Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

30 novembre - TRACT - Stoppons immédiatement la « désintégration » de la santé publique et le triage social Lire 30 novembre - Samedi 4 décembre, tous avec les soignants pour sauver l’hôpital public Lire 30 novembre - La dangereuse utopie d’une baisse de la consommation - Rapport RTE Lire
AccueilNotre actuAnalyses
Déclaration de Jacques Cheminade

L’Europe au défi de la City

par Jacques Cheminade

Les élections européennes auraient pu être l’occasion d’un grand débat politique sur notre avenir. Après le désastre du G20 et l’abandon en rase campagne du Nouveau Bretton Woods par Nicolas Sarkozy à Londres, le gouvernement et l’UMP ont fait en sorte de les réduire à un filet d’eau tiède. Le Parti socialiste, incapable de se donner une mission et livré à ses querelles internes, n’a rien de substantiel à proposer. Seul Debout la République, de Nicolas Dupont-Aignan, et le Front de gauche poursuivent, chacun à leur manière, le combat contre les dogmes libéraux et le traité de Lisbonne. Cependant, aucun mouvement de fond ne se lève pour dénoncer le danger immédiat d’une désintégration économique et sociale du monde dans lequel nous vivons, en traçant les perspectives pour y échapper, à la dimension du tragique de l’histoire présente. Aucun ne désigne clairement l’adversaire, l’ordre oligarchique de la City de Londres et de Wall Street, qui porte en lui les ferments de la guerre de tous contre tous et du choc des civilisations.

Pour notre part, nous n’avons pas pu présenter de liste, faute de moyens financiers dans un système électoral dominé par l’argent, ce qui ne nous empêche pas de tenter obstinément d’inspirer toutes les forces républicaines de notre pays face à l’urgence tragique des choses.

Dans le vide créé par la pusillanimité et l’absence de courage des principaux courants politiques dominant notre pays par leurs réseaux et leurs influences, trois dangers apparaissent.

Le premier, et le plus grand, est la résignation de l’opinion, entretenue par les médias et l’abrutissement de la communication par le virtuel. Un monde de l’immédiat, sans histoire et sans avenir, se substitue ainsi à l’univers de la création humaine, qui s’inspire toujours des élans passés pour transformer l’avenir. Peuplant les écrans d’images, il prive le peuple d’une parole vraie.

Le second est la tentation de la violence dans les rapports sociaux, fomentée par les extrêmes de droite et de gauche, dans la seule perspective de désigner des boucs émissaires, sans remettre en cause le système culturel qui les engendre. L’écologisme, dans ce contexte, n’est qu’une béquille pour la carrière de vieux opportunistes ou une arme pour propager le sentiment que l’homme est un prédateur de la nature, en entretenant le doute sur les créations qui ont porté son histoire.

Le troisième, manifeste dans « l’affaire Dieudonné », est la déchéance du politique dans les manipulations communautaristes. La présence de listes « antisionistes » est ainsi une sinistre farce face aux défis réels que nous lance l’histoire. En attisant le conflit israélo-palestinien en France et en alimentant un antisémitisme « populaire » qui apparaît dans les quartiers, on encourage la haine et la division, non l’égalité et la réconciliation. Faut-il rappeler une fois de plus que le but de toute politique impériale, et aujourd’hui celle de l’Empire britannique auquel M. Sarkozy s’est soumis, est de diviser pour régner, le Moyen-Orient étant, depuis l’accord Sykes-Picot de 1916, le terrain favori de ce jeu criminel ?

Il faut sortir la France, l’Europe et le monde de cette course à l’abîme, non en focalisant les choses sur de faux débats, mais en traçant la voie pour sortir de la mondialisation financière par le développement économique mutuel, et en rassemblant toutes les forces disposées à le faire, sans rejet dogmatique ni préjugé sectaire.

Notre rôle, à Solidarité et Progrès, nous le voyons (après avoir prévu ce qui se passe aujourd’hui comme une conséquence des aberrations d’hier, et proposé la perspective du Nouveau Bretton Woods) comme celui à la fois du fil de l’épée et du catalyseur face au gouffre qui s’ouvre devant nous.

Que des chefs de gouvernement socialistes ou se disant tels, comme José Luis Zapatero ou Gordon Brown, se soient prononcés pour un renouvellement de José Manuel Barroso à la tête de l’Europe, que les listes des « grands » partis soient constituées de recalés d’autres élections au suffrage universel, de ministres en déshérence ou de dirigeants à caser loin de leurs bases d’origine, ne fait qu’entretenir un terrible scepticisme, sans confrontation de différentes visions de notre intérêt commun. Les cyniques disent que la lutte des places s’est substituée à la lutte des classes ; nous disons plutôt que le désir d’occuper des créneaux avantageux s’est substitué à tout sens de mission alors que la crise balaie le monde.

Qu’on ne se plaigne donc pas des « dérives » si on ne traite pas ce qui les engendre. La République a pour mission d’extirper le mal en s’attaquant à ses causes. Lorsqu’elle ne le fait pas, le sommeil de la Raison engendre des monstres.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Yves • 09/05/2009 - 09:19

    Un système politique qui repose avant tout sur les critères financiers ; et, peut ainsi disqualifier des candidatures sur ce seul critère, est-il encore crédible ?

    C’est aussi cela que nous pouvons simplement dénoncer et refuser !

    Je propose à Mr Cheminade et S&P de mener quand même campagne et d’essayer d’enregistrer les intentions de votes. De ne pas accepter le dictat de l’argent
    en politique.

    Céder aux exigences de l’argent pour entrer en lice dans les élections, n’est pas forcément non plus très digne !

    Continuer le combat malgré cette disqualification honteuse, tragique ; c’est ouvrir des perspectives d’avenir et d’espoir.

    Ce que S&P ne cesse de proposer...

    Répondre à ce message

  • MAKHLOUFI Boualem • 08/05/2009 - 22:39

    Je trouve cet article pertinant et on ne peut plus clair.Il traite de quelquechose de primordial pour notre survie.
    Merci à Jacques Cheminade et aux militants de "Solidarité et Progrès" pour leur engagement encourageux.

    Répondre à ce message

  • Bertrand Buisson • 06/05/2009 - 13:05

    A titre indicatif, DLR a du trouver 1,5 millions d’euros pour pouvoir présenter ses listes dans les 8 régions de l’élection européenne.

    Il y a donc un tri par l’argent : les partis/listes doivent payer leur bulletins de vote (comme dans toutes les élections en France, à raison de un par électeur inscrit dans la circonscription si vous voulez être sur que tout le monde puisse trouver votre bulletin), doivent imprimer leur profession de foi (à raison de une par électeur inscrit dans la circonscription, envoyé au frais de l’Etat dans vos boite au lettre) et les affiches (une par bureau de vote et que vous devez coller vous même, et ca se chiffre en centaines et en milliers).

    A titre de comparaison, en Allemagne, le tri se fait par le militantisme : il faut récolter des signatures de citoyens pour pouvoir présenter votre liste, il n’y a qu’un seul bulletin de vote pour tous (à cocher). Pour les affiches par contre c’est la même choses qu’en france, mais il n’y a pas de panneau prédisposé par les municipalités. Il n’y a pas de profession de foi.

    Après, dans les deux cas, il reste les frais de campagne (déplacement des militants, location de salle, de matériel, impression de document de campagne, etc.)...Bienvenue dans l’univers impitoyable de la politique !

    Ne laissons pas l’adversité avoir raison de nos idées ! Militons !

    • Terry • 08/05/2009 - 19:51

      Bien que DLR presente un programme et des idées justes, il ne faut pas douter que les listes presentées sont faite pour diviser le score des mouvances nationalistes. Avec 1.5 million d’euro engagé(la liste antisioniste ne demande que 200 000 euros donc largement faisable avec un systeme de dons), quand on sait qu’il est pratiquement certain que ses listes ne depasseront nulle part les 5 % qualifiant, c’est depenser en pure perte.. qui est assez fou pour cela..? j’aimerai savoir d’ou vienne les fonds de leur campagne.
      Rappelons nous du MNR soutenu discretement par des cellules Elyseennes et par les medias (omnipresence de Megret des que l’on parlait du Front National, et disparition mediatique de celui-ci apres la scission..) pour diviser le FN.
      DLR semble être un leurre et un diviseur.
      Pour repondre aux attaques de M.Cheminade, il devrait lui apparaitre evident que sous le mot "sioniste" Soral et Dieudo entende Oligarchie/Ploutocratie. Il n’est plus temps de vouloir donner dans la respectabilité, un combat frontal doit s’engager, et ce combat ne pourra être mener que si nous agissons ensemble.

    Répondre à ce message

  • lejules • 08/05/2009 - 18:54

    "dans « l’affaire Dieudonné », la déchéance du politique dans les manipulations communautaristes. La présence de listes « antisionistes » est ainsi une sinistre farce face aux défis réels que nous lance l’histoire. En attisant le conflit israélo-palestinien en France et en alimentant un antisémitisme « populaire » qui apparaît dans les quartiers, on encourage la haine et la division, non l’égalité et la réconciliation. Faut-il rappeler une fois de plus que le but de toute politique impériale, et aujourd’hui celle de l’Empire britannique auquel M. Sarkozy s’est soumis, est de diviser pour régner, le Moyen-Orient étant, depuis l’accord Sykes-Picot de 1916, le terrain favori de ce jeu criminel ?

    Israel aurait il put exister sans l’empire britanique et sans le concours de la city et de wall street.
    le sionisme se déclare pret à porter la guerre en Iran. Peut-on parler de manipulations communautaristes. Devant un tel risque qui pourrait déclancher une 3eme guerre mondiale.

    quelques livres interressants
    "le lobby pro-israelienet et la politique étrangère américaine" (john J Mearsheimer et stephen M Walt)

    "comment le peuple juif fut inventé" par Shlomo Sand

    Les exactions du sionisme réveillent les consciences.
    http://www.dailymotion.com/user/RussellTribunalPalestine/video/x8p8wt_russell-tribunal-palestine_news

    Le défi c’est la justice !et et la vérité
    Vive les Juifs !
    vive les palestiniens !
    vive la France !

    Liberte, Egalite, Fraternite

    Répondre à ce message

  • citoyen01 • 08/05/2009 - 16:36

    Le sionisme n’est jamais que le sous produit du conglomérat anglo-américain.
    Derrière ce terme on doit y voir l’atlantisme et tout ce qui en découle ; hors, le terme "sionisme" est plutôt connu du grand public pour être associé au judaïsme et en insistant là dessus, cela pourrait donner lieu à un amalgame peu souhaitable, voire dangereux.
    Bon courage à S&P

    Répondre à ce message

  • rycky01 • 08/05/2009 - 16:14

    et bien M. Cheminade ce texte étonnant que vous avez publié fait appel aux vécus des peuples et que l’histoire écrite ne souligne que par des chiffres,faire prendre conscience des véritables problèmes,c’est risquer de ce heurter a l’incompréhension et faire le jeu de ces manipulateurs.
    pour moi, j’espère avoir compris votre pensée.

    Répondre à ce message

  • seven75 • 08/05/2009 - 15:55

    Cette liste n’est pas seulement antisioniste, elle critique aussi l’atlantisme (qui y est souvent lié) et le mondialisme par extension.

    Le chantage à l’antisémitisme, Jacques Cheminade, comme tous ceux qui dénoncent l’oligarchie financière, y a eu droit aussi, il a oublié l’histoire de la paire de claques ?

    Un des messages de cette liste, c’est de montrer que beaucoup de Juifs en Europe sont patriotes et contre le sionisme, qu’il faut savoir cibler les vrais coupables.

    Nous sommes d’accord. Ne nous déchirons pas, c’est ce qu’ils veulent.

    Répondre à ce message

  • Hautecloque • 08/05/2009 - 11:40

    Il est vraiment étonnant de lire de votre part cette attaque en règle sur la liste Dieudonné-Soral !!!! Je dois avouer que je ne m’attendais pas à cela connaissant les déclarations de Lyndon Larouche.
    Si vous ne participez pas aux éléctions, prenez en à vous mêmes uniquement.
    Votre "passage de pommade" à Debout la République et votre attaque simultanée sur cette liste antisioniste sentent l’aigreur et le besoin de gagner en "respectabilité" au détriment d’un véritable courage politique.
    Quand je lis votre article et que vous osez insister sur les accords Sykes Picot et qu’à coté de cela vous traitez l’antisionisme de sinistre farce, je dois avouer Mr Cheminade que vous ne m’aviez pas habitué à une telle "tartufferie".

    Un ex soutien de S&P (qui deviendra certainement Standard and Poors avec un peu d’effort)

    Répondre à ce message

  • Bertrand Buisson • 08/05/2009 - 10:47

    Attaquer un communautarisme pour lutter contre le communautarisme, je trouve cela pas très stratégique et un peu opportuniste.

    Et certains, sans être contre les juifs, se laissent un peu trop persuader que le sionisme est la cause de tous les maux. C’est céder à la facilité, politique et intellectuelle, pour ne pas aller voir la dimension supérieur et complexe du conflit israélo-palestinien.

    Nous ferions mieux de discuter ici de cette partie de la déclaration de Cheminade :

    "Faut-il rappeler une fois de plus que le but de toute politique impériale, et aujourd’hui celle de l’Empire britannique auquel M. Sarkozy s’est soumis, est de diviser pour régner, le Moyen-Orient étant, depuis l’accord Sykes-Picot de 1916, le terrain favori de ce jeu criminel ?"

    Répondre à ce message

  • Grandghana • 08/05/2009 - 02:17

    Je rejoins les commentaires qui précèdent le mien. Il est pitoyable que vous suiviez la meute de chiens qui courrent après Dieudonné. Feriez vous finalement partie de l’Establishment ?

    Votre "analyse" sur le pourquoi de ce mouvement impulsé par Dieudonné est soit incomplète soit imparfaite. Qualifier ce mouvement de "farce" témoigne d’un profond mépris. Je ne pensais pas trouver ce genre d’attitude chez vous.

    Que vous le vouliez ou non le problème de fond sur cette planète est le sionisme. Tant qu’on ne décidera pas de lutter de front, et cela commence par appeler un chat un chat, on tournera en rond. Or il y a urgence.
    Je suis certain que dans quelques temps, quelques années ou dizaines d’années lorsque nous viendrons à bout de l’Empire, les leaders tels que Dieudonné ou Soral (ou encore Meyssan) seront reconnus à leur juste valeur : des Résistants. Les véritables Justes.
    J’avais eu un jour un échange houleux avec un de vos partisans dans la rue. Il pensait que votre mouvement détenait la vérité et connaissait les solutions aux problèmes. Je lui avais rétorqué que 1/ vous étiez à côté de la plaque au niveau du diagnostic en rejetant la "théorie du complot" mené par les sionistes 2/ vous faisiez fausse route en pensant que la résolution des problèmes s’établiraient en demeurant dans le paradigme actuel.
    Votre article de ce jour confirme ma vision. C’est bien dommage. Je vous pensais plus intelligent et ouvert. Perdu !

    Bien cordialement

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard