Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

17 juin - ENTRETIEN - François Asselineau : « j’ai l’esprit bâtisseur » Lire 17 juin - Candidat d’union, Biden-Poutine, complotisme - Cheminade répond à vos questions - EJC#60 Lire 16 juin - Le « dernier G7 », vu de Chine Lire
AccueilNotre actuPartenaires

Bouthaina Shaaban : en défense de la souveraineté de la Syrie

Dr Bouthaina Shaaban, conseillère politique et média de la présidence syrienne, lors de son intervention à la conférence de l'Institut Schiller, le 8 mai 2021.
Dr Bouthaina Shaaban, conseillère politique et média de la présidence syrienne, lors de son intervention à la conférence de l’Institut Schiller, le 8 mai 2021.

Intervention, à partir de Damas, du Dr Bouthaina Shaaban, conseillère politique et média de la présidence syrienne, à la viséoconférence de l’Institut Schiller du 8 mai 2021.

Bonjour à vous tous. Je voudrais tout d’abord remercier mon amie Helga LaRouche et l’Institut Schiller, ainsi que chacun d’entre vous, pour m’avoir invitée parmi vous ce matin, sur un sujet qui me touche au cœur.

Je voudrais parler de la Syrie et de l’ordre mondial, en réfléchissant à ce qui s’est passé au cours de ces dix dernières années et en quoi cela est pertinent, à mon avis, avec le sujet que traite votre respectable conférence.

Dès le premier jour de la guerre contre la Syrie, le 15 mars 2011, nous avons eu l’impression d’affronter deux guerres en parallèle : l’une se déroulant dans les rues, avec des gens en chair et en os, commandés par des forces secrètes bien organisées qui leur donnent des instructions sur ce qu’ils doivent faire et comment le faire ; et une seconde, portant sur des concepts et des récits, visant à embrouiller le peuple syrien sur ce qui se passe dans son pays et sur l’objectif ultime de ces mouvements extraordinaires, tant dans les rues que dans les médias occidentaux.

Je me souviens que le 24 mars, les responsables locaux syriens se sont réunis avec le gouvernement syrien et ont pris de grandes décisions, censées répondre aux revendications de la rue. Le même jour, je convoquai une conférence de presse pour les médias présents à Damas. Et le peuple syrien était si heureux ce soir-là que certains sont sortis faire la fête, croyant que tous les problèmes étaient résolus. Loin de là ! La protestation des rues et la guerre médiatique contre la Syrie semblaient avoir trouvé du nouveau carburant et gagner d’autres régions du pays.

Depuis, après avoir eu accès à différentes sources, des fuites émanant de documents britanniques nous ont appris, par exemple, que le Royaume-Uni avait déniché, par l’intermédiaire de ses agents, des hommes et des femmes syriens qui furent qualifiés officiellement de « témoins oculaires ».

Après le retrait de tous les médias occidentaux et du Golfe présents sur place, dès le début des hostilités, les correspondants occidentaux durent se contenter d’informations recueillies auprès de ces « témoins oculaires », et d’un homme en particulier, résidant à Coventry, au Royaume-Uni : Rami Abdul Rahman, qui mis sur pied, pour son propre usage, une plateforme baptisée « Observatoire syrien des droits de l’homme ».

Les gouvernements occidentaux et du Golfe firent pression sur les fonctionnaires syriens pour qu’ils fassent dissidence, soudoyant certains d’entre eux pour qu’ils rejoignent l’opposition au gouvernement syrien, en leur assurant que le système politique allait tomber et disparaître d’ici une semaine ou deux.

En avril 2011, j’avais l’habitude de rencontrer les ambassadeurs américains, britanniques et français, et je leur disais que ce qu’ils étaient en train de fomenter en Syrie n’améliorerait pas la vie de la population. Au contraire, cela la rendrait bien pire, et l’Irak en est un exemple vivant.

Aujourd’hui, après la destruction qui s’est abattue sur la Syrie, tous les morts, les effusions de sang et toutes ces vies perdues, la disparition des institutions, de notre écologie et d’une partie de notre identité civilisée, il est évident pour nous que les gouvernements occidentaux, en particulier leurs services militaires et de renseignement, ont planifié, formé et envoyé des milliers de terroristes, avec l’argent des Qataris et des Émirats et le soutien de la Turquie, pour détruire la Syrie. Ils voulaient la transformer en État satellite, détruit, obéissant à leurs ordres et dont ils pourraient piller les ressources, comme ils l’ont fait avec l’Irak, la Libye et le Yémen.

En réfléchissant plus profondément sur ce point, les puissances occidentales nous ont toujours traités comme des colonisés, tirant leur opinion sur nous de ces orientalistes qui nous regardaient de haut, plutôt qu’à partir de notre réalité, de notre histoire et de nos valeurs. Pour les forces occidentales, il était important de soumettre la Syrie car, comme tout le monde le sait, c’est le « joyau de la couronne » dans le monde arabe. C’est pourquoi ils ont consacré des milliards d’argent du pétrole, aux armes et aux terroristes chargés de faire le travail à leur place.

S’étant rendus à l’évidence que c’était « mission impossible », à cause des sacrifices consentis par le peuple syrien, ils passèrent d’une guerre militaire à des mesures horribles, criminelles, coercitives et unilatérales contre le peuple syrien, illégales sur tous les plans car elles constituent une forme de punition collective contre le peuple syrien.

Une fois les principaux terroristes vaincus, les États-Unis envoyèrent leurs propres militaires pour affamer le peuple syrien et briser sa volonté.Il apparaît désormais évident, au vu de ce qui s’est passé en Irak, en Syrie, en Libye et au Yémen, que les puissances occidentales ont l’intention de détruire notre pays et de piller nos ressources. La seule bonne retombée de la guerre contre la Syrie, s’il en est une, est que la Chine et la Russie se sont unies, à plus de dix reprises, pour exercer leur double veto au Conseil de sécurité, afin d’empêcher toute nouvelle agression militaire des forces occidentales contre la Syrie.

Le cas de la Syrie a été déterminant pour mettre en évidence la nécessité d’un nouveau paradigme.

Les impertinentes sanctions adoptées par les Etats-Unis contre la Russie et la Chine, et leur ingérence flagrante dans les affaires intérieures chinoises, à travers le prétendu cas de Taïwan, de Hong Kong ou du Xinjiang, précipitent la naissance de ce nouveau paradigme. Je pense que l’une des raisons pour lesquelles le président Biden a été élu tient à la perspective de restaurer la relation transatlantique, qui a beaucoup souffert sous l’administration précédente. Mais leurs efforts n’atteindront pas le résultat souhaité, pour plus d’une raison : d’abord, la Chine est une force économique, technologique et morale ascendante, et il est certain que son alliance avec la Russie et d’autres pays permettra d’établir un système multipolaire.

Mais l’autre raison est que la guerre contre la Syrie a contribué à prouver, sans l’ombre d’un doute, que les politiques occidentales à l’égard de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Syrie, de la Libye et du Yémen ont été un échec. Le récit dont leurs décrets et leurs articles étaient inondés n’est plus crédible, et je le dis du point de vue de notre peuple : nous ne croyons plus au récit occidental.

Beaucoup de mes amis, et moi-même, étions de fervents adeptes des médias occidentaux. Aujourd’hui, plus aucun d’entre nous ne perd son temps à prendre connaissance de ce qu’ils racontent, ni quelle vérité ils tentent de dissimuler.

La crédibilité est primordiale, qu’il s’agisse d’individus, d’États ou de systèmes, et dès lors qu’elle est perdue, c’en est fini pour eux. Le dernier exemple en date est ce que l’OIAC [Organisation pour l’interdiction des armes chimiques] a fait à l’égard de la Syrie. Ceux qui s’étaient rendus sur place pour enquêter sur l’affaire [l’emploi des armes chimiques] ont donné la preuve indéniable qu’après avoir modifié les données recueillies par leur équipe, l’OIAC avait rédigé son propre rapport, mensonger, pour incriminer la Syrie. Malgré tout, ils n’en ont tenu aucun compte pour leur vote. Le perdant ici n’est pas la Syrie : c’est l’OIAC, car elle a perdu toute crédibilité aux yeux des personnes neutres et raisonnables.

Par contre, la Chine et la Russie gagnent en crédibilité aux yeux du monde, et leur traitement de la COVID-19 et de ses vaccins est un exemple clair de l’efficacité de leur approche, comparé à l’inefficacité de la plupart des pays occidentaux dans la gestion de ce fléau.

Pour nos peuples et nos pays, il est clair que le monde transatlantique est une puissance coloniale, mais ce qu’il est réellement, son mépris pour la vie humaine, la cupidité de sa classe dirigeante et la fortune détenue par quelques-uns, ainsi que les mensonges que ses médias publient pour vendre ses politiques criminelles dans le monde entier, n’ont jamais été aussi exposées qu’aujourd’hui.

Je pense que nous assistons à l’effondrement progressif de ces empires coloniaux occidentaux vieux de 500 ans, et à la montée en puissance de la destinée de l’Orient. Cependant, nous devons tous être des partenaires actifs dans la fondation de ce nouveau système mondial, en veillant à ce qu’il reflète l’ambition de l’humanité et l’espoir d’un avenir meilleur, plus sûr, plus pacifique et plus prospère.

Les efforts constants déployés par l’Institut Schiller et par chacun d’entre vous sur différentes plateformes, sont des contributions importantes à ce destin, que nous, nos enfants et nos petits-enfants attendons.

Merci beaucoup, je suis très heureuse de me joindre à vous, et merci encore de m’avoir invitée à prendre la parole dans ce forum très important.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

La déclassification des fameuses 28 pages, un chapitre entier du rapport de la commission d’enquête bipartisane sur le 11 septembre, met en lumière l’implication de l’Arabie saoudite dans les attentats du 11 septembre 2001.

En savoir plus
Bouthaina Shaaban : l'avenir de la Syrie dans le cadre d'une Nouvelle route de la soie intellectuelle
1er juillet 2016
Actualités
Bouthaina Shaaban : l’avenir de la Syrie dans le cadre d’une Nouvelle route de la soie intellectuelle
Faire cesser le génocide en Syrie et au Yémen nous oblige de changer de paradigme
18 avril
Partenaires
Faire cesser le génocide en Syrie et au Yémen nous oblige de changer de paradigme
Ukraine, Yémen, Syrie... Stoppons les assassins - EJC #53
15 avril
Déclarations
Ukraine, Yémen, Syrie... Stoppons les assassins - EJC #53
Après dix ans de guerre contre la Syrie, que faire ?
14 avril
Partenaires
Après dix ans de guerre contre la Syrie, que faire ?
Yémen, Syrie : silence, on affame !
16 avril
Chroniques stratégiques
Yémen, Syrie : silence, on affame !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard