Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

21 octobre - LIVRES : Covid-19, la pandémie, vue du terrain Lire 19 octobre - Squid Game,
le jeu de l’oligarchie Lire
19 octobre - Et si on s’inspirait de la Chine ! Lire
AccueilNotre actuPartenaires

Quel avenir pour le Corridor économique sino-pakistanais (CPEC) ?

Intervention de Shakeel Ramay, économiste pakistanais de l’Institut du développement durable, lors de la visioconférence de l’Institut Schiller des 20 et 21 mars 2020 sur le thème : « Deux mois après l’investiture de Biden, le monde à la croisée du chemin. » Pour voir le programme complet et accéder aux liens vers les différents discours, cliquez ICI.

Quel avenir pour le Corridor économique sino-pakistanais (CPEC)

Par Shakeel Ramay
économiste, Institut du développement durable, Pakistan.

Mr Shakeel Ramay, économiste, Institut du développement durable, Pakistan.
Mr Shakeel Ramay, économiste, Institut du développement durable, Pakistan.

Bonjour à tous, bonsoir et bon après-midi, car nous échangeons entre fuseaux horaires différents.

D’abord, je tiens à rappeler que l’enjeu du CPEC dépasse le Pakistan, car ce projet a été conçu pour améliorer la connectivité au sein de la région et au-delà. Avant d’aborder les perspectives d’avenir, quelques chiffres.

De quoi parlons-nous ? Si nous regardons le plan à long terme du CPEC, conclu entre le Pakistan et la Chine en 2017, il concerne sept domaines :

  • connectivité ;
  • énergie ;
  • industries et parcs industriels ;
  • développement de l’agriculture ;
  • tourisme ;
  • moyens de subsistance de la population :
  • coopération financière.

Pour ce qui est de la première phase du CPEC, beaucoup disent : « Qu’est-ce que le Pakistan y gagnera ? » Tout d’abord, nous avons déjà pu créer 75 000 emplois, ce qui implique en réalité 75 000 familles.

Cela signifie donc qu’un très grand nombre de personnes en ont bénéficié. De plus, dans le cadre du CPEC, le Pakistan a décidé de produire plus de 10 000 MW d’électricité jusqu’en 2022. C’est absolument nécessaire, parce que si l’on se base sur 2015, il apparaît clairement qu’en raison de la pénurie d’électricité, notre pays perdait 4 à 5 milliards de dollars par an.

Quant à son PIB, il atteignait à peine 200 milliards de dollars. C’était une perte énorme. Notre industrie s’est délocalisée vers d’autres pays, car le Pakistan n’était plus en mesure de fournir aux producteurs l’électricité dont ils avaient besoin. Depuis, plus de 100 PME en ont bénéficié et les infrastructures se sont améliorées.

Il y a un secteur important dont il faut parler. En 2012, l’Autorité nationale des autoroutes du Pakistan a présenté un rapport au Parlement, indiquant que le Pakistan avait besoin de 1,2 milliard de dollars pour réhabiliter les infrastructures de transport. Rien que pour réhabiliter l’existant ! Il ne mentionnait pas le financement nécessaire pour investir dans de nouvelles infrastructures.

Cette infrastructure est devenue obsolète parce que le Pakistan a participé à la guerre contre le terrorisme. L’OTAN, les États-Unis et d’autres alliés ont fait transiter par le Pakistan tous les biens nécessaires, les munitions et tout ce dont ils avaient besoin en Afghanistan. C’était le prix à payer, diront certains. Mais malheureusement, nos alliés n’étaient pas prêts à investir au Pakistan.

Si l’on considère les secteurs d’avenir, en termes de revenus pour le Pakistan, un rapport de la Banque mondiale a identifié trois pistes majeures. En premier lieu, le Pakistan serait un bénéficiaire immédiat de l’ICR (Initiative une ceinture, une route, ou Nouvelle Route de la soie) par le biais du CPEC.

Cela se traduirait, par exemple, par une augmentation du revenu réel de 8 %. En y ajoutant certaines réformes, on atteindrait 10,8 %. Quant au bien-être général, les gains sont très substantiels. Parce qu’en s’alliant aux États-Unis, à l’OTAN et à d’autres pays européens dans la guerre contre le terrorisme, le Pakistan s’est également trouvé confronté à des problèmes liés à cette guerre, et les gains en termes de niveau de vie ont fortement diminué.

L’ICR et au CPEC apporteront donc de nouveaux progrès. Le CPEC créera 1 million d’emplois jusqu’en 2030, y compris au Pakistan. D’autres aspects de l’ICR devraient même permettre de créer 4 millions d’emplois pour les Pakistanais.

On doit aussi prendre en compte l’effet sur le commerce à l’intérieur de nos frontières. Le CPEC le ferait croître de 9,8 %. Nous parlons d’un facteur de retour de 10,81 %, dont le bénéficiaire immédiat chez nous sera la main-d’œuvre non-qualifiée.

Qu’il s’agisse de travailleurs du BTP ou d’autres travaux d’infrastructure, ce sont les moins qualifiés qui en bénéficieront.

Parlons enfin de la pauvreté. Grâce au CPEC et à l’ICR, le Pakistan sera en mesure de tirer 1,1 million de personnes de l’extrême pauvreté.

Quel serait cependant le véritable avantage ? Je le répète depuis des années : c’est le fait que le CPEC agira comme un pôle de connectivité, permettant ainsi à la Chine de se connecter également à d’autres pays.

Regardons la carte. La Chine commerce avec le monde entier. Cependant, si l’on regarde les itinéraires de transport maritime, la plus grosse partie du commerce chinois part de Shanghai, le plus grand port du monde. De là, les porte-conteneurs contournent l’Asie du Sud pour atteindre la mer d’Oman, avant de se rendre en Europe et ailleurs.

Faire partir de Shanghai tout ce qui est produit en Chine est une connectivité qui a été essentiellement mise en œuvre pour l’Arabie saoudite, le Koweït, l’Allemagne, la France et quelques autres pays.

Or, si l’on veut exporter depuis la région occidentale de la Chine, le CPEC offre d’énormes avantages. Le trajet est plus court, ce qui permet de réduire aussi bien le temps du voyage que le coût de l’énergie dépensée pour le transport. Ensuite, on évite le détroit de Malacca, un passage maritime de plus en plus encombré.

Un « CPEC+ » avec l’Afghanistan

Pourquoi avons-nous besoin du CPEC et de l’extension « CPEC+ » avec l’Afghanistan ? Quand on voit la pauvreté, le chômage et l’insécurité alimentaire aiguë, et si l’on considère les emplois à la clef, cette perspective du CPEC+ nous offre un avenir différent. Je vous rappelle qu’il y a quelques jours, le secrétaire général de l’ONU a déclaré que l’Afghanistan est au bord d’une crise alimentaire majeure.

Là encore, j’ai proposé un instrument capable de répondre aux besoins spécifiques du pays : le Fonds d’intégration économique régionale de l’Afghanistan. Pourquoi ce fonds ? Il est vrai que différentes initiatives y sont déjà à l’œuvre, comme le « Heart of Asia » ou des programmes d’investissements de la part de l’UE, des Etats-Unis, de l’Inde, de l’Iran et d’autres pays. Le CPEC+ leur fera-t-il concurrence ? Non, il s’agit clairement d’initiatives complémentaires. Le choix optimal, me semble-t-il, serait de créer le nouveau fonds pour l’Afghanistan que je propose. Il devrait venir, pour ainsi dire, « du peuple » et fonctionner sur une base politique non-partisane, sans jeux politiques ou autre chose de ce genre : il devrait être purement destiné au développement économique.

Permettez-moi d’évoquer la dimension extra-régionale du CPEC. Car, simultanément, à part une plus forte connectivité avec l’Inde, il implique d’autres acteurs. Par exemple, le « Middle Corridor » vers la Turquie. Celle-ci essaie aussi de construire son propre corridor, pour atteindre plus facilement la Chine. Cette fois encore, l’Afghanistan en fera partie. Et puisqu’il s’agit du cœur de l’Asie, dont la Turquie est un acteur central, on peut également la relier à cette région.

Le chemin de fer Khaf-Herat

La liaison ferroviaire entre Khaf et Herat.
La liaison ferroviaire entre Khaf et Herat.

Mentionnons aussi la liaison Khaf-Herat (Iran-Afghanistan), une nouvelle initiative qui a vu le jour en décembre dernier.

Il s’agit d’une ligne de chemin de fer de 225 km pour relier la ville de Khaf en Iran à Herat, en Afghanistan.

Elle peut s’insérer dans le corridor international de transport nord-sud, où elle formera un axe majeur dans la région pour tous les pays de l’Organisation de coopération économique (ECO).

Cette jonction donnerait encore plus de force au CPEC.

Le corridor Bangladesh-Chine-Inde-Mynanmar (BCIM)

Enfin, le dernier corridor qu’il faut mentionner est le corridor Bangladesh, Chine, Myanmar, Inde (BCMI), qui est le sixième corridor de l’ICR. Il part de Kunming en Chine pour aboutir à Kolkata, en Inde.

S’il voit le jour, ce sera vraiment un événement intéressant, parce que cela permettra à l’Inde d’atteindre l’Asie centrale par voie terrestre, une perspective dont elle rêve depuis longtemps.

Mais comment aller de l’avant ? Comment y parvenir ?

Je pense qu’il ne devrait pas y avoir de concurrence entre tous ces corridors. Tous les pays impliqués devraient coopérer, coopérer et coopérer. La coopération sera le seul moyen de faire réussir chacun de ces corridors. S’ils tentent de miner l’un d’eux, tous seront minés. Mais s’ils veulent les exploiter et en tirer profit, ils doivent coopérer. C’est la première chose.

Deuxièmement, ces projets ne peuvent pas concurrencer l’ICR ou le CPEC, parce qu’ils font partie du grand projet de la Chine. Dans le cadre de l’ICR, 140 pays ont déjà signé un mémorandum avec la Chine, ce qui signifie que le CPEC sera lié à d’autres projets. Mais je continue à dire que le besoin de notre époque est la coopération. Tous les pays doivent coopérer et construire des liaisons avec tous ces corridors.

On voit des signes intéressants. La Chine essaie d’investir en Iran. L’Iran offre à l’Inde des alternatives à la liaison Khaf-Herat. Or l’Iran fait également partie de l’ICR. En fin de compte, on peut dire que l’ICR et le CPEC les relieront tous.

Dernier point : il faut éviter la pression du passé. Il est certain que la civilisation chinoise a une longue histoire. La Turquie a sa propre civilisation, tout comme l’Iran. Mais cela ne doit pas peser sur les esprits. Chacune de ces civilisations a beaucoup apporté. Aujourd’hui elles doivent s’entendre et se concentrer sur l’avenir.

Dans ce scénario, le Pakistan souffre moins de ce poids historique, car il a été créé en 1947. Notre histoire en tant qu’État est donc très courte et nous n’appartenons à aucune de ces civilisations. Le Pakistan serait donc l’endroit idéal où ces anciennes civilisations peuvent se rencontrer et travailler ensemble, et pour cela, le CPEC leur offre une excellente opportunité.

Je vous remercie.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

Comme nos voisins italiens, espagnols et portugais, nous devrions nous aussi participer à la « Nouvelle route de la soie » qui transforme à grande vitesse le monde ! Par-delà la frénésie des médias toujours prêts à vous vendre la peur de la Chine, vous devez comprendre la portée de cette dynamique.

En savoir plus
Le Pakistan au coeur des Nouvelles Routes de la soie
8 avril
Partenaires
Le Pakistan au coeur des Nouvelles Routes de la soie
La Chine et le Pakistan ouvrent un corridor de développement mutuel
28 mai 2015
Actualités
La Chine et le Pakistan ouvrent un corridor de développement mutuel

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard