Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

4 mars - La guérilla s’organise contre le Great Reset - EJC#48 Lire 2 mars - Prochain éclairage de Jacques Cheminade jeudi 4 mars à 19h30 Lire 2 mars - Vendredi 5 mars
Entretien avec Sylvain Baron Lire
AccueilNotre actuActions

Notre intervention au Mali : Maliens et Français, unis contre les oligarchies !

Par Sébastien Périmony, militant S&P et représentant sur les questions africaines. Blog : https://www.afriquedufutur.com/

Invités fin janvier au Mali par le mouvement Yerewolo (Debout sur les remparts), l’un des courants présents au Conseil National de Transition (CNT), nous avons pu, Yannick Caroff et moi, représentant respectivement les Gilets jaunes constituants et Jacques Cheminade, apporter un soutien au Mali en plein réveil politique.

Pour situer le contexte, le 20 août dernier, la population s’est levée pour faire tomber le dictateur en place, Ibrahim Boubacar Keïta. Le peuple s’est levé et l’armée l’a rejoint. Depuis, une transition est en cours, assurée par le CNT qui doit organiser de nouvelles élections au plus tard dans 18 mois.

C’est dans ce cadre qu’une volonté populaire s’affirme pour mettre fin à la Françafrique et sortir du franc CFA, mais aussi pour reconstruire l’armée nationale, face à une opération Barkhane de plus en plus contestée de part et d’autre. Au Mali, la France est soupçonnée d’avoir pactisé avec les Touaregs pour s’emparer des matières premières du pays. En France, le nombre de morts devient insupportable et un sondage IFOP/Le Point du 12 janvier montre que plus de 50 % des Français sont contre la présence militaire française au Sahel.

Alors qu’une certaine propagande cherche à faire passer les membres du CNT pour des anti-Français, pratiquant le « French bashing », ils ont fait appel à nous pour montrer, au contraire, qu’ils ne sont pas contre la France ni contre le peuple français, qu’ils considèrent comme victime, lui aussi, d’une politique économique néfaste. Ils sont contre la politique du gouvernement français. En nous invitant, ils voulaient montrer qu’il existe un autre visage de la France et ils savent que si nous nous battons pour libérer l’Afrique de cette oligarchie financière, c’est certes pour son avenir, mais aussi pour l’honneur de la France. Car cela ne lui fait pas honneur de poursuivre ces pratiques d’esclavage monétaire, de pillage des matières premières et de contrôle militaire. C’était d’ailleurs la première fois qu’un représentant des Gilets jaunes était invité en Afrique, par des personnalités qui sont membres du Conseil national de Transition, un véritable symbole du trait d’union entre des peuples unis contre cette oligarchie financière qui détruit tout et partout.

Considérons l’impact de cette politique néocoloniale en Afrique. L’espérance de vie au Mali, par exemple, n’est que de 58 ans et plus de 60 % de la population n’a pas accès au minimum vital. Les 14 pays qui sont encore sous la tutelle du franc CFA, et donc du Trésor public français, sont parmi les plus pauvres. Selon le dernier classement de l’ONU sur l’indice de développement humain (IDH) (*), les 8 pays de l’UMOA (Union monétaire ouest-africaine) figurent au plus bas de l’échelle des 189 pays de la planète : Bénin, 163e ; Côte d’Ivoire, 165 e ; Sénégal, 166 e ; Togo, 167e ; Guinée-Bissau, 178 e ; Burkina Faso, 182 e ; Mali, 184 e et Niger, 189 e (pourtant si riche en uranium !).

Concluons avec cet extrait d’un discours de Modibo Keïta, père de l’indépendance malienne, de 1961 :

« Je ne voudrais pas terminer sans lancer avec vous à tous les peuples frères d’Afrique et du monde un message de fraternité et de paix. Quels que puissent être les différends qui nous ont opposés, qui nous opposent, nous ne confondrons jamais les peuples, quels qu’ils soient, avec les gouvernements qui les dirigent, parfois contre leur gré. »

Hommage à Modibo Keïta.

Dès son élection, le 22 septembre 1960, il active sans attendre les mesures de souveraineté nécessaires pour faire de l’indépendance acquise par son pays une réalité à long terme.

Le 1er octobre 1960, il crée une armée nationale « solidement soutenue par le peuple lui-même. (…) C’est le patriote, le soldat, attaché à la terre natale, c’est le paysan, gardien vigilant du patrimoine de ses ancêtres, c’est la fervente jeunesse, impatiente de hisser la patrie au rang des grandes nations libres, ce sont les femmes mobilisées, désireuses d’assurer à leurs héritiers une vie radieuse sur une terre de liberté, qui permettent au Mali de mener dans la confiance, la lutte pour sa sécurité et son indépendance totale. »

Dès le 11 juin de la même année, Modibo Keïta crée la Banque populaire malienne pour adapter la politique du crédit aux objectifs du gouvernement. L’article 2 de ses statuts stipule qu’elle a pour objet de « consentir des crédits à court terme, moyen terme et long terme aux entreprises et aux organismes (...) dont l’activité s’exerce dans le domaine de l’agriculture, du commerce, de l’élevage et de la pêche ». Pour cela, il fera voter par l’Assemblée le Plan quinquennal du Mali, « destiné à nous libérer de toute domination économique, à nous dégager de toute emprise des forces d’argent ».

Ce plan a pour but le contrôle efficace de l’Etat sur la production et les échanges, mais il entend également assurer « la suppression (...) de l’importation des biens que le pays produit pourtant déjà sur son sol ; l’étatisation des secteurs vitaux ; la création de coopératives dans les secteurs de la production et de la consommation ; la maîtrise du choix et des crédits d’investissement. »

A cela s’ajoute la création de la Société malienne d’importation et d’exportation (SOMIEX). Ses objectifs ? « Sur le plan économique, régulariser et orienter le marché, aussi bien à l’approvisionnement qu’à la production, obtenir des prix plus justes ; sur le plan social, harmoniser et stabiliser les conditions de vie sur tout le territoire du Mali, et faire disparaître les iniquités et les disparités de traitement dont souffraient nos frères agriculteurs sous l’ère coloniale. »

Dès son entrée en fonction, il lance un véritable « New Deal » pour la renaissance industrielle du pays, en créant la Régie des transports du Mali, la Régie nationale des chemins de fer, la Société d’aviation civile Air-Mali, la Société nationale des entreprises de travaux publics, la Pharmacie populaire, l’entreprise Energie du Mali, la Compagnie malienne de navigation ainsi que la Banque populaire et la Banque de crédit et de développement.

Quelques exemples : « Les écoles construites pour les populations rurales, avec 167 nouvelles classes, dont 36 de 6e ; 13 centres d’alphabétisation ; l’ouverture de l’hôpital régional de Ségou, des centres dentaires de Mopti et de Gao, et de 18 dispensaires de villages ou d’arrondissements ; l’agrandissement des hôpitaux du point G et de Mopti ; la création de l’Ecole d’infirmiers, infirmières et assistantes sociales  ; la création des Ecoles saisonnières d’agriculture dans les zones d’encadrement rural, assurant la formation professionnelle des jeunes paysans ; l’éducation sanitaire des villageois par le Service civique (hygiène, désherbage et nettoyage des ruelles et pourtours des villages, désinfection ou vidage des eaux stagnantes, etc.) ; la constitution de fédérations sportives à l’échelle du pays. »

Comprenant le rôle fondamental de la culture, Modibo Keïta est déterminé à mettre l’art et la science au service du peuple. Au sein de chaque section de la jeunesse, une troupe théâtrale et folklorique, ainsi qu’un orchestre, sont constitués. Un orchestre national est mis sur pied pour interpréter les rythmes maliens et africains et initier les jeunes amateurs à la musique. Afin de détecter les talents, un concours est ouvert dans le domaine des lettres, ainsi qu’une section de recherche scientifique appelée « Jeune science ».

Nous pourrions énumérer encore longtemps tous les projets initiés par ce grand dirigeant. Notamment la prime versée aux enseignants, plus élevée dans les villages de brousse que dans les grandes villes, 43 centres de protection maternelle et infantile, 8 grands centres d’hygiène, 41 centres antituberculeux. Et pour accroître la productivité agricole : 19 000 charrues, 3000 pulvérisateurs, 6000 tonnes d’engrais et 25 000 tonnes d’insecticides.

Seulement voilà : du paradis qu’avait commencé à créer Modibo Keïta, il ne reste plus aujourd’hui qu’un enfer. Tout a disparu... La ligne de chemin de fer en est le symbole le plus tragique : désaffectée, elle est devenue une décharge publique où l’on voit se consumer, dans les flammes de l’enfer, des centaines de kilos de détritus. Et ce, sous le regard désespérant et désespéré des enfants du Mali, abandonnés, mal nourris, mal soignés… et privés de tout espoir dans l’avenir.

Depuis le premier coup d’Etat contre Modibo Keïta en 1968, qui le conduisit en prison jusqu’à son assassinat en 1977, les dictateurs successifs ont tous été soutenus par les réseaux de la Françafrique et ont systématiquement détruit son héritage. A l’esclavage politique mis en place par ces marionnettes de l’impérialisme français s’ajouta l’esclavage monétaire, avec le retour du franc CFA en juillet 1984, 22 ans après la création de la monnaie nationale malienne par Modibo Keïta.

La bonne nouvelle est que la révolution du 20 janvier prouve que l’esprit de Modibo Keïta est bien vivant, et notre parti Solidarité & Progrès est tout à fait prêt à apporter son soutien à ceux qui s’en inspirent.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus
Africa
11 mai 2013
Analyses
Mali : Réparons les dégâts de Sarkozy et de la Françafrique !
Africa
24 juillet 2013
Analyses
Le Mali peut devenir un grenier à céréales pour tout le Sahel

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard