Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

7 décembre - Assises de l’économie de la mer : la communauté maritime française à l’offensive Lire 7 décembre - Conférence de Jacques Cheminade, samedi 21 décembre à Le Quesnoy (59) Lire 6 décembre - Macron, le candidat des banquiers verts ? Lire
AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Bolivie : cachez-moi ce coup d’État que je ne saurais voir !

La rédaction
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Chronique stratégique du 20 novembre 2019 (pour s’abonner c’est PAR ICI)

La Bolivie vient d’être victime d’un coup d’État, perpétré par l’extrême-droite, l’armée et la police, avec le soutien des Évangélistes « chrétiens » et du Département d’État américain ; le président Evo Morales, menacé pour sa vie et celle de ses proches et cherchant à éviter un bain de sang, a dû trouver l’asile au Mexique, et le pays se trouve désormais au bord de la guerre civile. En France, le silence du gouvernement et des médias a de quoi inquiéter.

Alors qu’un vent nouveau de résistance contre l’ultralibéralisme souffle en Amérique latine, avec les manifestations au Chili, la réélection des Péronistes en Argentine et la libération de Lula au Brésil, un coup d’État militaire vient de frapper la Bolivie, renvoyant le continent aux heures sombres des années 1970, à l’époque où la CIA fomentaient la chute des dirigeants de gauche et les remplaçaient par des régimes d’extrême-droite, plus dociles vis-à-vis des intérêts financiers de Londres et de Wall Street.

Le scénario rappelle également le coup d’État de 2014 en Ukraine, où le Département d’État américain et les services secrets britanniques et américains avaient utilisé les forces néo-nazies pour faire tomber le président Viktor Ianoukovytch, qui s’opposait au traité de libre-échange exclusif entre l’UE et l’Ukraine.

Coup d’État

Le 12 novembre, en entrant dans le Palais présidentiel, suite à la démission de Morales, la présidente par intérim auto-proclamée Jeanine Áñez a brandi une énorme Bible au-dessus de la tête et proclamé : « La Bible est de retour dans le palais. (…) La Bolivie appartient au Christ ».

Comme l’explique Cathy Dos Santos dans L’Humanité, Evo Morales a été forcé de démissionner sous la menace du commandement militaire et policier, et tandis que les milices fascistes du « Comité civique » de Santa Cruz, menées par l’évangéliste « chrétien » Luis Fernando Camacho commettaient des attentats et humiliations contre les membres du MAS, le parti de Morales. La maison de Victor Borda, le président de la Chambre des députés, a été brûlée et son frère a été pris en otage. Le logement de la sœur de Morales a également été saccagé. La maire de la ville de Vinto, Particia Arce, a été humiliée par une horde d’extrémistes, qui lui ont coupé les cheveux, l’ont aspergée de peinture et traînée pieds nus dans les rues.

Le coup d’État a immédiatement été dénoncé par le Mexique, qui a accordé l’asile politique à Evo Morales, puis par Cuba, le Venezuela, l’Uruguay, ainsi que par le président argentin élu Alberto Fernandez et les anciens présidents brésilien Lula da Silva et équatorien Rafael Correa. Le 12 novembre, lors de la session de l’Organisation des États américains (OEA), l’ambassadrice du Mexique Luz Elena Baños a déclaré : « Nous considérons que les pressions mises sur Evo Morales par les forces armées et policières sont des éléments constituant un coup d’État ».

Les États-Unis, par la voix de Donald Trump et d’un autre évangéliste « chrétien », le secrétaire d’État Mike Pompeo, ont immédiatement apporté leur soutien aux putschistes, de même que le Premier ministre britannique Boris Johnson. L’Espagne, au contraire, a dénoncé le coup d’État. La France s’est quant à elle murée dans le silence, prenant le risque de s’aliéner le Mexique, comme le fait remarquer Pascal Boniface, le directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS).

La fabrique à « démocratie »

Ainsi, le coup d’État a été fomenté par les forces combinées des évangélico-fascistes du Comité civique de Santa Cruz et du Département d’État américain, avec en amont la machine à « changement de régime » et « révolution de couleur » du National Endowment for Democracy (NED), qui reçoit les financements autant du Parti démocrate que du Parti républicain.

Le Comité civique de Santa Cruz prône l’indépendance des régions de l’Est de la Bolivie, plus riches, et voue une haine raciste envers les natifs indiens, la partie la plus pauvre de la population, dont est issue Morales. Ses leaders sont Luis Fernand Camacho, un évangéliste « chrétien » millionnaire mis en cause dans les Panama papers, et Ruben Costas, le gouverneur de Santa Cruz et fondateur du Parti de l’unité démocratique de Jeanine Áñez.

Camacho a été formé par l’Union des jeunes de Santa Cruz (UJC), un groupe paramilitaire fasciste impliqué dans plusieurs tentatives d’assassinats contre Morales. L’UJC est « l’équivalent de la Falange en Espagne, du RSS suprémaciste hindou en Inde, ou encore du Batallion Azov néo-nazi ukrainien », écrivent les journalistes Max Blumenthal et Ben Northon sur le site d’information Grayzone. Leur symbole est une croix verte, similaire aux logos des mouvements fascistes occidentaux, et leurs membres sont connus pour faire le salut nazi « Sieg Heil ».

Dans un article publié également sur Grayzone le 29 août, au moment où les projecteurs étaient braqués sur la Bolivie et le Brésil pour les incendies en Amazonie, Wyatt Reed mettait en lumière le rôle du CANVAS – le Centre pour l’action et les stratégies non-violentes appliquées. Le CANVAS, qui est financé par le NED, a recruté et entraîné plusieurs agents de « changement de régime » comme Juan Guaido (le président auto-proclamé du Venezuela), son mentor Leopoldo Lopez, ainsi que la fanatique bolivienne anti-Morales Jhanisse Vaca Daza, qui s’est servie de son image d’activiste climatique pour nourrir l’hystérie anti-Morales depuis l’extérieur du pays – c’est ainsi que les activistes d’Extinction Rebellion ont organisé des manifestations devant les ambassades boliviennes en Europe pour dénoncer les incendies en Amazonie (!!!).

Reed evoque également le rôle de la Human Rights Foundation (HRF), dirigée par l’oligarque vénézuélien Thor Halvorssen, qui organise la formation et l’entraînement des jeunes activistes en vue des opérations de changement de régime. Il cite notamment la correspondante de la BBC Laura Kuenssberg, qui en 2014 avait assisté à une cession d’entraînement du HRF au Forum de la liberté à Oslo. Dans ce qu’elle décrivait comme « une école de la révolution », des leaders du Congrès mondial Ouïghour, ou des activistes de Hong-Kong, financés par les États-Unis, apprenaient « comment faire tomber des gouvernements pour de bon ». Le fondateur de l’antenne bolivienne du HRF, Hugo Acha Melgar, a été impliqué dans un complot visant à assassiner Morales.

Morales, une épine dans le pied de l’oligarchie financière

« Ce que les mondialistes anglo-américains n’ont pas pardonné à Evo Morales, c’est d’avoir voulu doter la Bolivie des fondements de son indépendance (droit du travail, justice sociale, nucléaire civil...) », a écrit Jacques Cheminade le 15 novembre, sur son compte Twitter.

En effet, depuis son arrivée au pouvoir en 2006, Morales a représenté une véritable épine dans le pied du système néolibéral. Car sa politique dirigiste a ouvert dans le pays une ère de prospérité économique, avec une croissance positive sans discontinuité, une baisse du chômage et une forte diminution de la pauvreté, qui est passée de 60 % à 35 % en 14 ans.

Dès 2006, il engage la nationalisation des hydrocarbures – terrible blasphème vis-à-vis du dieu libre-échange. Mais son pire crime est sans doute d’avoir promu la recherche scientifique et les technologies de pointe, dans l’esprit des BRICS, afin de développer une « économie de la connaissance » , pour reprendre ses propres mots. En 2014, la décision fut prise de lancer un programme pour l’énergie nucléaire civile, afin de « comprendre et utiliser ce feu du XXIe siècle : l’énergie atomique », comme l’avait déclaré le vice-président Alvaro Linera, qui avait alors souligné l’importance pour les Boliviens de se libérer des « chaînes mentales et coloniales ».

Enfin, cerise sur le gâteau, contrairement au Chili et à l’Argentine, Morales refusait aux capitaux étrangers le droit d’exploiter « l’or blanc » – le lithium –, composant essentiel des batteries électroniques et électriques, et dont la Bolivie détient la plus grande réserve mondiale. « Pas question de se laisser encore spolier », avait-il déclaré. Dans un article publié le 10 juin dernier, Paris Match notait que si les offres du français Bolloré et du japonais Mitsubishi ont été rejetées, le gouvernement a tout de même fini par signer des accords de coopération en décembre 2018 avec une société allemande, puis en janvier 2019 avec une société chinoise. Il ne s’agissait plus d’exporter le lithium en tant que matière première, mais de produire de batteries sur place, « 100 % Made in Bolivia ». Un affront insupportable pour l’empire anglo-américain !

Il est temps pour tous les patriotes et citoyens du monde de s’associer pour dénoncer ce coup d’État et mettre fin à cette machine infernale des changements de régime, qui n’est autre que l’arsenal d’un empire en faillite.

Vous venez de lire notre chronique stratégique « Le monde en devenir ». ABONNEZ-VOUS ICI pour la recevoir sans limitation. Vous aurez également accès à TOUS les dossiers de ce site (plus de 400 !)...

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • BONIN Stéphane • 30/11/2019 - 19:51

    Et nos merdias de parler "de Morales le tricheur" . une prochaine élection en Bolivie, pourquoi faire ? Faire comme pour l’ Ukraine de Kiev, je suppose !

    Répondre à ce message

  • Evina Alain • 25/11/2019 - 12:42

    Merci pour Cet éclairage. Effectivement aucun média ne parle de Ce énième Coup d’État fomenté par les mêmes Organisations, dans cette partie du monde...La loi du plus fort est encore d’actualité,le Combat Continue.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Libérons Trump de l'emprise des « sionistes chrétiens » !
25 mars
Déclarations
Libérons Trump de l’emprise des « sionistes chrétiens » !
nucléaire
23 août 2014
Actualité
Pour la Bolivie, le nucléaire représente le « feu sacré » du XXIe siècle
nucléaire
21 janvier 2014
Actualité
La France accompagnera-t-elle la Bolivie dans l’ère nucléaire ?
La Bolivie s’attaque à « l’impérialisme vert » à la veille de la visite du Pape
30 juin 2015
Actualité
La Bolivie s’attaque à « l’impérialisme vert » à la veille de la visite du Pape

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard