombreuses personnes dans l’aristocratie et dans l’establishment politique ont apporté leur soutien aux mouvements nationalistes d’extrême-droite qui fleurissaient alors en Allemagne et plus généralement en Europe.

Le président russe touche là un point très sensible de l’histoire européenne, que Solidarité & progrès, ainsi que le mouvement international de Lyndon LaRouche, ont mis en lumière dès les années 1970, en montrant comment l’Empire britannique, c’est-à-dire l’oligarchie financière de Wall Street et de la City de Londres, a mis le pied à l’étrier au fascisme et au nazisme. L’émergence d’un Empire nazi sur le continent européen était parfaitement en accord avec la devise « diviser pour régner » chère à la Perfide Albion. C’est ainsi qu’en grande majorité, les élites britanniques furent (parfois furieusement) pro-nazies, jusqu’au jour où le monstre de Frankenstein échappa à son maître, et décida d’attaquer à l’Ouest au lieu de l’Est…

Une nouvelle architecture de sécurité internationale

Avant même la publication de la tribune du président russe, les médias occidentaux lui sont tombés dessus comme un seul homme, de façon caricaturale : : « Quand Vladimir Poutine tente de réécrire l’histoire de la Seconde Guerre mondiale » (France culture) ; « Poutine réécrit l’histoire de la Seconde Guerre mondiale » (CNN) : « Poutine donne des leçons d’histoire aux Européens sur la Seconde Guerre »  (Courrier International), etc. Une hypocrisie sans nom, venant de pays où, lors des cérémonies commémorant le 75e anniversaire de la victoire contre le nazisme, l’URSS a été systématiquement exclue de la coalition anti-Hitler, effaçant de la mémoire les 27 millions de morts soviétiques !

Depuis plusieurs mois, Poutine demande la réunion d’un sommet du P5, rappelant à leurs responsabilités les cinq pays qui ont assuré la Victoire contre le nazisme. Après tout, souligne-t-il, la Seconde Guerre mondiale a bien conduit à la création du système moderne de relations internationales : « Même les contradictions les plus insurmontables – géopolitiques, idéologiques, économiques – ne nous empêchent pas de trouver des formes de coexistence et d’interaction pacifiques, s’il y a le désir et la volonté de le faire ».

Il est de notre devoir – à tous ceux qui assument une responsabilité politique et principalement aux représentants des puissances victorieuses de la Seconde Guerre mondiale – de garantir que ce système soit maintenu et amélioré. Aujourd’hui, comme en 1945, il est important de faire preuve de volonté politique et de discuter de l’avenir ensemble. Nos collègues – M. Xi Jinping, M. Macron, M. Trump et M. Johnson – ont soutenu la proposition russe de tenir une réunion des dirigeants des cinq États dotés d’armes nucléaires, membres permanents du Conseil de sécurité. Nous les en remercions et espérons qu’une telle réunion pourra avoir lieu en face à face le plus rapidement possible.

L’initiative de Poutine est très bienvenue, même si elle comporte des difficultés particulières. En 2009, Lyndon LaRouche avait préféré défendre l’idée d’un « Sommet des quatre grandes puissances » – États-Unis, Chine, Russie et Inde – afin d’exclure la perfide Albion et ses intrigues visant à « diviser pour régner ». Les actuelles tensions entre la Chine et l’Inde ne faciliteront pas la tâche. Cependant, seule une telle alliance permettra de court-circuiter le complexe militaro-financier de Wall Street et de la City de Londres et de poser les bases d’une nouvelle paix, cette fois-ci avant un conflit mondial, pas après.

Vous venez de lire notre chronique stratégique « Le monde en devenir ». ABONNEZ-VOUS ICI pour la recevoir sans limitation. Vous aurez également accès à TOUS les dossiers de ce site (plus de 400 !)...

27 juin : visio-conférence de l’Institut Schiller

Prospérer ou périr

L’avenir de l’humanité dépend de la tenue immédiate d’un « Sommet des quatre puissances »

Visio-conférence internationale de l’Institut Schiller
le samedi 27 juin à partir de 16h00 (heure française)

Inscriptions

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard