Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilNotre actuPartenaires

L’indispensable coopération Chine-Etats-Unis

Intervention de S.E. Huang Ping, Consul général de la République populaire de Chine à New York, lors de la visioconférence de l’Institut Schiller des 20 et 21 mars 2020 sur le thème : « Deux mois après l’investiture de Biden, le monde à la croisée du chemin. »

Pour voir le programme complet et accéder aux liens vers les différents discours, cliquez ICI.

L’indispensable coopération Chine-Etats-Unis

Par S.E. Mr l’Ambassadeur Huang Ping,
Consul général de la République populaire de Chine à New York.

S.E. Huang Ping.
S.E. Huang Ping.

C’est un plaisir de me joindre à cette vidéo-conférence organisée par l’Institut Schiller.

L’année dernière a été marquée par l’explosion de la pandémie de COVID-19. Près de 120 millions de personnes ont été infectées et plus de 2,6 millions ont perdu la vie, tandis que l’économie mondiale s’est retrouvée dans une profonde récession. À l’heure actuelle, le monde a accompli les premiers progrès dans la lutte contre la COVID-19, mais la pandémie est loin d’être terminée et la reprise économique est loin d’être atteinte.

Comme l’indique le thème de cette conférence, le monde est à la croisée des chemins. C’est un moment critique où tous les pays doivent s’unir et coopérer pour faire face ensemble aux défis.

Représentant 20 % de la population mondiale, jouant un rôle clé dans la recherche, le développement et la production de vaccins contre la COVID et appuyant depuis longtemps la coopération internationale, la Chine est un membre essentiel de la communauté mondiale dans la tâche la plus pressante qui consiste à endiguer la pandémie. En même temps, contribuant à plus de 30 % dans la croissance économique mondiale au cours des dix dernières années, la Chine est la seule économie mixte à avoir enregistré une croissance positive au cours de l’année écoulée. La stabilisation et la relance de l’économie mondiale ne peuvent pas non plus se faire sans la Chine.

Malheureusement, dans les années récentes, la Chine et le Parti communiste chinois (PCC), ont été tour à tour diabolisés, étiquetés ou stéréotypés par certains politiciens et médias occidentaux. C’est pourquoi il est essentiel que le monde comprenne et perçoive la Chine d’une manière véridique et objective. Je souhaite partager ici avec vous quelques réflexions sur la Chine, le gouvernement chinois et son parti au pouvoir.

L’histoire assagit les peuples. Si l’on remonte à l’histoire de la Chine, en particulier au début du XXe siècle, c’était l’un des pays les plus pauvres et son peuple vivait dans la misère en raison de l’oppression et des agressions étrangères.

C’est à cette époque que le PCC est né, en 1921, sous l’impulsion d’un mouvement national et international. Au cours de ces cent ans d’histoire, le PCC a permis au peuple chinois d’accomplir des réalisations réputées mondialement en établissant et en construisant une nouvelle Chine, et de contribuer fortement à la paix et à la prospérité dans le monde.

Tout d’abord, nous ne gouvernons pas de manière autoritaire, mais soutenons toujours la démocratie populaire. Le type de système choisi par un pays est déterminé par sa nature et sa réalité. Les États-Unis ont une démocratie de type américain et la Chine une démocratie de type chinois.

Copier simplement les autres pays ne peut pas fonctionner. Le système politique démocratique de la Chine n’a vu le jour qu’après l’échec du modèle démocratique occidental pour la sauver. Il est le résultat d’un développement et d’une évolution à long terme sur la base du patrimoine historique, des traditions culturelles et des pratiques économiques et sociales de la Chine.

La démocratie socialiste chinoise repose sur un système de congrès populaires, de coopération et de consultation multipartites et de gouvernance fondée sur la loi. Le parti est issu du peuple, le gouvernement est au service du peuple et le pays est dirigé par le peuple. C’est notre philosophie. Selon une enquête de l’université de Harvard, le taux de satisfaction du peuple chinois à l’égard du gouvernement central est de 93,1 %, ce qui prouve qu’il bénéficie d’un large soutien de la population.

Deuxièmement, nous ne négligeons jamais les droits de l’homme, mais donnons toujours la priorité au peuple. Dans la réalité chinoise, le droit à la subsistance et au développement est le droit fondamental de l’homme.

En même temps, nous nous efforçons d’assurer un développement global et coordonné des droits économiques et sociaux, ainsi que des droits civils et politiques. Au cours des 70 dernières années au moins, depuis la fondation de la République populaire, le PIB par habitant de la Chine est passé d’à peine 30 dollars américains à plus de 10 000.

Plus de 800 millions de personnes sont sorties de la pauvreté extrême – je pense que c’est la plus grande réussite en matière de protection des droits de l’homme. Le nombre d’individus couverts par l’assurance médicale de base a atteint 1,3 milliard. Les régions habitées par des minorités ethniques ont également connu un développement à long terme. Au cours des 60 dernières années et plus, le PIB par habitant du Xinjiang a été multiplié par près de 40, et l’espérance de vie moyenne y est passée de 30 à 72 ans.

Les droits de tous les groupes minoritaires ethniques, y compris le droit à la vie et à la liberté de religion, sont pleinement garantis et respectés. Les réalisations de la Chine en matière de développement des droits de l’homme peuvent être considérées comme un témoignage de l’histoire et du temps.

Troisièmement, nous ne restons pas figés mais cherchons constamment à nous améliorer. Au cours des dernières décennies, nous avons toujours avancé et ajusté les stratégies de développement en temps opportun, en fonction de l’évolution de la situation.

Depuis l’exigence de « se concentrer sur la tâche centrale de la construction économique » à celle de « faire du développement la priorité absolue », en passant par « la vision scientifique du développement » et « le plan global de promotion du progrès économique, politique, culturel, social et écologique dans son ensemble », l’amélioration et l’innovation de notre philosophie du développement ont à chaque fois conduit les Chinois à de nouveaux niveaux de développement.

Face aux changements de situation, nous avons mis en avant un nouveau concept de développement – innovation, coordination, écologie, ouverture et partage – qui permettra au pays d’atteindre un développement de meilleure qualité et plus durable à l’avenir. Par exemple, dans le domaine du développement vert, l’intensité carbone de la Chine a été réduite de 48,1 % par rapport à 2005, l’emploi des combustibles non-fossiles a augmenté à 15,3 % de notre consommation d’énergie et la qualité de l’air et de l’eau de presque toutes les grandes villes s’est améliorée de manière significative grâce à des actions concertées.

Quatrièmement, nous ne plaidons pas pour « la Chine d’abord », mais adoptons toujours une coopération gagnant-gagnant. Résultat naturel de la réforme et de l’ouverture de la Chine, la coopération gagnant-gagnant constitue le principe de base de la diplomatie chinoise. Le développement de la Chine consiste non seulement à apporter des avantages à son propre peuple, mais aussi à contribuer au développement du monde.

La Chine est devenue le plus grand partenaire commercial de près de 130 pays et régions, avec des importations représentant 11 % du total mondial. Elle est également l’une des économies présentant le plus haut degré d’ouverture et la plus forte amélioration de l’environnement commercial dans le monde.

Nous avons signé avec 171 pays et organisations internationales, 205 documents de coopération pour la construction conjointe de l’Initiative une ceinture, une route. Le volume total des échanges commerciaux avec ces pays a dépassé 7,8 milliards de dollars américains, et les investissements directs ont dépassé 110 milliards de dollars américains.

Enfin, nous ne sommes pas des nationalistes bornés, mais nous nous préoccupons toujours du sort commun de l’humanité. Nous aidons les pays en développement avec sincérité et bonne foi et menons activement une coopération mutuellement bénéfique avec l’étranger.

Nous défendons le multilatéralisme, soutenons l’ONU et travaillons avec la Russie, les États-Unis et d’autres acteurs concernés pour résoudre divers problèmes régionaux critiques.

Face à la pandémie, nous avons fourni une assistance à plus de 150 pays et 13 organisations internationales, fait don de vaccins anti-COVID à 69 pays en développement qui en avaient urgemment besoin et exporté des vaccins dans 43 pays. À l’ère de la mondialisation, tracer des lignes de démarcation avec l’idéologie et former des coalitions exclusives ciblant des pays spécifiques n’est pas populaire et n’a plus cours. Si la Chine a réalisé de grands progrès en matière de développement, elle reste néanmoins un pays en développement. Certains problèmes persistants de développement déséquilibré et inadéquat n’ont pas été résolus.

Il existe encore de grandes disparités de développement entre zones rurales et urbaines, entre régions et dans la répartition des revenus, tandis que la population rencontre toujours des difficultés en matière d’emploi, d’éducation, de soins médicaux, de logement et de retraites. À l’avenir, la Chine compte respecter son XIVe plan quinquennal de développement économique et social national et ses objectifs à long terme d’ici à 2035, et améliorer la qualité et l’efficacité du développement économique pour mieux répondre aux besoins de la population.

En même temps, elle met en place un nouveau paradigme de développement fondé sur la « double circulation », la circulation intérieure étant la principale, circulation intérieure et circulation internationale se renforçant l’une et l’autre, tout en favorisant l’ouverture à un niveau plus élevé, ce qui créera davantage de possibilités de coopération entre la Chine et les autres pays.

Mesdames et Messieurs, la Chine et les États-Unis sont tous deux des pays importants dans le monde. Nous gagnons à coopérer et perdons à l’affrontement. Les relations actuelles entre la Chine et les États-Unis sont à un stade déterminant. La veille du Nouvel An lunaire, le président Xi et le président Biden ont eu leur premier échange téléphonique, ce qui a montré au monde entier que les deux grands pays se sont engagés à maintenir la communication, à améliorer la compréhension et à se concentrer sur la coopération. Dans l’esprit de cette conversation téléphonique, la Chine a tenu un dialogue stratégique de haut niveau avec les États-Unis en Alaska.

Perspectives d’avenir

Je voudrais ici vous donner mon point de vue sur la prochaine étape dans les relations sino-américaines.

Premièrement, renforcer la compréhension mutuelle. L’objectif fondamental du développement de la Chine est de permettre au peuple chinois de vivre mieux. Personne n’est en mesure de refuser au peuple chinois le droit de réaliser ses rêves.

La Chine a adopté la voie du développement pacifique et n’a aucunement l’intention de défier ou de remplacer les États-Unis. Nous espérons que les États-Unis pourront considérer la Chine et ses intentions de manière objective et maintenir la bonne orientation de notre relation bilatérale.

Deuxièmement, gérer les différences. C’est tout naturel que les deux pays aient des différences. Ce qui est important est que les deux parties les gèrent correctement et ne permettent pas que leurs relations soient définies par ces désaccords. Chaque partie doit accorder une attention particulière au respect des intérêts et des principales préoccupations de l’autre partie. Les États-Unis doivent cesser d’intervenir dans les questions qui touchent à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la Chine, comme Taïwan, Hong Kong, le Xinjiang et le Tibet.

Troisièmement, renouer la coopération. Qu’il s’agisse de la lutte contre le terrorisme, de la non-prolifération, de la réponse à la crise financière ou de la lutte contre la criminalité transnationale, les domaines dans lesquels la Chine et les États-Unis ont besoin de coopérer et pourraient le faire ne cessent de s’étendre. A l’heure actuelle, nous disposons d’une grande marge de manœuvre pour coopérer dans des domaines tels que le contrôle des pandémies, la relance économique et le changement climatique. En fait, la très grande majorité des entreprises américaines présentes en Chine ont affirmé leur intention d’y rester car elles y réalisent de grands profits et y trouvent de nombreuses opportunités. Cela illustre parfaitement la volonté des deux peuples de renforcer la coopération.

Quatrièmement, rétablir les échanges courants. Les échanges de peuple à peuple constituent la base même des relations bilatérales. Ils renforcent la compréhension mutuelle et la confiance. Les deux parties devraient chacune encourager leur peuple à poursuivre les échanges et la coopération dans divers domaines tels que l’éducation, la science et la technologie, la culture, le sport et la jeunesse.

Nous espérons que l’Institut Schiller et d’autres Instituts stratégiques et organisations indépendantes pourront contribuer davantage à la consolidation des relations globales.

Mesdames et Messieurs, à la croisée des chemins de l’histoire, l’avenir de la société humaine dépend en fin de compte de nos choix. Les conflits et les affrontements ne peuvent conduire l’humanité vers un avenir radieux.

La paix et le développement restent la quête de la plupart des peuples du monde. Face à l’épineux chemin qui s’ouvre devant nous, nous assumons tous de lourdes responsabilités. Nous devons nous engager dans la bonne direction, suivre les attentes des gens et nous joindre à eux pour conduire la société humaine face aux vents contraires et la mener vers un monde plus heureux.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

Comme nos voisins italiens, espagnols et portugais, nous devrions nous aussi participer à la « Nouvelle route de la soie » qui transforme à grande vitesse le monde ! Par-delà la frénésie des médias toujours prêts à vous vendre la peur de la Chine, vous devez comprendre la portée de cette dynamique.

En savoir plus
Ouïghours : Adrian Zenz au service du China-bashing
6 avril
Xinjiang
Ouïghours : Adrian Zenz au service du China-bashing
Au « China bashing », Paris oppose l’amitié franco-chinoise
6 décembre 2019
Actualités
Au « China bashing », Paris oppose l’amitié franco-chinoise
Les perspectives prometteuses d'une coopération Chine-Mexique-Argentine
10 avril
Partenaires
Les perspectives prometteuses d’une coopération Chine-Mexique-Argentine
 Six Prix Nobel américains dénoncent la chasse aux sorcières contre la Chine
8 mars
Actualités
Six Prix Nobel américains dénoncent la chasse aux sorcières contre la Chine

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard