Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

21 septembre - Nicolas de Cues : souveraineté nationale et dialogue des cultures Lire 18 septembre - Derrière la trahison australienne, Global Britain et le parti de la guerre Lire 18 septembre - 11 septembre et débâcle en Afghanistan Lire
AccueilNotre actuPartenaires

Zepp-LaRouche : surmonter la crise sanitaire avec la « coïncidence des opposés »

La méthode de « coïncidence des opposés » : seules une mobilisation commune pour la santé et la fin des sanctions permettront de surmonter la pandémie

Intervention de Helga Zepp-LaRouche, fondatrice et présidente internationale de l’Institut Schiller, lors de la visioconférence de l’Institut Schiller du 8 mai 2021.

Helga Zepp-LaRouche, fondatrice et présidente internationale de l'Institut Schiller.
Helga Zepp-LaRouche, fondatrice et présidente internationale de l’Institut Schiller.

Bonsoir, ou bon après-midi pour certains d’entre vous. Comme nous en avons discuté lors de la première table ronde, le monde est au bord d’une guerre – et d’une guerre potentiellement mondiale. La solution n’est pas évidente. Une discussion approfondie a montré pourquoi les Nations unies sont si importantes, du fait qu’elles n’ont aucun remplaçant pour le moment.

Cependant, la charte de l’ONU ne permet pas vraiment d’empêcher l’un des cinq membres permanents de son Conseil de sécurité de mener des politiques néfastes à d’autres pays, comme c’est le cas avec la politique de sanctions.

Que faut-il donc faire ? Existe-t-il une solution ? En tant qu’espèce humaine, sommes-nous condamnés à répéter sans cesse les mêmes erreurs ? Comme pour la Première Guerre mondiale, dans laquelle on s’est engagés les yeux fermés ? La Seconde Guerre mondiale fut en quelque sorte la conséquence logique de la Première, du fait qu’elle n’avait pas été suivie d’un ordre de paix. Parce que le traité de Versailles ne pouvait absolument pas fonctionner. Sommes-nous donc condamnés à nous engager fatalement dans une troisième guerre mondiale, à laquelle, d’après toutes nos connaissances et la nature même des armes nucléaires, il n’y aurait peut-être aucun survivant, marquant ainsi la fin de l’espèce humaine ? C’est ce que plusieurs intervenants ont évoqué : Armageddon, extinction, fin de la vie telle que nous la connaissons sur cette planète. Ces formulations ont beaucoup été utilisées ces derniers temps.

La méthode de tous les empires consiste à diviser pour régner. Créer un grand conflit géopolitique, opposant un pays à un autre, puis les manipuler comme sur un échiquier. C’est la grande partie d’échecs de Brzezinski, toute la stratégie pour battre la Russie. N’y a-t-il donc d’autre voie que d’opposer son propre intérêt à celui d’un autre ? Ne pourrions-nous trouver une méthode de réflexion permettant de surmonter une situation apparemment insoluble ?

Nous avons discuté à plusieurs reprises, lors des conférences Schiller et ailleurs, de la différence entre Aristote et Platon. Aristote dit, en gros, que si une chose est A, elle ne peut être B : cette contradiction est insurmontable.

Avec son concept d’hypothèse supérieure (ou d’hypothèse de l’hypothèse supérieure), Platon ouvrait déjà une voie sur la façon dont l’esprit humain peut se hisser à un niveau supérieur et redéfinir des solutions à travers un processus de changement.

Nicolas de Cues (et c’était le sujet d’une de nos conférences précédentes) développa la méthode de la « coïncidence des opposés », qui est l’idée que l’esprit humain, doté de créativité, peut toujours définir, quel que soit le problème, une solution qui se situe sur un plan complètement différent, à un niveau plus élevé que celui sur lequel le conflit se pose. Parce que le Un est d’un ordre plus élevé que le Multiple. C’est aussi ce que disait Einstein : n’essayez jamais de trouver une solution à un problème au niveau où il se pose. Vous devez trouver une nouvelle conception, une conception plus puissante.

Pour le Cusain, l’harmonie ne peut exister dans le macrocosme que si tous les microcosmes s’y développent – que ces microcosmes soient un être humain ou une nation. Cette harmonie ne peut se réaliser qu’à condition que chacun fasse du développement maximal de l’autre son intérêt personnel et réciproquement. De plus, le développement de tous les microcosmes est un processus de perfection, où plus l’on suscite d’épanouissement chez l’autre, plus cela se répercute sur soi, et vice versa. Il s’agit donc d’un processus de développement vers des niveaux plus élevés.

On trouve une conception similaire chez Leibniz, avec ses « monades », que je ne veux pas aborder aujourd’hui. Mais je voudrais dire quelques mots sur la façon dont Nicolas de Cues parvint à cette méthode de pensée véritablement révolutionnaire. Il en était d’ailleurs bien conscient : « Je propose maintenant une façon de penser que personne n’a jamais conçue auparavant, et c’est une façon complètement nouvelle d’aborder les choses. »

La chute de Constantinople

Le siège de Constantinople en 1453.
Le siège de Constantinople en 1453.

Cette idée lui vint à son retour de Constantinople, alors qu’il se rendait aux Conciles de Ferrare et de Florence en Italie (1437-1439). Soudainement, dit-il, il eut une pensée venant d’en haut, de Dieu, une inspiration divine. C’est ensuite qu’il développa l’idée de la coïncidence des opposés de la pensée. Il est évident que cela influença sa pensée durant toute sa vie.

Portrait de Mehmed II par le peintre vénitien Gentile Bellini (1479).
Portrait de Mehmed II par le peintre vénitien Gentile Bellini (1479).

Un peu plus tard (en 1453), la chute de Constantinople scellait le destin de l’Empire byzantin. Ce fut une bataille assez sanglante. Le jeune souverain ottoman Mehmed II s’était mis en tête de conquérir la cité. Il s’y prépara pendant deux ans, constituant une immense armée de 150 000 hommes et une flotte gigantesque. Il avait aussi développé un ingénieux système de tunnels et d’autres stratagèmes.

Le défenseur de la place, Constantin XI, ne parvint pas à mobiliser les autres forces chrétiennes pour lui venir en aide. Ne disposant que de 40 000 soldats, il était en situation d’être battu. Enfin, je vous épargne tous les aspects très intéressants de la manière dont cela se produisit, mais Constantinople tomba après de violentes batailles. Les Turcs firent irruption dans la ville. On leur assura qu’ils pouvaient y faire tout ce qu’ils voulaient pendant trois jours, et que tout ce qu’ils pilleraient leur appartiendrait définitivement.

Alors, naturellement, ils se comportèrent comme on peut s’y attendre dans ces circonstances. Et cela a dû être assez violent, beaucoup de sang a coulé, beaucoup de gens ont été tués. Beaucoup de femmes furent kidnappées et réduites en esclavage. Ce fut un désastre absolu. Lorsque l’on en eut connaissance, ce fut une vision d’horreur, comme un choc des civilisations entre le christianisme occidental et le monde musulman oriental. Des histoires horribles circulaient sur ce qui s’était passé.

De Pace Fidei

C’est en apprenant ces événements absolument terribles – ces gens massacrés, ces milliers de morts – que Nicolas de Cues appliqua cette méthode de la coïncidence des opposés et écrivit l’un des plus beaux dialogues sur la paix et la foi, le De Pace Fidei (1453).

Après avoir entendu toutes ces histoires d’horreur sur Constantinople, se dit-il, on doit trouver un moyen de résoudre le problème. Il rédige alors un dialogue socratique dans lequel 17 représentants de différentes nations et religions vont voir Dieu et lui disent :

Écoute, Logos, tu dois nous aider, car nous sommes tous en train de nous tuer en ton nom, et cela ne peut pas être ton intention. Alors, ne pourrais-tu pas nous donner quelques conseils sur ce qu’il faut faire ?

Dieu s’adresse alors à eux tous, Syriens et Italiens, et aux différentes religions, en leur disant :

Vous êtes tous des représentants de la philosophie, vous aimez la vérité car vous êtes des philosophes dans votre propre pays et vous êtes respectés pour cela. – Oui, répondent-ils, nous sommes des philosophes, absolument ! Mais que faisons-nous ? Nous ne cessons de nous battre les uns contre les autres. Peux-tu nous aider ?

Dieu leur explique alors :

En tant que philosophes, vous savez qu’il n’y a qu’une seule vérité. Et l’erreur que vous commettez est de confondre l’unique vérité, qui vient de Dieu, avec les nombreuses interprétations qui ont été faites par les prophètes. Certes, répondent-ils, nous voyons bien que la vérité de Dieu doit être une vérité plus élevée que l’interprétation des prophètes. Mais cela ne suffit pas, peux-tu nous aider encore ?

Dieu poursuit ainsi :

Vous faites l’autre erreur de mélanger cette unique vérité divine avec la tradition. Chacun d’entre vous a des traditions différentes, et elles semblent se contredire, mais la vérité est unique. Tout cela est logique, reconnaissent-ils, mais vous ne pouvez pas nous demander de retourner devant notre peuple et de lui dire qu’il doit suivre une nouvelle religion alors qu’il a versé tant de sang pour l’ancienne !

Dieu leur précise alors :

Non, je ne parle pas d’une nouvelle religion. Je parle de la seule religion qui est au-dessus des religions ; je parle de celle qui est avant toutes les autres.

Tous se déclarent d’accord avec cela et peuvent voir qu’il n’y a qu’une seule vérité, un seul Dieu et une seule religion.

En étudiant cette question il y a de nombreuses années, je me suis demandé si cela avait un sens. Existe-t-il dans les différentes religions des ressemblances de ce type ? J’examinai alors diverses philosophies comme le confucianisme, l’hindouisme, le christianisme… et en effet, je constatai qu’il existe dans chacune d’elles un principe correspondant à ce dialogue et à cette vérité unique, c’est-à-dire à l’ordonnancement légitime de l’univers, de la création divine. Dans le christianisme, on appelle cela la loi naturelle.

Dans le confucianisme, cela s’appelle la cosmologie, ou encore le « mandat du Ciel ». Dans l’hindouisme, on parle aussi de cosmologie, mais en lui donnant le nom de Sanatana Dharma, cette étincelle divine qui est en chacun de nous.

Changer notre façon de penser

Il me semble donc que la survie de l’humanité, ou son extinction en tant qu’espèce, dépend entièrement de la question de savoir si nous pouvons surmonter cette victimisation par la pensée impériale – le fameux « diviser pour régner », en nous laissant entraîner à l’hostilité envers l’autre – ou si nous pouvons éveiller en nous et chez l’autre cette qualité d’auto-développement intérieur, cohérent avec l’ordonnancement légitime de la création ?

Je pense que c’est la méthode qu’on doit absolument appliquer maintenant, d’abord pour dépasser d’une manière ou d’une autre cet affrontement géopolitique, et surtout ces politiques identitaires qui font que les clivages se multiplient de jour en jour.

Nous devons en quelque sorte découvrir en nous ce mécanisme intérieur, cette idée qui fait de nous tous des humains, appartenant à une seule et unique espèce humaine. Il me semble qu’avec cette pandémie, et le fait que nous sommes vraiment plongés dans une crise inouïe - crise morale, politique, sanitaire, militaire, crise économique, crise financière - nous devons commencer par nous rappeler ce qui nous rend vraiment humains, et le caractère sacré de chaque vie humaine sur cette planète.

Je pense que le principal levier pour changer la situation consiste à créer un système de santé moderne dans chaque pays, faute de quoi nous ne serons pas en mesure de vaincre cette pandémie.

En effet, de nouvelles souches risquent de se développer dans les pays privés d’aide, susceptibles d’anéantir tous les efforts des campagnes de vaccination dans les pays ayant eu la chance d’en disposer. Pour ma part, je pense que cette idée de créer un monde meilleur – je veux dire, un monde vraiment meilleur – doit commencer par la mise en place d’un système de santé dans chaque pays ; ce qui signifie, naturellement, qu’on doit abandonner toutes les sanctions. Nous devons installer un système de santé en Syrie, au Yémen, en Irak, en Haïti, au Mali, au Niger, dans tous les pays ! Nous en sommes capables, parce que je suis convaincue que les êtres humains ont le potentiel d’être humain : c’est cela le véritable enjeu.

Voilà ce que je voulais dire pour commencer.

Pour visionner l’ensemble de la conférence de l’Institut Schiller.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • chauvois • 22/05/2021 - 12:55

    bonjour ! L’ambiance de sacrifices, légion de paumés, même des militaires à la retraite... Le festival d’artifices de désinformation n’en finit pas de faire des ravages, la santé mentale devient un luxe, d’avoir mis ses bottes, et d’œuvrer dans dans le bouillasseux pour une cause indiscutable, aussi...Encore un super journal ce mois ci. J’ai une question a poser à propos du plan Marshall de 1947 : n’était ce pas le cheval de Troie dans la reconstruction de l’Europe ? Entre un Brestois, et un Malouin, le son de cloche n’est pas le même. Merci à vous, je milite moi aussi, autant que je peux (interdit de faire le mariole, l’orgueil rend faible) . Bien à vous.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus
Appel : changer d'approche face à la crise sanitaire mondiale
16 mai
Partenaires
Appel : changer d’approche face à la crise sanitaire mondiale
La « Coïncidence des opposés » de Cues et l'immortalité potentielle du genre humain
25 décembre 2020
Visioconférence de l’Institut Schiller
La « Coïncidence des opposés » de Cues et l’immortalité potentielle du genre humain
Notre engagement : un système de santé moderne dans chaque pays - EJC#57
20 mai
Actions
Notre engagement : un système de santé moderne dans chaque pays - EJC#57

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard