Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

9 décembre - L’Algérie saura-t-elle contourner le piège des « révolutions de couleur » ? Lire 7 décembre - Assises de l’économie de la mer : la communauté maritime française à l’offensive Lire 7 décembre - Conférence de Jacques Cheminade, samedi 21 décembre à Le Quesnoy (59) Lire
AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Avoir viré les dynasties Bush, Clinton et Obama, voilà le crime de Trump

La rédaction
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Chronique stratégique du 27 novembre 2019 (pour s’abonner c’est PAR ICI)

Montée en mayonnaise par les médias, la procédure d’impeachment contre Trump se poursuit ; cependant, la contre-offensive est en cours avec, dans les deux prochaines semaines, la publication des rapports d’enquête sur les agissements de l’administration Obama, du FBI et du Département de la Justice lors de la campagne présidentielle de 2016.

Nuit et jour, la machine médiatique fait tourner en boucle la narration faisant passer le président Trump pour un agent récidiviste de puissances étrangères, œuvrant contre les intérêts des États-Unis. On n’aura pas vu un tel délire de paranoïa – et, comble d’ironie, de théorie du complot – depuis la Guerre froide. Lors des auditions de la semaine dernière à la Commission du renseignement de la Chambre, William Taylor, l’ancien ambassadeur en Ukraine, George Kent, le secrétaire d’État adjoint chargé des Affaires européennes et eurasiennes, et Fiona Hill, l’ancienne conseillère de la Maison-Blanche, ont tous abondé dans ce sens. À les écouter, la Russie serait le diable incarné, prêt aux pires des atrocités.

Taylor en est même venu à comparer la « Révolution du Maïdan », qui a conduit à la chute de Viktor Ianoukovitch en 2014 grâce aux milices paramilitaires ultranationalistes et néo-nazies, avec la Révolution d’indépendance américaine, disant que ceux qui combattent les Russes en Ukraine de l’Est sont l’équivalent des « Minutemen » (nom donné aux membres de la milice des 13 colonies), ou du Baron von Steuben et du Marquis de Lafayette ! Il fallait oser.

Fiona Hill a quant à elle affirmé que les pressions mises par Trump sur le nouveau président ukrainien Zelensky, pour obtenir une enquête sur le fils de Joe Biden, ont été commanditées par la Russie. « La triste vérité est que la Russie a systématiquement attaqué nos institutions démocratiques en 2016, a-t-elle déclaré. C’est la conclusion publique de nos agences de renseignement ». Dans une tribune au vitriol publiée sur le site ConsortiumNews contre le témoignage de Hill, le lanceur d’alerte Ray McGovern, ancien analyste de la CIA et membre des VIPS (un collectif d’anciens professionnels du renseignement américain), écrit : « Ah oui, la conclusion publique de nos agences de renseignement : les mêmes qui rapportaient que le Parti communiste de l’Union soviétique n’abandonnerait jamais le pouvoir pacifiquement ; les mêmes qui ont dit au secrétaire d’État Colin Powell qu’il pouvait annoncer au Conseil de sécurité des Nations unies que les preuves sur les armes de destruction massives [de l’Irak], que lui avaient fournies les agences de renseignement, étaient irréfutables et indéniables ».

Pour McGovern, qui a dirigé dans les années 1970 l’équipe des analystes de la CIA travaillant sur la politique étrangère soviétique, « Fiona Hill (…) semble avoir trois décennies de retard », à l’image de nombreux prétendus experts américains sur la Russie, qui sont exhibés continuellement dans les médias. L’ancien analyste fait remarquer que le mentor de Hill à Harvard était Richard Pipes, « le grand prêtre de la Russophobie » et père de Daniel Pipes, le néo-conservateur « grand prêtre de l’islamophobie » qui s’en prend régulièrement à la France.

Précisons que Fiona Hill, William Taylor et George Kent, de même que bon nombre des personnes auditionnées dans le cadre de la procédure de destitution, ont occupé des postes-clés dans les administrations Bush et Obama, au cœur de la machine qui a systématiquement détruit l’économie ukrainienne, au travers des thérapies de choc du FMI, depuis la chute de l’URSS et surtout après le coup d’État de 2014.

Le retour du boomerang de l’ « Affaire ukrainienne »

Dans l’émission « Fox & friends » du 22 novembre, Trump s’est dit prêt, dans le cas où la Chambre votait sa destitution (renvoyant de ce fait le dossier au Sénat qui doit alors décider d’ouvrir ou non une procédure juridique), à obtenir un véritable procès, dans lequel seraient appelés à témoigner diverses personnes impliquées dans l’ « affaire ukrainienne », notamment Hunter Biden, le fils de l’ancien vice-président Joe Biden, qui avait été nommé homme de contact en Ukraine par Obama. Le président américain a prévenu que la publication prochaine du rapport de l’inspecteur général du Département de la Justice, Michael Horowitz, qui devrait être suivie de celle du rapport d’enquête du procureur John Durham, va mettre en lumière « ce qui sera peut-être le plus grand scandale politique de l’histoire de notre pays. (…) Je peux juste vous dire que nous disposons de nombreuses informations démontrant que beaucoup de choses terribles se sont passées. (…) Ils ont essayé de renverser la présidence. (…) La vérité a déjà commencé à émerger, mais je pense que ce n’est rien en comparaison de ce que vous allez voir dans les deux prochaines semaines ».

Je suis venu à Washington, a ajouté Trump. (…) Il y avait eu Bush, puis Obama et Clinton. Pendant 24 ans, ces gens ont occupé les postes-clé. Et je suis arrivé, sans expérience, ce qui est plutôt une bonne chose. Mais je connais la vie. (…) J’ai battu la dynastie Clinton, la dynastie Bush et la clique d’Obama. Les trois plus importantes. Je les ai battues toutes d’un coup sans aucune expérience. [Leur] haine est incroyable.

Si l’affaire ukrainienne est bien une grenade prête à exploser, c’est plus à la figure des Démocrates que celle du président américain. Rudy Giuliani, l’avocat de Trump, a envoyé le 22 novembre une lettre au sénateur républicain Lindsey Graham, pour lui demander son aide afin d’obtenir des visas pour les trois ukrainiens prêts à venir aux États-Unis pour témoigner sur « la corruption, l’interférence dans les élections et d’autres crimes commis par les Américains en Ukraine en 2016 », et à présenter des preuves directes d’un « complot criminel des Démocrates avec les Ukrainiens visant à empêcher Donald Trump de devenir président ».

Dans son interview sur Fox News, Giuliani a pointé du doigt en particulier Joe Biden, évoquant « une corruption au plus haut niveau des gouvernements américain et ukrainien ». Pour l’ancien maire de New-York, Biden n’est qu’une « pâle imitation du ‘parrain’ (…). Chaque fois qu’il a été l’homme de contact (…), sa famille en a tiré des millions ». Suite à l’interview, Giuliani a écrit un tweet pour prévenir que s’il en venait à disparaître, « les fichiers que je détiens concernant les quatre décennies de monétisation de la famille Biden à ses postes seront immédiatement divulgués ».

Confirmant les propos de Giuliani, deux députés ukrainiens, Andriy Derkach et Oleksander Dubinsky, ont affirmé lors d’une conférence de presse que Hunter Biden avait reçu 16,5 millions de dollars de pot-de-vins de la part de la société gazière ukrainienne Burisma. La révélation s’est répandue comme un feu de paille dans les réseaux sociaux, causant la panique des médias américains, au point que Twitter a suspendu l’un des sites relayant l’information, la qualifiant de « fake news », comme le rapporte le Daily Beast.

Pendant ce temps, les sénateurs républicains Ron Johnson et Chuck Grassley ont adressé le 22 novembre une lettre au directeur des Archives nationales américaines, lui demandant de leur fournir, avant le 5 décembre, « tous les documents » relatant des multiples rencontres qui ont eu lieu à la Maison-Blanche en 2016 entre les responsables de l’administration Obama, du gouvernement ukrainien, et du Comité national du Parti démocrate. De même, le sénateur Lindsey Graham a adressé une lettre au secrétaire d’État Mike Pompeo, demandant également « tous les documents et communications, y compris les retranscriptions et résumés des appels téléphoniques » concernant « les allégations sur le fait que le vice-président Biden aurait joué un rôle dans l’éviction du Procureur général [Viktor] Shokin, dans un effort visant à faire stopper les enquêtes sur la compagnie [Burisma] qui employait son fils ».

La situation risque donc bien de se retourner contre les Démocrates, d’autant plus que les derniers sondages, réalisés par le site FiveThirtyEight, montrent que la procédure de destitution est de moins en moins populaire parmi les Américains. En effet, 50,3 % d’entre eux la soutenaient à la mi-octobre, contre 46,3 % suite aux auditions de la semaine dernière. Le peuple américain tient à ce que son vote soit respecté et que l’exécutif qu’il a choisi puisse se pencher sur les vrais sujets. Et si jamais il faut sanctionner un Président, les élections suffisent amplement.

Vous venez de lire notre chronique stratégique « Le monde en devenir ». ABONNEZ-VOUS ICI pour la recevoir sans limitation. Vous aurez également accès à TOUS les dossiers de ce site (plus de 400 !)...

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Osvaldo Da Cruz • 28/11/2019 - 19:00

    Joe Biden en conférence de presse ce vante lui même d’avoir fait pression sur le président Ukrainien pour arrêter les poursuites judiciaires en contre son fils et dessaisir de l’affaire le juge. Il conditionnais cela a l’aide Américaine d’un milliards de dollars ! C’est lui qui a fait un chantage illégal. La preuve en images
    https://youtu.be/Q0_AqpdwqK4?t=3042
    Il traite même très vulgairement le président Ukrainien et lui lance un ultimatum de 6 heures, c’est propres paroles en public !
    Ce qui est dingue qu’il n’y est pas un médias pour relever cette preuve accablante !

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard