Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

26 octobre - Débat sur Discord : Cryptomonnaies et dictature des Banques centrales Lire 23 octobre - Jacques Cheminade : Ce que signifie le rejet de mon compte de campagne de 1995 Lire 20 octobre - Débat sur Discord : Pourquoi Trump est-il un moindre mal ? Lire
AccueilNotre actuAnalyses

Covid-19 : le volontarisme, c’est pour quand ?

Une grave crise peut pousser une nation dans l’abîme ; elle peut aussi être l’occasion d’un sursaut. Si la pandémie de Coronavirus a poussé la Chine à se dépasser elle-même, pour les Occidentaux, au contraire, elle aura été un nouveau rappel, brutal et douloureux, de leur déclin économique et de leur impuissance à faire face à des crises graves. Cette pandémie pourrait-elle être le coup de pied de l’âne qui va les pousser à sortir de leur torpeur ? C’est toute la question. Après le désarroi initial, voici comment les pays occidentaux tentent timidement de rebondir face à la crise.

France

C’est seulement après un mois de confinement, et alors que les salles de réanimation de nos hôpitaux, débordés par le grand nombre de patients, risquent le naufrage, que la doctrine de lutte contre le coronavirus a bougé, même si beaucoup reste à faire : en une dizaine de jours, le port de masques ordinaires pour tous ceux qui ne sont pas contaminés, rejeté pendant de longues semaines comme inutile, a été finalement adopté, tout comme une politique de dépistage massif des populations et des solutions pour construire en France des respirateurs pour sauver les cas sévères de Covid-19.

En matière de masques, Olivier Veran, ministre de la Santé, a confirmé le 4 avril avoir commandé près de 2 milliards de masques à la Chine afin d’approvisionner toutes les personnes au contact avec les malades. Des masques ordinaires pour la population en général seront produits en France prochainement.

Pour ce qui est des tests qui avaient été jusqu’ici officiellement réservés aux personnes présentant tous les symptômes du Covid-19, ils seront étendus à une partie beaucoup plus importante de la population (20 000 par jour, puis 30 000 pour en finir à 100 000 par jour en juin). Ainsi, dans un tweet publié le vendredi 4 avril, Olivier Véran, assure que toutes les autorisations seront délivrées ce week-end pour permettre aux « laboratoires de ville, départementaux, vétérinaires, de recherche, de gendarmerie, de police » de pratiquer des tests de dépistage de Covid-19. Enfin !

Quant au nombre très limité de places disponible en réanimation dont disposait le pays, il a vite fondu face à la déferlante de malades de Covid-19. Si en remettant à plus tard des opérations chirurgicales non urgentes et en poussant les murs des bâtiments existants, la France est passée de 5 000 à environs 10 000 places, à la date d’aujourd’hui 6 800 sont déjà occupées.

Cette augmentation du nombre de lits en réanimation a été obtenue aussi grâce au déplacement de centaines de malades à travers le pays, dans des avions et des TGVs médicalisés, dans les hôpitaux ou les cliniques des régions où il y a encore des places libres et même à l’étranger. Est-ce vraiment la meilleure solution ? On a du mal à croire que le fait de trimballer des patients gravement malades soit une opération si anodine que nos responsables « Santé » le prétendent. Quid de la famille aussi, voyant un être cher partir à des centaines de kilomètres, sans bien savoir où il va et dans quelles conditions ?

Pourquoi ne pas opter pour des solutions bien plus pratiques qui ont été testées avec succès en Chine et que nous avons aussi la capacité de reproduire, telles que la construction rapide d’hôpitaux modulaires, équipés d’excellents appareils, qui pourront être démantelés une fois l’urgence passée ? L’hôpital militaire de campagne installé en Alsace, était une bonne option, bien que trop limitée. Pourquoi ne pas avoir fait appel à des entreprises françaises capables de produire des hôpitaux modulaires très vite et que le gouvernement n’a pas sollicitées ?

Enfin, sur la question des respirateurs, le gouvernement a encouragé la formation d’un consortium de 4 sociétés, Air Liquide, Schneider Electric, PSA et Valeo, pour assurer la production de 10 000 respirateurs en 50 jours. Sous la pression de la crise, Air Liquide, seul producteur en France de respirateurs, était déjà passé d’une production de 100 respirateurs/an à 500.

A Milan, la victoire jusqu’au bout

Sur cette question d’hôpitaux de campagne, l’exemple nous vient d’Italie d’abord, où un hôpital flambant neuf vient d’être installé à Milan, avec une capacité totale de 500 lits, dont 250 en réanimation, avec des équipements haut de gamme : appareils de tomodensitométrie, rayons X, unités de pression négative, chambres de décontamination, etc. Le tout pour 21 millions d’euros, assurés par des donations privées ! « Nous ne voulions pas construire un Lazaret, où des gens viennent mourir », a déclaré Guido Bertolaso, le Monsieur Coronavirus de la région de Lombardie. « Tout au contraire : nous voulions aller jusqu’au bout, jusqu’à la dernière goutte de sang, de sueur et du travail consacré, pour gagner cette guerre dramatique ». Selon les médias italiens, le Ministre de la santé Roberto Speranza entends construire deux autres hôpitaux du même type, l’un dans le centre de l’Italie, l’autre, dans le sud. Les deux seraient transformés en centres hospitaliers permanents à la fin de la crise.

Un hôpital de campagne à Berlin

L’Allemagne, bien plus riche et prévoyante, n’est pas en reste. Une initiative annoncée la semaine dernière commence à prendre forme. De hauts responsables de la Santé publique ont visité le Hall 26 de la foire de Berlin, pour voir comment un centre hospitalier de soins intensifs pour 500 patients de coronavirus pourrait y voir le jour. L’hôpital H26 prendra en partie la forme d’un hôpital militaire de campagne et les forces armées y contribueront par des équipements de qualité et leur savoir faire. Les travaux pourraient commencer avant Pâques et seraient terminés fin avril ou début mai. Un autre centre hospitalier pour 500 patients de Covid-19 serait envisagé à Berlin même. Il pourrait être prêt à la mi-mai, date à laquelle l’Allemagne attend le pic de la pandémie.

Le Ministre de l’économie de la Rhénanie-Palatinat, Volker Wissing, a aussi mis sur pied, à l’image un peu de la France, une équipe dont l’objectif sera d’organiser la production de masse des masques, respirateurs et autres équipements des unités des soins intensifs qui font largement défaut là-bas aussi. L’équipe, qui se fait appeler « Entrepreneurs aident entrepreneurs », est chargée de coordonner la production entre les entreprises déjà existantes dans ces secteurs et d’autres qui ont manifesté leur désir d’y participer. Des entreprises d’impression 3D pourront notamment produire des composants, aux côtés d’entreprises plus traditionnelles.

Aux Etats-Unis, le temps de Rosie la Riveteuse [1] est de retour

La pandémie provoquera-t-elle un effet « Pearl Harbour », poussant les Etats-Unis a revenir vers son grand passé industriel ? Rien n’est exclu. Le 31 mars, l’usine General Motors de Warren (Michigan), qui, avec 3 autres, avait été fermée en octobre dernier, mettant à pied 4000 employés, a été réouverte pour produire non plus des équipements pour les automobiles…. mais des centaines de milliers de masques contre le coronavirus ! Selon un rapport paru le 31 mars dans Detroit Free Press, « plus de 40 ingénieurs, concepteurs, clients et manufacturiers de GM ont aidé à développer des machines et des matériaux, tels que des pièces métalliques pour le nez, des élastiques, et un filtre en matériel non-tissé pour faire les masques. Ils ont aussi établi un plan pour leur production. Le 20 mars, un espace d’environ 10 000 m2 a été dégagé pour accueillir les nouveaux outils de production, et en une semaine, les premiers produits sont sortis de la chaîne de production, alors que la conversion d’une usine pour faire un nouveau produit prend d’habitude 2 mois. Le 8 avril, la production devrait être de 20 000 masques par jour et atteindra rapidement une vitesse de croisière de 50 000 par jour ».

Royaume-uni

Dernier, mais pas des moindres, le NHS Nightingale Hospital. Ce nouvel hôpital bâti par le Royaume Uni en 9 jours seulement sur le site de l’Excel Center, un hall d’expositions de l’Est de Londres, a été présenté au public le 2 avril. 500 lits de soins intensifs y ont sont déjà installés, une capacité qui peut être portée à 4 000 lits. Il précède quatre autres établissements du même type annoncés pour les villes de Birmingham, Manchester, Harrogat et Bristol, représentant au total plus de 7 000 lits.

Il s’agit d’un vrai tournant pour ce pays, qui avait laissé son système national de santé, le NHS, dépérir depuis des années.

Nous le voyons : ici et là les Occidentaux se réveillent un peu ! Pourront-ils comprendre cependant que la véritable leçon du Covid-19 est que le temps est venu de mettre fin à l’économie casino, car la santé n’est que l’un des éléments d’une économie saine et productive ?


[1Le symbole de ces millions de femmes qui, aux Etats-Unis, ont travaillé dans l’industrie de l’armement lorsque leur mari était parti au front lors de la 2ème guerre mondiale.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Approfondir

Refonder l’Europe

L’Europe n’est pas l’Union européenne (UE) ! L’UE est devenue la caricature destructrice de ce que devrait être une Europe progressant dans l’intérêt mutuel des peuples et des nations qui la composent. C’est pourquoi il faut la dissoudre.

En savoir plus
Pistes essentielles pour vaincre la pandémie de COVID-19
23 mars
Feuille de route
Pistes essentielles pour vaincre la pandémie de COVID-19
Coronavirus et laboratoires d'analyse vétérinaires : pourquoi on dépiste si peu en France
3 avril
Actualités
Coronavirus et laboratoires d’analyse vétérinaires : pourquoi on dépiste si peu en France
Covid-19 : le pont aérien de l’amitié sino-française
2 avril
Orientation stratégique
Covid-19 : le pont aérien de l’amitié sino-française
L’éclairage de Jacques Cheminade #28 - Krach boursier, coronavirus : ce qu'il faut faire
21 mars
Analyses
L’éclairage de Jacques Cheminade #28 - Krach boursier, coronavirus : ce qu’il faut faire

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard