Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

13 novembre - Sortons du piège de la finance verte Lire 13 novembre - Sauvons l’hôpital public de la casse financière Lire 12 novembre - Pétition Républicaine contre le projet HERCULE qui organise le morcellement d’EDF Lire
AccueilDocument de fond

Léonard de Vinci et la créativité dans la nature

Nous fêtons cette année le 500e anniversaire de la mort de l’un des représentants les plus doués de notre espèce. Alors que le monde occidental traverse une crise particulièrement grave au niveau intellectuel, économique, moral et politique, ressourçons-nous donc dans sa pensée pour retrouver notre optimisme sur la nature humaine !

Face aux accusations qui montent en flèche contre le génie humain, sous la poussée de l’idéologie écolo-malthusienne, l’une des principales contributions de Léonard aura été de montrer que l’homme n’est pas différent de la nature ni « opposé » à elle. Grâce à ses recherches approfondies, il découvrit que l’homme créateur est parfaitement en phase avec un univers lui-même créateur, et que c’est en découvrant les lois de la nature qu’il peut vivre en cohérence avec cet univers et en être responsable.

Et c’est parce qu’il s’est inspiré de l’intelligence de la nature pour ses applications technologiques, que Léonard est justement considéré aujourd’hui comme le père ou l’un des pères du « biomimétisme ». Cette science développe des technologies extrêmement performantes, basées sur les principes de fonctionnement des plantes, des animaux et d’autres phénomènes vivants.

Une approche universelle de la connaissance

Avant d’en venir au biomimétisme, examinons d’abord l’approche générale de Léonard.

S’il a découvert un très grand nombre de phénomènes, c’est sa méthode de recherche, sa conviction que les lois de l’univers s’appliquent à tous les domaines de l’existant, bien que de façon différente, qui lui ont permis d’être un précurseur dans bien des domaines.

Contrairement à la trop grande spécialisation qui caractérise et stérilise aujourd’hui notre pensée, c’est la recherche par analogie entre tous les domaines de la nature qui permit à Léonard de faire des pas de géant.

Prenons ses études sur la propagation des ondes dans deux fluides, l’air et l’eau, qu’on peut considérer comme précurseurs de l’hydrodynamique moderne. Jetez une pierre dans l’eau et observez, comme Léonard, ce qu’il s’y passe. Des cercles concentriques se forment autour de son point de chute. Ils s’étendent sur la surface de l’eau et peuvent même s’entrecroiser avec d’autres sans se briser ; ils ne transportent pas cependant de la matière (Fig. 2).

Si vous jetez une feuille par-dessus, vous verrez qu’elle ne bouge pas. Rien à voir avec les vagues déferlantes qui, avec leur force, portent les surfeurs, phénomène que De Vinci avait étudié comme on le voit dans ce dessin. (Fig. 3) !

fig.2 et Fig.3

En tombant dans l’eau, deux pierres forment des vagues concentriques autour d’elles qui s’entrecroisent, mais ne portent pas de matière.

Léonard établira que ces deux types de propagation des ondes, par cercles concentriques ou par tourbillons ou vortex, se produisent aussi dans l’air, bien que différemment, car l’air est compressible. Ici, son dessein sur les vortex qui se forment sur les ailes et le dos des oiseaux lorsqu’ils prennent leur envol. (Fig. 4).

Les travaux menés bien plus tard sur les ondes de choc supersoniques produites par les avions franchissant le mur du son, lui donneront entièrement raison (Fig. 5).

En étudiant le comportement des gouttes d’eau tombant sur un plan d’eau (qui, nous le savons aujourd’hui, rebondissent (Fig. 6)), Léonard découvrit aussi la spécificité de la surface de l’eau, une couche limite qui se crée à la jonction des deux milieux, l’eau et l’air, et dont la nature est différente de celle de l’eau sous-jacente et de l’air qui l’environne.

Fig.4
Les travaux menés bien plus tard sur les ondes de choc supersoniques produites par les avions franchissant le mur du son, lui donneront entièrement raison.
Fig.5
Les travaux menés bien plus tard sur les ondes de choc supersoniques produites par les avions franchissant le mur du son, lui donneront entièrement raison.
Il a découvert que les gouttes d’eau qui tombent sur un plan d’eau rebondissent sur la surface.
Fig.6
Il a découvert que les gouttes d’eau qui tombent sur un plan d’eau rebondissent sur la surface.

Ainsi, écrit-il, une surface est une limite commune à deux corps, qui n’est pas continue et ne fait partie d’aucun des deux.

(Trop abimé pour être publié, le dessin de Léonard fait partie du Codex Atlanticus 68rb).

Recherches comparatives de Léonard sur la propagation des ondes sonores, lumineuses, électromagnétiques et olfactives.
Fig. 7
Recherches comparatives de Léonard sur la propagation des ondes sonores, lumineuses, électromagnétiques et olfactives.

L’on découvrira au XIXe siècle que ce même phénomène est responsable de la création de tourbillons aux extrémités et sur le dos des ailes des avions, qui leur permettent de s’élever (portance), phénomène que Léonard avait aussi étudié. La couche limite est produite par la viscosité des fluides, l’air dans cet exemple, au contact avec l’avion.

D’autres recherches comparatives sur la propagation des ondes sonores, lumineuses, électromagnétiques et olfactives confirment que son approche universelle est valable pour l’ensemble de la création (Fig. 7).


L’art de voler

Venons-en maintenant au biomimétisme. Qui ne connaît pas la célèbre bande Velcro, grâce à laquelle nous fermons nos chaussures, sacs, ceintures, vêtements et quantité d’autres objets ? Ou « l’effet lotus », inspiré des qualités hydrophobes et autonettoyantes de la fleur du même nom, que l’on retrouve notamment dans les peintures des façades d’immeubles.

Ce sont les recherches et expérimentations de Léonard pour faire voler l’homme en s’inspirant du vol des oiseaux, connues dans le menu détail grâce à son Codex sur le vol des oiseaux, publié en 1505 (160 pages et 500 esquisses), qui lui permettraient aujourd’hui de postuler au titre de fondateur du biomimétisme.

Léonard étudie d’abord les phénomènes se produisant dans l’eau, notamment la résistance qu’elle oppose à tout mouvement qui a lieu en son sein, phénomène qui nous permet notamment de nager, ou de nous déplacer en ramant. L’air aussi offre une résistance, sur laquelle on s’appuie pour voler.

Voici ce qu’en dit Léonard :

La chose qui frappe l’air a une force égale à l’air qui frappe la chose ; tu vois que le battement des ailes contre l’air fait soutenir l’aigle pesant dans l’air le plus haut et le plus raréfié (…) ; tu vois aussi l’air qui se meut sur la mer remplir les voiles gonflées et faire courir le navire lourdement chargé ; ce sont précisément les raisons pour lesquelles tu découvriras que l’homme, avec ses grandes ailes artificielles appuyant avec force contre l’air résistant, pourra le soumettre, et victorieux, s’élever au-dessus de lui. »

Dans un premier temps, Léonard fera des études sur les structures des ailes d’oiseaux et de chauves-souris (Fig.10). Grâce à des systèmes mécaniques de transmission du mouvement permettant d’augmenter sa force musculaire, il tentera de faire voler l’homme en utilisant ses bras et ses jambes comme moteurs. On parlerait aujourd’hui d’homme « augmenté » !

Ces expériences seront un échec car l’homme n’a pas assez de force pour soulever son propre poids.

Sa vis aérienne (Fig. 8), que l’on prend, à tort, pour un hélicoptère, fut une autre tentative géniale pour s’élever dans les cieux. « Si cet instrument, qui a la forme d’une vis, est bien fait, c’est-à-dire fait d’une toile de lin dont les pores sont bouchés avec de l’amidon [de façon a être le plus étanche possible], et si on le fait tourner rapidement, j’estime que cette vis fera son écrou dans l’air et qu’elle s’élèvera. » Faute de moteur, cependant, elle ne pourra pas décoller.

A partir de 1503, il abandonne cette approche en faveur de machines destinées au vol plané. Son attention se concentre alors sur les rapports entre l’air et les ailes d’oiseaux. Il étudie le vol de grands rapaces tels que le milan, qui « battent peu des ailes [et] recherchent le cours du vent ; et quand le vent règne dans les hauteurs, alors on les voit à grande altitude, et s’il règne à basse altitude, ils volent à basse altitude. » Il s’intéresse aussi aux « mouvements de circonvolution des oiseaux lorsqu’ils s’élèvent sur le vent sans battre des ailes ».

Léonard s’approche du phénomène de la portance en découvrant les tourbillons qui se forment aux extrémités des ailes et sur le dos des oiseaux (Fig. 4), phénomène qu’il a aussi étudié dans l’eau à l’aide d’un bâton (Fig. 9). Il sait aussi que pour s’élever, les oiseaux déploient l’extrémité de leurs ailes, alors que pour descendre, ils les replient. De ce point de vue, son planeur avec des ailes fixes à l’intérieur et amovibles à l’extérieur émerveille encore (Fig. 1) ! Ses dessins décrivant comment un oiseau peut se maintenir en l’air, sans battre des ailes, en bénéficiant uniquement des vents venant d’une falaise voisine et de la position oblique de ses ailes, sont évocateurs d’une recherche qui aurait pu le conduire à découvrir le phénomène de portance (Fig. 11).

Léonard faisait des études sur les structures des ailes d’oiseaux et de chauves-souris.
Fig.10
Léonard faisait des études sur les structures des ailes d’oiseaux et de chauves-souris.
Sa vis aérienne, que l’on prend, à tort, pour un hélicoptère, fut une autre tentative géniale pour s’élever dans les cieux.
Fig.8
Sa vis aérienne, que l’on prend, à tort, pour un hélicoptère, fut une autre tentative géniale pour s’élever dans les cieux.
Léonard découvre les tourbillons qui se forment aux extrémités des ailes et sur le dos des oiseaux (Fig. 4), phénomène qu’il a aussi étudié dans l’eau à l’aide d’un bâton.
Fig.9
Léonard découvre les tourbillons qui se forment aux extrémités des ailes et sur le dos des oiseaux (Fig. 4), phénomène qu’il a aussi étudié dans l’eau à l’aide d’un bâton.
Léonard sait que pour s’élever, les oiseaux déploient l’extrémité de leurs ailes, alors que pour descendre, ils les replient. Son planeur avec des ailes fixes à l’intérieur et amovibles à l’extérieur émerveille encore.
Fig. 1
Léonard sait que pour s’élever, les oiseaux déploient l’extrémité de leurs ailes, alors que pour descendre, ils les replient. Son planeur avec des ailes fixes à l’intérieur et amovibles à l’extérieur émerveille encore.
Ses dessins sont évocateurs d’une recherche qui aurait pu le conduire à découvrir le phénomène de la portance.
Fig.11
Ses dessins sont évocateurs d’une recherche qui aurait pu le conduire à découvrir le phénomène de la portance.

Ce n’est donc pas le moteur qui fait voler un avion mais son aile, qui génère de la portance. On appelle ainsi la force qui "aspire" l’avion vers le haut, en phase de décollage. En frappant l’avion à une certaine inclinaison, l’air produit une "surpression" à l’intrados, et une dépression sur l’extrados de l’aile, qui provoque l’effet de succion de l’avion vers le haut.

S’inspirer du vivant

Léonard se pencha aussi sur d’autres phénomènes particulièrement intéressants qui trouvent aujourd’hui leur pleine application, notamment la géométrie de la croissance des arbres et des os. Il établit la règle de l’égalité du diamètre du tronc d’un arbre et de la somme des diamètres de ses branches secondaires, à quelque niveau de ramification que l’on se place (Fig. 12). Une simulation sur ordinateur a été récemment réalisée en reprenant cette règle. Testée en soufflerie virtuelle, elle a confirmé que ces arbres étaient les mieux adaptés pour résister aux fortes tempêtes.
La recherche de Léonard sur la structure osseuse, combinée à l’étude des arbres, permit au physicien Claus Mattheck et à ses collaborateurs de l’Institut technologique de Karlsruhe, en Allemagne, de développer en 1980 des programmes informatiques pour optimiser le poids et la forme des éléments de construction, particulièrement prisés aujourd’hui dans l’industrie automobile. Il s’agit des programmes bioniques SKO (Soft Kill Option) et CAO (Computer Assisted Optimisation), qui, ensemble, contribuent à élaborer des formes inspirées de la nature pour créer des structures les plus légères possible, mais aussi les plus solides !
Pour ce qui est des os, la coupe longitudinale d’un fémur réalisée par Léonard (Fig. 13) a révélé une structure permettant d’assurer à la fois une grande légèreté, mais aussi une grande robustesse pour faire face aux fortes contraintes de traction et de pression auxquelles les os sont soumis. Les cavités osseuses ne sont ni complètement creuses, ni complètement pleines. Elles se composent d’un treillis, semblable à une éponge, constitué de fines poutrelles ramifiées, et là où aucune pression ne s’exerce sur l’os, de parties presque entièrement vides. Le choix d’ajouter ou non de la substance osseuse serait dû à l’interaction coordonnée des cellules osseuses spécialisées. Aujourd’hui, le modèle d’optimisation SKO permet de savoir où l’on peut réduire la quantité de matière car les contraintes y sont les plus faibles.
Les arbres, quant à eux, sont soumis aux contraintes les plus fortes aux embranchements et au départ de leurs racines. A ces endroits fragiles, se crée naturellement un surplus de bois qui prend la forme d’une encoche arrondie permettant d’obtenir une meilleure répartition des contraintes et une diminution du risque de rupture. Là aussi les programmes d’optimisation numérique (CAO), fondés sur les découvertes de Léonard, permettent de renforcer les zones externes des éléments de construction soumis à de fortes contraintes (Fig. 14).

Ses recherches sur l'égalité entre la taille du diamètre du tronc d’un arbre et la somme des diamètres de ses branches secondaires, sont très utiles encore maintenant.
Fig.12
Ses recherches sur l’égalité entre la taille du diamètre du tronc d’un arbre et la somme des diamètres de ses branches secondaires, sont très utiles encore maintenant.
Ses recherches sur la structure du fémur, sont encore utilisées dans les modèles d'optimisation permettant d’assurer à la fois une grande légèreté, mais aussi une grande robustesse pour faire face aux fortes contraintes de traction et de pression. auxquelles les os sont soumis.
Fig. 13
Ses recherches sur la structure du fémur, sont encore utilisées dans les modèles d’optimisation permettant d’assurer à la fois une grande légèreté, mais aussi une grande robustesse pour faire face aux fortes contraintes de traction et de pression. auxquelles les os sont soumis.
Les modèles d'optimisation des structures des voitures, bénéficient aujourd'hui des recherches de Léonard.
Fig.14
Les modèles d’optimisation des structures des voitures, bénéficient aujourd’hui des recherches de Léonard.

Beauté artistique et lois de la nature

Aucun article sur Léonard ne serait complet s’il ne montrait comment il intègre ses découvertes de la nature à son travail artistique, car il ne sépare pas réflexion scientifique et beauté artistique. Au contraire ! C’est parce que la peinture, grâce à la vue, peut comprendre l’ensemble de l’univers, que cet art est selon lui le plus parfait. « Si tu méprises la peinture, qui seule peut imiter tous les produits visibles de la nature, tu méprises à coup sûr une invention subtile, qui, par ses raisonnements philosophiques et difficiles, examine toutes les qualités des formes, les mers, les sites, les plantes, animaux, herbes, fleurs, tous baignés d’ombre et de lumière. Et cette science (…) nous l’appellerons petite fille de la nature, parce que la nature a produit toutes les choses visibles, et de ces choses est née la peinture. Nous l’appellerons donc justement petite fille de cette nature et parente de Dieu. »
Ses recherches sur l’atmosphère conduisirent Léonard à formuler les lois de la perspective aérienne qui, avec la perspective linéaire, permettent à l’œil de distinguer dans un tableau le degré d’éloignement de toutes les choses.
« Il existe, dit Léonard, une perspective que l’on nomme aérienne, qui, par les différences de couleur de l’air, peut nous faire discerner les distances respectives de plusieurs édifices », qui sont tous en réalité sur la même droite. Mettons « que tu veuilles montrer que les uns sont plus éloignés que les autres (…). Tu sais que dans une telle atmosphère, les objets les plus distants qu’on y discerne, comme par exemple les montagnes, paraissent, à cause de la grande quantité d’air qui se trouve entre ces montagnes et ton œil, bleues presque comme la couleur de l’air quand le soleil se lève. » Ainsi, plus les objets sont éloignés, plus ils seront bleutés et leurs contours de moins en moins précis.
Du même coup, Léonard explique pourquoi l’air nous paraît bleu : « J’affirme que l’azur que nous voyons dans l’atmosphère n’est pas sa couleur propre, mais est causé par une humidité chaude qui s’évapore en particules très petites et invisibles, et qui est frappée par les rayons du soleil et devient lumineuse sous le noir des immenses ténèbres de la sphère du feu, qui l’enveloppe de l’extérieur. » L’on voit ces conceptions utilisées à merveille dans le tableau de La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne que nous pouvons admirer au Louvre, entre la Vierge et sainte Anne, créant un phénomène de distanciation dans la temps entre les deux, et aussi, de manière très frappante, avec le paysage à l’arrière (Fig. 15).
Mais pour Léonard, l’art de la peinture est aussi une science, car elle est d’abord « dans l’esprit de l’artiste et ne vient à sa perfection que par l’opération manuelle, avec ses principes vrais et scientifiques posant d’abord ce qu’est un corps qui projette une ombre primitive ou dérivative ; ce que sont la lumière et les ténèbres, la clarté, la couleur, le corps, la figure, le site, le lointain, l’alentour, le mouvement et le repos, qui se comprennent sans opération manuelle ; et cela forme la science de la peinture. »
« Le mouvement et le repos », nous dit de Vinci. Regardons une fois de plus sa sainte Anne. Observons comment Marie, assise sur les genoux de sa mère, pivote, tel un engin mécanique, dans un mouvement de type tourbillonnaire qui nous conduit vers l’Enfant Jésus. Un dessin préparatoire confirme le mouvement de rotation que de Vinci souhaitait imprimer à ces personnages. Ailleurs, on retrouvera des dessins où les tresses d’une belle dame trouvent leur inspiration dans « la chevelure » des tourbillons dans l’eau (Fig. 16).
De Vinci est emblématique des pouvoirs créateurs et de l’amour de ses semblables, grâce auxquels l’homme a toujours trouvé les solutions technologiques permettant de découvrir de nouvelles ressources pour son espèce, passée de quelques dizaines de milliers d’individus aux 7,7 milliards d’aujourd’hui.

... plus les objets sont éloignés, plus ils seront bleutés et leurs contours de moins en moins précis, disait Léonard qui a découvert la perspective aérienne.
Fig.15
"... plus les objets sont éloignés, plus ils seront bleutés et leurs contours de moins en moins précis", disait Léonard qui a découvert la perspective aérienne.
Toujours à chercher l'analogie, on retrouvera des dessins de Léonard où les tresses d’une belle dame trouvent leur inspiration dans « la chevelure » des tourbillons dans l’eau.
Fig.16
Toujours à chercher l’analogie, on retrouvera des dessins de Léonard où les tresses d’une belle dame trouvent leur inspiration dans « la chevelure » des tourbillons dans l’eau.

Bibliographie :
1) Léonard de Vinci, La Nature et l’Invention, publié sous la direction de Patrick Boucheron et Claudio Giorgione à l’occasion de l’exposition « Léonard de Vinci, projets, dessins, machines » à la Cité des Sciences, conçue et réalisée par Universcience en 2012-2013.

2) Leonardo da Vinci and the True Method of Magnetohydrodynamics, magazine Fusion, Jan/Feb. 1986.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lévy Erez • 02/09/2019 - 23:35

    Merci beaucoup de cet exposé qui éclaire de façon concise et vivante les intuitions, les observations et les projections de l’homme génial. Il donne l’envie et le courage d’aller chercher plus en profondeur sur les pas d’une révélation centrale des forces de la nature et des aptitudes de l’homme, sans oublier les émouvants propos sur la peinture.

    • Christine Bierre • 03/09/2019 - 15:28

      Merci M. Lévy. Est-ce que vous écrivez vous-même ?

    Répondre à ce message

  • Renaud PEIRANI • 30/08/2019 - 11:15

    Les tableaux de Léonard qui associent la présence féminine et les rochers sauvages, évoquaient peut-être pour lui l’idée que la gentillesse et la vertu finiront par s’imposer.

    • Christine Bierre • 30/08/2019 - 11:48

      Bonjour M. Peirani, merci pour votre réaction. Je ne peux qu’avoir de la sympathie pour ce que vous écrivez ! Plus généralement, pour ces génies de la renaissance, l’homme, à l’image d’un Dieu créateur, est le couronnement de la création. Car lui, contrairement aux roches, dont l’organisation physique reflète un certain degré de perfection de la nature, il est doué de Raison et peut transformer la nature. C’est, ce que je vois dans ce tableau en particulier.

    Répondre à ce message

  • Alain de Wailly • 30/08/2019 - 01:36

    La phrase "Réconcilions l’homme et la nature !" semble maladroite dans le contexte actuel où la trilogie du "faire", du "connaître" et de "l’aimer" tend à se décaler vers le troisième terme. Il me semble que l’entrée de lecture par un titre pareil risque de créer chez certains lecteurs une impression de manque, et ce serait dommage avec un article d’excellente vulgarisation.

    • Christine Bierre • 30/08/2019 - 10:35

      Bonjour Alain, Merci de réagir, mais je ne trouve pas cette phrase dans mon article. Je ne l’aurait pas choisi car, en effet, ce sur quoi je veux insister dans cet article est sur le fait que l’homme et la nature font partie d’une même matrice, créative, et que c’est en s’inspirant de la créativité de la nature qu’il est peut se mettre en cohérence avec elle.

    • Christine Bierre • 30/08/2019 - 11:29

      Suite de ma réponse à Alain, Je l’ai mis comme ça parce qu’habituellement, pour la plupart de nos philosophes, la nature est mécaniste et bête, alors que dès qu’on y regarde de près, les principes qui l’organisent sont d’une très remarquable intelligence. Pas tout évidemment. Et il arrive souvent aussi que les hommes se mettent à quatre pattes...

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Approfondir

Refonder l’Europe

L’Europe n’est pas l’Union européenne (UE) ! L’UE est devenue la caricature destructrice de ce que devrait être une Europe progressant dans l’intérêt mutuel des peuples et des nations qui la composent. C’est pourquoi il faut la dissoudre.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard