Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

20 octobre - Débat sur Discord : Pourquoi Trump est-il un moindre mal ? Lire 19 octobre - Evasion fiscale, blanchiment : ce que l’Afrique perd vraiment Lire 13 octobre - Joe Biden, le candidat du complexe militaro-financier Lire
AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Face au tsunami du Covid-19, l’Amérique latine et l’Afrique veulent annuler les dettes !

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Chronique stratégique du 31 mars 2020 (pour s’abonner c’est PAR ICI)

Le 12 mars dernier, Emmanuel Macron a remis en cause « le modèle de développement dans lequel s’est engagé notre monde ». Chiche ! Disent en cœur les pays de l’hémisphère sud, qui ont subi depuis 50 ans les thérapies de chocs, dettes odieuses, attaques spéculatives, et autres calamités du féodalisme financier qu’on a faussement appelé « mondialisation ». Les dirigeants sud-américains et africains, et même plusieurs commissions des Nations unies (!), ont multiplié les appels à l’annulation des dettes et à un nouvel ordre économique mondial.

Un G20 entre deux eaux

Tout le monde reconnaît que la crise sanitaire, économique et financière actuelle impose de changer de manière de penser. Encore faut-il que cela se traduise par des actes à la hauteur du défi. Car beaucoup espèrent déjà un retour « à la normale » — celle-là même qui a accouché l’anormal d’aujourd’hui. Cet entre-deux contradictoire, dans lequel nous nous trouvons, vis-à-vis de l’action de la plupart des gouvernements occidentaux comme de l’état d’esprit des populations, deviendra très vite insoutenable.

Lors du G20, qui s’est tenu jeudi 26 mars par visio-conférence, une volonté de coopération et un début de réalisme se sont manifestés entre les différents dirigeants, en premier lieu entre Trump, Macron, Xi et Poutine qui savent bien que personne ne pourra s’en tirer tout seul. Mais cet élan est incompatible avec le maintien des réflexes géopolitiques, incarnés par le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, qui continue de désigner la pandémie comme « le virus de Wuhan » et colporte partout un racisme anti-chinois. Il est cependant intéressant de noter que Macron a refusé la semaine dernière d’inclure la mention « virus de Wuhan » dans un communiqué du G7, et que Trump, qui employait également cette expression, a rétro-pédalé, tweetant que le virus n’était « PAS [la] faute [de la Chine] et assurant qu’il ne l’appellerait plus le « virus chinois ».

Les dirigeants du G20 ont promis d’injecter 5000 milliards de dollars pour soutenir l’économie mondiale face à la pandémie ; mais ni la question de la fermeture des marchés n’a pas été abordée, ni celle de la folie hyperinflationniste entretenue par les plans de renflouements géants des banques centrales. Répétons-le : il sera impossible de remporter une victoire sur la pandémie de Covid-19, et sur toutes celles qui surviendront à l’avenir, si l’on ne libère pas le monde du système monétariste de Wall Street et de la City de Londres, et de la conception moyenâgeuse de l’économie qu’il a imposé depuis l’abandon de la convertibilité or-dollar le 15 août 1971.

Un « vaccin universel » contre la servitude monétaire

L’expansion fulgurante de l’épidémie de coronavirus dans le monde a suscité partout un débat, et en particulier en Amérique latine et en Afrique, sur la nécessité de bâtir un nouvel ordre économique mondial plus juste redonnant la priorité à la vie humaine.

Le 23 mars, le think tank CELAG (Latin America Strategic Center for Geopolitics), basé en Argentine et réunissant plusieurs anciens dirigeants d’Amérique latine, a publié un appel à l’intention du Fonds Monétaire International (FMI), la Banque mondiale et d’autres créanciers internationaux, intitulé : « Le temps est venu d’annuler la dette de l’Amérique latine ». Parmi les signataires, l’on trouve par exemple l’ancien président équatorien Rafael Correa, l’ancienne présidente brésilienne Dilma Rousseff, l’ancien président paraguayen Fernando Lugo, le président bolivien Evo Morales et son vice-président Alvaro Garcia Linera, entre autres.

Écrivant dans le quotidien de Buenos Aires Pagina 12, l’historien argentin Mario Rapaport compare la pandémie actuelle avec la peste noire du XIVe siècle, de laquelle un nouvel ordre mondial avait émergé. Aujourd’hui, en raison des ravages du néolibéralisme, le monde traverse selon lui un nouvel « âge des ténèbres », où l’État providence post-2nde Guerre mondiale a été remplacé par une économie casino, des bulles de dettes, la guerre permanente et une spéculation débridée au détriment de la vie humaine. « Des changements drastiques dans l’ordre économique et financier mondial » sont nécessaires, écrit-il ; il va falloir admettre enfin que «  la pseudo-mondialisation basée sur un néolibéralisme n’a bénéficié qu’à une minorité, et qu’elle n’a pas permis d’arrêter les guerres, a accentué les inégalités et a contribué à créer les conditions de l’apparition de nouvelles pandémies ».

Il faut « un contrôle des changes et un genre de ’vaccin universel’ contre les fonds vautours », afin de forcer une restructuration d’une grande partie des dettes créées artificiellement, estime l’historien, qui a évoqué la « Doctrine Drago », en référence au plan engagé par l’ancien ministre argentin des Affaires étrangères Maria Drago pour forcer au début du XXe siècle les créanciers de l’Argentine à passer par des tribunaux argentin, et non étrangers.

Afrique : la vie avant la dette

En Afrique, les ministres des Finances, réunis le 19 mars en visioconférence, ont appelé à une suspension du paiement des intérêts des dettes pour l’année 2020 – soit 44 milliards de dollars – afin de pouvoir combattre le coronavirus et ses conséquences économiques. Ils ont également demandé un moratoire sur les intérêts et le principal des dettes des nations africaines « fragiles », dont les pays du Sahel et la République du Centre-Afrique. Cet appel a été réitéré à la veille de la réunion du G20.

De son côté, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a publié une « proposition en trois points » allant plus loin encore. La capacité des nations africaines à faire face à la menace du Covid-19 est clairement restreinte par « le lourd fardeau de la dette », souligne-t-il. Un plan d’urgence sanitaire pour l’ensemble de l’Afrique est nécessaire, afin d’apporter aux pays tout l’aide nécessaire en termes d’équipements médicaux, de tests de dépistage ; mais par-dessus tout, il faut selon lui que tous les paiements d’intérêts des prêts gouvernementaux soient effacés (et pas seulement suspendus). « De plus, nous suggérons que les dettes restantes soient converties en prêts à long terme et à faibles taux d’intérêts, avec une période de grâce de dix ans avant le paiement. Tout remboursement de dette doit être limité à 10 % de la valeur exportée », a précisé le Premier ministre.

Même les Nations unies reconnaissent que le maintient du paiement de dettes des pays en développement sera insoutenable ! Le 30 mars, la CNUCED (Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement, en anglais UNCTAD), a lancé un appel à la mise en œuvre d’un plan de 2500 milliards de dollars (la moitié de ce que promet le G20) pour les pays en développement, pour les aider à faire face au choc du coronavirus, comprenant :

  • Une annulation de 1000 milliards de dollars de dette sur le modèle allemand de 1953
  • 1000 milliards rendus accessibles sous forme de droits de tirage spéciaux du FMI
  • 500 milliards pour un « plan Marshall » sanitaire.

La CNUCED rappelle que les deux tiers de l’humanité vit dans des pays en développement, dont la plupart n’ont pas encore subit de pleine force le tsunami du Covid-19. Les conséquences de la pandémie et des ondes de chocs économiques qu’elle provoque sont déjà dramatiques, et dépassent celles de la crise financière de 2008. C’est pourquoi seule une coopération internationale et un plan pensé à l’échelle du monde nous permettra de briser les chaînes de ce féodalisme financier et de sortir par le haut de cette crise.

La France commence à mobiliser, trop lentement hélas, ses capacités industrielles pour s’équiper en masques, en ventilateurs et en tests de dépistage. Si elle pensait au rôle qu’elle pourrait jouer pour le reste du monde, elle en produirait en milliards, et non pas en millions. Alors que notre Président se veut Européen, nos voisins italiens, en prise comme nous avec cette épidémie mortifère, ont vu venir à leur secours des équipes médicales chinoises, russes, cubaines, polonaises et même albanaises, mais personne arrivant de Bruxelles, de Paris ou Berlin. Vous avez dit Europe ?

Vous venez de lire notre chronique stratégique « Le monde en devenir ». ABONNEZ-VOUS ICI pour la recevoir sans limitation. Vous aurez également accès à TOUS les dossiers de ce site (plus de 400 !)...

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard