Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

9 décembre - L’Algérie saura-t-elle contourner le piège des « révolutions de couleur » ? Lire 7 décembre - Assises de l’économie de la mer : la communauté maritime française à l’offensive Lire 7 décembre - Conférence de Jacques Cheminade, samedi 21 décembre à Le Quesnoy (59) Lire
AccueilNotre actuAnalyses

Jean Jaurès : pourquoi il faut nationaliser la Banque de France

C’est dans son article Crédit démocratique, paru le 27 juin 1892 dans La Dépêche et que nous reprenons ici au complet, que Jean Jaurès nous livre son plaidoyer pour la nationalisation de la Banque de France.

Dix ans après le krach de l’Union générale (1882), une banque qui avait failli emporter tout le système à cause de sa cupidité et de ses opérations spéculatives, rien n’avait réellement changé.

Si les grandes fortunes vivaient toujours plus dans l’opulence, le peuple était de plus en plus délaissé. Celles qui étaient des actionnaires de la Banque de France touchaient en moyenne 19 % des dividendes.

Voyant venir une explosion sociale violente Jaurès souligne avec toute sa force de conviction :

C’est dans le crédit national et démocratique,
qu’est la solution tranquille du problème social.

Pour mettre en place ce « crédit national et démocratique », Jaurès, en fonction de la situation donnée de son époque, propose quatre mesures qui ne font qu’une :

  1. Un « retour à la nation », de la Banque de France lui permettant, après avoir reconstitué un fonds de gestion qui lui est propre, d’abaisser le taux de l’escompte de 3 % à 1 %.
  2. La fin de la « règle des trois signatures » qui faisait en sorte qu’en pratique, le coût de l’argent pour l’industrie et le commerce atteignait le coût prohibitif de 10 %. En effet, jusqu’à là, tout client de la Banque de France, pour obtenir un crédit, devait réunir trois signatures : celle du tireur (la BdF), celle du tiré (le client), plus, moyennant rémunération, une troisième signature (venant d’une autre banque privée ou publique) servant de caution.
  3. La création d’un « Conseil d’escompte » dans chaque succursale de la Banque de France dont les membres, élus au suffrage universel, seront des commerçants et des industriels actifs dans le périmètre de la succursale. Ainsi, chaque Conseil d’escompte sera « chargé de l’examen des effets qu’il admettrait à l’escompte ou qu’il repousserait ». Du coup, plus besoin de troisième signature.
  4. La Banque de France sera autorisée à recevoir des dépôts en leur servant un intérêt minime, 1 % par exemple. L’encaisse de la banque étant ainsi accrue, elle pourra, sans aucun péril, développer son émission de billets et prêter à l’agriculture à un taux très bas.

Le cœur de l’argument de Jaurès reste d’une très grande actualité :

Aujourd’hui, remplacer la troisième signature, n’est pas possible, car la Banque, au lieu d’appartenir à la nation, appartient à des actionnaires, dont les plus puissants sont des banquiers ; et nous sommes dans cette situation intolérable, que la Banque, dite Banque de France, qui devrait affranchir le travail national de l’onéreuse tutelle des banquiers, appartient,
non à la France, mais aux banquiers.

Crédit démocratique

Jean Jaurès, La Dépêche, 27 juin 1892.

Qu’on me permette d’insister, à mon tour, sur la question de la Banque [de France] : c’est la plus grande question économique et sociale qui ait été posée devant la démocratie française depuis vingt ans. Tous les producteurs, agriculteurs, commerçants, industriels, ouvriers ont un intérêt de premier ordre à ce que le privilège ne soit pas renouvelé [celui d’une BdF aux mains d’actionnaires privés - nde.]. En voici les raisons, les unes immédiates et tangibles, les autres plus éloignées. Actuellement, les actionnaires fournissent un fonds de garantie de 180 millions, pour lequel ils touchent en moyenne 19 % de dividende.

Si la Banque fait retour à la nation, ce fonds de garantie (si même on le juge indispensable) pourra être constitué par l’Etat au moyen d’un emprunt à 3 %. Or, comme l’a montré M. Millerand dans son vigoureux discours, comme l’avait déjà montré M. Rouanet, dans de fortes études socialistes, la Banque pourra, dès lors, abaisser le taux de l’escompte de 3 à 1 %. C’est, pour l’industrie et le commerce, un premier bienfait très grand.

On objecte que si le taux de l’escompte est trop bas, le papier à escompter affluera, et de l’étranger même, et qu’il y aura des sorties d’or très dangereuses. Il y aurait bien les choses à répondre à cela : il suffit de remarquer que des facilités exceptionnelles d’escompte offertes au travail français développeront certainement les affaires de la France et ses exportations ; par suite, l’or rentrera dans notre pays.

Mais l’abaissement du taux de l’escompte par la Banque de France ne suffit pas : il faut arracher l’industrie et le commerce, surtout la moyenne et petite industrie, le moyen et le petit commerce, aux banquiers.

Actuellement, la Banque de France n’escompte pas le papier à deux signatures, et les industriels ou commerçants sont obligés de demander la troisième signature à des banquiers qui la leur font souvent payer fort cher. En fait, avec les frais accessoires, le commerce et l’industrie paient l’argent près de 10 %.

C’est un tribut énorme prélevé sur les affaires ; c’est un obstacle formidable au mouvement des capitaux, au développement des transactions et du travail.

Aujourd’hui, remplacer la troisième signature, n’est pas possible, car la Banque, au lieu d’appartenir à la nation, appartient à des actionnaires, dont les plus puissants sont des banquiers ; et nous sommes dans cette situation intolérable, que la Banque, dite Banque de France, qui devrait affranchir le travail national de l’onéreuse tutelle des banquiers, appartient, non à la France, mais aux banquiers.

Nouvelle Solidarité N°1/2019 - S'abonner
Nouvelle Solidarité N°1/2019 - S’abonner

Quand elle aura fait retour à la nation, la troisième signature pourra aisément être suppléée : voici comment : On instituerait, par exemple, auprès de chaque succursale de la Banque, un conseil d’escompte ; celui-ci serait élu au suffrage universel des commerçants et industriels ressortissant à cette succursale.

Ce conseil serait chargé de l’examen des effets qu’il admettrait à l’escompte ou qu’il repousserait. Il est évident qu’il admettrait le plus largement possible le papier à escompter, dans l’intérêt de ses commettants.

Mais il y aurait un frein aux imprudences et aux complaisances, car il y aurait, pour couvrir les pertes, une prime d’assurance répartie entre les industriels et commerçants, au prorata de leurs affaires avec la Banque ; cette prime varierait selon l’étendue des pertes faites par la succursale, et dès lors, les conseils d’escompte auraient intérêt à être très prudents et très consciencieux.

Si l’on objecte (c’est la seule difficulté qu’on nous ait opposée) que les commerçants et industriels seront ainsi soumis, dans une certaine mesure, au contrôle de ce conseil d’escompte, je réponds qu’ils sont bien soumis aujourd’hui au contrôle des banquiers et à leur arbitraire parfois très brutal.

Quand cette organisation du Crédit industriel et commercial sera fondée, l’escompte sera abaissé non pas de 3 à 1 %, mais de 10 à 1 % ; car, non seulement la Banque de France aura abaissé le taux actuel, mais le prélèvement des banquiers aura été aboli : Quel prodigieux essor pour les affaires ! quel élan donné à la richesse publique !

En outre, la banque de France sera autorisée à recevoir des dépôts, comme font aujourd’hui les banques privées en leur servant un intérêt minime, 1 % par exemple. L’encaisse de la banque étant ainsi accrue, elle pourra, sans aucun péril, développer son émission de billets et prêter à l’agriculture à un taux très bas, sous la caution des syndicats agricoles selon le projet de M. Méline, récemment voté par la Chambre : la Question du Crédit agricole ne peut être résolue que par la Banque de France démocratisée.

Voilà les résultats immédiats, et il faut féliciter vivement les députés socialistes et radicaux, comme M. Dumay, M. Millerand, qui combattent le renouvellement du privilège et qui demandent le retour pur et simple de la Banque à la nation. Il y a des radicaux qui accepteraient le renouvellement du privilège en imposant à la Banque des conditions nouvelles très démocratiques.

Je crois qu’il y a là une illusion. Comment obtenir qu’une Banque, appartenant à des banquiers, à des financiers, entre en lutte sérieusement, sincèrement, contre les banquiers et les financiers !

Pour que la démocratie puisse se servir à son gré, et dans l’intérêt du travail, de ce merveilleux instrument d’émancipation et d’action qui s’appelle la Banque (de France), il faut qu’elle en soit souveraine maîtresse et qu’elle n’introduise pas dans la maison même, avec des clauses en apparence rigoureuses, une oligarchie financière hostile.

Je crois que l’on sera réduit à ce dilemme : ou bien laisser la Banque aux actionnaires, aux conditions actuelles, et renouveler purement et simplement le privilège, comme le proposent, en somme, la commission et le gouvernement ; ou bien, faire décidément de la Banque une banque d’État.

Toute combinaison intermédiaire est condamnée à échouer, et tous les radicaux seront amenés à se rallier à la solution socialiste, proposée par MM. Dumay et Millerand.

Dès lors, de très vastes perspectives s’ouvriront devant la démocratie française : car, avec la Banque ainsi transformée, recevant de riches dépôts et escomptant à peu près tout le papier, avec la Caisse des dépôts et consignations où affluent les fonds des Caisses d’épargne, la nation aura une puissance financière énorme : et elle pourra racheter tous les privilèges qui pèsent à l’heure actuelle sur le travail. Ainsi, le régime socialiste pourra être inauguré sans spoliation.

Je m’explique ; à l’heure actuelle, si l’État voulait racheter les chemins de fer et les mines, il serait obligé d’emprunter [1] ; et le service des emprunts pèserait sur le travail national en général et sur les employés et ouvriers des chemins de fer et des mines en particulier, tout comme aujourd’hui le service des dividendes aux actionnaires.

Mais avec une Banque nationale, et ayant absorbé toute la puissance financière des banques privées de dépôt et d’escompte, on pourra rembourser les actionnaires des chemins de fer et des mines avec une simple émission de billets ;

Si l’on procède par degrés, il n’y aura aucune crise, aucune dépréciation du billet, car il sera soutenu par l’activité d’une circulation très étendue, accélérée par la modicité de l’escompte ; et, de plus, l’abaissement immédiat du prix des transports et du prix des charbons, et le développement soudain du bien-être des familles ouvrières dans deux grandes industries, amènerait une activité nouvelle de la consommation et du travail : et les billets émis, trouvant aisément leur emploi, ne seraient pas dépréciés.

Ainsi, peu à peu, dans toute l’étendue de la production française, les instruments de travail seraient remis, sous le contrôle de la nation, aux travailleurs associés, sans que les bénéficiaires du régime actuel soient dépouillés brutalement.

C’est dans le crédit national et démocratique, qu’est la solution tranquille du problème social. Quelle belle revanche que la discussion actuelle, pour les hommes de 1848 ! Dès qu’une grande question se pose, celle du Crédit, les vastes solutions annoncées, sous des formes diverses que l’histoire réconcilie, par les Louis Blanc et les Proudhon, sollicitent de nouveau les esprits.

Ce sont ces puissants théoriciens idéalistes, si dédaignés par une génération impuissante ou corrompue, qui seront les guides de la République de demain : c’est leur pensée réveillée qui nous sauvera à la fois de l’injustice et de la violence.

Et quelle médiocrité d’intelligence er d’âme, dans cette haute bourgeoisie industrielle et commerciale, qui raille et dédaigne les grands socialistes de 1848 ! Consultée sur la question de la Banque de France, elle conclut, par presque toutes ses chambres de commerce, au renouvellement tel quel du privilège.

Et elle ne prend pas garde qu’elle supprime ainsi le crédit agricole, et qu’elle laisse l’industrie et le commerce aux mains des banquiers ! Elle ne s’aperçoit pas qu’en empêchant la démocratisation du Crédit, elle ferme toutes les issues vers la justice pacifique !

Peut-être aussi les potentats de certaines chambres de commerce, qui, eux, ou n’ont pas besoin de crédit, ou ont le crédit à bon compte, ne sont-ils pas fâchés de maintenir à l’état de tributaires les autres producteurs.

Mais ce que la question de crédit a d’excellent pour la démocratie, c’est que tout en préparant l’émancipation des ouvriers, elle n’est pas seulement une question ouvrière. Elle intéresse aussi au plus haut degré les cultivateurs, les industriels et commerçants moyens et petits.

Toutes ces forces réunies sauront bien faire obstacle au renouvellement du privilège de la Banque de France : elles auront raison des prétentions insolentes de l’oligarchie financière, servies, dans les chambres de commerce, par l’optimisme ignorant et l’égoïsme béat de l’oligarchie bourgeoise.


[1Le même problème se pose aujourd’hui pour la renationalisation impérative des autoroutes dont le coût initial est d’au moins 14 milliards d’euros, une somme qui sera rembourse par les profits actuels après environ cinq années de fonctionnement. KV.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

S&P et Jacques Cheminade se battent depuis plusieurs décennies pour re-nationaliser la Banque de France, afin qu’elle redevienne une Banque « du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

En savoir plus
La séparation bancaire en France, éléments historiques et arguments
17 octobre 2017
Économie
La séparation bancaire en France, éléments historiques et arguments
2019 : l'année de la renationalisation de la Banque de France !
13 janvier
Hebdo militant
2019 : l’année de la renationalisation de la Banque de France !
Michel Rocard : nous n’aurions jamais dû céder sur la Banque de France
1er septembre 2008
Brèves
Michel Rocard : nous n’aurions jamais dû céder sur la Banque de France
Crédit productif et « économie dirigée », ça marchait comment en France ?
28 février 2018
Politique
Crédit productif et « économie dirigée », ça marchait comment en France ?

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard