Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

19 octobre - Helga Zepp-LaRouche et Jacques Cheminade en Chine Lire 19 octobre - Emission spéciale Mandarin TV : La Chine fête ses 70 ans avec Jacques Cheminade Lire 19 octobre - Poutine prône la voie non-linéaire dans les relations internationales Lire
AccueilActualité

Lutte contre le terrorisme : lâcher les néoconservateurs ou sombrer

Nice, Saint-Étienne-du-Rouvray... Le hideux et l’insupportable sont devenus désormais quotidiens, et face à ce terrorisme qui se répand, l’incapacité de nos élus à y mettre fin, doit être pleinement posée. Les têtes patibulaires, suivies des demi-mesures ne suffiront pas : il faut changer totalement de politique.

Côté gouvernement on annonce le renforcement de la lutte contre Daech. Mais lorsque nos forces ont frappé, sans aucun mandat de l’ONU, dans le nord de la Syrie, après l’attentat de Nice, elles ont tué 120 civils ! Les hommes de Daech avaient déjà quitté la localité, fuyant devant les avancées de l’Armée de la République syrienne. Refusant de coordonner notre action avec les seules forces qui ont la volonté de vaincre le terrorisme – l’Armée de la République syrienne et la Russie – nos militaires n’étaient pas au courant de ce « détail ».

La réalité est que comme le dit Le Canard Enchaîné du 20 juillet, dont nous reprenons des extraits ci-dessous, la France refuse de rompre avec la doctrine des néoconservateurs américains qui consiste à instrumentaliser les djihadistes – repeints en « terroristes tolérables » - pour chasser Bachar al-Assad du pouvoir, et seulement ensuite lutter contre les extrémistes. On a vu le « succès » de cette stratégie en Libye.

Côté opposition, à droite et à l’extrême droite, c’est la surenchère dans les stratégies sécuritaires, sans toucher au fond de la question : les guerres coloniales de changement de régime, menées avec les États-Unis et le Royaume-Uni au Moyen-Orient, à l’aide des djihadistes, et l’absence de politique de paix par le développement des deux côtés de la Méditerranée permettant à chacun de mener une vie productive dans son pays d’origine.

Sans aller au cœur des choses, les stratégies proposées par Les Républicains (LR) ne peuvent réussir ; elles ne réussissent pas déjà. Pire, elles risquent de nous conduire vers une guerre civile, en raison des amalgames faits entre terroristes et des millions de Français issus de l’immigration maghrébine ou de confession musulmane.

Que demandent Les Républicains ? D’apposer des bracelets électroniques sur tous les fichiers S. Est-ce que cela a empêché l’égorgeur du père Jacques Hamel de commettre son méfait ? De créer un Guantanamo à la française. L’original de ce modèle, a-t-il permis aux États-Unis d’empêcher les attentats sur son territoire ? Eric Ciotti prône l’interruption « totale » des flux migratoires des zones à risques. Mais, a-t-il songé de mettre fin à l’Europe supranationale actuelle dans laquelle Schengen et la libre circulation des biens et de personnes sont un droit fondamental ?

Quand aux « centristes », Hervé Morin a proposé dans les pages du Figaro « d’israéliser notre sécurité » ! Est-ce que ces pratiques ont réussi en Israël, embourbé depuis plus de 30 ans dans une guerre civile permanente ? Même question : à quoi ont servi à Nice, toutes les caméras de surveillance – 1 par 360 habitants ? Car pour que ces techniques marchent, encore faut-il que ceux qui sont censés surveiller caméras et autres techniques, aient la volonté de réussir.

Au Royaume-Uni, aux États-Unis, les peuples commencent à se réveiller à l’état terrifiant de leurs pays, et à demander des comptes à leurs élus. 1) Au Royaume-Uni, l’enquête de la Commission Chilcot sur le rôle « d’instigateur » de la première guerre d’Irak que Tony Blair a pu jouer, a statué le 6 juillet, que cet ancien Premier ministre britannique, n’avait pas épuisé toutes les voies de la paix avant de déclencher ce conflit.

Aux États-Unis, sous la pression des élus démocrates et républicains du Congrès, et des familles des victimes du 9/11, Obama a enfin accepté de rendre publiques les 28 pages du rapport de la Commission conjointe du Congrès sur les attentats du 11 septembre 2001 qui incriminent l’Ambassadeur d’Arabie saoudite à Washington de l’époque, le Prince Bandar ben Sultan, et d’autres officiels saoudiens, dans la préparation des attentats du 11 septembre contre les Twin Towers.

Tony Blair, Bandar ben Sultan, voilà l’opération des néoconservateurs qui est encore active en France aujourd’hui et qui est dénoncé par le Canard.

Sommes-nous aussi bêtes pour ne rien changer ? Si nos responsables ne le font pas, le peuple français devra faire ce travail. Jacques Cheminade et Solidarité & Progrès ont déjà commencé.

Une coopération USA-Poutine en Syrie et en Irak - Washington propose « un commandement conjoint », pour bombarder Daech et Al-Nosra.

Le Canard Enchaîné du 20 juillet 2016.
Extraits :

« Avec la bénédiction de Barack Obama, le secrétaire d’État John Kerry est arrivé à Moscou, le 14 juillet, porteur d’un document qui rend furieux les « faucons » américains, quelques « néoconservateurs » du Quai d’Orsay et certains experts en « djihadologie » français et européens auxquels le seul nom de Poutine donne des boutons.

Le « Washington Post » a publié des extraits de ce « projet de fiançailles antiterroristes », comme le qualifie un diplomate français. Obama propose en effet à Poutine l’installation d’un « commandement militaire conjoint », à Amman, en Jordanie, et « une coordination en vue d’opérations militaires avec partage du renseignement, ciblage des objectifs et planification des frappes aériennes ». Il s’agit de passer d’un accord de fait – depuis plus d’un an, Américains et Russes bombardent en évitant que leurs avions ne se percutent - à une franche coopération. L’ambition commune est d’en finir avec Daech et Al-Nosra, la filiale syrienne d’Al-Qaïda.

Pour Obama, Kerry et le Pentagone, c’est une véritable autocrit