Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

23 janvier - La désertification vue de la Haute-Marne Lire 20 janvier - Mali : notre intervention militaire doit conduire à un changement de politique Lire 19 janvier - Paris, Berlin, New York, Copenhague, Montréal, Milan, Lima : mobilisation pour la paix Lire
AccueilDocuments de fondCulture

La beauté artistique et morale

La rédaction

Nous publions le discours de Megan Beets à la conférence nationale du LaRouchePAC qui s’est tenue à Morristown dans le New-Jersey le 16 février 2019. Megan Beets est membre de l’équipe de recherche scientifique du LaRouchePAC, le mouvement politique américain proche de S&P.

par Megan Beets

Friedrich Schiller a déclaré en 1795 :

Chaque individu porte en lui un être idéal, (…) et le but de son existence est de s’accorder, par-delà ses multiples changements, avec cette invariable unité.

L’être humain est fondamentalement différent et supérieur aux animaux et à toutes formes de vie inférieures ; en effet, chaque enfant possède ce génie créatif capable de découvrir de nouveaux principes universels, ce qu’Einstein appelait « connaître les pensées de Dieu. »

Friedrich Schiller, le grand poète, écrivain et dramaturge allemand.
Friedrich Schiller, le grand poète, écrivain et dramaturge allemand.

Le génie est l’état le plus naturel de l’être humain, la caractéristique principale de notre espèce. Alors pourquoi sommes-nous dans la situation actuelle, où les croyances de la plupart de nos concitoyens et le système qu’ils désapprouvent – mais qu’ils ont suivi depuis cinquante ans pour faire comme tout le monde – les ont menés à leur propre destruction et avec eux l’ensemble de la civilisation au bord de l’abysse ? Pourquoi notre façon de penser nous a-t-elle égarés pendant si longtemps ? Est-ce simplement parce-que les gens ne savaient pas ce qui se passait ? Qu’ils n’étaient pas bien informés ? Les gens aujourd’hui sont noyés dans l’information ! On est inondé de données, de nouvelles, de reportages et pire encore : de ce qui nous a été infligé, ainsi qu’à nos enfants, durant toutes ces années.

Suite à l’erreur sanglante de la Révolution Française - occasion manquée d’amener la Révolution Américaine sur le continent européen afin d’anéantir le système oligarchique, Friedrich Schiller comprit que les circonstances objectives eurent beau être là, c’est la capacité morale de la population qui fit défaut - un grand moment a rencontré un petit peuple. Ce qui manque aujourd’hui n’est pas l’information, ni les occasions de changement, mais la capacité émotionnelle à réagir et réaliser la chance immense qui s’offre devant nous.

Nous devons donc réveiller en nos concitoyens la force intérieure du changement, si l’on veut sortir l’humanité de l’abysse. Nous devons rendre meilleurs nos concitoyens, et transformer la société actuelle – dégénérée au point d’avoir toléré et entretenu tant d’injustices pendant si longtemps – en une société morale, juste et bonne. Pendant que je parle vous imaginez peut-être votre voisin de palier ou les membres de votre famille, vos collègues, vos beaux-parents, ou encore les manifs impuissantes des mouvements dits de « résistance », et vous vous dites : « la victoire politique passe par les rendre moraux, justes et bons ?! Mon Dieu, on a aucune chance ! »

La culture populaire, c’est du lavage de cerveau

Réfléchissez un moment à la vie intellectuelle du citoyen ordinaire – vous y compris. Comment une personne ordinaire occupe-t-elle ses loisirs ? Qu’est-ce qui occupe les pensées, les moments de repos de la plupart des gens ? Combien de milliers d’heures de vie précieuse sont-elles perdues en « mode zombie », à machinalement surfer sur les réseaux sociaux ou cliquer de lien en lien sur internet ? Et comment les gens peuvent-ils penser que ça n’impacte pas leur vision du monde ?

Prenez la musique populaire, les divertissements populaires. Je vous épargne les détails sur ce que sont les paroles de la musique populaire ; vous les avez tous entendues, et vous avez tous vu les films et pièces de théâtre qui passent. Quel est le point commun à tout cela ? La banalité. La bestialité. Et pire encore, la violence. Regardez les jeux vidéos, auxquels jouent même les plus jeunes ! Violence ! Nos enfants, quand ils ne sont pas à l’école ou occupés par ailleurs, s’entraînent chaque jour au meurtre. Ne toucherait-on pas ici à la cause de l’échec des Américains à changer de direction ? Ainsi il n’y aurait pas de porte de sortie à cette crise. Aucun développement logique des croyances et du comportement de la société actuelle ne pourra apporter le changement nécessaire à l’humanité, le paradigme nouveau d’un futur fondamentalement différent des cinquante dernières années.

Le rôle de l’art classique

Comment résoudre ce paradoxe ? Le futur dépend du changement de la société, mais elle ne semble pas avoir les ressources pour y arriver ! D’où pourrait-il venir ? Certainement pas du Congrès (américain), ni des autres dirigeants de notre scène politique, en tous cas pas ceux d’Occident. Réfléchissez à nouveau à cette vie intellectuelle, et repensez notre discussion sous cet angle. Qu’en serait-il si les loisirs du citoyen moyen étaient occupés non à s’entraîner à la violence, ni au meurtre ni à la banalité, mais à l’acte de créativité, à la découverte ? Qu’en serait-il si pendant ses loisirs chacun entraînait son imagination à la pensée créative ?

Voilà le rôle de l’art classique. Friedrich Schiller le définit ainsi, dans « De l’usage du chœur dans la tragédie » :

L’art a pour objet bien plus que d’apporter un plaisir passager, une excitation vers un rêve éphémère de liberté ; son but est de nous rendre absolument libre, en éveillant, entraînant et perfectionnant en nous la capacité à maintenir à distance objective le monde sensible, à le transformer via le libre travail de notre esprit, acquérant ainsi un pouvoir sur le concret au moyen des idées. Pour la bonne raison que l’art véritable s’appuie sur l’objectivité et le réel, il ne sera atteint avec juste une parcelle de vérité ; en effet, il bâtit son édifice idéal sur la vérité elle-même — sur les profondes et solides fondations de la nature.

Quelle différence avec la conception actuelle de l’art, où ce n’est que ramassis de nos ressentis du moment. L’expression de toute sa propre souffrance, de ses névroses ou encore de son ennui qui suinte aujourd’hui et qui demain sera oublié. Pour Schiller - et ce n’est pas simplement son avis, mais une vérité avérée – l’art n’existe qu’à la condition d’être beau et d’élever l’esprit et l’âme du public vers le divin, cet idéal de l’humanité. Dans ses Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme, Schiller écrit :

L’art, comme la science, est libre de toute considération pratique, et pourtant établi par convention humaine à distance de l’anarchie. Le législateur politique peut délimiter leur territoire, mais il ne peut gouverner à l’intérieur. Il peut toujours déclarer hors-la-loi l’ami de la vérité, la vérité existera encore ; il peut humilier l’artiste, mais il ne peut pas dégrader l’art. Durant des siècles, philosophes et artistes se sont efforcés d’apporter vérité et beauté dans les profondeurs d’une humanité vulgaire ; ils y sont ensevelis, mais vérité et beauté se débattent victorieusement à la surface avec chacune sa vitalité indestructible.

Éduquer ses émotions

Dans ce même ouvrage Schiller explique précisément le processus d’éducation des émotions. De la même façon qu’on peut étudier pour améliorer sa raison et sa connaissance, les émotions d’une personne peuvent être travaillées et élevées jusqu’à ce que ses désirs et impulsions coïncident avec ce qui est juste et bon. Ainsi devient-on ce que Schiller appelle une « belle âme ». La puissance acquise grâce à cet art véritable confère à l’artiste une grande responsabilité. Avant d’oser entreprendre une tâche aussi importante que de toucher l’âme de son audience, l’artiste doit être sûr de son effet, qu’il fera naître d’une libre action, d’une libre réponse de l’imagination de la personne – car sinon cette personne ne sera pas complètement libre. Schiller va plus loin encore, en écrivant :

Aussi difficile que ce soit de délimiter le champ de l’imagination sans empiéter sur sa liberté, cette première tâche n’est pas moins délicate que cette seconde, à savoir manier le jeu de l’imagination afin de déterminer l’état émotionnel de la personne.

Comment peut-on être sûr de l’effet subjectif, émotionnel, que l’on créé à travers une œuvre d’art ? La réponse est dans ce que Schiller appelle « la spécificité de l’espèce », c’est-à-dire ce qui est universellement humain en chacun – la personne idéale. À condition seulement de s’être élevé à ce niveau de l’universel – tout au moins le temps de la représentation - l’artiste sera capable d’accomplir cela.

Schiller précise cette notion de « spécificité de l’espèce » dans sa discussion sur les poèmes de Friedrich Matthisson :

Afin d’être certain qu’il s’adresse bien à la pureté au sein de la personne, l’artiste doit avoir au préalable annihilé l’individu en lui, et s’être élevé au niveau de l’espèce. C’est seulement quand il n’est plus sujet aux émotions appartenant à cette personne spécifique ou à celle-là (où la notion d’espèce restera toujours limitée), mais au contraire appartenant à l’humanité en tant qu’universel, qu’il peut être certain que les émotions de l’ensemble de l’espèce humaine suivront les siennes ; alors seulement il est habilité à mettre tous ses efforts pour atteindre cet effet, et à exiger cette pure humanité des autres êtres humains.

L’autre personne que j’aimerais inviter dans la discussion est Lyndon LaRouche, pour qui l’art classique, et la musique classique en particulier, fut au cœur de sa vie intellectuelle et façonna en grande partie la structure de sa pensée. La musique classique joua un rôle déterminant dans sa découverte en économie, et lui, en retour, enrichit conséquemment notre compréhension et notre amour de la grande musique. Je voudrais encourager chacun à étudier ses écrits sur la musique et sur le principe poétique.

La vraie musique n’est pas romantique

Lyndon LaRouche et Helga Zepp-LaRouche lors de la conférence fondatrice de l'Institut Schiller à Arlington en Virginie, les 3-4 juillet 1984.
Lyndon LaRouche et Helga Zepp-LaRouche lors de la conférence fondatrice de l’Institut Schiller à Arlington en Virginie, les 3-4 juillet 1984.

Lors de la conférence fondatrice de l’Institut Schiller en 1984, LaRouche évoqua la différence qualitative entre la vraie musique – humaine – et le romantisme, qui est la caractéristique principale de la musique populaire actuelle :

« L’élément créatif en musique, la différence entre un musicien factice et un vrai, c’est que dans toute véritable musique la passion, la beauté, l’excitation n’est pas située dans les effets chromatiques sensuels - typiques du romantisme. Il n’est pas situé dans la « liberté » de l’ « interprète » – autre mot pour dire menteur – ni dans son style, ces effets gratifiants pour lesquels il est connu. L’exécutant est véritablement asservi à la musique, non d’une façon rigoureusement programmée, mais à la manière de toute grande musique contrapuntique, avec un processus de développement, un développement rigoureux. (...)

« L’excitation en musique est la même excitation que l’on ressent lors d’une découverte essentielle en science, ou encore celle d’un enfant lorsqu’il résout un problème ou ré-expérimente les découvertes faites avant lui ; la passion musicale est l’expérience de cette lumière éclairant votre esprit lorsque vous faites une découverte. C’est une émotion de l’ordre de l’amour, dans le sens le plus profond de l’amour. Aimer quelqu’un c’est l’aimer précisément en ces termes de passion – la passion de découvrir, la passion de créer, d’élever par la créativité, de communiquer quelque chose qui deviendra utile à jamais, immortel. »

Le pouvoir de la beauté

Une population entourée de beauté – dans l’art, l’architecture, la musique – qui capte l’imagination – cette capacité au jeu créatif inhérente à chaque personne – ne sera pas émotionnellement inapte à répondre aux grands défis de son époque, et fera siens les problèmes de l’humanité.

Est-ce à dire que plus personne sur Terre n’aura d’impulsions malsaines ni n’agira jamais plus comme un imbécile, chacun étant absolument parfait tout le temps ? Bien sûr que non ! Mais chez la majorité des gens le trait dominant sera d’apprécier la créativité, et préférer que les caractéristiques supérieures de l’humanité dominent leur caractère. Ainsi la majorité de l’humanité affichera et se réjouira d’un sens de divinité – de cette douceur de la vérité, comme Helga (Zepp-LaRouche) l’a souvent répété. Et c’est possible !

Je vous rappellerai enfin que nous vivons l’une des périodes les plus extraordinaires de toute l’histoire humaine : une de ces époques de grands bouleversements sociaux, où Percy Shelley y voit « une capacité accrue à communiquer et à recevoir des conceptions intenses et passionnées sur l’homme et la nature. » Pour la première fois dans l’histoire humaine, nous avons l’opportunité qu’une Renaissance voit le jour simultanément dans toutes les parties du monde – pas seulement dans une culture ou une région de la planète, mais pour l’humanité dans son ensemble. Nous vivons à un moment où l’humanité est finalement en passe d’éliminer la pauvreté pour de bon. Ce sont des moments où de grands changements, qu’on n’aurait pas imaginés possibles auparavant, deviennent réalité. C’est possible. Et parce que c’est possible, vous devriez vous joindre à nous et vous battre pour que ça arrive.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La politique comme art
6 novembre 2000
Partenaires
La politique comme art
Helga Zepp-LaRouche : La beauté, une nécessité politique ?
10 février 2016
Culture
Helga Zepp-LaRouche : La beauté, une nécessité politique ?
Pourquoi étudier Friedrich Schiller aujourd'hui ?
1er août 2005
Culture
Pourquoi étudier Friedrich Schiller aujourd’hui ?
LaRouche : pourquoi la poésie devra supplanter les mathématiques en physique
18 août 2016
Partenaires
LaRouche : pourquoi la poésie devra supplanter les mathématiques en physique
LaRouche : la musique n’est pas dans les notes, mais dans l’intention !
22 juillet 2016
Partenaires
LaRouche : la musique n’est pas dans les notes, mais dans l’intention !
Voyage insolite aux origines de l’Art moderne
6 septembre 2008
Culture
Voyage insolite aux origines de l’Art moderne
Les racines symbolistes des « Killer Games »
20 décembre 2007
Culture
Les racines symbolistes des « Killer Games »

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard