Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilDocument de fondEconomie
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Mission d’étude au pays des Nouvelles Routes de la soie

JPEG - 399.8 ko

Alors que la propagande antichinoise bat son plein dans les pays occidentaux, j’ai eu l’opportunité de regarder de près ce grand projet en participant à la deuxième mission d’étude sur les Nouvelles Routes de la soie, un voyage officiel organisé en octobre dernier par le gouvernement chinois pour une délégation française composée de journalistes, analystes de grands cercles de réflexion, juristes, entrepreneurs et responsables politiques.

Un programme remarquable, dans l’esprit des missions d’information qui avaient amené des responsables français aux Etats-Unis, après la Deuxième Guerre mondiale, afin qu’ils s’inspirent des grands progrès réalisés au cours du New Deal, faisant des Etats-Unis la première puissance mondiale. C’est en effet le même type de miracle économique que la Chine a réalisé ces dernières années !

Beijing

Première étape : la capitale chinoise, où nous parcourons les grandes avenues bordées d’immeubles cossus et modernes pour aller à la rencontre de certains directeurs de fonds qui investissent en Afrique ou ailleurs dans le contexte des Nouvelles Routes de la soie, ainsi que de dirigeants des centres de recherche économique de l’Etat et de hauts-responsables des Affaires étrangères.

JPEG - 86.1 ko

Notre premier interlocuteur, M. Shi Jiyang, le président du China-Africa Development Fund (Cadfund), nous confirme l’importance que la Chine accorde à sa coopération économique avec l’Afrique. Le besoin du continent en matière d’infrastructures est estimé à 100 milliards par an, dont seuls 50 milliards sont pourvus. Lors du dernier Forum de la coopération sino-africaine à Beijing, le président Xi Jinping a doublé le capital de Cadfund, pour atteindre 10 milliards de dollars.

Des succursales de ce fonds opèrent déjà en Zambie, Ghana, Kenya, Ethiopie et Afrique du Sud. Elles financent 92 projets dans 36 pays, dans le secteur des transports, de l’énergie, des mines, des télécommunications, de l’industrie manufacturière et de la protection sociale.

Après s’être investi en Afrique anglophone, la Chine se tourne désormais vers les pays francophones, notamment le Maroc et le Sénégal. Nos interlocuteurs nous font part de leur désir de réaliser des projets conjoints avec la France en Afrique, où elle a une forte influence dans une vingtaine des pays. Pour établir des parcs industriels par exemple. Quelques coopérations modestes sont en cours, que la Chine espère voir grandir. Depuis le voyage d’Emmanuel Macron en Chine, en janvier 2018, son ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, y est retourné trois fois pour établir une liste de projets prioritaires entre les deux pays, notamment dans le domaine de l’intelligence artificielle. Nos interlocuteurs évoquent aussi des coopérations en cours avec EDF, Air France et BNP Paribas.

A ces fonds s’ajoutent ceux de l’ICBC (Industrial and Commercial Bank of China) dont nous avons rencontré plusieurs dirigeants. Avec un capital de 4100 milliards de dollars, l’ICBC finance 200 projets dans les domaines de l’électricité, du transport, des manufactures et des hydrocarbures en Afrique et ailleurs.

Egalement dans le secteur des obligations vertes, où elle a quelques partenariats avec le Crédit agricole, qui participe à une table ronde sur les Nouvelles Routes de la soie.

Le courroux de la Chine contre l’unilatéralisme de Trump

JPEG - 475.9 ko
Ministère des affaires étrangères de la Chine
Crédit : Christine Bierre

Du point de vue politique, lors des déjeuners informels, les hauts responsables des Affaires étrangères expriment librement leur agacement contre les « tendances unilatéralistes » en politique internationale, sans pour autant citer personne. La guerre commerciale lancée par Trump est dans tous les esprits, de même que la menace de représailles contre ceux qui refuseraient d’appliquer les sanctions américaines contre l’Iran. Trump aurait même mis en garde Macron contre les transferts de technologie nucléaire (civile) à la Chine !

A contrario, les responsables chinois donnent volontiers en exemple les bonnes relations qu’ils entretiennent avec la France : si les Etats-Unis et le Royaume-Uni se permettent des intrusions dans la zone de 12 miles nautiques appartenant à la Chine en Mer de Chine méridionale, la France, elle, navigue uniquement dans les eaux internationales. Ils se déclarent aussi prêts à examiner avec l’Europe la création de mécanismes de « clearing », qui permettraient aux deux parties d’échapper aux sanctions américaines et de poursuivre leur coopération avec l’Iran.

Enfin, ces mêmes responsables se disent ouverts au « projet de connectivité entre l’Europe et l’Asie » de l’UE, présenté pourtant comme « concurrent » à l’initiative chinoise, estimant que plus on investira dans les infrastructures de transports, mieux ce sera pour tout le monde.

Le modèle économique chinois

Place ensuite à des entretiens avec les chercheurs du Centre de recherche sur le développement au sein du Conseil d’Etat, qui nous apprennent tout sur le modèle économique chinois actuel. En France, nous pouvons établir un parallèle entre leur modèle et notre « planification indicative ».

Le gouvernement central, nous explique l’un des responsables, fixe les orientations générales ; les provinces les mettent en pratique, selon leurs besoins propres et avec la liberté d’aller chercher elles-mêmes des capitaux, y compris à l’étranger. Mais les principaux acteurs sont les entreprises qui, elles, doivent obéir à la loi du marché. Ces entreprises sont privées ou publiques, et le gouvernement veille à ce qu’il y ait une saine concurrence et qu’elles soient toutes traitées de la même manière.

Comment le gouvernement choisit-il ses priorités nationales ? Nous apprenons ainsi que les « capitaux nationaux » sont orientés par la Commission nationale des capitaux selon deux grands critères :

  1. la sécurité nationale et
  2. le bien-être de la population. Par exemple, en 2030, 25 % de la population chinoise aura 60 ans et plus, un handicap que la Chine veut transformer en atout, grâce au développement des services au Grand Age.

Pour donner un coup de fouet à ce secteur de l’économie qui n’avance pas assez vite, le gouvernement peut décider d’investir ses capitaux nationaux pour acheter telle ou telle entreprise privée, qui devient alors une entreprise mixte.

Une société plus écologique ?

Deuxième grand volet de la discussion dans cette enceinte, notamment, l’engagement de la Chine à adopter un modèle écologique de croissance pour faire face à son très grave problème de pollution.

La Chine a suivi la voie des pays industrialisés, nous explique le responsable du secteur écologie. Les modèles américain et européen produisent beaucoup de croissance et de consommation, mais aussi de déchets, c’est pourquoi la Chine a choisi désormais de développer une civilisation écologique.

Bien sûr, elle garde l’objectif de rendre le pays modérément prospère d’ici 2030, ce qui exige une croissance toujours plus élevée, problème qu’elle résout en faisant appel aux technologies toujours plus innovantes et propres.

Cap sur Zhengzhou, porte d’entrée vers les Nouvelles Routes de la soie

JPEG - 469.6 ko
Canal de Dongfeng
Zhendong New Area, province de Zhenzhou (Henan)

Nous nous dirigeons enfin vers la province du Henan, au centre-est de la Chine, et vers sa capitale Zhengzhou, ancienne capitale de 4 des 8 dynasties les plus anciennes de la Chine, depuis la dynastie Shia (2200 av.- J.C.) jusqu’aux Song du Nord (960 à 1127 apr.-J.C.).

JPEG - 491.6 ko
Carte des durées en temps réels des trajets Zhengzhou-Europe
Crédit : Christine Bierre

Traditionnellement considéré comme le grenier à blé de la Chine, le Henan a connu un développement industriel fulgurant depuis quelques années, profitant de sa position avantageuse pour devenir un hub logistique des Nouvelles Routes de la soie vers l’Europe.

Centre logistique Trans-Eurasia

JPEG - 442.6 ko
Peinture
Centre logistique Eurasia, départ des trains de la Nouvelle Route de la soie vers l’Europe
Crédit : Christine Bierre

Transportés par un TGV beaucoup plus confortable que les nôtres, nous visitons d’abord le centre logistique Trans-Eurasia d’où partent des trains vers l’Europe, ainsi que la zone industrielle et le centre de E-commerce et des magasins sans employés. Au total, 8 trains de marchandises font chaque semaine l’aller-retour vers Munich et Hambourg, alors que 18 vols assurent une liaison vers le Luxembourg.
 
 

JPEG - 357.4 ko
Magasin entièrement en self-service
Crédit : Christine Bierre

 
 
 
 
 
Un centre de E-commerce opérant dans la zone franche permet d’acheminer très rapidement des produits bon marché vers d’autres localités. Ainsi, depuis quelques années, la croissance au Henan représente un cinquième de celle de l’économie chinoise.
 
 
 
 
 
 

Visites des usines Yutong et Yto

JPEG - 414.3 ko
Usine des bus Yutong
Terrain pour tester l’équilibre des bus.

Nous visitons ensuite l’usine ultra-moderne, entièrement robotisée, des bus Yutong, l’une des plus grosses entreprises du monde, utilisant les méthodes industrielles les plus éprouvées, c’est-à-dire allemandes. Plus tard, nous découvrirons aussi l’usine de tracteurs de YTO Corporation, également à la pointe de la technologie.

Au menu des discussions avec les hauts responsables de cette ville, ainsi que ceux de Luoyang que nous visiterons le lendemain, les richesses agricoles, industrielles, scientifiques mais aussi culturelles, en vue d’une coopération bien plus grande avec la France, dont cette province se sent déjà proche.

JPEG - 514.3 ko
Assemblage d’un tracteur
Yto Group Corporation (première compagnie chinoise de fabrication de tracteurs).
Crédit : Christine Bierre

 
 
Visite enfin du YTO Group Corporation (First tractor company Ltd) un des leaders mondiaux dans les domaines des tracteurs agricoles, des engins de travaux publics et du matériel de construction, production d’énergie mobile, et véhicules spéciaux de chantier. L’occasion aussi d’apprendre que la Chine avait devancé les Occident de quelques 1000 ans dans la découverte de la charrue !
 
 
 
 

JPEG - 6 Mo
Une ancienne charrue
Invention de la charrue par la Chine au VIe siècle av.J.-C.
Crédit : Christine Bierre

En échangeant avec nos différents interlocuteurs, nous constatons à quel point le citoyen chinois aime l’histoire ancienne de son pays, qu’il voit comme la base même de la projection de sa nation vers le futur. Ici, les traces d’une civilisation très ancienne se mêlent aux gratte-ciels qui constituent l’essentiel des bâtiments de ces deux villes, où vivent aujourd’hui 9,5 millions d’habitants pour Zhengzhou et 6 pour Luoyang. Les premiers vestiges d’une société agricole remontent à 10 000 ou 5000 ans vers les débuts de la civilisation. Le Henan compte 340 musées et 47 millions de pièces archéologiques, un patrimoine culturel coûteux à entretenir, qui pourrait faire l’objet de coopérations avec d’autres pays.

Nous aurons aussi le privilège de visiter quelques lieux prestigieux de cette région, comme le temple bouddhiste de Shaolin, où nous assisterons à l’une des célèbres présentations de Kung-fu par les moines du temple, ou encore les grottes de Longmen, de plus de 1000 ans, qui abritent une très belle statue de Bouddha de plus de 30 mètres de haut.

JPEG - 630.7 ko
Grottes de Longmen
Les Grottes de Longmen remontent aux dynasties des Wei du Nord et Tang (316 - 907). Au sud de l’ancienne capitale de Luoyang, dans la province de Henan, elles rassemblent plus de 2.300 grottes et niches sculptées dans d’abruptes falaises calcaires.
Crédit : Christine Bierre
JPEG - 591.4 ko
Grottes de Longmen, détail.
Crédit : Christine Bierre
JPEG - 545.2 ko
Grande statue de Bouddha à Longmen
Crédit : Christine Bierre
JPEG - 614.8 ko
Temple de Shaolin
Le Temple de Shaolin est un temple bouddhiste dans la province du Henan fondé au Vè siècle. Il est célèbre pour ses pratiques des arts martiaux, et en particulier du kung-fu.
Crédit : Christine Bierre
JPEG - 558.3 ko
Jeunes moines bouddhistes s’entraînant à la danse et aux arts martiaux à Shaolin.
Crédit : Christine Bierre
JPEG - 422.6 ko
Remarquable démonstration de Kungfu à Shaolin.
Crédit : Christine Bierre
JPEG - 297.8 ko
L’auteure devant la grande muraille de Chine
Devant la grande muraille de Chine construite entre le IIIe siècle av. J.-C. et le XVIIe siècle pour défendre la frontière nord de la Chine.
Crédit : Christine Bierre
JPEG - 275.6 ko
Cité interdite
Crédit : Christine Bierre
JPEG - 329.4 ko
Cité interdite
JPEG - 425 ko
Cité interdite
JPEG - 260.4 ko
Cité interdite
Crédit : Christine Bierre
JPEG - 417.2 ko
De nombreux visiteurs à la Cité interdite
Crédit : Christine Bierre

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

S&P et Jacques Cheminade se battent depuis plusieurs décennies pour re-nationaliser la Banque de France, afin qu’elle redevienne une Banque « du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

En savoir plus

Visite de Xi Jinping : face aux vents puissants d’Asie, Macron veut ériger des murs !

22 mars
Actualité
Visite de Xi Jinping : face aux vents puissants d’Asie, Macron veut ériger des murs !

Bienvenue à Xi Jinping en France ! l’Italie nous montre l’exemple

21 mars
Actualité
Bienvenue à Xi Jinping en France ! l’Italie nous montre l’exemple

La fable des nouilles et des œufs de Xi Jinping

24 avril 2018
Actualité
La fable des nouilles et des œufs de Xi Jinping

Xi Jinping : construire ensemble un monde meilleur

2 février 2018
Actualité
Xi Jinping : construire ensemble un monde meilleur

La planification économique en Chine, une idée neuve pour la France

14 novembre 2018
Economie
La planification économique en Chine, une idée neuve pour la France

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard