Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

13 janvier - L’inceste politique en France, ça suffit ! - EJC#42 Lire 7 janvier - France, Etats-Unis, Great Reset : empêchons la grande dévastation en 2021 - EJC #41 Lire 5 janvier - Visio-conférence S&P : Les enjeux du Great Reset Lire
AccueilNotre actuPartenaires

Helga Zepp-LaRouche : notre image de l’Homme, clef de voûte de l’ordre mondial post-Covid19

Voici la traduction d’une tribune de Helga Zepp-LaRouche, parue le 28 novembre 2020 dans Neue Solidarität, l’hebdomadaire de notre parti frère en Allemagne, le Büso.

Même si les grands médias font tout ce qu’ils peuvent pour « vendre » à l’opinion publique mondiale Joe Biden et les faucons qui composeront son futur cabinet, dépeignant le président Trump comme un horrible monstre populiste qui s’accroche à la théorie conspirationniste d’une fraude électorale, ils pourraient bien avoir une désagréable surprise.

Les témoignages sous serment recueillis auprès de témoins oculaires, documentant différents aspects de fraude électorale commise dans les États « charnières », finissent par constituer un faisceau concordant de preuves. Les membres des deux chambres du parlement de Pennsylvanie viennent d’ailleurs d’annoncer leur intention d’exercer leur droit constitutionnel en désignant eux-mêmes les grands électeurs de l’Etat.

Il reste de nombreuses voies permettant d’établir, dans les délais légaux, la preuve d’une fraude électorale opérée par les machines à voter de Dominion et Smartmatic, d’une ampleur suffisante pour inverser le résultat du scrutin.

Si cela se produit, le scandale sera immense et bouleversera profondément la plupart des hypothèses sur les réalités politiques contemporaines du monde transatlantique.

Il est probable qu’au cours des deux prochaines semaines, jusqu’à ce que le Collège électoral désigne formellement (le 15 décembre) le « Président élu », de nombreux aspects de la fraude électorale éclateront au grand jour, malgré l’omerta qui règne sur la question.

Non sans lien, mais touchant aux causes profondes de cette crise qui ébranle la civilisation, le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, dans son discours à la réunion annuelle du Club Valdaï, a déclaré que nous vivons une époque de chocs et de crises internationales manifestes. A l’origine de cette crise, il a évoqué le paradoxe selon lequel, d’une part, l’humanité a atteint un haut niveau de développement technologique et socio-économique, mais qu’en même temps, elle se trouve confrontée à une érosion de ses valeurs morales et de ses repères, par exemple, le sentiment que l’existence n’a plus de sens, ou que l’humanité a perdu de vue sa mission sur cette planète. Cette crise ne peut être surmontée par de simples négociations diplomatiques, ni même par une grande conférence internationale, mais elle nécessite une redéfinition complète des priorités et des objectifs. Cela doit commencer par chaque individu, chaque collectivité, chaque État, et c’est alors seulement qu’une structure globale pourra émerger. La pandémie de COVID pourrait être le point de départ d’une telle transformation.

La réponse à la pandémie touche, en effet, au cœur du problème. Le relatif succès de l’Asie et l’échec de l’Occident dans sa tentative de maîtriser la COVID-19 sont si évidents que même des journaux (allemands) à grand tirage comme le Neue Züricher Zeitung ou Die Zeit parlent de l’arrogance et de l’entêtement de l’Europe, l’empêchant de tirer les leçons de la méthode utilisée par plusieurs États asiatiques pour éradiquer la pandémie, au lieu de chercher simplement à l’endiguer grâce à des demi-mesures. Le résultat est un taux extrêmement faible de nouvelles infections et de décès en Chine, à Taïwan, au Vietnam et en Corée du Sud, tandis que la pandémie menace d’atteindre des taux de croissance exponentiels dans plusieurs États européens et aux États-Unis, provoquant un tragique débordement des capacités de soin. Quelle est la différence entre ces deux approches ?

Dès le début, le président Xi Jinping a clairement indiqué que la priorité absolue du gouvernement chinois était de sauver chaque vie et qu’il était donc particulièrement important de protéger les personnes âgées, qui sont les plus vulnérables. Après la mise en œuvre de mesures rigoureuses dès le départ – tests massifs, traçage des cas contacts, isolement strict et mise en quarantaine dans les provinces de Wuhan et Hubei – la pandémie a été maîtrisée. Dès qu’un nouveau foyer apparaissait, comme à Beijing ou Qingdao, les personnes contaminantes étaient aussitôt identifiées et isolées, grâce aux tests et au traçage, permettant ainsi de casser la chaîne de transmission du virus.

Chez les Asiatiques en général, qui ont déjà l’expérience de la lutte contre d’autres épidémies de coronavirus, notamment le SRAS et le MERS, il n’y a pas eu de rejet irrationnel, comme en Occident, envers la nécessité de porter un masque, ni de méfiance envers le traçage par téléphone mobile. Entretemps, la croissance du PIB en Chine au quatrième trimestre est remontée à 4,9 % et les gens ont retrouvé une vie sociale normale.

De la même façon, la Russie a sanctuarisé la vie humaine en tant que valeur clef de la culture et de la tradition spirituelle russes. Dans son discours de Valdaï, Poutine a souligné qu’en souvenir des dramatiques pertes humaines subies par la Russie au XXe siècle, il fallait absolument se battre pour chaque individu et pour l’avenir de chaque famille russe. Il a également souligné qu’il était dans l’essence même de la tradition russe de considérer la protection de la vie humaine comme la plus haute priorité.

C’est précisément le cœur du problème chez nous : la prétendue contradiction entre sauver des vies humaines et « la vie économique » a mené depuis longtemps à une érosion de ces valeurs qui, du moins par le passé, s’affirmaient avec force, souvent issues d’un christianisme défendant le caractère sacro-saint de la vie humaine.

Bien avant la Covid-19, la valeur de la vie humaine a été attaquée de toute part pour céder le pas au profit financier immédiat, notamment à travers la privatisation croissante des services de santé. C’est sans doute la principale raison pour laquelle l’Europe et les États-Unis se sont retrouvés si désarmés devant l’arrivée de la pandémie. Le manque de masques, d’équipements de protection, de lits d’hôpitaux, l’insuffisance des capacités de soins intensifs au début de la pandémie et la pénurie dramatique de personnel infirmier qui se poursuit à ce jour, sont l’expression de cette mutation néfaste. Il devient de plus en plus évident que le fameux modèle suédois tant vanté par certains, reposant sur la notion d’« immunité collective », a coûté la vie à un grand nombre de personnes âgées dans les Ehpad et les maisons de retraites. Au lieu d’un traitement jugé onéreux, on s’est contenté de leur donner des soins palliatifs et on les a laissées mourir.

Il n’est pas moins scandaleux qu’en Suisse, l’un des pays les plus riches du monde, après les pénuries prévisibles de soins médicaux, on parle ouvertement de triage. En Italie, même les scènes d’horreur de Bergame, au printemps dernier, où l’on voyait les cercueils s’entasser dans les rues avant d’être enlevés par l’armée, n’ont manifestement pas suffi pour préparer convenablement l’arrivée d’une deuxième vague, parfaitement prévisible, si bien que les médecins de Milan se plaignent aujourd’hui de devoir prendre des décisions qu’ils jugent indéfendables, tant d’un point de vue clinique qu’éthique.

En Allemagne, le 26 février, dans un arrêt qui marquera les annales, la Cour constitutionnelle fédérale de Karlsruhe a décrété que la loi de 2015, interdisant l’exercice commercial de l’euthanasie, violait la Loi fondamentale : étant donné que la Constitution garantit le droit de choisir sa mort, chacun doit donc pouvoir faire appel à des tiers pour l’assister dans ce but.

C’est dans cet esprit que la chaîne de télévision allemande ARD a diffusé le 23 novembre le film « Gott » (Dieu), sous forme d’émission télévisée interactive. Inspirée d’une pièce de théâtre de Ferdinand von Schirach, c’est l’histoire d’un homme de 78 ans, en bonne santé, qui ne veut plus continuer à vivre après le décès de son épouse et réclame le droit à un suicide médicalement assisté. Mise en scène comme un spectacle, cette tentative de dissiper les inquiétudes historiques de voir ressurgir la politique nazie d’extermination systématique des « bouches inutiles » , relève d’un cynisme sans précédent et s’apparente à une campagne de propagande, dans le contexte de la pandémie et des graves risques encourus par les personnes âgées et les malades. Hélas, cette propagande s’est avérée efficace puisqu’à la fin de l’émission, plus de 70 % des téléspectateurs se sont prononcés en faveur du droit au suicide assisté !

Rappelons que lors du procès de Nuremberg, le Dr Leo Alexander, conseiller médical de l’accusation, avait mis en garde contre la pensée utilitariste sous-jacente à l’euthanasie, qui s’était d’abord exprimée par des changements presque imperceptibles dans l’attitude des médecins allemands face au coût de traitement de leurs patients, rapidement catégorisés ensuite comme « des vies ne méritant pas d’être vécues ». S’engager à nouveau sur cette pente glissante, dans ce contexte de crise économique et financière sans précédent, ne peut être décrit, en Allemagne, que comme une « amnésie historique ».

Nous sommes aujourd’hui confrontés à de profonds bouleversements dans la situation stratégique, à un moment où le véritable enjeu est la guerre ou la paix, et où, surtout, les développements dramatiques aux États-Unis ne peuvent être compris que si l’on y voit l’expression d’une lutte existentielle entre le vieux paradigme du monde unipolaire, en voie de disparition, et un nouveau paradigme, engagé à bâtir un ordre mondial capable d’assurer la survie à long terme de l’humanité. Redéfinir les priorités et objectifs de la société sur laquelle doit être fondé ce nouvel ordre, telle qu’évoquée par Poutine, doit commencer par le rétablissement d’une image de l’Homme sanctuarisant l’inviolabilité de la vie humaine.

Si l’on voulait y voir une « compétition systémique » entre, d’un côté, les valeurs de la Chine et de la Russie, et de l’autre, celles de l’Occident, alors nous ferions bien de nous souvenir de notre tradition chrétienne, humaniste, si nous ne voulons pas en être les malheureux perdants.

Tout ceci sera discuté lors de la grande visioconférence internationale de l’Institut Schiller du samedi 12 et du dimanche 13 décembre 2020. Par ICI pour s’inscrire !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Santé publ.
21 février 2014
Partenaires
Euthanasie pour les mineurs en Belgique : Agora Erasmus dénonce « un jour d’infamie »
Rationnement des soins et euthanasie. Non, merci !
31 janvier 2011
Brèves
Rationnement des soins et euthanasie. Non, merci !
Euthanasie, la France à la croisée des chemins
18 janvier 2011
Politique
Euthanasie, la France à la croisée des chemins

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard