Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

17 juin - Soutien aux professeurs en colère Lire 14 juin - Electricité : +5,9%, vous êtes sérieux ??! Lire 14 juin - L’Afrique sera protectionniste ou ne sera pas ! Lire
AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Beijing au zénith du dialogue des civilisations

La rédaction
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Chronique stratégique du 31 mai 2019 (pour s’abonner c’est PAR ICI)

Le fossé est plus grand que jamais, entre un monde occidental en pleine décrépitude et un monde asiatique élevé par l’esprit et la dynamique des Nouvelles Routes de la soie.

En Europe, au lendemain des élections, la médiocrité succède à la médiocrité. Notre continent est désormais le lieu de toutes les divisions : entre les populistes et les européistes, mais aussi les européistes eux-mêmes qui se déchirent autour de l’attribution des cinq postes clés de l’UE.

De l’autre côté de l’Atlantique, les États-Unis semblent bien loin de l’héritage historique des John F. Kennedy, Franklin D. Roosevelt et Abraham Lincoln. Piégées dans la nasse de la géopolitique anglo-américaine et tributaires de l’État profond, les « élites » americaines sont conditionnées à voir les autres puissances comme des menaces qu’il faut à tout prix réduire.

Accusés d’avoir fait capoter tout accord commercial avec les États-Unis, les Chinois expriment désormais ouvertement leur profonde inquiétude, face aux propos belliqueux de Mike Pence, le vice-président américain, et de Mike Pompeo, le secrétaire d’État, et aux contradictions de Donald Trump. Hu Xijin, le rédacteur-en-chef du Global Times, quotidien proche du pouvoir, souligne le sentiment de confusion et d’injustice qui monte au sein de la population chinoise : « Quelle est la stratégie des États-Unis vis-à-vis de la Chine ? La question nous plonge dans la confusion », écrit-il. (nous y reviendrons dans la prochaine chronique)

Conférence de Beijing : « rendre le jardin des civilisations vibrant et coloré »

En réponse implicite au dogmatisme et à l’arrogance de l’Occident, la conférence sur le dialogue des civilisations asiatiques s’est déroulée le 15 mai à Beijing, sous les auspices du président Xi Jinping, sur le thème « Échanges et entente mutuelle entre civilisations asiatiques, une communauté avec un futur partagé pour l’Asie ». Plus de 1500 personnes, en provenance de 47 pays différents, y ont participé.

La présidente internationale de l’Institut Schiller, notre amie Helga Zepp-LaRouche, qui était l’une des oratrices, a ouvert son discours en exposant l’enjeu de notre époque :

La caractéristique d’un tournant historique est que la majorité des gens ne se rendent pas compte de ce qui se passe. Seuls les visionnaires ayant une idée claire du potentiel positif de l’avenir sont capables d’intervenir aux moments-clé du processus, afin d’éviter des catastrophes potentielles, et d’ouvrir une nouvelle ère de l’humanité. Nous nous trouvons nous-mêmes dans une phase de changement : le vieil ordre mondial, tel qu’il a été érigé après la Seconde Guerre mondiale et surtout suite à la désintégration de l’Union soviétique, est en cours de dissolution ; mais le nouvel ordre mondial n’est pas encore établi.

Lors de son très beau discours d’ouverture, le président chinois a énuméré les nombreuses œuvres splendides que les civilisations orientales ont apporté au monde, tel que les Annales de Confucius, le Talmud, les Mille et Une Nuits, les Rig-Véda, le Dit du Genji ; des inventions comme l’écriture cunéiforme, les cartes géographiques, les nombres arabes, le papier et les techniques d’imprimerie ; et des structures grandioses comme la Grande muraille, la Grande mosquée de la Mecque, le Taj Mahal et Angkor Vat. « Autant de choses qui constituent des trésors incalculables pour la civilisation humaine », a dit Xi Jinping.

Aujourd’hui, l’Initiative de la Ceinture et la Route [ICR, ou Nouvelles Routes de la soie, NdlR], ensemble avec les Deux corridors et la Ceinture économique, l’Union économique eurasiatique et d’autres initiatives, ont contribué à étendre les échanges inter-civilisationnel et l’entente mutuelle. La coopération entre nations dans la science, la technologie, l’éducation, la culture, la santé et les échanges entre peuples fleurissent comme jamais.

(...) Nous devrions travailler ensemble et préserver conjointement la paix, qui est quelque chose de bien plus précieux que l’or. (…) Nous devons accroître la beauté de chaque civilisation et la diversité des civilisations dans le monde. Chaque civilisation est la cristallisation de la création humaine, et chacune est belle à sa façon. L’aspiration pour tout ce qui est beau est une recherche commune de l’humanité que rien ne peut empêcher. Les civilisations ne devraient pas s’opposer et s’affronter ; ce qu’il faut, ce sont des yeux pour voir la beauté de chaque civilisation. Nous devrions maintenir nos civilisations dynamiques et créer les conditions pour que les autres civilisations s’épanouissent. Ensemble, nous pouvons rendre le jardin des civilisations du monde vibrant et coloré. 

L’ennoblissement moral de l’humanité

Pour Helga Zepp-LaRouche, les fondements du nouvel ordre mondial devraient s’appuyer sur les cinq principes de coexistence pacifique qui avaient été énoncés lors des accords de Panchsheel en avril 1954, signés entre la Chine et l’Inde, et élargis ensuite aux dix principes adoptés en avril 1955 lors de la conférence de Bandung (la première conférence des États indépendants d’Asie et d’Afrique). Ces principes – de non-agression, de respect et de développement mutuels – ont constitué la base du Mouvement des pays non-alignés, à partir des années 1960.

Helga Zepp-LaRouche, presidente-fondatrice de l'Institut Schiller international.
Helga Zepp-LaRouche, presidente-fondatrice de l’Institut Schiller international.

L’idée d’un développement harmonieux entre les nations trouve des expressions communes dans les différentes cultures asiatiques, mais également occidentales. Mme Zepp-LaRouche a notamment évoqué les principes développés dans les textes védiques, les Upanishad, et dont l’importance est aussi bien religieuse que politique. Le concept de Ahimsa de la non-violence, par exemple, mentionné à plusieurs reprises par le président Xi Jinping, prône le respect de toutes les créatures, la renonciation à toute violence physique, verbale et spirituelle envers autrui.

Ainsi, le bien-être de toutes les personnes et de toutes les formes de vie sur la planète doit être l’objectif premier des relations entre nations comme entre les individus. « L’idée d’un développement harmonieux de tous comme base d’un ordre mondial pacifique est au cœur des cultures asiatiques, et se trouve en contradiction directe avec l’idée que les relations entre nations constituent un jeu à somme nulle », a affirmé Mme Zepp-LaRouche. C’est cette idée qui sous-tend la vision des Nouvelles Routes de la soie, et la conception d’une « coopération gagnant-gagnant » entre toutes les nations.

Il est évident que cette aspiration pour trouver ‘la bonne voie’ provient des anciennes traditions d’Asie, tel que le Confucianisme, le Bouddhisme ou le Jainisme, qui ont en commun un engagement à l’auto-développement culturel tout au long de la vie et l’ennoblissement moral de l’humanité, a-t-elle poursuivit. Bien que l’Occident ait partagé cette même aspiration lors de ses périodes classiques et de renaissance humaniste, l’idée d’une amélioration éthique de l’homme en tant que but dans la vie est presque diamétralement opposée au modèle libéral actuel, où toute priorité d’exigence morale ou toute supériorité d’une philosophie par rapport à une autre sont catégoriquement rejetées.

L’ironie est que les Chinois, entre autres, se sont inspirés des concepts développés en Occident sur l’éducation esthétique, que nous avons nous-mêmes oubliés. Mme Zepp-LaRouche a cité notamment l’exemple de Cai Yuanpei, le premier ministre de l’Éducation de la République provisoire de Chine.

Avant d’être nommé ministre par Sun Yat Sen en 1912, Cai avait voyagé en France et en Allemagne, et avait en particulier étudié les écrits esthétiques d’Alexander Gottlieb Baumgarten, Emmanuel Kant et Friedrich Schiller, ainsi que les idées sur l’éducation développées par Wilhelm von Humboldt. « Il réalisa très vite que les conceptions de Schiller sur l’éducation esthétique étaient très proches de la moralité confucéenne – le concept de Schiller de ‘belle âme’ correspond parfaitement à l’idée confucéenne du ‘junzi’ –, et que Schiller parlait de ces questions dans une plus grande clarté et d’un point de vue supérieur par rapport à tous les philosophes anciens ou contemporains », a expliqué Mme Zepp-LaRouche.

Pour Cai Yuanpei, le dialogue des cultures représentait le chemin à suivre afin de créer une grande communauté humaine se développant de façon harmonieuse et pacifique :

J’ai souvent pensé qu’une nation doit nécessairement absorber les cultures des autres peuples, disait-il. C’est comme le corps humain, qui ne peut pas grandir sans respirer l’air du monde extérieur, sans boire ni manger.

Vous venez de lire notre chronique stratégique « Le monde en devenir ». ABONNEZ-VOUS ICI pour la recevoir sans limitation. Vous aurez également accès à TOUS les dossiers de ce site (plus de 400 !)...

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Les BRICS font renaître « l’esprit de Bandung »

29 avril 2015
Actualité
Les BRICS font renaître « l’esprit de Bandung »

Amitié Franco-chinoise : centenaire du programme Travail-études

29 mai
Montargis travail-études
Amitié Franco-chinoise : centenaire du programme Travail-études

Les Chinois vous espionnent avec Huawei ? Et que font les autres ?

24 mai
Chroniques stratégiques
Les Chinois vous espionnent avec Huawei ? Et que font les autres ?

La Chine s’érige en alternative au choc des civilisations

15 mai
Chroniques stratégiques
La Chine s’érige en alternative au choc des civilisations

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard