Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

7 décembre - Assises de l’économie de la mer : la communauté maritime française à l’offensive Lire 7 décembre - Conférence de Jacques Cheminade, samedi 21 décembre à Le Quesnoy (59) Lire 6 décembre - Macron, le candidat des banquiers verts ? Lire
AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Bolton remercié : un nuage noir de moins au-dessus de la paix mondiale

La rédaction
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Chronique stratégique du 17 septembre 2019 (pour s’abonner c’est PAR ICI)

Le 10 septembre, le président Trump a annoncé qu’il limogeait John Bolton, son conseiller à la sécurité nationale, disant qu’il était « fermement en désaccord avec nombre de ses suggestions, à l’instar d’autres membres de l’administration ».

Le départ de ce faucon pur et dur, responsable de l’échec d’un accord avec une Corée du Nord à laquelle il proposa de suivre le « modèle libyen », est une excellente nouvelle. Reste à savoir par qui il va être remplacé, et surtout si cela va se concrétiser par une détente internationale, en particulier entre les États-Unis, la Russie et la Chine.

Bolton voulait la guerre

« Je félicite Trump pour cette mesure nécessaire, a tweeté le sénateur républicain Rand Paul. Le président a un bon instinct pour la politique étrangère et pour en terminer avec nos guerres interminables. Il devrait être servi par ceux qui partagent ces conceptions ». Paul a ensuite affirmé devant des journalistes que désormais « les risques pour une guerre mondiale ont considérablement diminués ».

Pour le sénateur de l’État de Virginie Richard Black, c’est « un nuage noir qui a été retiré de la présidence Trump ». Black avait écrit en mai une lettre au président lui demandant de virer Bolton, pour avoir usurpé l’autorité de commandant en chef des armées en poussant à l’usage de la force militaire en vue de changements de régime. Suite à l’éviction, Black a publié un communiqué : « Personne ne posait une plus grande menace pour la paix mondiale que John Bolton. Il a œuvré inlassablement pour associer son nom à une guerre – n’importe laquelle – que ce soit en Syrie, en Iran ou au Venezuela ».

Pendant ce temps, les lécheurs de botte du complexe militaro-financier, côté démocrate comme républicain, ont déploré la décision de Trump. Le sénateur républicain Mitt Romney, par exemple, a affirmé que le départ de Bolton était « une perte extraordinaire pour notre nation », et qu’il en était « très malheureux ». Le sénateur Charles Schumer, leader de la minorité démocrate, a tweeté que l’éviction du conseiller à la sécurité nationale était « le dernier exemple de l’approche chaotique du gouvernement et de sa politique de sécurité nationale sans gouvernail ».

À Moscou, un optimisme mesuré

En Russie, un optimisme prudent prévaut sur les conséquences du départ de Bolton sur les relations russo-américaines et les questions stratégiques globales. Dmitry Trenin, directeur du Centre Carnegie de Moscou, cité par l’agence Tass, estime que « la révocation de Bolton pourrait faciliter les pourparlers sur la prolongation du traité New START [de réduction des armes stratégiques], ainsi que les contacts personnels entre le président Donald Trump et le président Vladimir Poutine ».

Dans un entretien avec Rossiyskaya Gazetta, journal publié par le gouvernement russe, le professeur à la Haute école d’Économie Fyodor Lukyanov explique : « la véritable passion de Bolton était sa haine envers tout accord visant à limiter ou réduire les armes nucléaires. Son influence avait accéléré la sortie des États-Unis du Traité sur les missiles antibalistiques (ABM) et du Traité sur les forces nucléaires de portée intermédiaire (FNI) ». Ainsi, pour le professeur, le départ de Bolton accroît les chances de prolonger le New START, qui expirera en 2021.

Le quotidien moscovite Vodomosti rapporte par ailleurs que les experts estiment que « l’éviction de Bolton va rendre la politique de Washington encore plus ‘Trump-centrique’, mais que cela ne résultera pas forcément en une dégradation importante du climat international. À la veille du lancement de sa campagne présidentielle, Donald Trump préférera une politique plus modérée ». Vladimir Frolov, expert en relations internationales, explique que « contrairement à Bolton, le président considère la pression diplomatique comme un moyen d’obtenir un compromis plutôt que comme un lever de rideau pour un conflit militaire ».

Détente ou conflit ?

Chose notable, l’éviction de John Bolton a été suivie quelques jours plus tard de la démission de trois de ses proches au sein de l’administration Trump, Sarah Tinsley, Christine Samuelian et Garrett Marquis. Rappelons que ce dernier s’était amèrement plaint lorsque l’Italie avait signé un protocole d’entente avec la Chine pour participer au projet « Une Ceinture, une Route ».

Cependant, Bolton n’était pas le seul faucon à avoir fait son nid dans l’administration Trump. Les Chinois en sont bien conscients, à l’image du professeur à l’Université des Affaires étrangères de Chine, Li Haidong, qui souligne dans un entretien au Global Times « l’influence destructrice » des « conservateurs extrémistes » au sein du gouvernement américain. « Pour ces conservateurs, il s’agit d’un jeu à somme nulle dans lequel il n’y a pas de place pour le compromis ».

Parmi ceux-ci, on peut compter le secrétaire d’État Mike Pompeo, que l’on a vu se précipiter pour accuser l’Iran quelques minutes à peine après les frappes du 14 septembre contre les sites pétroliers en Arabie Saoudite ; également le vice-président Mike Pence, ou encore les conseillers commerciaux Peter Navarro et Robert Lighthizer, deux idéologues anti-chinois qui poussent Trump dans la logique de guerre commerciale contre la Chine.

Reste aussi à savoir par qui Trump va remplacer Bolton. Parmi les candidats potentiel, on évoque Brian Hook, l’actuel envoyé spécial des États-Unis en Iran, mais aussi Stephen Biegun, l’actuel représentant spécial américain pour les négociations avec la Corée du Nord, ou encore le colonel à la retraite Douglas MacGregor, partisan comme Rand Paul d’en finir avec « les guerres sans fin ».


Interrogé sur Fox News dans le contexte de la crise iranienne en juin dernier par l’ami de Trump, le journaliste Tucker Carlson, MacGregor avait répondu :

« [Trump] n’a aucun intérêt à faire la guerre. Mais (...) il est entouré de gens du ministère de la Défense, de la chaîne de commandement, de sa propre équipe au Conseil national de sécurité et du département d’État, qui sont absolument déterminés à attaquer l’Iran.

Je pense que le Président comprend qu’une attaque contre l’Iran entraînerait une guerre totale. La notion de frappes limitée est absurde. Les Iraniens engageraient toutes leurs forces car leur économie est en ruine ; ils sont dos au mur. Il le sait bien. Il ne veut pas ça, et on devrait lui en être reconnaissant.

En même temps, je pense que le Président a commencé à comprendre que les guerres détruisent les présidences. La guerre a détruit LBJ [Lyndon B. Johnson]. La guerre a finit par détruire George W. Bush. Trump ne veut pas rejoindre le panthéon des présidents déchus après avoir mené des guerres contre lesquelles le peuple américain s’est retourné. »

CARLSON : « (...) Enfin, y a-t-il une bonne raison de maintenir ce niveau de sanctions contre l’Iran ? Est-ce qu’on en tire quelque chose ? »

MACGREGOR : « Eh bien, je pense que l’idée était de détruire l’économie iranienne et de mettre la nation à genoux. Ce n’est vraiment pas ce que nous devrions essayer de faire en ce moment.

Je pense que le président sent qu’il y a maintenant une opportunité pour la diplomatie, pour une nouvelle approche vis-à-vis de l’Iran qui pourrait désamorcer cet ensemble de conditions et produire un résultat positif.

Une guerre contre l’Iran ruinerait notre économie. Le monde entier apportera spontanément son soutien à l’Iran, qui apparaîtra comme une victime de ces frappes limitées. L’idée même de frappes limitées est une pure folie. Cela provoquera une guerre. Tout le monde — la Chine, la Russie, l’Inde, de nombreux États européens viendront en aide à l’Iran. (...)

Je pense que le Président l’a compris. Il a un bon instinct. Mais il doit se débarrasser des bellicistes. Il doit virer du Bureau oval ces génies qui veulent des frappes limitées. La dernière chose dont le programme American First a besoin, c’est d’une guerre stupide, inutile et inutile avec l’Iran, et il le sait, alors il doit agir en conséquence. »

Vous venez de lire notre chronique stratégique « Le monde en devenir ». ABONNEZ-VOUS ICI pour la recevoir sans limitation. Vous aurez également accès à TOUS les dossiers de ce site (plus de 400 !)...

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard