Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

14 mars - 27 mars, Clichy - Les Gilets jaunes avec les yeux du futur Lire 14 mars - Lyndon LaRouche (1922-2019)
Sa vie, un talent sagement dépensé Lire
8 mars - Vidéo : Création monétaire, le gouvernail de notre avenir Lire
AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Bras de fer Chine/États-Unis : il faut vite raviver l’héritage anti-impérialiste de Roosevelt

La rédaction
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne
JPEG - 113.5 ko

L’enjeu des 90 jours de négociations entre les États-Unis et la Chine en vue d’obtenir un accord commercial dépasse de loin les relations entre ces deux pays. L’instabilité et la fébrilité des marchés financiers en témoignent ; car, tandis que ces derniers affectionnent habituellement les climats de compétition et de conflits, ils sentent bien qu’en montant l’une contre l’autre les deux principales puissances économiques du monde, on joue un jeu très dangereux dont personne ne sortira vainqueur.

Le 1er décembre, le jour-même de la rencontre à Buenos Aires entre Donald Trump et Xi Jinping – dont tout indique qu’elle fut très positive –, la directrice financière et numéro deux de Huawei, Meng Wanzhou, a été arrêtée à Vancouver par la justice canadienne, à la demande du Département de la Justice américain (DOJ), en application de sa loi extraterritoriale. On l’accuse d’être liée à un projet visant à manipuler le système bancaire pour contourner les sanctions américaines contre l’Iran. Rien ne permet aujourd’hui de prouver qu’elle soit coupable des faits qui lui sont imputés. On ne sait pas, non plus, qui aux États-Unis est à l’origine de cette arrestation que la Chine considère comme proche d’un acte de guerre. Par contre, le nombre de pays contestant aujourd’hui le bon droit des États-Unis à imposer leurs lois à l’ensemble de la planète devient légion, à commencer en Europe !

Quelques jours plus tard, la justice chinoise a fait arrêter un ancien diplomate canadien, Michael Kovrig, qui travaille au International Crisis Group, une officine de George Soros. Un deuxième canadien a été depuis arrêté : Michael Spavor, un entrepreneur en lien avec la Corée du Nord, soupçonné de mener des « activités menaçant la sécurité nationale ». Les spéculations vont bon train sur le fait qu’il s’agirait de mesures de représailles de la part de la Chine, suite à l’affaire Huawei. Quoi qu’il en soit, les responsables chinois ont fait savoir qu’ils ne se laisseront pas intimider par de telles provocations. Le Global Times, quotidien chinois semi-officiel, met en garde contre le « nouveau maccarthysme » apparaissant aux États-Unis, et pointe du doigt le fait que « certains milieux d’affaires ont même arrêté un plan à long terme pour freiner l’ascension de la Chine dans les nouvelles technologies ».

Le 11 décembre, lors de son interview avec Reuters, Trump a exprimé sa volonté d’intervenir pour favoriser la libération de Meng Wanzhou, afin de permettre le bon déroulement des négociations, sans craindre de contredire les membres de l’administration qui assurent depuis des jours que l’exécutif ne s’immisce aucunement dans la justice américaine.

Le président américain s’est montré optimiste sur les négociations commerciales, rapportant que la Chine a déjà commencé à acheter des « quantités incroyables » de soja américain. « Nous aurons probablement une nouvelle rencontre (…), peut-être réunissant des personnes de haut niveau des deux parties. Si cela est nécessaire, j’aurai une nouvelle entrevue avec le président Xi, que j’aime beaucoup et avec qui je m’entends très bien ».

Mentalité du jeu à somme nulle

Le 13 décembre à Washington, devant la Heritage Foundation, le secrétaire américain à la Sécurité nationale John Bolton a présenté la nouvelle politique de l’administration Trump pour l’Afrique, dans un discours très agressif contre la Chine et la Russie et où il a très peu été question des intérêts des Africains eux-mêmes. Et si Bolton a affirmé que le président Trump l’avait approuvé la veille, ce discours relève avant tout d’une allégeance sans restriction à la géopolitique britannique, dont le but est d’empêcher à tout prix une coopération entre les États-Unis, la Chine et la Russie, y compris en Afrique.

« De grandes puissances concurrentes, notamment la Chine et la Russie, accroissent rapidement leur influence politique et financière en Afrique, a-t-il déclaré. Elles ciblent délibérément et agressivement leurs investissements dans la région pour obtenir un avantage concurrentiel sur les États-Unis ». Bolton s’en est pris ensuite à l’Initiative de la Ceinture et la Route (ICR) — les Nouvelles Routes de la soie —, qui apporte dans de nombreux pays africains des routes, des voies ferrées et des écoles : « Ces investissements sont entachés de corruption et ne répondent pas aux mêmes normes environnementales ou éthiques que les programmes de développement américains ». Le culot à son comble !

Et de résumer le problème ainsi : « En un mot, les pratiques prédatrices de la Chine et de la Russie freinent la croissance économique en Afrique [sic] ; elles menacent l’indépendance financière des nations africaines ; elles entravent les possibilités d’investissements des États-Unis ; elles interfèrent avec les opérations militaires américaines ; et elles représentent une menace significative pour les intérêts des États-Unis en matière de sécurité nationale ».

La Chine a immédiatement répondu, par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères Lu Kang : « Il est intéressant de voir, à travers les propos de certaines personnalités américaines, que les États-Unis, au-delà de leurs propres intérêts et besoins, sont plus préoccupés par la Chine et la Russie que par l’Afrique elle-même (…). Cependant, la coopération devrait se faire dans le respect de la volonté et des besoins de l’Afrique, sans aucune contrainte politique et sans ingérence dans les affaires intérieures ».

L’héritage anti-impérialiste de Franklin Roosevelt

Le cas de John Bolton est symptomatique d’une élite américaine qui raisonne dans les termes d’un jeu à somme nulle. Cette mentalité impérialiste, qui exclue la création humaine et réduit l’économie à une compétition où chacun cherche à « rafler la mise » au détriment de l’autre, n’est pourtant pas inscrite dans les gènes américains, contrairement à l’idée communément admise. L’histoire de la vraie Amérique, depuis Alexander Hamilton à John F. Kennedy, en passant par Lincoln et Franklin Roosevelt, en est la démonstration. Lors de son célèbre discours de 1943 à Casablanca, par exemple, le président Roosevelt avait conspué la bêtise des impérialistes : « Ils ont volé à ce continent des milliards, parce qu’ils sont trop bornés pour se rendre compte que leurs milliards ne sont que quelques petits sous, comparés aux possibilités latentes. Et la réalisation de ces possibilités doit aller de pair avec l’amélioration des conditions de vie de la population ».

Rappelons également que deux années plus tôt, lors de ses discussions avec Winston Churchill, Roosevelt avait prévenu le Premier ministre britannique que les méthodes du XVIIIe siècle ne pourraient plus prévaloir après la guerre, méthodes qui recommandent « une politique consistant à prendre les matières premières d’un pays colonisé, mais qui ne rend rien en échange au peuple dudit pays ». Les méthodes du XXe siècle supposaient, selon le président américain, l’industrialisation de ces pays, l’accroissement de leur niveau de vie, l’éducation, etc.

Le véritable enjeu des relations sino-américaines touche directement à cette question soulevée par Roosevelt face à Churchill : les États-Unis vont-ils rester embourbés dans cette matrice impérialiste, ou bien parviendront-ils à s’en extirper et à contribuer à créer un nouvel ordre mondial de coopération et de développement ?

Les dirigeants chinois sont très conscients de cela. Lors d’un symposium à Beijing, le ministre des Affaires étrangères Wang Yi a déclaré que « la leçon la plus importante que nous avons apprise à travers les hauts et les bas des relations entre la Chine et les États-Unis depuis 40 ans, c’est que la coopération apporte toujours des résultats gagnant-gagnant tandis que le conflit finit toujours par des pertes des deux côtés ».

« Une coopération entre la Chine et les États-Unis bénéficierait aux deux pays et au monde, a-t-il ajouté. En revanche, aucun ne sortira vainqueur d’un affrontement, et le monde en souffrira. Les États-Unis devraient se débarrasser de la mentalité du jeu à somme nulle, considérer positivement le développement de la Chine et étendre les domaines et les perspectives de bénéfices mutuels ».

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le Saux • 19/12/2018 - 19:22

    apparaissant aux États-Unis, et pointe du doigt le fait que « certains milieux d’affaires ont même arrêté un plan à long terme pour freiner l’ascension de la Chine dans les nouvelles technologies »
    Je me suis intéressé à l ’ achat d un Huaweî honor 8 x sans le trouver pour le moment ; il n’est peut être pas 5G mais à 250 euros concurrence les appareils américains à 650 euros
    Je pense qu’ainsi la Chine s’assure de prendre place dans les leaders mondiaux alors que le s compagnies occidentales cherchent la différence de prix en leur faveur :500 par apppareil multiplié par des centaines de millions d’utilisateurs soit une plus value sur la Chine de plus de 100 millliards que la Chine vient compromettre ; la main mise sur les données big data est en plus. La Chine est à mon avis soumise à partager le gateau ce que je pense elle acceptera en mettant son appareil au prix des firmes gouvernantes.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Roosevelt, ou comment gagner la bataille contre Wall Street et l’impérialisme britannique

2 octobre 2007
Histoire
Roosevelt, ou comment gagner la bataille contre Wall Street et l’impérialisme britannique

Le rêve américain vit encore… en Chine !

30 novembre 2018
Chroniques stratégiques
Le rêve américain vit encore… en Chine !

L’Afrique, la Chine de demain ?

16 novembre 2018
Actualité
L’Afrique, la Chine de demain ?

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard