Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

21 octobre - LIVRES : Covid-19, la pandémie, vue du terrain Lire 19 octobre - Squid Game,
le jeu de l’oligarchie Lire
19 octobre - Et si on s’inspirait de la Chine ! Lire
AccueilNotre actuActions
Actions

Tract national :
« Arrêtons le jeu de la mort ! »

 

« Arrêtez, arrêtez ! Laissez-moi partir ! » Un homme hurle, enfermé dans une boule métallisée, attaché sur son siège, les poignets menottés par des fils électriques. Il reçoit des décharges de plus en plus fortes que lui administrent des questionneurs pour le punir de n’avoir pas su répondre à leurs questions. Ces décharges iront jusqu’à 460 volts, provoquant la mort du cobaye. C’est le mercredi 17 mars sur France 2 , et il s’agit d’un jeu télévisé de plus.

Son titre est « le jeu de la mort » . La conclusion « suggérée » est que nous serions presque tous de potentiels tortionnaires. En effet, mis en condition par la présentatrice et incités à appuyer sur le bouton de leur manette, sur 69 participants au jeu, 53, soit près de 80 %, ont obéi jusqu’au bout à la règle sans savoir qu’il s’agissait d’un jeu et sont ainsi devenus des assassins, 16 seulement ayant renoncé. Les candidats étaient des Monsieur et Madame tout le monde, sélectionnés par un organisme de recrutement de volontaires pour des sondages qualitatifs sur la consommation, la politique ou les médias. Les 2000 personnes qui formaient le public et encourageaient les assassins en criant « châtiment, châtiment ! » ont été rassemblées par deux sociétés spécialisées dans les jeux télévisés.

ADOLPH EICHMANN ET HANNAH ARENDT

Pourquoi un parti politique comme le nôtre s’intéresse-t-il donc à cet évènement, abondamment couvert dans les pages TV magazine (comme dans Ouest France ) ou Société (comme dans le Journal du dimanche ) des médias ? Justement en raison de ce que ces médias ne disent pas.

Tout d’abord, que cette expérience a été menée pour la première fois aux Etats-Unis par le psychologue Stanley Milgram, testant la « soumission à l’autorité », entre 1961 et 1963. C’était dans le contexte du jugement d’Adolph Eichmann, l’un des principaux responsables de la Shoah. Hannah Arendt, la maîtresse du philosophe pro-nazi Heidegger, avait assisté à ce procès et écrit un essai, publié en 1966 mais dont la thèse avait été auparavant longtemps discutée, intitulé : Eichman à Jérusalem. Rapport sur la banalité du mal . Arendt exprime sa surprise de voir qu’Eichmann, selon elle, n’est pas une personnalité sanguinaire, perverse ou fanatique, mais un fonctionnaire discipliné, « sans pensée propre », imprégné d’une culture du travail bien fait et obéissant à ses chefs. Elle en avait déduit que presque chacun d’entre nous serait un « conformiste en puissance », prêt à faire le pire pourvu que l’environnement le conditionne. C’est aujourd’hui la thèse reprise par le directeur de l’Institut des sciences de la communication au CNRS, Dominique Wolton, non sans liens avec les néo-conservateurs français, qui affirme : « L’homme est un loup pour l’homme, on le savait déjà. »

C’est ce conformisme dans le pessimisme sur la nature humaine que nous voulons dénoncer ici, bien plus grave que celui des « questionneurs » dans l’émission.

QUI PROMEUT LES ASSASSINS ?

Car si Adolph Hitler a pris le pouvoir en Allemagne, ce n’est pas seulement avec l’appui d’Allemands fanatisés par la misère et la crise, dominés par leur environnement, avec l’appui de criminels et de pervers. Seuls, ils n’y seraient certainement pas parvenus. Le facteur décisif fut l’intervention d’un conglomérat d’intérêts financiers, situés à Londres et à Wall Street, qui ont promu Hitler alors que son parti nazi était en faillite. Pourquoi ? Parce qu’en Grande-Bretagne, jusqu’en 1938, on espérait que le nazisme serait un bastion face au communisme, et que beaucoup en France murmuraient : « Plutôt Hitler que le Front populaire ! »

Or, aujourd’hui, nous voici à nouveau dans une situation proche de celle de ces années-là. Les pouvoirs en place, comme les Brüning ou les Laval des années trente, veulent sauver les banques et les sociétés d’assurance en imposant l’austérité aux peuples. On discute de savoir qui le fera, le Fonds monétaire international ou un Fonds monétaire européen, mais les oligarchies ne voient que cette « gouvernance » pour garder leur pouvoir. Déjà, Olivier Blanchard, le bras droit de Dominique Strauss-Kahn au FMI, parle de laisser monter le taux d’inflation pour effacer les dettes des financiers, et tant pis pour les futurs Grecs, c’est-à-dire nous tous.

Le peuple, pour le tenir, rien de tel que de le démoraliser. Si nous sommes tous des salauds en puissance, à quoi bon combattre les salauds au pouvoir ? Les oligarchies imposent la logique du plus fort en démoralisant les faibles, en masquant leurs responsabilités et en intimidant ceux qui voudraient se lever contre elles. Elles traînent dans la boue ceux qui s’insurgent.

Arrêtons au contraire les jeux de la mort du XXIe siècle, ceux de la City et de Wall Street, dénonçons par leur nom nos pires ennemis, combattons-les et nous échapperons ainsi au chaos et à la confusion. Il y a déjà 4 835 000 sans emplois et précarisés en France, plus 1 300 000 travailleurs pauvres. Nous menons déjà une guerre absurde et destructrice en Afghanistan. Le Monde du 13 mars cite page 13 Michel Pébereau, le président de BNP Paribas, disant : « Rien ne sera plus comme avant. » Et page 14, deux articles nous disent : « Près de deux milliards d’euros de bonus pour les traders des banques françaises » et « A France Télécom, la vague de suicides se poursuit ».

N’est-il pas temps d’arrêter tout cela, d’assainir le territoire économique et contre-culturel sur lequel opèrent les hommes-loups de M. Wolton et consorts ?  

Nous proposons des solutions, à l’échelle française et internationale, au niveau de l’économie et de la culture. Prenez contact avec nous ! 

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Christophe • 17/03/2010 - 14:08

    Si c’est le cas, alors cette émission aura été utile. Provoquer et capter l’attention pour montrer. On pourra juger après l’émission.

    bien sur, le rôle d’une telle émission n’est pas de proposer des solutions. Des mouvements politiques et citoyens comme S&P ont pour mission de prendre le relais.

    Ce qui est fait ici avec brio.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 17/03/2010 - 13:59

    " L’homme est un loup pour l’homme" nous dit-on pour justifier ce jeu. Bon.

    Mais en suivant ce raisonnement, qui sera le loup pour Wolton, les dirigeants de France 2 et tous ceux qui acceptent ce jeu et sa diffusion sur nos antennes nationales ?

    Répondre à ce message

  • ? • 17/03/2010 - 02:27

    L’ amor est enfant de bohème...

    Si l’ homme était normalement mauvais pourquoi chercher alors à le démontrer puisque cela irait de soi ?

    A l’ inverse et grossièrement : cette obstination à vouloir le démontrer par cette mascarade ne sous-entendrait-elle pas son contraire soit sa plutôt bonne nature ?

    Enfin, dans l’ hypothèse où notre mauvaise nature serait dominante, nous serions tous globalement mauvais, cela nous semblerait plutôt meilleur, nous trouverions alors convenables les vols, meutres, guerres, famines, tueries et autres destructions, les banksters deviendraient nos héros et nous serions, enfin, tous follement heureux :

    - ah, si seulement nous pouvions être mauvais ça serait le paradis !

    Cette affaire, au lieu de culpabiliser ces "imbéciles" de téléspectateurs, pourrait avoir l’ effet inverse : les prévenir, les saisir et les pousser à réagir puisque la téloche en confirmant l’ inimaginable leur avoue :

    - "votre inquiétude était fondée et quelque chose d’ extrèmement grave est bel et bien en train de nous arriver, à vous ainsi qu’ à toute la société."

    Répondre à ce message

  • azslam • 16/03/2010 - 23:59

    Le réalisateur de cette emission est passé sur plusieurs plateau télé et il a bien été expliqué qu’il s’était inspiré de l’expérience "milgram" ainsi que du film "I comme icare" qui reprenait ce thème (media sur france 5,salut les terriens C+,café picouly france 5).
    C’est triste d’en arriver à faire une telle émission mais regardez le niveau de certaines emissions des pays étranger ils sont pas loin de le faire en vrai,eux.De plus ils commencent à les diffuser en france sur la TNT.
    C’est votre interprétation de penser que les gens vont prendre ça comme une culpabilisation comme quoi l’homme serait mauvais par nature ect. moi je vois ça plutot comme un avertissement sur la légitimité de l’autorité quand il vous demande l’inacceptable (on nous a demandé de renflouer les banques par exemple dans un autre registre). Je pense que cette emission aura le mérite de révéler qu’on a une majorité de moutons en france qui pensent et agissent de manière inconsciente en fonction de ce que dit la télévision ce qui est à mon sens le plus grave.

    Répondre à ce message

  • pegasus • 16/03/2010 - 22:40

    bonjour Ce jeu est place la pour habituer les francais a un avenir programme par les dirigeants ’ (droite et gauche) qui sont a la solde de l’empire anglo saxon
    alors .. ouvrons bien grand les yeux et sachons discerner
     ???

    Répondre à ce message

  • Mme DUBOIS Chantal • 16/03/2010 - 20:34

    Je viens d’envoyer un message à France 2 au sujet de cette émission télévisée qui me fait froid dans le dos.
    Inutile d’essayer de nous faire comprendre que l’isolement crée la dépendance et l’obéïssance aveugle. On a compris depuis un moment. Désolant que France 2 se fasse complice de cette situation bien connue : Isolée pour reigner !....
    Désolant de programmer une telle émission alors qu’il y a tellement de belles choses à partager.
    Je ne trouve pas les mots qui correpondent à mon dégoût !

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard