Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

23 septembre - Candidats G. des Fontaines et Arniella-Crousier : Pour une Banque Nationale ! Lire 20 septembre - Si on avait écouté les lanceurs d’alerte de la NSA, le 11 septembre n’aurait jamais pu avoir lieu Lire 18 septembre - Manifeste pour un vrai aménagement du territoire : rapport d’étape de la mobilisation Lire
AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Vers un « Maïdan » à Washington ?

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Chronique stratégique du 9 juin 2020 (pour s’abonner c’est PAR ICI)

L’étouffement de George Floyd, un homme noir non-armé, lors d’une intervention routinière de la police aux États-Unis, continue de provoquer indignations et manifestations. Au-delà des clichés et des instrumentalisations politiques des uns et des autres, cette affaire n’est que le sommet d’un vaste iceberg.

En premier lieu, ce qui se passe aujourd’hui arrive après trente ans de destruction systématique des niveaux de vie des classes populaires américaines, majoritairement les populations noires ou latino aux États-Unis — que le président ait été blanc ou noir, démocrate ou républicain.

Alors que le slogan « Black Lives Matter » (« Les vies noires comptent ») défile dans les villes du monde entier, la question se pose en effet : ces manifestations vont-elles contribuer à donner une vie décente pour les populations pauvres des États-Unis – et plus largement pour les centaines de millions d’exploités dans le monde, en Afrique, en Amérique latine et ailleurs ? Ou bien, vont-elles être instrumentalisées par les forces qui, en faisant feu de tout bois, rêvent de se débarrasser de Donald Trump (un homme grossier mais échappant souvent à leur contrôle), et de provoquer un changement de régime à Washington, au bénéfice des intérêts de Wall Street, de la City de Londres et du complexe militaro-financier ? — Sir John Sawers, l’ancien chef du MI-6 britannique, vient justement de déclarer que la « relation spéciale » entre les États-Unis et le Royaume-Uni ne survivrait pas à un second mandat Trump...

Des deux côtés de l’Atlantique, les Bien-pensants ne ménagent pas leur verve hypocrite pour accuser Trump de chercher à diviser l’Amérique pour imposer son autoritarisme ; les mêmes ont fait allégeance à la dictature du « libéralisme » financier, dont le principe de base est justement la compétition entre les individus et les sociétés…

Ajoutons que derrière le beau slogan « Black Lives Matter », déployées en énormes lettres jaunes sur le sol d’une grande artère de la capitale américaine, l’on trouve un mouvement qui a reçu 100 millions de dollars de la Ford Foundation, 60 millions de l’Open Society du milliardaire démocrate George Soros, et un total de 400 millions de diverses fondations de Wall Street, dont les intentions philanthropes et humanistes restent à démontrer…

Un Maïdan contre la présidence Trump

Tout journaliste de bonne foi (une espèce en voie de disparition) reconnaîtrait que les vastes manifestations, survenues depuis l’affaire Floyd du 25 mai, sont exploitées politiquement dans une énième tentative de nuire à la présidence Trump. Les discriminations raciales, auxquelles les frères Kennedy avaient tenté de mettre un terme, n’ont évidemment pas commencé sous son mandat. De plus, en dépit des innombrables défauts du personnage, s’il y a bien une accusation qui ne survit pas à l’examen, c’est celle de raciste anti-noirs, compte tenu des liens à long terme entretenus par l’homme d’affaire avec la communauté afro-américaine, qui lui ont même valu de recevoir en 1986 le « Ellis Island Award » aux côtés de Rosa Parks et de Mohammed Ali (voir photo ci-contre).

Donald Trump, aux côtés de Rosa Parks et de Mohammed Ali, lors de la remise du « Ellis Island Award » en 1983.
Donald Trump, aux côtés de Rosa Parks et de Mohammed Ali, lors de la remise du « Ellis Island Award » en 1983.

Une fois n’est pas coutume, la démesure est de mise : l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, le magazine le plus diffusé d’Europe, titre en couverture « Le pyromane : un président met son pays en feu », avec un dessin de Trump tenant une allumette sur fond d’émeutes et d’incendies, et cite un professeur d’université de Georgetown avertissant que le président américain s’apprête à orchestrer un « incendie du Reichstag » – en référence à l’incendie du Parlement allemand en 1933, qui servit à Hitler pour imposer la dictature nazie. En France, le JDD publie une tribune de Leah Pisar, ancienne conseillère de Bill Clinton à la Maison-Blanche, qui écrit : « Sous l’impulsion d’une tentation fasciste, Trump veut diviser pour régner ».

De son côté, le magazine Atlantic Monthly lève le voile : dans une tribune publiée le 6 juin, Franklin Foer fait directement référence à Gene Sharp, le théoricien des « révolutions de couleur » de Oxford (les « changements de régime » en faveur de « la démocratie » fomentés par les services anglo-américains dans les pays de l’ex-URSS), et compare la présidence Trump avec les régimes autoritaires « qui avaient conduit à des mouvements non-violents en Serbie, en Ukraine et en Tunisie, et qui avaient fait tomber des dictatures comme celles de Miloševi ?, Yanoukovich et Ben Ali ». Le modèle est donc bien la « révolution de Maïdan » qui, n’en déplaise à la mémoire défaillante de Foer et de ses acolytes, fut tout sauf « non-violente », et n’aurait jamais abouti sans l’implication des milices paramilitaires néo-nazies ukrainiennes soutenues en sous-main par les services anglo-américains.

La militarisation de la police

Lundi 8 juin, les élus démocrates se sont agenouillés sur le marbre du « Hall de l’Émancipation », à Washington, observant le silence pendant 8 minutes 46 secondes, soit la durée du calvaire de George Floyd, avant sa mort par asphyxie, lors de son interpellation. Puis, ils se sont engagés à réformer les forces de police, promettant d’interdire la technique de « strangulation » – comme l’a fait le même jour notre ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, sans doute à la demande de Macron. Mais oseront-ils s’attaquer à la militarisation de la police débutée sous la présidence Clinton ?

C’est en effet en 1997 que le programme 1033 a été lancé, ouvrant la phase « hardware » de ce processus, consistant à équiper les forces de police avec le matériel de l’armée – allant des lunettes de vision infrarouge à des véhicules blindés – utilisé ensuite en Afghanistan et en Irak. En 2017, une enquête de la NBC a estimé que 5,4 milliards de dollars de matériel avait été fourni en un an.

En parallèle, l’Anti-Defamation Ligue (ADL), en tandem avec les néoconservateurs de l’American Jewish Committee et du Jewish Institute for National Security, a créé en 2002 le National Counter-terror Seminars (NCTS), afin de « former » les gardiens de la paix américains aux techniques modernes d’une armée d’occupation, au nom de la « lutte contre le terrorisme ». C’est la phase « Software » du processus. «  Chaque année, les gardiens de la paix américains se rendent en Israël avec l’ADL pour étudier de première main les tactiques et stratégies israéliennes de lutte contre le terrorisme, explique l’ADL dans l’une de ses rares évocations publiques du programme. Le NCTS est un cours intensif d’une semaine dirigé par des officiers supérieurs de la police nationale israélienne, des experts israéliens des services de renseignement, de la sécurité et de la défense ».

Ce « conditionnement » a atteint son apogée en août 2014, à Fergusson (Missouri), lorsqu’un officier de police a tiré sur Michael Brown, le tuant en plein jour. On ne sait pas si l’officier en question avait participé au NTCS, mais il est apparu que son supérieur, le chef de la police de Saint-Louis, Tim Fitch, avait effectivement participé à un entraînement d’une semaine en Israël, trois ans auparavant.

Avec cet équipement et cette formation, les forces de police américaines ont adopté des comportements de force d’occupation coloniale, traitant les minorités – principalement les Noirs et les Latinos – de la même manière que les éléments les plus extrémistes de Tsahal vis-à-vis des Palestiniens. Dans un article publié le 4 juin dernier sur le site Global Research sur le fait que les officiers de la police américaine sont formés en Israël, le journaliste Timothy Guzman souligne que la technique du « genou sur la nuque » est couramment utilisée par les forces de sécurité israéliennes contre les Palestiniens, qu’elles considèrent tous comme des terroristes.

Il s’agit des méthodes classiques de « gang-contre-gang », dont l’Empire britannique est passé maître. D’un côté, des forces de polices peu formées, surarmées et de moins en moins intégrées dans les communautés locales, et de l’autre des mouvements noyautés par des provocateurs « gauchistes » ou financés par des oligarques financiers.

La vérité est que les États-Unis, et le monde, sont occupés par un capital financier criminel en banqueroute, qui n’a d’autre carte à jouer que la division, y compris la carte ethnique digne des empires coloniaux, et le chaos s’il veut garder la main.

Amelia Boyton Robison, figure historique du Mouvement des Droits civiques, en dialogue avec Lyndon LaRouche, à l'occasion de l'anniversaire de Martin Luther King, en janvier 2004, dans l'Alabama.
Amelia Boyton Robison, figure historique du Mouvement des Droits civiques, en dialogue avec Lyndon LaRouche, à l’occasion de l’anniversaire de Martin Luther King, en janvier 2004, dans l’Alabama.

Écoutons un instant ce que vient d’écrire l’ancien ambassadeur du Burundi à Washington, Jacques Bacamurwanko, dans un message aux Américains où il fait référence au combat de l’économiste et homme politique Lyndon LaRouche, dont l’élection à la présidence américaine aurait donné un tout autre visage à l’Amérique :

Ceux qui protestent aujourd’hui contre le meurtre haineux de George Floyd par un officier de police du Minnesota doivent savoir qu’il s’agit du même système anti-américain qui a causé la ’strangulation’ [politique] de Lyndon LaRouche, jr. La nuque de Lyn a littéralement été écrasée par les mêmes gangs suprémacistes blancs qui voulaient l’empêcher d’exercer son droit de vote, de se déplacer et de voyager librement. La bonne nouvelle, c’est que ce gang meurtrier n’a pas réussi à stopper la progression des idées de LaRouche. Le monde serait plus libre aujourd’hui si M. Trump ordonnait, par un décret présidentiel historique signé dans le Bureau oval, ordonner à ces gangsters anti-américains de retirer leur genou de la ’nuque’ de Lyndon LaRouche.

.

Vous venez de lire notre chronique stratégique « Le monde en devenir ». ABONNEZ-VOUS ICI pour la recevoir sans limitation. Vous aurez également accès à TOUS les dossiers de ce site (plus de 400 !)...

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard