Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

19 octobre - Helga Zepp-LaRouche et Jacques Cheminade en Chine Lire 19 octobre - Emission spéciale Mandarin TV : La Chine fête ses 70 ans avec Jacques Cheminade Lire 19 octobre - Poutine prône la voie non-linéaire dans les relations internationales Lire
AccueilActualité
Montargis travail-études

Amitié Franco-chinoise : centenaire du programme Travail-études

Commémoration à Montargis le 4 mai 1919
Commémoration à Montargis le 4 mai 1919

Centenaire du mouvement Travail-études

par Christine Bierre

Cette année, la Chine célèbre le double centenaire de la révolte patriotique du 4 mai 1919 et du programme « Travail-études » qui amena, entre 1919 et 1920, 1400 étudiants et étudiantes chinois en France, notamment à Montargis (Loiret). Une stèle y fut inaugurée le 4 mai dernier, en présence de l’Ambassadeur de Chine, des élus locaux et départementaux, d’une centaine de jeunes diplomates déployés en ce lieu de pèlerinage, ainsi que des amis français de la Chine. (Voir image ci-dessus)

Cheval Courant Xu Beihong 1944
Cheval Courant Xu Beihong 1944

Ces deux événements sont intimement liés, car c’est pour libérer et moderniser la Chine, dépecée par les puissances occidentales profitant de la décadence de la dynastie Qing, que ces étudiants furent envoyés en France pour apprendre le meilleur de la culture occidentale. Parmi eux, Deng Xiaoping, Zhou Enlai et Chen Yi, qui ont fait partie du noyau d’hommes qui allaient faire de la Chine, cent ans plus tard, la puissance qu’elle est devenue aujourd’hui. (Voir images ci-contre) Beaucoup d’autres y ont contribué aussi, politiquement, dans les sciences et dans les arts (voir ci-contre encre de Xu Beihong).

De gauche à droite : Zhou Enlai (1898 - 1976) Fut le Premier ministre chinois depuis 1949 à sa mort ; Cai Hesen (1895 - 1931) Depuis la France, il propose à Mao Zedong, le 13 août 1920, la création du Parti communiste chinois. Mao accepta le 1er décembre ; Deng Xiaoping (1904 - 1997) Secrétaire général du PCC de 1956 à 1967 et numéro 1 de la RPC de 1978 à 1992 ; Xiang Jingyu (1895 - 1928) Elle sera ministre des femmes au Comité central du PCC.
De gauche à droite : Zhou Enlai (1898 - 1976) Fut le Premier ministre chinois depuis 1949 à sa mort ; Cai Hesen (1895 - 1931) Depuis la France, il propose à Mao Zedong, le 13 août 1920, la création du Parti communiste chinois. Mao accepta le 1er décembre ; Deng Xiaoping (1904 - 1997) Secrétaire général du PCC de 1956 à 1967 et numéro 1 de la RPC de 1978 à 1992 ; Xiang Jingyu (1895 - 1928) Elle sera ministre des femmes au Comité central du PCC.
Création en France, en 1921, de la Ligue de la Jeunesse communiste chinoise. Troisième partant de la gauche Zhou Enlai.
Création en France, en 1921, de la Ligue de la Jeunesse communiste chinoise. Troisième partant de la gauche Zhou Enlai.
Deng Xiaoping arrive en France, à l'âge de 16 ans ! Il rejoigne le PCC en 1923.
Deng Xiaoping arrive en France, à l’âge de 16 ans ! Il rejoigne le PCC en 1923.
Carte de travail de Deng Xiaoping à Renault en 1925
Carte de travail de Deng Xiaoping à Renault en 1925

Un très important colloque s’est donc tenu le 4 mai à Montargis, animé par Mme Wang Peiwen, directrice du Musée historique de l’amitié franco-chinoise de Montargis consacré à cette histoire, et par M. Alain Labat, président de la Fédération des Associations franco-chinoises en France et de l’Institut franco-chinois¹.

Traité de Versailles : la trahison occidentale

Les orateurs chinois et français ont présenté cette histoire totalement ignorée en France et pourtant si importante pour la Chine. Nous ne pouvons donner ici que les grandes lignes de ce riche colloque, également ponctué d’un appel vibrant de M. Xu Bo, président de l’Association des Amis de Wu Jianmin, à la jeunesse chinoise pour qu’elle revive ce moment afin de s’en inspirer, et aux Français pour qu’ils poursuivent cette belle histoire d’amitié.

Après l’intervention de M. Hu Zhenrong, président de l’Institut d’études d’histoire du Parti communiste chinois, sur la contribution particulière de la province du Hunan dans ce programme, l’historien Jean-Louis Rizzo expliqua le rôle déterminant qu’avait eu la conférence de paix de Paris, organisée par les vainqueurs de la Première Guerre mondiale pour négocier les traités de la fin de la guerre, dans les événements du 4 mai. Le 30 avril 1919, on apprenait la décision scandaleuse et injuste d’accorder au Japon et non à la Chine les possessions conquises par l’Allemagne en 1897 dans la province chinoise de Shandong.

Ce fut l’étincelle qui provoqua la révolte patriotique du 4 mai. Car la Chine avait rejoint le camp des alliés contre la promesse que ces territoires lui seraient restitués en cas de victoire. Le 3 mai, lorsque la décision fut connue en Chine, 3000 étudiants manifestèrent devant la Cité interdite avec ce message : « Le territoire de la Chine peut être conquis, mais il ne peut pas être donné ! Les Chinois peuvent être tués, mais ils ne peuvent pas être soumis ! Notre pays risque sa perte ! Citoyens, mobilisez-vous ! ». En quelques jours, leur action provoqua le soulèvement de tout le pays et permit d’obtenir gain de cause en 1922.

Education et révolution

Au cœur de la révolte du 4 mai, nous dit M. Rizzo, figurait le « Mouvement pour une nouvelle culture », fondé en 1915 par un jeune intellectuel, Chen Duxiu. Avec sa revue Nouvelle Jeunesse, Chen Duxiu mettait en cause le confucianisme et le poids des traditions dans l’arriération de la Chine, tout en revendiquant le rôle de la science, du progrès technique et de la démocratie. Si la révolte est, à cette époque, républicaine, en 1921, dans une phase ultérieure de radicalisation, Chen Duxiu et ses amis fonderont le Parti communiste chinois.

Pour comprendre, il faut aussi remonter au combat mené au début du siècle par des courants patriotiques et républicains, puis communistes, contre la dynastie Qing décadente (accusée d’avoir laissé le pays sombrer dans le marasme) et pour moderniser la Chine en recourant à la culture occidentale.

Au cœur de ce combat, le grand dirigeant Sun Yat-sen, devenu président de la République de Chine à la chute de la dynastie, en 1911. Le programme Travail-études fut fondé à Paris et à Beijing, par quatre hommes : Li Shizeng, Cai Yuanpei, Wu Zhihui et Zhang Rejie, tous membres de la Ligue unie de Sun Yat-sen. Tous ont eu, à Paris, leur phase « anarchiste ». Ils rêvaient, en lisant Bakounine, Elisée Reclus ou Kropotkine, qu’un jour l’humanité pourrait vivre sans autorité centralisée, en s’appuyant uniquement sur la solidarité entre les hommes. Mais comment y arriver progressivement et sans recourir à la violence ? Par l’éducation. Le mouvement Travail-études devait faire surgir ce type d’homme nouveau.

Sun Yat Sen, Premier président de la République de Chine 1911. (1866 - 1925)
Sun Yat Sen, Premier président de la République de Chine 1911. (1866 - 1925)
Cai Yuanpei, Recteur de l'Université de Beijing (1868 - 1940)
Cai Yuanpei, Recteur de l’Université de Beijing (1868 - 1940)

Cai Leiluo, petite-fille de Cai Yuanpei et présidente de l’association constituée à sa mémoire, prit ensuite la parole pour évoquer ses travaux. En 1907, son grand-père avait étudié à Berlin et à Leipzig, où il se familiarisa avec le concept d’« éducation esthétique » de Friedrich Schiller, qu’il allait ensuite adapter à la Chine. En 1911, il devint ministre de l’Education de Sun Yat-Sen, puis recteur de l’Université de Beijing. Son ouverture à tous les courants de pensée allait placer cette université au cœur de la révolte du 4 mai.

Le programme Travail-études

Duanmu Mei, de l’Académie des sciences sociales de Chine, Alain Labat, ainsi que l’historienne Nora Wang, donnèrent ensuite un aperçu détaillé du programme Travail-études.

En 1902, Li Shizeng arrive en France. Après des études d’agronomie à Montargis et de chimie à l’Institut Pasteur, il ouvre, en 1908, une usine de tofu à la Garenne-Colombes, puis, juste à côté, une école qui accueillera une trentaine d’élèves chinois. La création en 1912 de l’Association pour les études dans la frugalité en France et à Beijing, avec le soutien de Cai Yuanpei, ouvrira la voie à l’arrivée de 2000 étudiants, dont 1400 entre 1919 et 1920. Entre 3 et 4000 étudiants et étudiantes, si l’on compte entre 1919 et 1925 !

Li Shizeng, fondateur du programme Travail-Etudes (1881 - 1973)
Li Shizeng, fondateur du programme Travail-Etudes (1881 - 1973)

Malheureusement, la crise sévissant en France après la guerre ne permettra plus à ces élèves de trouver un travail pour financer leurs études. Les fondateurs du programme décident alors de changer de cap, rapporte Alain Labat. Avec le maire Edouard Herriot, ils créeront l’Institut franco-chinois de Lyon, destiné à accueillir des étudiants plus aisés et recrutés sur concours, excluant, de fait, ceux qui étaient déjà sur place. Ceux-ci lanceront des actions de protestation à Lyon contre le nouvel institut. Il faut ajouter qu’entre temps, les contestataires s’étaient rapprochés des thèses marxistes, qui n’étaient du goût ni du gouvernement français, ni des fondateurs du programme Travail-études… C’était la première rupture entre nationalistes et communistes, une situation qui perdure encore de nos jours !

Pour l’historienne Nora Wang, Montargis, qui incarne un moment privilégié dans les relations entre les deux pays, n’a pas été le fait des élites en place, mais d’un réseau internationaliste et pacifiste. Un réseau animé du côté français par des radicaux-socialistes, dont Edouard Herriot, Henri Barbusse avec sa revue Clarté et Romain Rolland, dont les œuvres sont très appréciées aujourd’hui encore en Chine.

1. Le colloque a été organisé par l’Ambassade de Chine, le Musée historique de l’amitié franco-chinoise, la Mairie de Montargis, le Conseil des affaires d’Etat de Chine, les ministères chinois de la Culture, du Tourisme et de l’Education, la province du Hunan et beaucoup d’autres.

* Les images viennent de l’Exposition organisée par le Centre culturel de Chine à Paris à l’occasion des commémorations à Paris du Centenaire du Programme travail-études, lors de la visite du Président Xi Jinping le 25-26 mars.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Comme nos voisins italiens, espagnols et portugais, nous devrions nous aussi participer à la « Nouvelle route de la soie » qui transforme à grande vitesse le monde ! Par-delà la frénésie des médias toujours prêts à vous vendre la peur de la Chine, vous devez comprendre la portée de cette dynamique.

En savoir plus
Jacques Cheminade : Macron doit se rendre à la conférence de Beijing le 14 mai
10 mai 2017
Actualité
Jacques Cheminade : Macron doit se rendre à la conférence de Beijing le 14 mai
Sacha Lin-Jung : L’amitié France-Chine et les Nouvelles Routes de la soie
16 novembre 2018
Actualité
Sacha Lin-Jung : L’amitié France-Chine et les Nouvelles Routes de la soie
La planification économique en Chine, une idée neuve pour la France
14 novembre 2018
Economie
La planification économique en Chine, une idée neuve pour la France
2017 : une campagne présidentielle pas comme les autres
25 mai 2017
Politique
2017 : une campagne présidentielle pas comme les autres

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard