Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

17 juin - ENTRETIEN - François Asselineau : « j’ai l’esprit bâtisseur » Lire 17 juin - Candidat d’union, Biden-Poutine, complotisme - Cheminade répond à vos questions - EJC#60 Lire 16 juin - Le « dernier G7 », vu de Chine Lire
AccueilNotre actuPartenaires

Richard Black : l’immoralité criminelle des sanctions, le cas de la Syrie

18 octobre 2020. Boulangerie à Damas en Syrie.
18 octobre 2020. Boulangerie à Damas en Syrie.

Intervention lors de la viséoconférence de l’Institut Schiller du 8 mai 2021, du colonel (cr) Richard Black, ancien sénateur d’État de la Virginie occidentale et ancien chef de la division criminelle du Pentagone.

L’immoralité des sanctions, le cas de la Syrie

Je suis le sénateur Dick Black. Tout d’abord, permettez-moi de me présenter.

J’ai servi 32 ans dans l’armée ; j’ai combattu au Vietnam en tant qu’officier du corps des Marines. J’ai volé en zone de combat en tant que pilote d’hélicoptère et j’ai été touché par des tirs ennemis à quatre reprises. J’ai ensuite combattu au sol dans certains des combats les plus féroces de cette guerre. J’ai été blessé, mes deux aides « radio » ont été tués au combat, à mes côtés. C’est donc en tant que patriote américain que je viens vous parler ici. J’ai versé beaucoup de sang pour ce pays. Je veux que mon pays réussisse, mais je veux aussi qu’il soit bon et décent.

Je vais récapituler pour vous l’engagement américain dans la guerre en Syrie. 2011, c’est l’année où la guerre a commencé. Elle dure maintenant depuis 10 ans. Avant qu’elle ne se transforme en guerre à part entière, il y a eu des protestations populaires contre le régime.

La CIA envoya alors des agents du Centre d’opérations spéciales, qui entrèrent subrepticement sur le territoire souverain de la Syrie, au mépris de toutes les lois internationales. Leur mission était de diriger l’action des terroristes liés à Al-Qaïda pour renverser le gouvernement syrien.

N’oubliez pas que c’est Al-Qaïda qui a lancé les avions contre les tours jumelles du World Trade Center et le Pentagone, le 11 septembre 2001, tuant 3000 Américains dans la plus grande attaque terroriste de notre histoire.

Ce sont ces gens que la CIA organisait et commandait. Ils ont récupéré des armes de l’attaque américaine contre la Libye, qui furent acheminées de l’autre côté de la frontière, en Syrie, pour être utilisées dans une campagne délibérée et massive de viols de femmes et d’enfants. Il y eut des décapitations et des crucifixions. Des chrétiens furent littéralement cloués sur des croix. Tout cela s’est fait à l’instigation de la CIA, grâce à son financement, sa structure et son contrôle sur Al-Qaïda.

Dans le même temps, les terroristes d’Al-Qaïda ouvrirent, en certains endroits, des marchés pour y vendre des femmes et des enfants chrétiens et yézidis réduits en esclavage. Ils ont même publié des barèmes de prix, les plus élevés s’appliquant aux fillettes les plus jeunes. C’était le désir de ces terroristes de violer des petites filles. Et tout cela, hélas, avec le soutien, les armes et l’organisation fournis par les États-Unis.

En dépit de ce que nous avons fait, malgré les forces considérables mobilisées contre le régime pour le renverser, le peuple syrien rejeta l’islam wahhabite radical et se rallia à son président et à l’armée. Ils chassèrent les terroristes de la plus grande partie de la Syrie. En 2014, des élections nationales furent organisées, et le président Bachar el-Assad fut réélu à une écrasante majorité, lors d’un scrutin libre et équitable auquel ont participé les 3/4 des électeurs. Cette élection fut vérifiée par plus de 30 pays et je pense que presque tout le monde était d’accord pour dire qu’effectivement, c’était une élection complète et équitable. Il a donc remporté l’élection.

En 2015, la guerre commença à mal tourner pour les terroristes. En 2016, Al-Qaïda subit sa plus grande défaite dans la ville industrielle d’Alep. Cela ressemblait beaucoup à la défaite de Stalingrad qui marqua la fin de l’armée nazie lors de la Seconde Guerre mondiale. La perte d’Alep fut une défaite retentissante et écrasante pour Al-Qaïda et pour les forces états-uniennes qui avaient orchestré ce mouvement contre le peuple syrien.

En 2015, par frustration face à l’échec des terroristes à s’emparer du pays, le secrétaire d’État John Kerry annonça que nous allions déployer un « plan B ». Ce qu’il a dit était très vague, mais les faits contredisent toutes les promesses de Barack Obama qu’il n’y aurait jamais, de la part des Etats-Unis, d’engagement terrestre en Syrie.

Aussitôt, les États-Unis commencèrent à envoyer des troupes sur le terrain, et nous avons pris le contrôle du nord de la Syrie au détriment du gouvernement en place. C’était particulièrement important parce que cette région est le grenier à blé du pays. Elle lui fournit également le pétrole et le gaz naturel.

C’est ainsi que les ressources de la Syrie, sur lesquelles tous les habitants comptent pour leur nourriture et leur carburant, leur furent volées. Les États-Unis autorisèrent une entreprise américaine à construire une raffinerie de 150 millions de dollars et à effectuer des forages dans le nord de la Syrie pour piller son pétrole et son gaz naturel. L’objectif de tout cela était d’affamer le peuple syrien et de le faire mourir de froid en hiver.

Nous avons ensuite promulgué ce que l’on appelle les « sanctions César ». Mike Pompeo, qui était le secrétaire d’État à l’époque, annonça des mesures de pression maximale. Les États-Unis avaient trouvé un moyen pour que, même si le droit international déclare illégal d’imposer un blocus à une nation et de l’empêcher de recevoir des fournitures, à moins d’être en guerre, nous puissions passer outre.

Tout d’abord, ignorant les lois régissant les blocus, on mit en place un blocus naval. Mais au-delà, on découvrit qu’en prenant le contrôle du système bancaire qui facilite les transactions en Syrie, on pouvait effectivement l’empêcher de recevoir des fournitures médicales.

« La Syrie d'Assad commence à mourir comme l'Irak de Saddam » article de Foreign Policy.
« La Syrie d’Assad commence à mourir comme l’Irak de Saddam » article de Foreign Policy.

Je le sais, car lors de ma visite en 2016, j’ai vu des femmes mourir du cancer du sein parce qu’elles n’avaient pas accès aux médicaments de base qui auraient pu leur sauver la vie. Nous avons agi ainsi délibérément afin de créer un intense sentiment de souffrance et de désespoir.

Aujourd’hui, les gens font la queue pour un morceau de pain. Le Congrès a adopté les fameuses sanctions César, des sanctions extrêmement dures qui ont entraîné pénuries et misère. Une famine à grande échelle se répand en Syrie, les gens mouraient de froid cet hiver. Aujourd’hui, ces gens sont morts, ils ont disparu. Maintenant, la famine s’installe. C’est la principale arme utilisée par les États-Unis.

En juin dernier, une tribune libre est parue dans Politico, d’un certain Charles Lister, appelant au renversement du gouvernement syrien. L’auteur explique qu’avec la mise en œuvre des sanctions César, la misère, la famine, la criminalité et les comportements prédateurs vont encore augmenter. Et il déclare allègrement que c’est une bonne occasion pour les États-Unis d’obtenir un changement de régime en Syrie !

Je dois vous dire que je ne suis pas fier que mon pays ait créé des pénuries alimentaires, provoqué la misère et la famine, et fait mourir des enfants et des vieillards. Vous savez, la Syrie était un pays très moral, un peuple très moral, décent, indulgent, aimant. Ce sont des gens très bienveillants. Maintenant, nous forçons leurs enfants à se prostituer pour un morceau de pain afin de ne pas mourir de faim dans la rue. Ce n’est pas une chose dont l’Amérique devrait être fière, c’est ignoble.

Selon le Los Angeles Times, les sanctions ont été particulièrement sévères en ce qui concerne les fournitures médicales, rendant les médicaments pour la chimiothérapie de plus en plus difficiles à obtenir. Le Financial Times du 24 juin 2020 rapportait que le premier impact de la loi César a frappé non pas les proches du régime, mais les paysans syriens lambda, qui ont vu leur monnaie dévaluée, les prix s’envoler et les files d’attente se former devant les boulangeries.

C’est nous qui en sommes responsables, nous qui provoquons délibérément une famine de masse. Ce sont des choses dont nous avons accusé les nazis lors des procès de Nuremberg, à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Si c’était un crime pour les nazis de faire cela, ça l’est aussi pour nous. C’est ignoble, c’est méprisable. L’idée d’avoir utilisé le viol de masse comme arme de guerre est tout simplement répugnante.

Je n’aurais jamais participé ni lancé personnellement une telle action. J’ai déclaré un jour que si j’avais été présent lors du massacre de My Lai [1], au Vietnam, j’aurais pris mon fusil et j’aurais abattu le commandant de la compagnie qui en avait donné l’ordre. Je pense que ce que nous faisons ici est bien pire que le massacre de My Lai. C’est un massacre à l’échelle nationale, c’est dégoûtant, c’est odieux.

Il est temps que le peuple américain découvre ce qui se passe, découvre notre alliance étroite avec Al-Qaïda et y mette un terme.

Merci.

Visionner l’ensemble de la conférence sur le site de l’Institut Schiller.


[1Le 16 mars 1968, pendant la guerre du Vietnam, l’armée de terre américaine massacra près de 500 civils, hommes, femmes, enfants et nourrissons, dans le village de My Lai. Des femmes furent violées en groupe et leurs corps mutilés.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

La déclassification des fameuses 28 pages, un chapitre entier du rapport de la commission d’enquête bipartisane sur le 11 septembre, met en lumière l’implication de l’Arabie saoudite dans les attentats du 11 septembre 2001.

En savoir plus
Bouthaina Shaaban : en défense de la souveraineté de la Syrie
22 mai
Partenaires
Bouthaina Shaaban : en défense de la souveraineté de la Syrie
Faire cesser le génocide en Syrie et au Yémen nous oblige de changer de paradigme
18 avril
Partenaires
Faire cesser le génocide en Syrie et au Yémen nous oblige de changer de paradigme
Ukraine, Yémen, Syrie... Stoppons les assassins - EJC #53
15 avril
Déclarations
Ukraine, Yémen, Syrie... Stoppons les assassins - EJC #53
Yémen, Syrie : silence, on affame !
16 avril
Chroniques stratégiques
Yémen, Syrie : silence, on affame !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard