Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

18 septembre - Derrière la trahison australienne, Global Britain et le parti de la guerre Lire 18 septembre - 11 septembre et débâcle en Afghanistan Lire 18 septembre - Entretien avec Fabrice Grimal Lire
AccueilNotre actuPartenaires

Pr Schreiber : gouvernance mondiale ? La réponse de la Chine et de la Russie

Intervention à la visioconférence du 8 mai 2021 de l’Institut Schiller, du Professeur Wilfried Schreiber, directeur de recherche, World Trends Institute for International Politics, Potsdam, Allemagne.

Gouvernance mondiale, la réponse de la Chine et de la Russie

Chère Mme Zepp-LaRouche, Mesdames et Messieurs,

Le Professeur Wilfried Schreiber, directeur de recherche, World Trends Institute for International Politics, Potsdam, Allemagne.
Le Professeur Wilfried Schreiber, directeur de recherche, World Trends Institute for International Politics, Potsdam, Allemagne.

Merci beaucoup de m’avoir permis de m’adresser à vous, particulièrement en ce jour. Car le 8 mai reste pour moi une date particulière, et ce depuis mon enfance. Pour les habitants d’Allemagne de l’Est, le 8 mai a été une fête nationale pendant plus de 45 ans, en tant que jour de la reddition et de la victoire dans la Seconde Guerre mondiale, et jour de la libération de la barbarie nazie. Pour cela, tous les citoyens allemands adressent leurs sincères remerciements aux puissances victorieuses alliées. C’était la condition sine qua non d’un nouveau départ démocratique, à l’Ouest comme à l’Est.

Surtout, il ne faut pas oublier que c’est l’Union soviétique, envahie par l’Allemagne, qui a dû payer la majeure partie du bilan humain de cette victoire et de cette libération. 20 à 25 millions de citoyens de ce pays ont donné leur vie pour cela, sans parler de l’énorme dévastation de leur propre pays. Sur la route vers la capitale allemande et dans la seule bataille de Berlin, quelque 170 000 soldats soviétiques ont perdu la vie au cours des deux dernières semaines du conflit. Ils ont joué un rôle majeur pour sauver l’Allemagne des premières bombes atomiques américaines, qui étaient alors destinées à Berlin et à Dresde. C’est le plus grand acte « culturel » pour lequel nous devons remercier l’Union soviétique.

Aujourd’hui, 76 ans plus tard, la Russie est à nouveau présentée comme l’ennemi des citoyens de ce pays. Jour après jour, les grands médias déversent des flots de haine, de méchanceté et de calomnies sur ce pays et ses représentants. Les expériences du passé sont dissimulées ou déformées.

Aujourd’hui, 76 ans après la fin de la guerre, force est de constater que l’affrontement entre les grandes puissances a pris une dimension plus dangereuse que celle de la Guerre froide, compte tenu des progrès technologiques des 30 dernières années.

En particulier, depuis le début de la présidence de Joe Biden, il y a environ 100 jours, la rivalité entre les États-Unis et l’Union européenne, d’une part, et la Russie et la Chine, de l’autre, s’est intensifiée de façon spectaculaire. Il ne fait aucun doute que le début de ce processus remonte au moins à la présidence d’Obama. Les Russes et les Chinois ne sont pas non plus totalement irréprochables à cet égard.

Mais nous ne devons pas rester paralysés face aux vraies contradictions du monde actuel, nous devons aussi identifier les signaux indiquant de possibles solutions. La déclaration conjointe publiée le 24 mars par les ministres des Affaires étrangères russe et chinois à Guilin (ville chinoise), en est un exemple. C’est la première fois que la Chine et la Russie signent une déclaration politique commune de principes, adressée à l’Occident transatlantique, mais elle a à peine été remarquée par les gouvernements occidentaux.

Cette déclaration envoie deux signaux au monde occidental :

Premièrement, la Chine et la Russie remettent en question les règles du jeu géopolitiques de l’Occident, en particulier l’interprétation occidentale de la démocratie et des droits de l’homme.

Sous le slogan d’un « ordre fondé sur des règles », les modèles d’interprétation occidentaux de la démocratie et des droits de l’homme deviennent la référence du développement mondial. Cette vision se fonde sur l’image que l’Occident transatlantique se donne comme étant le summum de la civilisation humaine, auquel toutes les autres cultures, un ensemble où coexistent près de 200 nations de ce monde, doivent se subordonner.

Il faut se souvenir du politologue américain Samuel P. Huntington, qui, déjà au milieu des années 1990, dans son livre Le choc des Civilisations, qualifiait la croyance en l’universalité du monde occidental de « fausse, immorale et dangereuse ». Dans une politique de l’Occident « ne tenant pas compte des différentes valeurs culturelles », Huntington reconnut la racine des conflits entre nations de cultures différentes. C’est précisément ce qui ressort des récentes guerres dans les Balkans, le Caucase, au Moyen et au Proche-Orient.

De fait, l’absolutisation des valeurs occidentales en politique étrangère revêt un caractère missionnaire assorti d’une prétention néocolonialiste. Ce modèle de civilisation correspond à l’image de la vie de « l’homme blanc », qui a constamment exercé sa revendication mondiale au pouvoir depuis le début du XVIe siècle et tente de subjuguer le monde non européen depuis que Christophe Colomb a découvert l’Amérique. C’est, en fin de compte, du racisme structurel.

Avec la déclaration conjointe de leurs ministres des Affaires étrangères, le 24 mars 2021, la Chine et la Russie ont envoyé le signal que le temps du colonialisme et du néocolonialisme est enfin révolu. La revendication d’universalité des valeurs occidentales a été rejetée.

Cela m’amène au deuxième signal émanant de cette déclaration : l’unité du monde se reflète dans sa diversité. Et cette diversité exige une coopération et un dialogue entre les différents intérêts, au-delà des contradictions. C’est le cœur de cette déclaration, que le monde occidental ne veut pas percevoir.

Ce deuxième signal montre la solution du conflit et constitue à cet égard également une offre, une main tendue à « l’Occident ». La déclaration commune appelle

à mettre de côté les différences, en développant la compréhension mutuelle et la coopération dans l’intérêt de la sécurité commune et de la stabilité géopolitique.

Ce faisant, elle met l’accent sur « la préservation commune du système juridique international », dans lequel les Nations unies se voient attribuer le rôle central. L’engagement envers l’ONU est la quintessence de la position russo-chinoise. Il s’agit en particulier de renforcer la Charte des Nations unies, ainsi que les principes et objectifs qui y sont inscrits, à savoir l’égalité et la souveraineté de tous les peuples et États et la prise en compte de leurs caractéristiques nationales, au lieu de l’absolutisation des valeurs occidentales.

Ce ne sont pas la suprématie et le droit du plus fort qui doivent dominer l’ordre mondial, mais la responsabilité commune de toutes les nations. La déclaration fait donc référence aux membres permanents du Conseil de sécurité, qui doivent « prendre l’initiative de protéger le droit international et l’ordre mondial fondé sur celui-ci ». C’est pourquoi un sommet des membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU (P5) est également proposé.

La Russie et la Chine ne mettent nullement l’accent sur les valeurs de leurs propres culture et nation, mais veulent simplement « mener un dialogue dans ces domaines pour le bénéfice des peuples de tous les pays sur la base de l’égalité et du respect mutuel ». À la fin de la déclaration, « le dialogue en tant qu’instrument central de la politique internationale » est à nouveau explicitement souligné, « visant à unir tous les pays du monde, au lieu de servir l’affrontement ».

Nous avons besoin d’un dialogue, non pas en dépit de l’affrontement mais à cause de lui. La nécessité du moment n’est pas l’abolition de l’ONU, mais son renforcement. Malgré toutes les lacunes réelles de cette institution unique et les nombreuses tentatives pour en abuser ou la déstabiliser pour des intérêts hégémoniques, la vérité est la suivante : il n’y a aucune alternative à cette institution de la communauté internationale des nations. Et elle a également le pouvoir d’assumer ses responsabilités.

La mise en œuvre du Traité des Nations unies sur l’interdiction des armes nucléaires en témoigne : la position des États non dotés d’armes nucléaires a prévalu. Ce traité est un droit international valide depuis le 22 janvier de cette année – cependant, juridiquement valable uniquement pour les 86 États signataires. C’est un début sur lequel il faut bâtir.

Le dialogue est l’instrument central pour réduire le risque d’affrontement et construire un monde réellement multipolaire. Et l’Organisation des Nations unies est le pont que nous devons consolider pour y parvenir.

Merci.

Visionner toute la viséoconférence sur le site de l’Institut Schiller.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Vite un sommet du P5 de l’ONU pour stopper l’escalade !
22 juillet 2020
Chroniques stratégiques
Vite un sommet du P5 de l’ONU pour stopper l’escalade !
Le laboratoire P4 de Wuhan : bête noire des Anglo-Américains
24 mai
Actualités
Le laboratoire P4 de Wuhan : bête noire des Anglo-Américains
Le lanceur d’alerte des Pentagone Papers : « Ils envisagent la guerre nucléaire ! »
14 mai
Chroniques stratégiques
Le lanceur d’alerte des Pentagone Papers : « Ils envisagent la guerre nucléaire ! »

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard