Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilNotre actuActions
A SIGNER

Appel en défense de Spacetrain

Faisons de la voie de l’aérotrain un levier du futur !

Vous voulez creuser le sujet ? Commandez notre dossier "Spacetrain, le retour du futur"...

Appel
EN DEFENSE DE SPACETRAIN

A l’attention de Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier ministre, Messieurs les membres du gouvernement et Madame Régine Engström, Préfète du Loiret et de la région Centre-Val de Loire.

Cet appel a également été transmis aux membres des commissions en charge de l’aménagement du territoire et du développement durable, aussi bien de l’Assemblée nationale que du Sénat, tout comme ceux du Conseil économique, social et environnemental (CESE).

Nous, élus, responsables et simples citoyens,

CONSTATANT :

  • que la crise de la Covid nous rappelle l’urgence de relocaliser notre industrie ;
  • que la crise économique qui nous frappe se paie déjà en faillites et chômage ;
  • qu’un plan de relance de 100 milliards est censé moderniser notre économie et « investir dans le futur » ;
  • que les impératifs écologiques imposent de développer des transports en commun efficaces et moins polluants.

CONSTATANT que la start-up française Spacetrain, installée près d’Orléans, développe, sur ses propres fonds, un nouveau type de transport inspiré des travaux de Jean Bertin : un train à grande vitesse sur coussin d’air fonctionnant à l’hydrogène, alternative crédible à l’avion et à la voiture ;

Pour ouvrir ce fichier pdf, cliquez sur l'image.
Pour ouvrir ce fichier pdf, cliquez sur l’image.

CONSTATANT que ce type de transport permettrait de « reconnecter » nos territoires en désenclavant bon nombre de villes petites et moyennes. En effet, construire une ligne TGV reliant Paris au Havre n’a pas de sens car vu son poids, il n’atteindrait jamais sa vitesse optimale, alors que le Spacetrain pourrait relier ces deux villes en moins de 20 minutes. En réduisant ainsi les distances, grâce à la vitesse, l’aménagement du territoire s’en trouvera favorisé et du même coup, la productivité des activités humaines. De plus, construire ces nouvelles voies permettrait de libérer le réseau ferroviaire existant pour le transport de marchandises, condition indispensable pour faire reculer le « tout routier » dont on connaît les méfaits.

CONSTATANT que bien que Spacetrain remplisse toutes les conditions pour obtenir le plein soutien des pouvoirs publics, on ne cesse de lui dresser des obstacles. Depuis des années, cette start-up a frappé à toutes les portes pour obtenir la possibilité d’utiliser temporairement quelques kilomètres de l’ancienne voie de l’aérotrain, au nord d’Orléans. On s’est borné à lui répondre « soyez d’abord rentable », alors que 80 % des startups développant des technologies de rupture ne le sont pas.

CONSTATANT que le 15 février, la préfecture du Loiret a annoncé pour plus d’un million d’euros de travaux de sécurisation sur l’ancienne voie de l’aérotrain, comme le réclame le rapport de mars 2017 du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD). C’est une bonne chose, mais on peut craindre qu’il s’agisse de la première phase du projet souhaité par Ségolène Royal, visant à faire des vestiges de l’aérotrain, non pas un levier du futur, mais un parcours de promenades vertes, un parc à thème et un musée pour nostalgiques.

Face à cela, nous disons STOP ! Ne nous trompons pas d’époque ! La France a besoin d’industrie et de transports modernes. Ne pas permettre à Spacetrain d’utiliser cette infrastructure équivaut à prononcer sa condamnation à mort, à moins de s’exiler dans un pays plus accueillant lui offrant un avenir.

Nous soussignés, vous demandons, sans autre préoccupation que celle du bien commun, de tout faire pour que la société Spacetrain, ou toute autre société de même nature, puisse emprunter temporairement et dans de bonnes conditions l’ancienne voie d’essai de l’aérotrain, afin de mettre au point les nouveaux modes de transport dont notre pays et le monde ont tant besoin.

PREMIERS SIGNATAIRES :

  • Jean-Pierre LUMINET, astrophysicien, CNRS, Marseille (13) ;
  • Laurent BERTIN, publicitaire, Charleville-Mézières (08) ;
  • Georges BÉRIACHVILI, pianiste, musicologue, Paris (75) ;
  • Jean-Luc SALANAVE, scientifique, industriel, professeur à l’Ecole Centrale, Antony (92) ;
  • Marc Gabriel DRAGHI, juriste, Dijon (21), Paris (75) ;
  • Sylvain BARON, écrivain, Les Décrocheurs, Paris (75) ;
  • Pierre-Henri LEROY, Ethique et investissement, Paris (75) ;
  • Jean-Loup CHIROL, réalisateur, Paris (75) ;
  • Jacques CHEMINADE, président de Solidarité & Progrès ;
  • Guillaume VIDELOUP, écrivain, chercheur indépendant, Avranches (50) ;
  • Philippe BUCHEZ, maire d’Eclaires (51) ;
  • Eugène PEREZ, maire de Chamouilley (52) ;
  • Jean-Marie MANGIN, retraité agricole, maire de Varmonzey (88) ;
  • Pierre LACOMME, maire de Montadet (31) ;
  • Fanny BOCQUET, conseillère municipale et communautaire, co-présidente du groupe UN HAVRE CITOYEN, Le Havre (76) ;
  • Jean-Pierre KOEGLER, ancien maire de Miéry (39) ;
  • Arnold VOILLEMIN, ancien adjoint au maire de Livry Gargan (93) ;
  • Julie PEREA, ancienne candidate aux municipales, Poussan (34) ;
  • Alain CORVEZ, consultant relations internationales, Paris (75) ;
  • Etienne DREYFUS, agent de sécurité, Villethierry (89) ;
  • Karel VEREYCKEN, directeur de publication, vice-président Solidarité & Progrès (95) ;
  • Christine BIERRE, rédactrice-en-chef, Nouvelle Solidarité (95) ;
  • Fabrice LEYCURAS, Saint-Père-sur-Loire (45) ;
  • Armand GIAGNACOVO, Clavier (province de Liège), Belgique ;
  • Jérémy DACIW, Consultant IT, Paris (75) ;
  • Benjamin BAK, militant S&P, Epinay-sur-Seine (93) ;
  • Jean-Jacques REVEILLAT, Le Merevillois (91) ;
  • Charles VINCENT, Caen (14) ;
  • Damien DROUART, Angicourt (60) ;
  • Michel CHIAFFI, ingénieur, Clermont (60) ;
  • Stevie PETIT, La Source (45) ;
  • Philippe CHATRIOT, technicien SAV, Grandpuits (77) ;
  • Regis BOUDET, Assistant Contrôleur de Gestion, La Chapelle-Saint-Mesmin (45) ;
  • Johanna CLERC, ingénieure forestière, Epinay-sur-Seine (93) ;
  • Bruno ABRIAL, assistant d’éducation, Boulogne-Billancourt (92) ;
  • Sébastien PERIMONY, directeur du site l’Afrique avec les yeux du futur, Epinay-sur-Seine (93) ;
  • Sébastien DROCHON, chargé des questions scientifiques et spatiales, S&P, Choisy-le-Roi (94) ;
  • Chérine SULTAN, militante S&P, Choisy-le-Roi (94) ;
  • Antoine BEILS, enseignant en sciences, Clichy (92) ;
  • Rémi LEBRUN, graphiste, Epinay-sur-Seine (93) ;
  • Pierre BONNEFOY, ingénieur, auteur scientifique, Choisy-le-Roi (94) ;
  • Nadia KHEMIRI, professeur documentaliste, Thionville (57) ;
  • Eric SAUZE, militant politique, Paris (75) ;
  • Michel DESERT, informaticien, Paris (75) ;
  • Agnès FARKAS, chargée des questions de santé, S&P, Choisy-le-Roi (94) ;
  • Gérard BOUBIN, retraité, Saint-Père (58) ;
  • Philippe ARMYNOT, Champagne-sur-Seine (77) ;
  • Manon PIGOT, aide-soignante, Peypin (13) ;
  • Sylvain ROME, chef d’entreprise, Andrézieux (42) ;
  • Emilien BELTRAN, chef de projet en Electronique, Mazamet (81) ;
  • Norbert DUMAS, maître de conférences, Ostwald (67) ;
  • Jean-François QUESSADA, enseignant, Toulouse (31) ;
  • Maëlle MERCIER, permanente politique, Epinay-sur-Seine (93) ;
  • Agnès BAZZU, Saint-Martin-de-Crau (13) ;
  • Vincent CROUZIER, agent technique et technicien, Sainte-Foy-de-Peyrolières (31) ;
  • Jacques BES, Montagrier (24) ;
  • Arnaud CHAUVOIS, ouvrier de métallurgie, Rennes (35) ;
  • Van Than NGUYEN, serveur, Paris (75) ;
  • Claude MOUREY, ingénieur, Veneux-les-Sablons (77) ;
  • Daniel GIRAUD, médecin, Arradon (56) ;
  • Eric MERCIER, retraité encadrement RATP, Villejuif (94) ;
  • Clément SATGER, Epinay-sur-Seine (93) ;
  • Thierry CONVENT, architecte - BIM Manager, Bruxelles, Belgique ;
  • Benoit ODILLE, ingénieur aérospatial, Paris (75) ;
  • Pierre-Olivier CHAZE, conducteur métro, Lyon (69) ;
  • Sébastien LANTRADE, étudiant, Sienne, Italie ;
  • Yves PAUMIER, informaticien, cadre associatif, Paris (75) ;
  • Anne-Marie DESACHY, retraitée, Asnières (92) ;
  • Alexandra BELLEA-NOURY, enseignante, Paris (75) ;
  • Victorien Cañadilla, retraité, Agen (47) ;
  • Gérard JULIEN, Tournon-sur-Rhône (07) ;
  • Carole JACQUEMONT, Chateaudun (28) ;
  • Philippe VINCENT, retraité du secteur Sanitaire et Social, Lyon (69) ;
  • Daniel MENUET, ingénieur informatique, Eysines (33) ;
  • Bernard DAVAL, Saint-Pierre-de-Chandieu (69) ;
  • Claire PERFUMO, traductrice, Bruyères-le-Châtel (91) ;
  • Rodolphe OLIVAUX, consultant en maintenance aéronautique, Saint-Nazaire (44) ;
  • Chantal STADEL, animatrice, Saint-Laurent-du-Var (06) ;
  • Philippe BERTHAUD, retraité, Cloyes-Les-Trois-Rivières (28) ;
  • Laurent BOLLADE, ingénieur, Lyon (69) ;
  • Véronique CHARUEL, Paris (75) ;
  • Bruno OLIVIER, retraité, Asnières (92) ;
  • Dora CANTOS, assistante de vie aux familles, Versailles (78) ;
  • Cédric GOUGEON, assistant pédagogique, Epinay-sur-Seine (93) ;
  • Jullien RANÇON, gérant de société, Lyon (69) ;
  • Evelyne MARC, ingénieur informatique, Maisons Laffitte (78) ;
  • Bruno CHALON, Morlaix (29) ;
  • Erwan PIGNEUL, Chantepie (35) ;
  • Louis MOLLARET, Ing. en Chef Armement retraité, Tours (37) ;
  • Elodie PERROT, enseignante, Belfort (90) ;
  • Anna MORVANT, crêpière, acupunctrice, Bubry (56) ;
  • Carmelo MARTELLI, restaurateur, Sète (34) ;
  • Etienne ORISE, cariste, Thorigny (77) ;
  • Fabien RAMEL, étudiant risques géologiques, Montpellier (34) ;
  • Moise BLIN, agriculture, Eancé (35) ;
  • Pierre PICARD, ingénieur, Mareil-sur-Mauldre (78) ;
  • Jenny BEUVE, chargée d’insertion emploi, Lyon (69) ;
  • Eugène LORIZON, salarié, Eaubonne (95) ;
  • Cécile JUDEAUX, agent de service, Corps-Nuds (35) ;
  • Johann SIGAUD, agent SNCF, Trappes (78) ;
  • Olivier CHAMPION, coach scolaire, Gergueil (21) ;
  • Florence BELLANGER, technicienne de laboratoire, Paris (75) ;
  • Michel BENABEN, administrateur, Mantes-la-Jolie (78) ;
  • Lucille KARCHER, Noisy-le-Roi (78) ;
  • Armelle DESLANDES, formateur, Le Perreux-sur-Marne (94) ;
  • Nicolas BERANGER, responsable marketing, Lille (59) ;
  • Benoît D’HOUTAUD, professeur, Nancy (54) ;
  • Hugues LETERME, agronome, Rueil-Malmaison (92) ;
  • Patrick TALLON, retraité, Boulogne-Billancourt (92) ;
  • Christophe LAVERNHE, enseignant, Maisons-Alfort (94) ;
  • Emmanuel GRENIER, journaliste, Vendôme (41) ;
  • Martial DAUTREMONT, chef de projet, Vélizy-Villacoublay (78) ;
  • Bernard CARAIL, postier, Vitry-sur-Seine (94) ;
  • Francis BAUDIN, retraité, Labenne (40) ;
  • Nadège KARCHER, Suresnes (92) ;
  • Arnaud BEILS, Limoges (87) ;
  • Philippe PAILLET, Croissy (78) ;
  • Philippe CONTE, chef d’entreprise, Tours (37) ;
  • Daniel SCHOEFFRE, chef d’entreprise retraité, Saint-Jean-de-Bray (45) ;
  • Christian BOSSARD, agriculteur, L’Hermitage (35) ;
  • Matthias MABILLOT, ingénieur, Matha (17) ;
  • Karim BAKOURI, cadre informatique, Massy (91) ;
  • Djamila HAMDI, Sevran (93) ;
  • Laldja BAKOURI, commerçante, Massy (91) ;
  • Mazigh SADI, sécurité, Châlons-en-Champagne (51) ;
  • Gilles LEGRAND, Trédarzec (22) ;
  • Clelia NIBILI, chef d’entreprise, Mende (48) ;
  • Cyprien GODINOT, technicien en mesure nucléaire, Paris (75) ;
  • Faiza SADI, Tours (37) ;
  • Alexis RANNOU, Rennes (35) ;
  • Stéphane PIANETTI, étudiant en droit, Vidauban (83) ;
  • Jean-Paul SILVA, Fronton (31) ;
  • Laurent GONNET, vétérinaire, Clermont-Ferrand (63) ;
  • Ahmed SADI, consolideur, Vigneux-sur-Seine (91) ;
  • Laurent KRAUS, gérant de société, Reims (51) ;
  • Rainier GAUMY, ingénieur retraité, Douai (59) ;
  • Claudine OUEDRAOGO, professeur des écoles, Grigny (91) ;
  • Rémi BARRERE, enseignant-chercheur, Besançon (25) ;
  • Alain EHKIRCH, retraité, Plouhinec (29) ;
  • Corinne LAURENT, Trosly-Breuil (60) ;
  • Michel MARIN, Grenoble (38) ;
  • Joachim GALEMBERT, Paris (75) ;
  • Georges LOGEAIS, Queyrac (33) ;
  • Rudolphe BIERENT, ingénieur optique, Dijon (21) ;
  • Laurent CHAO, data analyst, Pantin (93) ;
  • Florian MERIL, Paris (75) ;
  • Brigitte ANE, Clichy (92) ;
  • Yves HEMERY, retraité, Saint-Hilaire-sur-Yerre (28) ;
  • Michel RUISSEAU, retraité, Bagnolet (93) ;
  • Michel GATEAU, ingénieur, Saint-Chamas (13) ;
  • Pascal DELIMESLE, Lyon (69) ;
  • Catherine CLERO, retraitée, Questembert (56) ;
  • Bernard LESNIER, retraité, Salleboeuf (33) ;
  • Jean-Luc PLASSAT, ingénieur CNRS, retraité, Strasbourg (67) ;
  • Serge NANIN, retraité, Saint-Nazaire (44) ;
  • Mr et Mme Camille BERTRAND, ingénieur retraité, Bures-sur-Yvette (91) ;
  • Jean-Pierre LEFEVRE, retraité, Mernel (35) ;
  • Véronique RIBAUD DE GINESTE, directrice de collection, Paris (75) ;
  • Patrick WILHELM, ingénieur, Oderen (68) ;
  • Vincent HURY, Cergy (95) ;
  • Gérard GROSJEAN, retraité, Palaiseau (91) ;
  • Thierry LIOU, mécanicien, Lyon (69) ;
  • Patrick JARICOT, Lyon (69) ;
  • Christian GUICHARD, administrateur de sociétés, retraité, Meaux (77) ;
  • Dominique REVAULT D’ALLONNES, Paris (75) ;
  • Pierre CARMOUZE, Leuville (91) ;
  • Jean-François HUBERT, La Possession (97) ;
  • Jacques MAUNY, retraité, Rennes (35) ;
  • Arnaud CHAUVOIS, ouvrier de métallurgie, Rennes (35) ;
  • Jean-Marc BELLOY, retraité, Sion (Suisse) ;
  • Patrick LE BLIGUET, entrepreneur retraité, Brest (29) ;
  • Claude FENERON, retraité, Angers (49) ;
  • Christine RAUCHER, Montauville (54) ;
  • Rémy DEBAUGE, technicien en automatismes, Anse (69) ;
  • Stéphane ROUSSANGE, Fresnes (94) ;
  • Eddy CHARRIER, auto-entrepreneur, Villepreux (78) ;
  • Eliaz CORNEDE, entrepreneur et concepteur en systèmes aérospatiaux, Montmaur (11) ;
  • Giselinde CLERC, enseignante, Glamondans (25) ;
  • Philippe CHANCEREL, formateur pour adultes, Le Havre (76) ;
  • Philippe ANDRE, Vineuil-Saint-Firmin (60) ;
  • Mathieu LEFEBVRE, enseignant ingénieur, Dieppe (76) ;
  • Xavier ALBERT, Laval (53) ;
  • Sébastien MARCHICA, agent de nettoyage industriel, Saint-Michel-de-Rieufret (33) ;
  • Anne BIALAIS, retraitée de l’enseignement, Versailles (78) ;
  • Marie BIALAIS, Villeneuve-lez-Avignon (30) ;
  • Vance D. EVERMONDE, instructeur, Tokyo, Japon ;
  • Patrice BOUDIGNAT, agriculteur, Melz-sur-Seine (77) ;
  • Hervé NANA, ingénieur système, Paris (75) ;
  • Marc-Antoine HEIN, ostéopathe, Orléans (45) ;
  • Catherine BOUSQUIE, Orléans (45) ;
  • Patrick MACHBAUR, pharmacien, Orléans (45) ;
  • Odile SIMODE, retraitée, Orléans (45) ;
  • Chantal DEPAULE, Orléans (45) ;
  • Ismaël BRESSON, Orléans (45) ;
  • Nicolas LECOMPTE, Orléans (45) ;
  • Ibrahima KONE, Saint-Jean-de-Braye (45) ;
  • Feten AZZOUZ, Saint-Jean-de-Braye (45) ;
  • Jean FAURE, Orléans (45) ;
  • Marie-Elisabeth NOUE, Saint-Jean-de-la-Ruelle (45) ;
  • BARTHES, Orléans (45) ;
  • Oumar FOFANA, employé de banque, Limay (78) ;
  • Françoise HERMETZ, Orléans (45) ;
  • Assia HAMANI, Orléans (45) ;
  • Claudie LANDRE, Orléans (45) ;
  • Monette AUSTRUY, Olivet (45) ;
  • Florence RENARD, Orléans (45) ;
  • Danièle RAVEZ, Orléans (45) ;
  • Bruno ULMER, Orléans (45) ;
  • Dominique MASSARDIER, Saint-Jean-le-Blanc (45) ;
  • Abdelrahim BELGUECHI, Orléans (45) ;
  • Pascal FOURNIGUET, Orléans (45) ;
  • Damien TEXIER, La-Chapelle-Saint-Mesmin (45) ;
  • Damien MORIN, Orléans (45) ;
  • Matthieu DELAVEAU, Moulon (33) ;
  • Martine GOUEFFON, retraitée, Orléans (45) ;
  • Yoann BOCQUEHO, ressources humaines, Nantes (44) ;
  • Gilles FABLET, retraité informatique, Olivet (45) ;
  • Sophie LENOIR, secrétaire, Orléans (45) ;
  • Chantal STADEL, Saint-Laurent-du-Var (06) ;
  • Baouche LATAMEN, ingénieur, Fleury-les-Aubrais (45) ;
  • Sabrina FRANCES, Joinville-le-Pont (94) ;
  • Fabien GONZALEZ, agent général d’assurance, Orléans (45) ;
  • Christophe LAURAND, Orléans (45) ;
  • Jean-Philippe REIX, indépendant, Orléans (45) ;
  • Basile CHANTZIS, représentant, Perpignan (66) ;
  • Christian BOUSQUET, journaliste retraité, Perpignan (66) ;
  • Odile PERFUMO, retraitée, Bruyères-le-Châtel (91) ;
  • Margaux LIDON, Orléans (45) ;
  • Geneviève FAUVRE, assistante de vie dépendance, Saint-Jean-le-Blanc (45) ;
  • Patricia BRIYS, retraitée, Pont-Sainte-Marie (10) ;
  • Alain LACHARD, médecin, Rodez (12) ;
  • Ghislain NOEL, assureur, Orléans (45) ;
  • Florent ZABSONRE, Orléans (45) ;
  • Charlely CENGIAROTTI, ingénieur, Orléans (45) ;
  • Raymond DANGE, Saran (45) ;
  • Gérard GODARD, contrôleur de gestion retraité, Saint-Jean-de-Braye (45) ;
  • Claude RAVEL, retraité, Golfe-Juan (06) ;
  • Christian FEGAR, père au foyer, Saint-Baudel (18) ;
  • Christophe DREVET, agent d’escale, Le Plessis-Belleville (60) ;
  • Nicolas GRIMAUD, chômeur, Bourg-Saint-Maurice (73) ;
  • Maël LEFRANCOIS, agent territorial, Rennes (35) ;
  • Brigitte GOUYON, retraitée, Grenoble (38) ;
  • Romain BRUNET, responsable logistique, Nanterre (92) ;
  • Daniel MURGUI TOMAS, coach, Paris (75) ;
  • Morgane BRUNET, étudiant, Nanterre (92) ;
  • Marc VILLAIN, La Roche-sur-Yon (85) ;
  • Jean-François GRILHAULT DES FONTAINES, chef d’entreprise réseaux télécom, Collectif Andelade pour l’annulation de la dette, Verlhac Tescou (82) ;
  • Patrice GIROUD, Saint-Gervais-les-Bains (74) ;
  • Arnaud CHAUVOIS, métallier, Rennes (35) ;
  • Guillaume VALENTIN, technicien informatique, Torcy (77) ;
  • Zoubir MESSAOUDI, Bagneux (92) ;
  • Philippe CAPELLE, fonctionnaire de la poste, Orléans (45)
  • Monique DROZDOWSKI, direction immobilière, Orléans (45) ;
  • Samuel d’HOUTAUD, chirurgien, La Rochelle (17) ;
  • Marianne GODARD, Orléans (45) ;
  • Géraldine-Romance LEMOINE, numismate, Orléans (45) ;
  • Didier LOVERA, Nanterre (92) ;
  • Christian BECART, Orléans (45) ;
  • Denis LEROY, cuisinier, Léhon-Dinan (22) ;
  • Olivier DAHAN, Aimargues (30) ;
  • Shems SHAHID, Orléans (45) ;
  • Pascal HURY, Lagny-sur-Marne (77) ;
  • Johann DERVOET, Concarneau (29) ;
  • Marc CHABRAND, Marseille (13) ;
  • Yoann JACOB, architecte intérieur, La Montagne (44) ;
  • Gilles FABLET, informaticien retraité, Olivet (45) ;
  • Quentin REVIL, directeur administratif, promotion immobilière, Albertville (73) ;
  • Jean DUPOND, Gennevilliers (92) ;
  • Jeanne FIBONACCI, ingénieur, Floirac (33) ;
  • Antoine DIEMUNSCH, Marly-le-Roi (78) ;
  • Luc HENNEVEUX, retraité, Hangest-en-Santerre (80 ;
  • Jean-Jacques RAMA, fonctionnaire, Sainte-Flaive-des-loups (85) ;
  • Roland DUFFAIT, ingénieur retraité, Evans (39) ;
  • Alain MORICE, retraité, Rennes (35) ;

Je signe l’« Appel en défense de Spacetrain » !

( * indique que le champ est obligatoire)

En signant, je m’engage à ce que mon nom puisse être rendu public.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • SIRVIN • 09/05/2021 - 11:59

    l’industrie française se meurt ,nous devons retrouver notre souveraineté pour reprendre des projets ambitieux comme spacetrain ou train de l’espace, FREXIT

    Répondre à ce message

  • Brunet • 04/05/2021 - 18:04

    Je vous soutient pour le projet spacetrain qui se décline malheureusement.

    Répondre à ce message

  • GRIMAUD • 03/05/2021 - 19:37

    Bon courage.

    Répondre à ce message

  • Fegar • 03/05/2021 - 18:50

    Il faut savoir saisir les bonnes opportunités et prendre le train en marche vers le futur.
    C’est juste la bonne. époque pour entreprendre ce type de projet en sachant négocier le virage qui mènera la France sur la ligne du départ vers la réussite de la transition écologique à toute vitesse.

    Répondre à ce message

  • Gérard GODARD • 03/05/2021 - 11:15

    Ne refaisons pas l’erreur des années 70, afin de créer une dynamique de développement et de progrès pour les villes moyennes.

    Répondre à ce message

  • Odile PERFUMO • 30/04/2021 - 22:20

    Pour que la guerre menée jadis par Jeanne d’Arc contre l’occupation reprenne tout son sens, et contre une certaine stupide mesquinerie provinciale, je signe.

    Répondre à ce message

  • Geneviève Fauvre • 30/04/2021 - 22:19

    Je soutiens ce projet d’envergure pour l’avenir des régions, des générations futures et sa dimension écologique

    Répondre à ce message

  • Chantzis. • 30/04/2021 - 17:59

    Ce que vous annoncez sur la video me suffit,je n ai rien à rajouter pour ce
    PROJET INNOVANT.

    Répondre à ce message

  • Laurent Toupet • 29/04/2021 - 20:27

    POUR QUE VIVE LE PROJET SPACETRAIN et que la FRANCE devienne innovante !

    • Karel Vereycken • 30/04/2021 - 14:21

      pour qu’il vive, il faut signer l’appel, merci.

    Répondre à ce message

  • Boquet • 27/04/2021 - 02:10

    Beau projet

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
-1

Politique France Aménagement du territoire
Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Le projet La chronique
stratégique
Notre journal militant Documents
de fond
Vidéos
et conférences
Célébrons le centenaire de l'ingénieur Bertin !
5 septembre 2017
Science
Célébrons le centenaire de l’ingénieur Bertin !
Spacetrain : le transport du futur menacé par la surdité administrative
14 février 2020
Aménagement du territoire
Spacetrain : le transport du futur menacé par la surdité administrative
Mettre Spacetrain au cœur du plan de relance ferroviaire
24 juillet 2020
Actualités
Mettre Spacetrain au cœur du plan de relance ferroviaire
Spacetrain : le retour du futur des transports
13 juillet 2019
Évènements
Spacetrain : le retour du futur des transports

Don rapide

Suivez nos campagnes, abonnez-vous !

Mots-clés

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard