Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

21 septembre - Nicolas de Cues : souveraineté nationale et dialogue des cultures Lire 18 septembre - Derrière la trahison australienne, Global Britain et le parti de la guerre Lire 18 septembre - 11 septembre et débâcle en Afghanistan Lire
AccueilActualités

Le laboratoire P4 de Wuhan : bête noire des Anglo-Américains

Dès la signature, en 2004, de l’accord entre la France et la Chine pour la doter d’un laboratoire P4 [1]
afin de lutter contre les épidémies les plus virulentes, cette unité de haute sécurité a fait l’objet de fortes pressions de la part des Etats-Unis, ainsi que des milieux sécuritaires français, ministère de la Défense, Secrétariat général à la Défense nationale (SGDN) et DGSE.

Non pour des raisons sécuritaires, mais avant tout pour des raisons idéologiques : le système chinois, si différent du nôtre, ne pouvait ne pas utiliser ces connaissances à des fins militaires contre nous.

C’est ainsi que fut sabordé un projet d’une grande utilité pour ce pays qui venait de subir le SRAS, tout en donnant à la France la possibilité d’offrir le meilleur de son savoir-faire pasteurien à un pays ami et de consolider ainsi leurs relations. Ce qui n’a pas empêché les Américains de reprendre aussitôt notre place ! Ce laboratoire, comme nous le montrons dans cet article, continue à alimenter les pires fantasmes des services anglo-américains.

Aujourd’hui, alors que s’estompe l’effet des vagues successives de diabolisation, lancées contre la Chine par ces mêmes services au sujet du Xinjiang, personne n’étant dupe quant à l’origine ni aux objectifs de ces mensonges, les mêmes tentent de nous servir un autre plat déjà bien réchauffé : la piste d’une fuite accidentelle du SarsCov2 du laboratoire P4 de l’Institut de virologie de Wuhan, comme étant à l’origine de la pandémie qui a déjà tué plus de 3 millions de personnes rien qu’en 2020, selon les dernières statistiques de l’OMS.

A l’origine de cette nouvelle offensive, une lettre adressée au magazine britannique Science, signée par 18 virologues travaillant pour les grands laboratoires américains, qui demandent que jusqu’à preuve du contraire,

les théories d’une fuite accidentelle à partir d’un laboratoire et celle du saut zoonotique [de l’animal à l’homme] soient toutes deux considérées comme viables. [2]

Plusieurs de ces chercheurs ont d’ailleurs travaillé avec l’Institut de virologie de Wuhan, avant l’émergence de la maladie, dans le contexte de contrats de coopération financés par l’Institut national de la santé (NIH) et l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) des Etats-Unis.

Leur lettre constate que la première phase d’une étude engagée par l’OMS en Chine, dont les résultats ont été rendus publics en novembre 2020, avait conclu que la possibilité que la maladie vienne d’un saut zoonotique était de « probable à très probable », alors que celle de la fuite accidentelle était « extrêmement improbable », faisant, selon eux, la part trop belle à la première thèse.

Notant que le directeur général de l’OMS, Tédros Ghebreyesus, a lui-même reconnu que les résultats concernant la thèse d’un accident de laboratoire étaient insuffisants et que d’autres recherches devaient être entreprises dans cette direction, les chercheurs demandent qu’avec les Etats-Unis, l’UE et d’autres pays, de nouvelles recherches soient entreprises par l’OMS dans ce sens et qu’en Chine et ailleurs, les

agences de santé et laboratoires de recherche publics ouvrent leur documentation au public.

Si on ne peut exclure totalement la thèse d’une fuite accidentelle d’un laboratoire, rien ne prouve que ce laboratoire soit celui de Wuhan. Ce qui est certain, par contre, c’est que dans le climat de Guerre froide, voire de guerre chaude des Etats-Unis contre la Chine, créé d’abord par l’administration Trump et poursuivi par l’actuelle administration, Beijing n’acceptera jamais d’entrer dans un processus où les enquêtes sur son territoire pourraient devenir le prélude à une invasion militaire, comme ce fut le cas en Irak.

Les apprentis sorciers de la guerre

Le journaliste Nicholas Wade.
Le journaliste Nicholas Wade.

Dans ce contexte de guerre de tous contre tous, voyons ce qui a suscité la lettre des 18 chercheurs à la revue Science. Il s’agit d’un article publié par un « journaliste » britannique bien connu, Nicholas Wade, chargé des dossiers scientifiques dans Science et dans Nature, avant de rejoindre le New York Times entre 1982-2012. Journaliste pendant de longues années, son profil est aussi celui d’un brillant sujet de sa majesté, élève d’Eton puis diplômé du Kings Collège de Cambridge. Dans son action contre la Chine, mais aussi contre les Américains qui travaillent avec elle, il illustre bien ce don du « diviser pour régner » unique à l’empire britannique !

Pour juger de ses aptitudes intellectuelles et morales, il faut savoir que Nicholas Wade s’est fait connaître par un article publié en 2014 dans le New York Times, intitulé Héritage troublant : les gènes, la race et l’histoire humaine, où il défend des thèses racistes, l’idée que l’évolution récente de différents groupes de l’espèce humaine, du point de vue intellectuel, économique et social, a été déterminée par leurs gènes particuliers !

Cet article lui valut une lettre de protestation publiée dans le New York Times du 8 août 2014, signée par plus d’une centaine de généticiens et biologistes, qui, unanimes, l’accusent

de juxtaposer à un récit incomplet et erroné de [leurs] recherches sur les différences génétiques humaines, une spéculation selon laquelle la sélection naturelle récente aurait conduit à des différences dans les résultats de QI, les institutions politiques et le développement économique. Nous rejetons l’idée que nos découvertes justifient ses approximations.

Le P4 à l’origine de la COVID ?

Dans son article sur le P4 de Wuhan, intitulé Origine du Covid – en suivant les traces, paru le 5 mai 2021 sur la plateforme publique MEDIUM, Wade appelle les virologues à agir pour que les deux thèses (celle du passage du virus à l’homme par zoonose et celle de l’accident de laboratoire) soient examinées jusqu’à trouver la réponse.

Dans cet article très long, qui se veut scientifiquement fondé, Wade présente un tableau accablant contre la Chine et son laboratoire de Wuhan. Selon lui, le rejet de la thèse de la fuite aurait été organisé sciemment par la Chine pour se protéger, mais aussi par un certain nombre de laboratoires américains qui ont travaillé avec l’Institut de virologie de Wuhan, sous contrat avec le NIH (lnstitut national de la santé et le NIAID, l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses américain), dans le domaine d’expérimentations génétiques des virus appelées « gains de fonction », dans les années précédant l’apparition de la pandémie à Wuhan. Ces expérimentations sont menées aujourd’hui dans différents laboratoires de haute sécurité dans le monde – P4 pour les virus les plus mortels, P3 et P2, dans l’ordre pour les moins dangereux -, et ont pour but de fabriquer et de tester, in-vitro et in-vivo, des virus rendus plus puissants par manipulation génétique en laboratoire, afin de contaminer le corps humain. Leur objectif est d’élaborer des vaccins avant qu’une telle menace ne se présente.

Shi Zhengli, chercheuse à l'Institut de virologie de Wuhan (WIV) et à l'Académie chinoise des sciences (CAS).
Shi Zhengli, chercheuse à l’Institut de virologie de Wuhan (WIV) et à l’Académie chinoise des sciences (CAS).

Au cœur de l’accusation, le fait qu’en 2014, Shi Zhengli, cheffe de l’Institut de virologie de Wuhan et celle qui a découvert en 2005 le rôle d’intermédiaire joué par la chauve-souris responsable du SarsCov1, avait signé un engagement de coopération entre son Institut et une équipe de l’Université de Caroline du Nord, conduite par Ralph S. Baric, portant sur des expériences de « gain de fonction » impliquant à la fois le SRAS et les coronavirus de chauve-souris. Preuve que le laboratoire serait coupable de l’erreur ayant conduit à la dissémination du virus, Wade note que, de son propre aveu, Shi Zhengli n’a pas utilisé le laboratoire P4 pour conduire ces manipulations, mais les laboratoires P3 et P2 annexes, de moindre sécurité.

Documents du NIH à l’appui, Wade montre ensuite comment certains de ceux ayant contribué à disqualifier l’hypothèse d’une fuite accidentelle, tels Peter Daszak, président de l’EcoHealth Alliance de New York, ou Kristian G. Andersen, de l’Institut de recherche Scripps, ont financé des projets de ce type avec l’Institut de virologie de Wuhan.

L’histoire ne tient pas

Pour ce qui est d’éventuelles erreurs de manipulation du virus par Shi Zhengli, notons d’abord que nulle part dans le monde, les expérimentations du coronavirus ne sont pratiquées dans les laboratoires P4, exclusivement réservés aux virus les plus mortels (dont Ebola).

Deuxièmement, quand bien même le virus se serait échappé suite à une erreur de manipulation, il est faux de prétendre que cela n’ait pu se produire qu’à Wuhan. Rappelons que depuis le début de la pandémie, grâce aux enquêtes dans les hôpitaux et les archives d’examen des eaux usées à travers le monde, on a pu découvrir des traces du virus précédant l’apparition des premiers cas à Wuhan, ainsi qu’en Italie, en Espagne, en France et même aux Etats-Unis. Surtout, comme le souligne l’épidémiologiste américain Daniel R. Lucey, de l’Université de Georgetown, avant qu’une pandémie ne se déclare avec l’apparition de nombreux cas, comme à Wuhan, il faut des mois, voire un an, pour que le virus mute et se transmette à un grand nombre.

Cui bono ?

Le but de ce genre d’article est de faire peur à ceux qui, en Occident, seraient tentés par une coopération avec la Chine, et de lui coller une image d’ennemi, notamment parmi la population et les pays où l’attachement à l’alliance avec les Etats-Unis faiblit.

Aux Etats-Unis, cet article est tombé à point nommé chez des trumpistes en quête de boucs émissaires leur permettant d’exister, en cette période où ils sont écartés du pouvoir.

Lorsque le Dr Fauci, leur cible préférée, reconduit par Biden à la direction de la lutte contre la pandémie, est venu témoigner au Congrès, le 21 mai, c’est cet article que les élus républicains ont brandi, lui demandant des comptes sur la collaboration du NIH et du NIAID, l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, avec l’Institut de virologie de Wuhan pour les expérimentations de « gain de fonction ». Le Dr Fauci répondit qu’il n’y avait eu aucune collaboration de ce type à Wuhan, et quand il y en a eu, ajouta-t-il, ce fut à l’Université de Caroline du Nord, au laboratoire de Ralph S. Baric, et non à Wuhan.

Quant à la France, le fait que cette coopération n’ait pas abouti n’empêche pas certains journaux de s’en prendre à l’initiative amicale lancée en 2004 par Jacques Chirac envers la Chine, allant même jusqu’à menacer de poursuivre les enquêtes contre ceux qui avaient participé, à l’époque, à cet effort et sont toujours actifs sur la scène politique française !

En 2015, Alain Mérieux, de l’Institut Mérieux de Lyon et illustre représentant de la tradition pasteurienne en France, démissionnait de ses fonctions à la tête du projet de P4 à Wuhan. La dernière tentative de relancer le projet, sous Hollande en 2017, prévoyait d’y envoyer 50 chercheurs français. Cela n’a jamais eu lieu. Par contre, typique des pratiques de l’Empire américain, après avoir saboté notre coopération avec la Chine, c’est lui qui a pris la place de la France à Wuhan, comme le confirment les rapports cités.

A l’heure où l’on évoque ouvertement l’usage d’armes nucléaires par l’OTAN contre ses rivaux, dont la Chine, la priorité est de rétablir la confiance. Dès le début de l’épidémie, la Chine s’est montrée prête à coopérer dans la lutte contre le virus et ses effets désastreux au niveau économique. Saisissons donc l’occasion pour le faire et enterrons cette quête stérile de boucs émissaires, par laquelle certaines puissances tentent de nous entraîner vers la guerre.


[1La classification P4 d’un laboratoire signifie « pathogène de classe 4 » et le rend susceptible d’abriter des micro-organismes très pathogènes.

[2Les zoonoses sont des maladies ou infections qui se transmettent des animaux vertébrés à l’homme, et vice versa. Les pathogènes en cause peuvent être des bactéries, des virus ou des parasites.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Ouallonsnous ? • 30/05/2021 - 03:00

    Bon article mais notoirement incomplet car il ne traite pas des recherches menées dans le laboratoire de recherches militaires de Fort Detrick aux USA et des épidémies s’étant propagées dans les états du sud des USA et d’amèrique latine en 2018 et 2019 précédant la fermeture du dit laboratoire fin 2019 .
    Un complément à cet article serait le bienvenu !

    Bonjour,

    En effet, l’idée que la Covid vient de Wuhan parce que c’est là qu’un ensemble des cas est apparu, semble-t-il en premier, est fausse. Car, avant qu’un virus, même ceux produits dans les laboratoires, mutent vers leurs victimes, les hommes, et les contaminent, il faut un certain temps, parfois des mois, voir même un an. La question de l’origine du virus, reste encore à déterminer. Cela veut dire qu’on doit enquêter partout, dans les principaux laboratoires, et notamment à Fort Detrick, dans le Maryland. D’autant plus que ce Centre qui a hébergé a d’autres époques, le commandement de la guerre biologique, a été fermé en août 2019, en raison de fuite des problèmes dangereux ! Ca pourrait être, en effet, quelque chose a traiter dans un prochain article. (C. Bierre)

    • Thierry Renaut • 01/06/2021 - 08:21

      Article effectivement très incomplet, et, on peut le dire, partisan. En effet s’il s’attache à essayer de démonter l’article de Nicholas Wade. L’auteur ne semble pas vouloir utiliser le même zèle pour s’intéresser à la personnalité du Dr Fauci, alors qu’il y a pourtant beaucoup à dire... Un petit détail journalistique qui ne trompe pas. La première fois que le nom de Nicholas Wade apparaît, c’est en gras et dans la formulation suivante : "Il s’agit d’un article publié par un « journaliste » britannique bien connu, Nicholas Wade". L’utilisation de guillemets pour le mot "journaliste" procède d’une intention claire : dire qu’il n’en est pas un, sans le dire.

    • Ouallonsnous ? • 01/06/2021 - 11:12

      Bonjour, il ne sert à rien de vouloir nous aiguiller sur des faits secondaires, il faut documenter sur les faits précédents l’apparition de la fameuse "covid", qui en toute logique ne devrait être qu’une infection virale d’origine grippale. il faut surtout enquêter sur les faits et gestes de l’entité anglo-européo-yankee à propos de la dissémination de germes pathogènes fabriqués en laboratoires et utilisés en premier pour mener une agression contre la République populaire de Chine, masqués derrière la grippe annuelle, qui elle est naturelle !


      Réponse Cbierre
      Un porte-parole du Ministère des affaires étrangères de la Chine a été le premier a dénoncer la possibilité que les Etats-Unis aient cherché à contaminer la Chine, en y envoyant, des sportifs malades aux jeux olympiques militaires d’octobre 2019. Cette analyse n’a pas beaucoup été étayé par la suite, par les responsables chinois.

      Par contre, la thèse du saut zoonotique du virus, n’est pas non plus a exclure. Et enfin, non, le coronavirus n’est pas qu’une grippette qui a été transformé en virus dangereux en laboratoire. Le SRAS était déjà une forme très dangereuse et le MERS, transmis parles chameaux, qui fait partie de la même famille, a un taux de mortalité de 30%, tout a fait naturellement ! CB

    • Thierry Renaut • 01/06/2021 - 14:07

      Votre formulation est surprenante et non neutre "il ne sert à rien de vouloir nous aiguiller sur des faits secondaires" Aucune volonté de ma part dans ce sens.... Le Dr. Fauci et sa personnalité complexe est loin d’être un fait secondaire, croyez-moi ! Ou plutôt : ne me croyez pas, mais enquêtez sans à priori.

    • Ouallonsnous ? • 02/06/2021 - 01:16

      Je suis d’accord que la personnalité du Dr Fauci est plus que sujette à caution, mais là n’est pas le sujet de l’article de Christine Bierre, mais sont sujet est l’origine de l’épidémie dite du corona virus, hors elle commence son article alors qu’elle, l’épidémie, est déjà arrivée en Chine !
      C’est "zapper" la genèse du virus qui est bien antérieure et commence d’après diverses sources quelques années avant, et non pas en Chine qui va être la première victime, mais outre Atlantique.
      C(’est à cette partie de l’existence du prétendu covid19 qu’il faut nous intéresser !

    • Ouallonsnous ? • 02/06/2021 - 21:16

      C’est à cette partie de l’existence du prétendu covid19 qu’il faut nous intéresser !

      Et c’est à ce sujet que nous attendons le début de l’article de Christine Bierre !

    • Karel Vereycken • 03/06/2021 - 22:46

      Bonjour,

      En effet, l’idée que la Covid vient de Wuhan parce que c’est là qu’un ensemble des cas est apparu, semble-t-il en premier, est fausse. Car, avant qu’un virus, même ceux produits dans les laboratoires, mutent vers leurs victimes, les hommes, et les contaminent, il faut un certain temps, parfois des mois, voir même un an. La question de l’origine du virus, reste encore à déterminer. Cela veut dire qu’on doit enquêter partout, dans les principaux laboratoires, et notamment à Fort Detrick, dans le Maryland. D’autant plus que ce Centre qui a hébergé a d’autres époques, le commandement de la guerre biologique, a été fermé en août 2019, en raison de fuite des problèmes dangereux ! Ca pourrait être, en effet, quelque chose a traiter dans un prochain article. (C. Bierre)

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

Comme nos voisins italiens, espagnols et portugais, nous devrions nous aussi participer à la « Nouvelle route de la soie » qui transforme à grande vitesse le monde ! Par-delà la frénésie des médias toujours prêts à vous vendre la peur de la Chine, vous devez comprendre la portée de cette dynamique.

En savoir plus
Notre engagement : un système de santé moderne dans chaque pays - EJC#57
20 mai
Actions
Notre engagement : un système de santé moderne dans chaque pays - EJC#57
Joycelyn Elders : seule la santé « pour tous » protégera chacun
22 mai
Partenaires
Joycelyn Elders : seule la santé « pour tous » protégera chacun
Luis Vasquez : ne l’oublions pas : vaincre la pandémie est une bataille mondiale !
24 mai
Partenaires
Luis Vasquez : ne l’oublions pas : vaincre la pandémie est une bataille mondiale !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard