Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

3 août - OPÉRATION SPÉCIALE : Sponsorisez l’envoi de notre feuille de route aux élus locaux ! Lire 30 juillet - Fusion nucléaire : le projet ITER, une promesse de paix Lire 26 juillet - Retour au Plan ou suite du plan-plan ? Lire
AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Impeachment contre Trump : les services secrets en guerre contre le président élu

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Chronique stratégique du 4 décembre 2019 (pour s’abonner c’est PAR ICI)

Scott Ritter, l’ancien inspecteur de l’armement de l’ONU qui avait exposé le mensonge des armes de destruction massive de l’Irak avant que l’administration Bush-Cheney ne lance l’invasion en mars 2003, vient de publier un article très pointu sur la procédure de destitution contre le président Trump. Parlant d’une « politisation » et même d’une « arsenalisation » des services à l’encontre de la présidence, il met en lumière une véritable guerre des services de renseignement contre le Président légitimement élu par le peuple.

Dans un long article très documenté paru le 27 novembre sur le site ConsortiumNews, Scott Ritter présente un tableau précis du prétendu « lanceur d’alerte » – celui dont on ne prononce pas le nom – qui a déclenché la procédure d’impeachment contre le président des États-Unis en accusant ce dernier d’avoir exercé des pressions sur le nouveau président Zelensky lors d’un appel téléphonique le 25 juillet dernier, afin d’obtenir de lui une enquête sur le Démocrate Joe Biden.

L’ancien inspecteur de l’ONU commence par décrire la gravité de ces événements : « La plainte du lanceur d’alerte a mis en évidence la politisation de la communauté du renseignement, et l’arsenalisation des institutions de la sécurité nationale, contre un président en exercice », écrit-il.

Au cœur du réacteur anti-russe

Diplômé de l’Université de Yale en 2008, puis à Harvard, le lanceur d’alerte a été recruté au Centre d’analyse pour l’Europe (OREA) de la CIA. À cette époque, Dmitri Medvedev était le président de la Fédération de Russie, et l’administration Obama tentait d’exploiter les failles dans la relation entre Medvedev et Poutine. Le but était d’initier sa politique de « Reset », c’est-à-dire de réduire de nouveau la Russie à l’état de simple « puissance régionale », comme l’avait dit un jour Barack Obama.

La réélection de Poutine en 2012 a sapé ce projet. Le coup d’État organisé à Kiev en février 2014, par Victoria Nuland, responsable au département d’État américain de l’Europe et l’Eurasie, avec l’aide des groupes ultranationalistes et néo-nazis ukrainiens, a été fomenté pour créer les conditions d’un conflit entre les États-Unis et la Russie – conflit temporairement gelé par l’élection de Donald Trump en 2016.

C’est à l’époque où Trump lance sa campagne que le lanceur d’alerte a été intégré en juillet 2015 au sein du Conseil national de sécurité (NSC), à la Direction des affaires ukrainiennes, à un poste de niveau supérieur à son propre niveau. Il a été parrainé pour cela par le directeur de l’OSEA, Peter Clement, et par le directeur de la CIA, John Brennan.

Dans la période dite de « transition » – entre l’élection en novembre 2016 et l’inauguration en janvier 2017 – la conseillère à la sécurité nationale d’Obama, Susan Rice, pilote personnellement l’opération sur la « collusion » entre Trump et le Kremlin. « Le président avait, au cours de sa campagne, défendu ouvertement l’amélioration des relations entre les États-Unis et la Russie et avait même suggéré que l’annexion russe de la Crimée soit acceptée, écrit Scott Ritter. Cette posture représentait un anathème vis-à-vis de la politique qui avait été façonnée par le NSC en général, et par le lanceur d’alerte en particulier. D’après de nombreuses sources familières de ce dernier, cette animosité envers Trump était palpable ».

En décembre 2016, Susan Rice est impliquée dans la divulgation de plusieurs informations confidentielles concernant plusieurs membres de l’équipe de transition de Trump devant jouer un rôle dans les relations futures de l’administration Trump et la Russie. Suite à l’éviction du premier conseiller à la sécurité nationale de Trump, le général Michael Flynn, son remplaçant H. R. McMaster promeut le lanceur d’alerte, le nommant comme son assistant personnel.

Au-delà des limites

Au moment où il quitte la Maison-Blanche et retourne à la CIA, en juin 2017, le soupçon plane autour du lanceur d’alerte sur son implication dans les opérations de sabotage contre Trump. Malgré cela, il est de nouveau intégré au NSC en tant qu’officier adjoint du renseignement national sur la Russie et l’Eurasie, où il tisse des liens étroits avec le nouveau directeur du département Ukraine, le lieutenant-colonel Alexander Vindman. C’est depuis ce poste que, suite à l’appel du 25 juillet entre Trump et Zelensky, le lanceur d’alerte a entrepris de réunir toutes les informations concernant ce « qui pro quo ».

C’est là que le problème apparaît clairement : « Enquêter sur les actions du président des États-Unis et sur des responsables à l’extérieur de la communauté du renseignement, cette dernière prenant ses instructions auprès du président, ne faisait pas partie des responsabilités officielles du lanceur d’alerte », écrit Ritter.

Plus tard, lorsque la procédure de destitution a été lancée, Adam Schiff, le président de la Commission du renseignement de la Chambre, et Andrew Bakaj, l’avocat du lanceur d’alerte, ont refusé que ce dernier soit appelé à témoigner, plaidant le besoin de protéger son anonymat. Ritter fait remarquer que cette protection n’est pas comprise dans les statuts définissant les activités des lanceurs d’alerte de la communauté du renseignement.

En réalité, Schiff et Bakaj veulent éviter de voir le lanceur d’alerte répondre à un certain nombre de questions que ne manqueront pas de poser les élus républicains, et que Ritter énumère :

Pourquoi un officier adjoint du renseignement national enquêtait-il sur les activités d’un président en exercice ? Qui a autorisé cette intervention dans les affaires politiques intérieures américaines par un responsable de la CIA ? Comment le lanceur d’alerte, qui a un long pedigree documenté d’animosité envers l’administration Trump, y compris de forts soupçons concernant la fuite dans la presse de documents sensibles dans le but explicite d’attenter à la crédibilité du président, a-t-il pu être sélectionné comme officier adjoint du renseignement national ? Qui a validé cette affectation ? Quel a été le rôle précis du lanceur d’alerte dans la divulgation en 2016 des identités des citoyens américains impliqués dans l’équipe de transition de Trump ?

Stopper cette dérive

Le point crucial mis en lumière par cette affaire est l’intervention d’éléments de la communauté du renseignement dans les affaires politiques intérieures des États-Unis : « Le peuple américain devrait être profondément inquiet du fait qu’une procédure pouvant aboutir à l’éviction d’un président légitimement élu ait été initiée par un membre de la communauté du renseignement agissant hors du cadre de ses responsabilités. Le problème n’est pas la légitimité des questions soulevées par la Commission du renseignement de la Chambre, mais la légitimité du processus par lequel cette procédure a été initiée », écrit Ritter.

Le lanceur d’alerte doit donc, comme le demandent le président Trump et plusieurs élus républicains, être appelé à témoigner devant cette Commission et devant les autres commissions concernées.

La destitution est un moyen constitutionnel qui a été donné au Congrès afin de traiter des questions politiques concernant le comportement du président en exercice. Si ce moyen constitutionnel peut être déclenché par la communauté du renseignement d’une manière qui distord les lois interdisant l’intrusion des agences de renseignement dans les affaires politiques internes des États-Unis, et où les identités des personnes et organisations impliquées, ainsi que leurs intentions, sont cachées autant au peuple américain qu’à ceux qu’il a été élu pour les représenter au Congrès, alors un précédent aura été établi pour des interventions futures de cette nature qui saperont les fondements de la démocratie américaine.

L’arsenalisation politique du renseignement représente une grave menace à la viabilité de la république constitutionnelle américaine qui ne peut être ignorée, conclut Scott Ritter.

Vous venez de lire notre chronique stratégique « Le monde en devenir ». ABONNEZ-VOUS ICI pour la recevoir sans limitation. Vous aurez également accès à TOUS les dossiers de ce site (plus de 400 !)...

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard