Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

4 décembre - Tabac, alcool et $$$ derrière l’offensive stupéfiante du Cannabiz’ness Lire 30 novembre - Démantèlement d’un cartel de la cocaïne : l’UE se réveille-t-elle ? Lire 29 novembre - Corinne Lepage accuse le nucléaire d’avoir la rage Lire

DÉCLARATION POST-ÉLECTION

Je remercie les 269 Français clairvoyants qui ont voté pour moi et ma suppléante Chérine Sultan. Nous savons que le système est à bout de souffle et que des sparadraps ne suffiront pas. Nous agirons pour bâtir un « Bloc Populaire » capable d’en finir avec l’hypocrisie macroniste.

Ainsi, je vous indique que je voterai Cédric Villani (NUPES) au second tour, mais que je serai toujours "dans sa roue" pour qu’il défende la séparation bancaire, la constitution d’une Banque Nationale, et qu’il abandonne la décroissance au profit de la science qu’il aime tant.

Quelque soit le résultat, vous pouvez compter sur moi pour être de nouveau présent sur le terrain après ces élections afin d’inlassablement pointer les failles de ce système et proposer les alternatives.
L’Argent Magique pour le Peuple doit devenir réalité, pour battre l’oligarchie.

VIDÉO DE MA RÉUNION PUBLIQUE DU 8 JUIN


Je suis candidat sous la bannière « La Raison du Peuple », une alliance des partis Solidarité et progrès, présidé par Jacques Cheminade, et République Souveraine, présidé par Georges Kuzmanovic.

Téléchargez mes tracts et mon bulletin de vote :

Déclaration de candidature Décembre 2021
Déclaration de candidature Décembre 2021
Profession de foi Avril 2022
Profession de foi Avril 2022

Texte du tract de décembre 2021 (cliquez pour déplier)

Rendons l’argent magique aux citoyens !

Depuis 2008, je vois mon pays bafoué et humilié par les puissances d’argent, je vois les gens en place qui laissent faire, je vois la France perdre son indépendance. Je ne supporte plus cette oligarchie financière qui nous joue les uns contre les autres pour qu’on ne s’attaque pas à son pouvoir (cf le pétard mouillé Zemmour-Bolloré). Depuis 2008, rien n’a été fait pour enrayer les causes de la crise. Le système financier est de plus en plus spéculatif, en témoigne l’épisode d’inflation actuel. Notre industrie est rongée par les marges des grands usuriers et par le libre-échange sans foi ni loi.

Pendant ce temps, ce sont les citoyens qui payent l’addition, les classes moyennes sont déclassées et les plus pauvres sont maltraités.

En tant que candidat à l’élection législative avec les Cercles Citoyens, je me bats pour rétablir la justice sociale, le service public et redresser le pouvoir d’achat.

Je veux qu’on aille aux causes profondes de la crise : la mainmise d’une oligarchie financière sur la création de monnaie, qui empêche le citoyen d’avoir son mot à dire sur l’orientation à long terme de la société.

Il faut reprendre le contrôle de l’émission monétaire, ce fameux "argent magique" dont Macron disait qu’il n’existait pas. Il existe. Avec lui, nous pouvons mettre fin au chantage à la dette, et lancer les investissements stratégiques dont le pays a besoin.

Cela, le député sortant et tous ses adversaires n’en ont jamais fait leur cheval de bataille et vous ont donc trahi avec de vaines promesses.

Une anecdote vaut mieux que mille mots.

M. Villani prétend défendre la solidarité économique et le climat mais quand je suis venu à sa permanence en août 2018 pour lui présenter un projet de loi de séparation des banques de dépôt et des banques d’investissement, pour assécher la spéculation et rétablir une Banque nationale afin d’investir dans les grands projets de la transition, il m’a répondu que le sujet était trop complexe, que les gens ne pourraient pas comprendre et que de toute façon ses amis députés LREM de l’époque ne le suiveraient pas. Alors à quoi bon !

Cette lâcheté n’est pas ma conception de la représentation du peuple.

Au contraire, depuis 12 ans en tant que militant à Solidarité et progrès, je n’ai cessé d’alerter et d’éduquer mes concitoyens sur les principes du circuit de l’argent.

Depuis 12 ans, j’ai organisé des milliers de stands d’information en région parisienne et dans toute la France avec mes amis politiques. En 2018, je me suis même transformé en youtubeur et j’ai réalisé une quinzaine de vidéos totalisant 600000 vues pour expliquer comment reprendre la main sur la monnaie. 

Ma conception de la politique c’est qu’il faut faire participer les citoyens aux grands enjeux pour créer la base qui fera changer le pays puis les députés et enfin la loi. Car tout peut s’expliquer. Encore faut-il avoir l’amour du peuple, ce dont je crois les gens en place incapables.

Au lieu d’un véritable amour, on nous sert à longueur de journée de la "lutte contre le changement climatique", pour noyer le poisson. Mais quand on entend M. Villani sur le sujet on comprend mieux ce qui se cache derrière : sous un vernis de sauveurs du monde, c’est la décroissance qui est organisée ! Exactement ce que l’oligarchie financière cherche à nous imposer depuis 2008.

Et la chère Europe de M. Villani est aussi dans le coup. Le Parlement européen a voté le New Deal vert, financé par l’argent magique de la Banque Centrale Européenne... Mais le nucléaire est exclu de la liste des investissements verts, au profit des renouvelables improductifs et intermittents ! Comment va-t-on alimenter en énergie la reconstruction de notre pays ? Je ne veux pas d’une Europe décroissante. Ce n’est pas ma conception d’une économie au service des gens et de leur bien-être. Ce n’est pas ma vision d’une écologie véritablement scientifique et humaine.

Vous l’aurez compris, notre député sortant n’est pas tellement le problème, même s’il faut le remplacer en votant pour moi. Le problème c’est l’oligarchie financière qui maîtrise la création de l’argent magique et nous impose une décroissance économique sous un label vert.

Je suis le seul à faire le parallèle entre ces deux choses. La gauche est devenue décroissante (à part les communistes). La droite défend une fausse croissance sans remettre en cause la finance. Les macronistes sont des entourloupeurs hypocrites et cyniques. L’extrême-droite cherche à retrouver le "biotope français perdu" ce qui est pire qu’une dangereuse illusion.

Face à ces périls, les Cercles Citoyens proposent une alternative, avec un objectif clair : reprendre le contrôle citoyen de la monnaie et orienter l’argent magique vers les services publics, l’emploi productif et les secteurs stratégiques.

L’heure n’est plus aux diversions, la création monétaire doit revenir au peuple, pour le peuple, par le peuple. C’est cela la vraie souveraineté. C’est ce que je défends.

Rejoignez-moi !

Texte de la profession de foi d’avril 2022 (cliquez pour déplier)

Nier la réalité n’a jamais permis aux politiques d’inspirer confiance aux citoyens.

Je pars au contraire d’une réalité indéniable : nous vivons sous la coupe d’un système financier prédateur, transformé en casino, dopé aux algorithmes, sous perfusion constante d’argent magique par les Banques Centrales, qui spécule sur tout ce qui fait vivre les êtres humains et détruit le corps de l’économie. (cf mes vidéos d’explication sur la chaîne Youtube de Solidarité et progrès)

Tous les candidats qui ne partent pas de ce constat sont soit des menteurs soit des naïfs. Dans tous les cas, ils vous mènent au casse-pipe.
La seule question à se poser aujourd’hui c’est comment allons-nous reprendre le contrôle de ce système prédateur ?

Ma candidature est une réponse.

Il faut d’abord couper les vivres aux spéculateurs. En séparant les banques de dépôts et les banques d’investissement pour empêcher que notre argent leur serve de matelas.

Ensuite il faut reprendre la main sur la création monétaire, aujourd’hui accaparée par des banquiers centraux qui ne répondent pas aux peuples mais arrosent les marchés financiers. C’est l’idée de renationaliser la Banque de France et de la mettre sous contrôle citoyen. De ne plus dépendre de la BCE et des marchés. C’est mettre l’argent magique au service de la réindustrialisation de la nation, de l’hôpital, de l’école, du laboratoire, de l’infrastructure physique et de l’aménagement du territoire.

M. Macron a dit que l’argent magique n’existait pas. Mais il ne s’est pas gêné de l’utiliser pendant la crise du Covid ! Alors il faut arrêter l’hypocrisie et mettre l’argent magique à disposition des citoyens pour anticiper les problèmes au lieu de réagir quand il est trop tard.

On ne peut plus jouer notre avenir aux dés ! Il faut un véritable Commissariat au plan participatif pour orienter la monnaie dans des projets stratégiques de long-terme. C’est le seul moyen de retrouver une souveraineté réelle : industrielle, scientifique, numérique, militaire. De donner les moyens à une véritable justice sociale.

Ce n’est pas un projet de repli national, c’est un projet de refondation de la France afin que nous soyons plus aptes à participer au développement du monde, en toute indépendance. D’avoir une Europe des projets et des nations souveraines au lieu d’une instance supranationale incontrôlable et malthusienne. Hors d’un OTAN qui pousse au crime depuis 30 ans.

Ainsi nous pourrons investir dans une croissance partagée et heureuse avec les pays du monde.

Je dois dire simplement que la décroissance de M. Villani n’est pas une réponse à la question sociale. Au contraire, si l’on veut vivre plus longtemps, en meilleure santé, en travaillant moins, il faut augmenter la productivité physique de l’économie. Produire plus et mieux avec moins de ressources.

Si l’on veut sortir des énergies fossiles, avoir la retraite à 60 ans et travailler 50000 heures sur toute une vie (contre 60000 aujourd’hui), il va falloir produire 800 TéraWattheure (TWh) d’électricité par an d’ici 2050, contre 450 TWh aujourd’hui (cf rapport RTE 2050). Ceci suppose nécessairement de développer le nucléaire du futur. Au-delà des EPR, investir dans la 4ème génération de réacteurs (neutrons rapides de type Astrid qu’il faut relancer, lit de boulets comme en Chine, sels fondus de thorium, sous-critique à accélérateur de protons comme en Suisse) et la fusion (continuer ITER, développer des startups aux designs novateurs comme aux États-Unis et au Royaume-Uni, hybride fission-fusion).

Les renouvelables intermittents, même les plus avancés, ne pourront pas satisfaire ces besoins. L’efficacité énergétique, qui de toute façon arrivera tant qu’il y aura des ingénieurs, sera réinvestie dans d’autres activités dignes de l’homme. Quant à la sobriété, c’est un choix personnel qui ne devrait pas faire l’objet d’obligations (sauf pour les ultra-riches au titre de la justice sociale).

Plutôt que nous adapter à l’effondrement, nous devons investir dans l’intelligence humaine pour dépasser les pénuries de ressources. Sans quoi fatalement nous nous battrons pour nous accaparer ce qui reste. En torpillant les pays émergents comme des lâches.

Reprendre le contrôle de l’argent magique est donc la vraie affaire du siècle. Autrement, rien ne sera possible et l’oligarchie financière nous jouera les uns contre les autres. En nous imposant une décroissance mondiale sous un déguisement "vert".

Je suis le seul à me battre à la fois contre la finance spéculative et la décroissance.

Depuis 12 ans, j’ai organisé des milliers de stands d’information en région parisienne et dans toute la France avec mes amis politiques. En 2018, je me suis transformé en youtubeur et j’ai réalisé une quinzaine de vidéos totalisant 700000 vues pour expliquer comment reprendre la main sur la monnaie. 

Ma conception de la politique c’est qu’il faut faire participer les citoyens aux grands enjeux pour créer la base qui fera changer le pays, puis les députés et enfin la loi. 

Tout peut s’expliquer. Encore faut-il avoir l’amour du peuple, ce dont je crois les gens en place incapables.

Je veux une démocratie basée sur les faits, dans laquelle le débat contradictoire et les controverses ne sont pas rejetés ou catégorisés automatiquement comme complotistes. Les citoyens ont des questions légitimes et l’on doit pouvoir organiser la réflexion collective pour faire émerger la vérité. C’est parier encore une fois sur l’intelligence et l’éducation mutuelle.

En tant que député je m’efforcerai de personnifier cette méthode de pensée. Contre l’hystérie médiatique et les marchands de peur, de tous bords.

Souveraineté monétaire, développement du nucléaire et d’une industrie productive, démocratie basée sur les faits. Voici les trois piliers de mon engagement.

Tous les autres sujets en dépendent. (cf mes propositions ci-dessous)

Si vous vous retrouvez dans ce combat, ne vous abstenez pas, votez et faites voter pour moi ! l’Assemblée mérite mieux que des béni-oui-oui.

Je compte sur vous pour faire le bon choix.

Vous habitez dans la région et voulez militer ? Appelez-moi directement au 06 52 66 72 44.
Si vous voulez m’écrire c’est par ici !

MES VIDÉOS PÉDAGOGIQUES

Cliquez sur l’image ou sur ce lien pour accéder à la playlist de mes vidéos pédagogiques sur la monnaie, la dette, la finance et l’économie physique. N’ayez pas peur, tout le monde peut comprendre des sujets complexes ! (surtout quand ça détermine notre avenir)

MES PROPOSITIONS

Si je suis élu, voici les sujets prioritaires sur lesquels je me concentrerai.
Ce sont des propositions sur lesquelles je suis prêt à débattre.
N’hésitez pas à m’écrire pour cela.

Souveraineté monétaire, dette et « argent magique »

Les vidéos correspondantes de ma série sont les épisodes #1 #2 #3 #4 et Hors-séries HS#1 HS#2 HS#4 HS#5

1- Il faut d’abord tarir la spéculation financière avec la séparation des banques de dépôt et des banques d’investissement. Se battre pour le faire au niveau international. (cf. la proposition de loi de Solidarité et progrès)

2- D’une manière ou d’une autre, il faut redonner au peuple français une capacité de contrôle monétaire, aujourd’hui accaparé par une Banque Centrale Européenne indépendante du politique.
Dans l’idéal, cela doit passer par la renationalisation de la Banque de France, avec un Conseil National du Crédit, sous contrôle citoyen, permettant d’orienter le crédit public à long terme et à faible taux d’intérêt.
Si cela s’avère être un trop long processus politique, il faut étudier toute autre alternative qui aboutirait au même résultat, au sein de l’euro ou en dehors, et en informer les français afin de faire sauter le tabou monétaire.
L’argent magique existe ! Le problème est qu’il n’est pas sous contrôle démocratique.

3- Organiser un Audit Citoyen de la Dette : pour comprendre les mauvais choix passés qui ont conduit à l’impossibilité de payer la dette actuelle (2800 Milliards€). Envisager un défaut partiel ou bien, mieux, la titrisation de la dette au sein de la Banque nationale (ou d’un Établissement de Transformation de la Dette publique en Investissement Productif). Pour faire simple, on transforme les titres de dette en actifs (=titriser) que l’on dépose à la Banque nationale pour qu’elle puisse investir dans des secteurs stratégiques, avec taux d’intérêts légèrement plus élevés que le taux de la dette de départ pour inciter les créanciers.

4- Lancer un Appel à une conférence internationale pour une nouvelle architecture de sécurité et de développement, un « Nouveau Bretton Woods », dans lequel les capacités monétaires (le « crédit public » dirigé) des différents pays seront dédiées à des projets de développement mutuel en direction des populations. Le but doit être la fin de la pauvreté sur Terre d’ici 10 ans et la réconciliation entre les grandes puissances (États-Unis, Chine, Russie, Europe) afin de surmonter tous les défis auxquels fait face l’humanité.

Énergie

Les vidéos correspondantes de ma série sont l’épisode #6 et le Hors-série HS#6

1- Objectif : une énergie abondante et bon marché, selon la volonté des pères fondateurs de la vraie Europe en 1955.

2- Organiser un débat public scientifique contradictoire pendant plusieurs mois pour remettre à niveau la population en terme scientifique et discuter sereinement des enjeux énergétiques sans idéologie.

3- D’ici 2050 il faudra pouvoir produire au moins 800 TWh d’électricité par an (cf rapport RTE avec scénarios d’électrification accrue, de réindustrialisation profonde et de production massive d’hydrogène). Pour cela, il faudra un mix 80 % nucléaire (EPR et 4ème génération) et 20 % renouvelables intermittents. L’industrie nucléaire dit qu’elle ne pourra pas y arriver, alors il faudra une impulsion politique forte pour changer cet état de fait.

4- Lancer la construction de 20 EPR2 le plus rapidement possible (minimum 2035), prolonger la durée de vie des réacteurs actuels jusqu’à 50 ans minimum (objectif : « retraite » à 60 ans), programmer 20 nouveaux EPR2 dans un deuxième temps.

5- Prévoir le raccordement des EPR2 aux réseaux de chaleur urbaine afin d’exploiter la chaleur résiduelle des centrales (rendement multiplié par deux).

6- Relancer le programme ASTRID (nucléaire de 4e génération - filière neutrons rapides) avec pour but la construction de 15 SuperASTRID d’ici 30 ans (recyclage de l’uranium 238).

7- Développer la filière des réacteurs à sels fondus au Thorium (sécurité et recyclage des déchets nucléaires). Un laboratoire à Grenoble travaille dessus depuis une dizaine d’années.

8- Avec l’aide de la Chine et de la Russie, développer la filière des réacteurs à haute température à lit de boulets (PBMR) que l’on pourra ensuite proposer aux pays émergents (Afrique en priorité).

9- Investir dans la transmutation des déchets nucléaires à l’échelle industrielle (programme de recherche Myrrha, solution du prix Nobel français Gérard Mourou, projet de la start-up suisse Transmutex).

10- Pas de subventions supplémentaires pour les énergies renouvelables intermittentes.

11- Référendum local systématique en cas d’implantation d’un parc éolien ou solaire.

12- Obligation d’une fabrication française de plus de 50 % des éoliennes et des panneaux solaires. Privilégier les start-ups innovantes françaises (ex : Dualsun).

13- Production d’hydrogène massive avec le nucléaire et l’électrolyse à haute température (EHT - projet du CEA).

14- Nos capacités de production mondiales paraissent colossales mais elles sont en réalité bien peu par rapport à ce qu’il faudrait pour que tous les êtres humains aient un niveau de vie digne. Il faudrait multiplier au moins par deux notre production, dans tous les secteurs vitaux. L’on pourrait lever le pied sur certains secteurs moins urgents ou carrément néfastes pour concentrer les efforts. Mais la décroissance n’est pas la solution !

Santé

1- Se poser la question des vocations dans les domaines de la santé (médecins et infirmiers au premier plan, mais également aide-soignants) : tout faire pour augmenter les emplois en valorisant par le salaire (un « salaire de héros ») et les conditions de travail (horaires, équipements, informatique, robotique, IA).

2- Rouvrir et rénover des centaines d’hôpitaux de moyenne taille et des maternités.

3- En finir avec les déserts médicaux. Commencer par comprendre ce qui dissuade les médecins de s’installer et ce qui fait que les aides publiques ne fonctionnent pas.

4- Groupe Hospitalier Nord-Essonne : l’heure n’est plus à l’opposition au GHNE mais à la défense des droits des personnels et des usagers.
Je me battrai pour empêcher la privatisation ou l’abandon des trois hôpitaux d’Orsay, Juvisy et Longjumeau. La proximité et la tutelle publique doivent garantir une qualité de soins pour tous.

5- Mener une enquête sur l’industrie pharmaceutique en faisant d’abord le point sur les médicaments en circulation, leur utilité et l’adéquation de leur prix.

6- Combattre les causes de décès en commençant par les plus importantes et en en discutant publiquement.

7- Grand débat sur la vaccination et la stratégie vaccinale afin de démêler le vrai du faux, et repartir sur de bonnes bases. Commencer par le vaccin Covid-19 pour répondre aux préoccupations immédiates des français.

Emploi

Organiser une grande conférence sur l’emploi , retransmise en direct sur tous les canaux publics, sur plusieurs semaines, pour identifier tous les emplois à créer et disponibles, comprendre les contraintes qui empêchent le recrutement, voir quels efforts de formation sont à faire etc. Il faut une délibération publique.

Infrastructures

Les vidéos correspondantes de ma série sont les épisodes #7 Acte 1-2-3

1- Je soutiens la portion de la ligne 18 Saclay-Versailles en viaduc, même si j’aurais préféré qu’elle soit enterrée (les coûts supplémentaires auraient été remboursés par la praticité du réseau. La vision de court terme budgétaire n’est jamais bonne conseillère !).
La tranchée couverte est une bonne alternative.

2- Le Grand Paris Express doit devenir la norme en matière de développement des infrastructures partout en France.

3- Des métros doivent voir le jour dans toutes les villes moyennes pour diminuer drastiquement l’usage de la voiture.

4- Trains du futur : Il faut soutenir l’entreprise Spacetrain pour qu’elle construise son prototype de train sur coussin d’air à hydrogène en France.
Un réseau Spacetrain doit relier les villes moyennes entre elles en 15 minutes.

5- Rénover de toute urgence les lignes de chemin de fer, les lignes électriques, les réseaux d’eau. En profiter pour former toute une génération de jeunes à des métiers d’ouvrier qualifié et de technicien supérieur.

6- Répondre aux besoins des territoires ruraux avec un chèque en blanc pour les infrastructures vitales. Miser sur la formation aux métiers et l’attractivité des campagnes ainsi équipées.

7- Associer les Nouvelles Routes de la soie chinoises au Global Gateway européen, au Build Back Better américain et à l’Union Eurasiatique d’impulsion russe pour développer l’infrastructure au niveau mondial, industrialiser tous les pays et créer ainsi une base pour nos exportations.

8- Des grands projets qui vont rapporter un pognon de dingue :
- Après le Canal Seine-Nord, construire la « Patte d’Oie » pour relier la Marne, le Rhône et le Rhin.
- Terminer la LGV Lyon-Turin, pour construire une vraie Europe des gens qui se rencontrent sans polluer.
- Lancer le projet HAROPA (Le Havre-Rouen-Paris) pour désenclaver le port du Havre.
- Moderniser le port de Fos-Marseille.

9- Exporter massivement notre savoir-faire en matière de collecte et retraitement des déchets, recyclage (plastiques notamment) afin que tous les pays du monde soient équipés de moyens modernes. Idem pour le traitement des eaux usées.

10- Développer l’expertise française en matière de dessalement de l’eau de mer (déjà le cas avec une filiale de Veolia) et l’exporter, en conjonction avec la filière nucléaire.

Libre-échange et protectionnisme

La vidéo correspondante de ma série est l’épisode #5

1- Je m’opposerai à tout traité de libre-échange tant que la matrice financière spéculative n’aura pas été démantelée.

2- Entre temps, j’organiserai un débat de fond sur les apports historiques du libre-échange et du protectionnisme pour bien comprendre les avantages et les inconvénients de chacun. Le but sera surtout de comprendre que c’est le développement réel des populations qui doit primer et pas l’un ou l’autre dogme.

Agriculture

0- Plateau de Saclay : sanctuariser les 2354 ha de la ZPNAF, voire l’ensemble des terres agricoles.

Le métro 18 Saclay-Versailles poussant à l’urbanisation le long de la ligne, prévoir une clause de construction d’habitations en densifiant les zones urbaines déjà existantes (petits immeubles de quelques étages) et non pas en grignotant de nouvelles terres agricoles.

1- L’objectif de l’agriculture du futur doit être d’augmenter la productivité (point fort de l’agriculture « conventionnelle chimique ») tout en augmentant la qualité de la production (point fort de l’agroécologie). Une nouvelle agriculture est à inventer et beaucoup d’agriculteurs en sont déjà des pionniers. Il faut braquer les projecteurs sur ces métiers et en faire un Grand débat national.

2- On doit attirer suffisamment de jeunes dans ces métiers et respecter ceux qui nous nourrissent en garantissant des revenus décents.
En urgence : instaurer des prix planchers (au-dessus du coût de production) afin de rémunérer les producteurs au prix juste, pour qu’ils vivent de leur travail et pas des subventions.
Bataille de long terme : retirer l’agriculture de l’OMC et des règles du marché. Faire de la nourriture un bien commun de l’humanité.

3- Créer un Observatoire de la Qualité Alimentaire afin de traiter les rumeurs, polémiques et scandales sur la nourriture avec une approche scientifique et concertée. L’Observatoire aura pour mission d’organiser des débats publics contradictoires sur des sujets polémiques qui divisent inutilement afin de trier le vrai du faux et dégager des pistes de solutions.
(Ex : bio vs conventionnel, vegan vs carnivore, abeilles vs pesticides, bonne bouffe vs malbouffe, hypocrisie des industriels vs romantisme des écologistes etc.)

4- Continuer les efforts des agriculteurs « conventionnels » pour passer à l’agriculture raisonnée, y compris à l’aide d’outils technologiques nouveaux (drones, machines autonomes). Les choix doivent être basés sur des données scientifiques valides, pas sur les rumeurs.

5- Engager des reconversions à grande échelle à l’agriculture de conservation sans labour (agriculture du « sol vivant »), préalable à une agroécologie scientifique et non dogmatique. Les agriculteurs doivent être reconnus comme des ouvriers-ingénieurs-chercheurs.
Création d’un label « Sol vivant » pour soutenir cet effort.

6- Développer la méthode du maraîchage bio-intensif de Jean-Martin Fortier (1ha pour 200 familles à prix raisonnable) en y ajoutant une partie technologique (robotique) pour limiter le recours à la main-d’œuvre.

7- Développer la pisciculture, l’élevage des insectes, la culture des algues et l’hydroponie.
Continuer les recherches sur la viande artificielle et la synthèse de protéines à partir de CO2.

8- Engager la recherche publique dans les nouvelles techniques de rupture :
- Edition génomique (technique des ciseaux moléculaires CrispR, co-découverte par la Française Emmanuelle Charpentier, prix Nobel de chimie 2020)
- UV boosting (utilisation des ultra-violets pour améliorer les performances des cultures)

Mobilité

1- Soutien aux véhicules électriques et à hydrogène mais...

Se battre pour une filière d’extraction des métaux digne des êtres humains : interdiction du travail des enfants, équipement digne des travailleurs, surveillance des maladies du travail, mesures de protection de l’environnement.

Publicité de toute déviation par rapport à cet objectif et dénonciation publique des pratiques d’esclavage moderne et de pollution.

Prix juste payé aux producteurs afin qu’ils développent une filière intégrée de production des batteries et piles à hydrogène. En finir avec le néo-colonialisme libéral ! Nous, en occident, devons payer le prix réel des choses et arrêter la course aux moindres prix qui cachent la misère des autres.

2- Réseau de bornes de recharge électrique et hydrogène financé par le crédit public de la Banque nationale pour quadriller l’ensemble du territoire rapidement et faciliter la transition des automobilistes.

3- Pour l’hydrogène, privilégier les transports routier, ferré et sur barge et les transports en commun, car la technologie est moins adaptée aux petits véhicules.

Climat

La vidéo correspondante de ma série est le Hors-série HS#6

0- Investir dans le nucléaire du futur permettra de se passer des énergies fossiles à moyen terme.

1- Organiser un Grand débat sur la science qui sous-tend les modèles climatiques du GIEC, en invitant des sceptiques pour soulever leurs oppositions et y répondre. Si la science est robuste elle ne doit pas avoir peur des controverses. Par contre on doit craindre les rumeurs persistantes.

2- Dans la lutte pour le climat, c’est le bien-être des bientôt 9 milliards d’habitants qui doit être notre priorité, pas la concentration en CO2. Tout comme ce n’est pas l’équilibre budgétaire qui doit déterminer nos investissements. Le CO2 n’est qu’un paramètre parmi beaucoup d’autres.

Par exemple, le fait que les pays émergents ne puissent pas se passer des énergies fossiles d’ici 30 ans doit être pris en compte dans les calculs économiques, politiques et climatiques.
Il n’est pas vrai qu’il « suffirait » d’investir dans les renouvelables intermittents pour régler le problème. Et il faut au moins 15 ans pour développer une filière nucléaire à partir de rien. Les fossiles seront donc une transition indispensable pour deux tiers de l’humanité. Leur refuser cela serait les condamner.

3- Il faut comprendre que c’est l’oligarchie financière au pouvoir depuis 50 ans qui a empêché le développement des alternatives aux combustibles fossiles (nucléaire principalement) partout dans le monde. Nous avons accumulé un tel retard qu’il est maintenant impossible de satisfaire les « exigences climatiques » sans faire souffrir la majeure partie des êtres humains de cette planète. Ce n’est pas tolérable. C’est la double peine ! Nous ne pouvons pas refuser aux pays en développement qu’ils sortent de la pauvreté. Nous devons prendre cela comme une donnée intangible de l’équation et nous adapter en fonction.

4- Je m’oppose également à la dictature financière verte que l’on nous prépare en haut lieu (Banques centrales, gouvernements nationaux, technocrates de Bruxelles, Forum Économique Mondial) et qui forcerait la « décarbonation » sans prendre en compte les besoins des populations, ni les contraintes physiques d’une transition énergétique.

5- Investir dans le captage du CO2, pas pour l’enfouir (ce qui est un gâchis de ressources) mais pour l’utiliser dans d’autres applications : matériaux (nanotubes de carbone, graphène), synthèse de protéines (cf. AirProtein) etc.

Éducation

1- En science, apprentissage par la pratique, l’investigation et la « main à la pâte » (méthode de Georges Charpak). Privilégier l’approche historique et expérimentale des découvertes comme le voulait Pasteur. Le savoir ne doit pas « tomber du ciel ».
Commencer les cours par des activités d’exploration avant de passer par la formalisation.
Il vaut mieux prendre du temps au départ pour bâtir une base solide pour plus tard.

2- Philosophie dès la maternelle et la primaire pour apprendre à maîtriser les mots et les idées (cf. le documentaire « Ce n’est qu’un début »)

3- Une chorale et un orchestre classique dans chaque école, collège et lycée (sur le modèle « El Sistema » du Vénézuela)

4- Revalorisation du salaire des enseignants.

5- Mise en place systématique de soutien scolaire pour les enfants (les « études ») : gratuit en primaire, payant en fonction des ressources de la famille au collège et au lycée.

6- Objectif : maîtriser quatre langues étrangères au Bac.
Initiation au grec et au latin à travers l’étymologie des mots.
Initiation aux langues européennes pour faciliter l’intégration continentale.

Science

Faire un compte rendu public des rapports de l’OPECST avec des pédagogues de la science, des vulgarisateurs et youtubeurs.

Rééducation à l’économie physique

Les vidéos correspondantes de ma série sont les épisodes #7 Acte 1-2-3

1- Redonner conscience des étapes de la production pour que plus aucun citoyen ne soit ignorant des conditions dans lesquelles ce qu’il consomme a vu le jour.

2- Histoire des technologies : apprendre l’histoire de l’homme à travers ce qu’il crée.

Culture

1- Soutenir la Fabrique Opéra partout en France : des opéras coopératifs en partenariat avec des lycées professionnels et techniques.

2- Que chaque enfant puisse assister chaque année à une symphonie, un quatuor à cordes et un opéra.

Souveraineté numérique

1- Le logiciel est la valeur ajoutée principale du secteur informatique et s’imposera aussi dans l’industrie traditionnelle (industrie 4.0), il faut donc investir là-dedans et pas seulement dans les serveurs physiques.

2- La France et l’Europe ne doivent pas croire que la « guerre » est perdue face aux GAFAM ! Ça ne fait que commencer. Nous avons de très bons développeurs, donnons-leur la possibilité de s’exprimer. (cf. Bruno Sportisse (directeur de l’INRIA), Quentin Adam (fondateur de Clever Cloud))

3- Lutter contre l’abus de position dominante et les distorsions de marché pratiquées par les GAFAM (ex : propositions de produits gratuits pour détruire la concurrence).

4- Une concurrence libre et non faussée exige une publicité systématique des abus pour mettre la honte aux fraudeurs (puisque la justice est souvent trop lente). Utilisons les outils médiatiques pour nous défendre : j’appelle cela un protectionnisme intelligent, un « protectionnisme par la réputation ».

Bâtiment

1- Construire vraiment 500 000 logements par an, minimum, et rénover tous les logements insalubres (aide publique contre gel des loyers).

2- Pratiquer l’isolation thermique des bâtiments là où c’est vraiment utile et pas trop coûteux par rapport aux bénéfices.

3- Quelle alternative au béton ? Le sable étant la matière première principale, comment ne pas épuiser la ressource ?
Il faut un programme de recherche intensif et soutenir la filière du sable concassé (dit « manufacturé »).

Retraites

1- Tant que la différence d’espérance de vie entre les 10 % les plus riches et les 10 % les plus pauvres sera de 10 ans, nous ne pourrons pas accepter de repousser l’âge de départ à la retraite.

2- L’objectif à moyen terme devrait être la retraite à 60 ans avec un minimum à 1100 €/mois. Pour cela il faut investir dans la productivité physique de l’économie (cf. Rapport du COR) et se battre pour que les fruits de la productivité soient répartis correctement entre les travailleurs.

3- Il faut se souvenir que l’âge de départ à la retraite ne signifie pas forcément arrêter de travailler mais seulement que l’on touche un salaire garanti.
Un retraité peut être un salarié, donc ceux qui veulent continuer à travailler le peuvent.

Fiscalité

1- Un principe : toute exonération d’impôt doit être conditionnée à un investissement d’intérêt général et faire l’objet d’un suivi rendu public régulièrement.

2- Afin de rétablir la proportionnalité réelle de l’impôt, se battre pour un impôt sur le revenu progressif plus important compensé par une baisse de la TVA (sauf sur les articles de luxe où une augmentation est à prévoir).

3- Rétablir l’ISF et faire un audit public des stratégies d’optimisation fiscale pour faire la lumière sur ces pratiques.

4- Renforcer les équipes de contrôle fiscal pour les gros fraudeurs.

5- CICE remboursable en cas de profits non réinvestis.
Concentrer le dispositif sur les secteurs stratégiques. Audit régulier des performances, rendu public.
Ne pas subventionner les algorithmes financiers.

6- Instaurer une « taxe sobriété » pour les activités des très riches (jets privés, luxe, yachts, voyages en avion en classe affaire...) dont la recette sera entièrement dédiée à la lutte contre la pauvreté, pour la réinsertion professionnelle et les vacances des jeunes.

Défense

La vidéo correspondante de ma série est l’épisode « Ukraine Russie : à quoi ressemblera la paix »

1- L’OTAN ne représente plus une force de paix mais un pousse-au-crime. Il faut en quitter la direction, voire l’alliance, pour protester. Ses positions va-t-en-guerre depuis 20 ans ont créé des adversaires au lieu de jouer la coopération avec la Russie et la Chine.
Le monde ne peut pas se permettre une guerre mondiale thermonucléaire. Le temps est au développement mutuel et à l’unité de l’humanité face aux fléaux qui la touchent.

3- Un grand plan de « dissuasion par le renseignement » afin de lutter contre la propagande de guerre et les discours va-t-en-guerre sans fondement. La France doit incarner la droiture et la recherche de la vérité, pour favoriser la coopération.

Consomm’action

0- Un marché libre et non faussé se doit d’avoir une information pure et parfaite.

1- Création d’une appli gouvernementale pour scanner les produits et accéder à toutes les informations :
D’où viennent les ingrédients, les matériaux ? Où cela a-t-il été produit ? Dans quelles conditions économiques et sociales ? Photos, vidéos, analyses d’experts. Polémiques éventuelles.

Démocratie Directe

1- Mon idéal : une 5e République participative, basée sur les faits et la recherche des causes.
Garder la fonction présidentielle afin d’incarner la souveraineté du peuple à l’extérieur et de chercher l’unité nationale. Une bien plus grande participation à l’intérieur pour éviter le côté « monarchique ».

2- Instaurer le Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC) avec des votes trimestriels.

3- Une idée pour plus de participation : une Plateforme Démocratie Directe (DD ou Dédé) pour envoyer toutes ses remarques ou questionnements :
Par SMS au 44 (= DD)
Réserver le téléphone à ceux qui n’ont pas l’habitude du SMS.
Par une application mobile.
Anonymisée (ne retient pas le numéro)
Informations triées par des algorithmes puis analysées par des experts selon des catégories.
Un point toutes les semaines, retransmis en direct sur internet et à la télévision.
Plateforme évolutive en fonction des retours d’expérience.
Anticipation des problèmes :
- canulars
- fausses informations
- militantisme

Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Aidez-nous à financer ces législatives !

Don rapide

Participez à la campagne de Benoît !

Même à distance, vous pouvez aider à faire connaître nos candidats.

Découvrez la dernière vidéo de Benoît !

NOUVELLE VIDEO !

Ukraine Russie : à quoi ressemblera la paix
8 avril
Analyses
NOUVELLE VIDEO !
Ukraine Russie : à quoi ressemblera la paix