Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

6 mai - Sauver la paix contre l’OTAN en 2021 - EJC#56 Lire 4 mai - Nouveau ! Spacetrain, le retour du futur : le dossier Lire 4 mai - Intervention militante à Orléans en défense de Spacetrain Lire
AccueilNotre actuPartenaires

Célébrons le 700e anniversaire de Dante Alighieri

Intervention de Liliana Gorini, présidente du mouvement italien Movisol, lors de la visioconférence de l’Institut Schiller des 20 et 21 mars 2020 sur le thème : « Deux mois après l’investiture de Biden, le monde à la croisée du chemin. »

Pour voir le programme complet et accéder aux liens vers les différents discours, cliquez ICI.

Divine comédie de Dante :
de l’enfer à la science et l’exploration spatiale

Par Liliana Gorini,
présidente du Movimento Internazionale per i Diritti Civili « Solidarietà », Italie.

Dante Alighieri, représenté ici par son ami, le peintre Giotto, chapelle du Bargello à Florence.
Dante Alighieri, représenté ici par son ami, le peintre Giotto, chapelle du Bargello à Florence.

Nous célébrons cette année le 700e anniversaire de la mort de Dante Alighieri (1265-1321).

Le poète italien permit l’émergence de la langue italienne à une époque où l’Italie n’était qu’un ensemble de cités-Etats, souvent en guerre les unes contre les autres, et où la haute société parlait un latin décadent tandis que le peuple ne parlait que des dialectes.

Comme le penseur américain Lyndon LaRouche l’a souvent souligné, l’existence d’une langue nationale est consubstantielle à celle de tout État-nation, et Dante a consciemment créé la langue italienne afin de libérer l’Italie de l’oligarchie qui dominait à l’époque, et de l’ériger en État-nation souverain.

Avant la Commedia, il a écrit De Vulgari Eloquentia, qui se moque de tous les dialectes italiens et de la façon dont l’oligarchie les utilisent pour maintenir la population dans l’ignorance et l’esclavage. Dans son De Monarchia, il présente un projet d’État-nation fondé sur le bien commun et demande à l’empereur Heinrich VII (Henri VII d’Allemagne) de libérer l’Italie des cités-États et des guerres.

Dante était donc un leader de la faction gibeline, par opposition à la faction guelfe loyale au pape Boniface VIII, un pape corrompu qui finit par exiler Dante pour son rôle politique de premier plan, l’empêchant à jamais de retourner à Florence, sa ville natale. Ainsi, Dante écrivit la Commedia pendant ses années d’exil, entre 1307 et sa mort en 1321, à Ravenne, où il est enterré.

La Divine Comédie

Sa Commedia ou Divine Comédie n’est pas seulement un chef-d’œuvre de poésie, mais aussi un traité d’histoire, de religion, de politique, d’économie et de science.

Comme le rapporte Boccace dans sa Vita di Dante (Vie de Dante), dès sa publication, elle devint très populaire dans la population, qui la lisait, la récitait et en discutait dans les églises et sur les places publiques (piazza), ce qui demeure aujourd’hui encore une tradition pour certains acteurs classiques, comme Vittorio Gassman ou Roberto Benigni, avec leur Lectura Dantis — des récitations et explications publiques de la Commedia de Dante.

Comme pour Giuseppe Verdi et ses opéras, Dante devint un héros national en tant que poète et leader politique. De nombreux aphorismes de la Commedia sont encore couramment utilisés aujourd’hui dans le langage quotidien, comme « non ti curar di lor, ma guarda e passa », version populaire de « non ragioniam di lor, ma guarda e passa » (ne parlons pas d’eux, mais regardons et passons), ou « Fatti non foste a viver come bruti ma per seguir virtute e canoscenza » (ce qu’Ulysse disait à ses compagnons : vous n’êtes pas faits pour vivre comme des brutes, mais pour suivre la vertu et la connaissance).

Cependant, Dante n’est pas seulement cher à la nation italienne, surtout en cette dernière année de souffrance à cause de la pandémie de Covid.

Enfer

La descente aux Enfers en fonction de la gravité des péchés.
La descente aux Enfers en fonction de la gravité des péchés.

Il est un exemple de ce qu’Helga Zepp-LaRouche appelle souvent un « dialogue des cultures ». Dans sa Commedia, il place dans ses « limbes » [1] le plus important scientifique arabe, le médecin et philosophe Ibn Sina (Avicenne), aux côtés de Platon et de Socrate, parmi ces philosophes qui ne pouvaient accéder au Paradis parce qu’ils n’étaient pas chrétiens, mais qui étaient justes et constituaient une référence pour le poète. Il cite Avicenne également dans son Convivio, lorsqu’il donne une description assez précise de la voie lactée.

En 1919, l’écrivain islamologue espagnol Don Miguel De Palacios publia un essai intitulé La escatologia musulmana en la Divina Comedia, où il compare le voyage de Dante dans l’au-delà à des œuvres majeures de la Renaissance arabe, dont celle d’Avicenne, dans lesquelles l’enfer est décrit de manière similaire comme un puits en forme d’entonnoir, formé de cercles concentriques (7 dans l’islam, 9 chez Dante, qui y ajoute les limbes). En citant Avicenne, Dante transmit le flambeau de la Renaissance arabe, fondée sur les anciens savants grecs et indiens, rendant possible la Renaissance européenne.

Aujourd’hui, il n’est pas inutile de visualiser son voyage de l’enfer au paradis, afin de rendre possible une nouvelle Renaissance, fondée sur la poésie et la science. En recherchant sur YouTube la vidéo du premier chant de l’Enfer, de Gassman, j’ai trouvé de nombreux commentaires de personnes ordinaires qui l’écoutaient et le relisaient, parce que pendant l’année de la pandémie de Covid, au cours de laquelle l’Italie fut presque continuellement en état d’urgence – et l’est toujours, avec 100 000 morts à déplorer – beaucoup ont compris ce que Dante voulait dire au début de la Commedia, dans son tercet d’ouverture évoquant la peur de la mort et la forêt sombre dans laquelle il se trouvait alors.

Ce sont les premiers tercets de la Commedia de Dante, où l’on aperçoit déjà la puissance et la musicalité de son langage poétique, et l’utilisation qu’il fait des onomatopées, utilisant des sons qui donnent l’idée du concept, ou du sentiment, qu’il cherche à transmettre. Dans ce cas, la peur, soulignée par les nombreux « r » roulés de « esta selva selvaggia e aspra e forte che nel pensier rinnova la paura. Tant’è amara che poco è più morte » (paura, morte, amara sont la peur, la mort, l’amertume).

Arrivé au milieu de sa vie (le poète a 35 ans), exilé, Dante est terrifié et ne sait pas comment sortir de cette forêt sombre. Heureusement, il rencontre Virgile, qu’il appelle « il sommo poeta » (le poète suprême), mais aussi « Duca e Maestro » (guide et maître), qui le guidera dans ce difficile voyage à travers l’Enfer et le Purgatoire, tandis que son guide au Paradis sera Béatrice, la « femme semblable à un ange » du Dolce stil novo.

Béatrice

Béatrice apparaît déjà dans le deuxième chant, lorsque Dante, doutant de sa capacité à parvenir au terme de ce voyage, dit « je ne suis ni saint Paul ni Énée » (saint Paul parle de son voyage au Paradis dans sa deuxième lettre aux Corinthiens, tandis que dans l’Énéide, le héros de Virgile, Énée, visite l’Hadès, le royaume des morts).

Trois femmes aideront alors Dante à surmonter ses peurs et ses doutes. La première, Béatrice, lui dit : « Io son Beatrice, che ti faccio andare » (je suis Béatrice, qui te demande de partir), la deuxième est la Madone, qui demande à Béatrice d’intercéder pour Dante auprès de sainte Lucie.

Béatrice jouera un rôle très important dans le Paradis, où elle incarne non seulement la femme ange du Dolce stil novo (« amor mi mosse, che mi fa parlare »), mais aussi la révélation de Dieu et de la science, expliquant à Dante l’astronomie ou la physique des sphères.

Dans l’Inferno, Dante découvre les grands pécheurs de son temps, dont Boniface VIII, le pape qui l’a exilé, ou encore le comte Ugolin, emprisonné avec ses enfants par un autre membre corrompu de l’Église, et qui a vu ses enfants mourir de faim en prison (épisode que Goethe a qualifié d’un des plus hauts faits de poésie et de tragédie).

Mais le chant le plus révélateur de la conception de la justice économique de Dante est sans doute le XVIIe, dans lequel il rencontre des usuriers qui, avec les sodomites, sont punis pour leurs « péchés contre la nature et le travail » (« natura ed arte »), mais ici « l’art » n’est pas entendu comme une production artistique, mais simplement comme le travail, par opposition à ce que Dante appelle « sùbiti guadagni », les gains subits, un concept dans lequel de nombreux spécialistes de Dante voient une critique très forte non seulement contre les usuriers mais aussi les spéculateurs (c’était l’époque où les grandes familles bancaires commençaient à faire de l’argent avec de l’argent, par opposition au travail).

Dans ce chant, Dante poursuit sa mise en accusation de la noblesse et de l’oligarchie florentines commencée au chant précédent. Les usuriers sont jetés dans du sable bouillant et meurent par le feu.

Dans ce cercle, Dante et Virgile rencontrent le géant à trois têtes Géryon, l’un des nombreux démons de l’Enfer, qui représente la fraude (« quella sozza immagine di frode », cette immonde effigie de la fraude). Les usuriers ont un sac d’argent avec le blason de leur famille accroché au cou, et c’est ainsi qu’il les reconnaît. S’il avait écrit la Commedia aujourd’hui, l’on retrouverait dans ce cercle des gens comme Mark Carney, George Soros, Klaus Schwab ou Mario Draghi et tous les défenseurs du Great Reset, tous brûlés par le feu dans l’éternité.

En quelques minutes, il m’est difficile de vous en dire plus sur l’Enfer et le Purgatoire, mais je peux terminer par l’ascension de Dante au Paradis, qui commence quelques jours après le dimanche de Pâques. Enlevés au ciel par une sorte de force d’attraction céleste, Dante et Béatrice visitent toutes les sphères célestes (la Lune, Mercure, Vénus, le Soleil, Mars, Jupiter, Saturne, les étoiles fixes et enfin le Primum Mobile, la cause première du mouvement, qui est Dieu lui-même).

Au cours de leur ascension, ils discutent de questions de religion, notamment du rôle de la Providence qui agit par des moyens indirects, mais aussi à travers les âmes individuelles, en dirigeant les gens de différentes manières. Ils abordent également des questions scientifiques, Béatrice expliquant, par exemple, la physique des sphères et les 9 hiérarchies des pouvoirs angéliques.

Dante parvient à maintenir quelques instants son regard vers le soleil flamboyant (la lumière du Ciel représentant Dieu) et termine le dernier chant du Paradis, et de sa Commedia, par ces belles paroles : « L’amor che move il sole e l’altre stelle » (l’Amour qui déplace le Soleil et les autres étoiles).

Et comme chez Beethoven ou Mozart, où le thème du début revient à la fin de l’œuvre, il nous rappelle le dernier vers de l’Enfer, « e quindi uscimmo a riveder le stelle » (et enfin nous sortîmes pour revoir les étoiles).

Grâce à Dante, et à sa poésie, nous comprenons que nous sortirons de l’enfer, nous sortirons de la crise pandémique, économique et sociale, si nous levons les yeux vers les étoiles.

Merci.

France : nouvelle traduction en édition de poche !

Source : France-Info

Actes-Sud, mars, 2021

11.00 x 17.60 cm

928 pages

ISBN : 978-2-330-14769-3

Prix indicatif : 13,50€
Actes-Sud, mars, 2021
11.00 x 17.60 cm
928 pages
ISBN : 978-2-330-14769-3
Prix indicatif : 13,50€

On fête cette année les 700 ans de la mort de Durante Degli Alighieri plus connu sous le nom de Dante (1265-1321). De nombreux événements rythment l’année 2021 en Italie, mais aussi en France, pour célébrer ce grand poète, considéré comme le « père de la langue italienne ».

Une occasion de se plonger dans la traduction audacieuse de La Divine Comédie signée Danièle Robert, connue pour ses traductions des grands textes d’Ovide, de Catulle ou dans un autre registre, de la poésie de Paul Auster.

L’intégrale de cette traduction, parue en grand format en trois volumes et en version bilingue, L’Enfer, Le Purgatoire, et Le Paradis, entre 2016 et 2020, est à retrouver dans un volume en format poche (Babel), publié en mars 2021.

Danièle Robert, membre de la Société dantesque de France, a consacré dix ans à la traduction de ce texte, écrit au début du XIVe siècle, qui compte plus de 14000 vers et dont la structure, très élaborée, est construite sur la base de la « tierce rime », motif inventé par Dante, que Danièle Robert décrit comme le « germe à partir duquel la structure s’épanouit en une arborescence vertigineuse ».

La traductrice, contrairement à d’autres, a choisi de respecter la structure élaborée par Dante. Cette nouvelle version, accueillie avec enthousiasme (et quelques grincements de dents de certains), permet aux lectrices et lecteurs français de goûter le souffle, l’âme en quelque sorte, de ce texte universel.

Lire la suite sur le site de France-Info.


[1Dans la religion catholique, la doctrine des limbes (du latin limbus, « marge, frange ») désigne un état de l’au-delà situé aux marges de l’enfer. Par extension, ils désignent un état intermédiaire et flou.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Le grec ancien, Platon et la Renaissance
13 février
Culture
Le grec ancien, Platon et la Renaissance
Bruegel, Pétrarque et le Triomphe de la Mort
12 avril 2020
Culture
Bruegel, Pétrarque et le Triomphe de la Mort

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard