Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

10 décembre - « l’Homme de Vitruve » de Léonard de Vinci Lire 9 décembre - L’Algérie saura-t-elle contourner le piège des « révolutions de couleur » ? Lire 7 décembre - Assises de l’économie de la mer : la communauté maritime française à l’offensive Lire
AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Hong-Kong : La machine à révolutions de couleur s’attaque à la Chine

La rédaction
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Chronique stratégique du 20 septembre 2019 (pour s’abonner c’est PAR ICI)

Vous croyez encore au conte de fée des braves défenseurs de la « démocratie » de Hong-Kong contre le méchant régime chinois ? Revenez sur Terre : il s’agit d’une « révolution de couleur », avec les mêmes réseaux et les mêmes méthodes employés à Maïdan, en Ukraine. Avec un fait nouveau aussi : la criminalité financière, qui prospère à Hong-Kong, y joue un rôle certain. Steve Bannon en sait quelque chose.

God Save the Queen

Les récentes manifestations à Hong-Kong, bien que moins massives que les précédentes, ont été très violentes – bien loin de l’image idyllique propagée par les médias occidentaux. Le 15 septembre, les manifestants ont brûlé les drapeaux chinois et retiré des bannières en l’honneur du 70e anniversaire de la République populaire de Chine. Des petits groupes se sont rendus au consulat britannique, arborant l’« Union Jack » ainsi que le drapeau de l’ancienne colonie, et chantant « UK Save Hong-Kong » et « God Save the Queen ».

Devant le consulat britannique, les manifestants ont brandi une bannière disant « ’One country, two systems’ is dead » (« ’Un pays, deux systèmes’ est mort »), et ont demandé au Royaume-Uni d’accorder la citoyenneté britannique aux centaines de milliers de Hongkongais détenant des passeports britanniques. « Nous sommes Britanniques et nous ne nous rendrons jamais », scandaient-ils. Quelques jours plus tôt, ils s’étaient rendus devant le consulat des États-Unis, avec des drapeaux américains, pour appeler explicitement à une intervention dans le conflit social qui anime l’île depuis quelques mois. Une bien étrange manière de revendiquer l’indépendance de Hong-Kong qui doit faire saliver les nostalgiques de l’Empire à Londres…

Les faiseurs de démocratie à la manœuvre

Un peu partout en Occident, le tapis rouge est déroulé devant le jeune Joshua Wong, érigé en leader des contestations de Hong-Kong. À Berlin, il a été reçu dans un événement organisé par Bild 100, le groupe de presse d’Axel Springer, en présence du ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, de l’ambassadeur américain Richard Grenell, du maire de Kiev Vitali Klitschko, l’une des figures de la révolution de Maïdan, et du chef des « Casques blancs », Raed Al Saleh (photo en début d’article).

Rappelons que cette organisation a été exposée comme faisant partie intégrante des réseaux liés à Al Qaïda en Syrie, dirigée et financée directement par les gouvernements britannique et américain, et qu’elle a mis en scène les fausses attaques chimiques contre le gouvernement de Bashar al-Assad (Lire notre chronique du 13 avril 2018 : Casques blancs : l’impérialisme brutal dans le gant de velours de l’aide humanitaire).

Devant les journalistes, Wong a appelé le gouvernement allemand à cesser toutes ses ventes et livraisons d’armes anti-émeutes à Hong-Kong, et à suspendre les négociations commerciales avec la Chine jusqu’à ce que les droits de l’Homme soient respectés.

Le 17 septembre, Wong a été reçu à Washington, avec plusieurs autres activistes, devant les élus du Congrès, pour plaider en faveur d’une loi apportant un soutien américain à la rébellion de Hong-Kong. Le jour-même, des académiciens et militants « pro-démocratie », ont créé un nouveau think-tank à Washington, le Hong Kong Democracy Council (HKDC), destiné à soutenir les manifestations. Nombre d’entre eux sont affiliés au National Endowment for Democracy (NED), une organisation créée aux États-Unis en 1983 pour soutenir les mouvements pour la « démocratie », à travers le monde. Elle est dirigée conjointement par les partis Républicain et Démocrate, et financé par le Congrès américain via les fonds de l’USAID. La NED constitue le véritable cerveau des « révolutions de couleur » qui ont visé plusieurs pays d’Europe de l’Est et d’Afrique du Nord, depuis la chute de l’URSS.

Steve Bannon, Hong-Kong et la criminalité financière

Ce que beaucoup ignorent, c’est que bien avant que les manifestations de Hong-Kong ne défrayent la chronique, les milieux financiers de l’île s’étaient mobilisés contre la loi d’extradition qui a depuis fait l’objet de la révolte populaire, et que les autorités chinoises ont finalement retirée. Il faut dire que cette loi menaçait de mettre un coup d’arrêt aux activités criminelles qui prospèrent là-bas.

« Hong-Kong est un centre de la haute finance et également de la criminalité financière, écrivent Kevin Zeese et Margaret Flowers dans un article paru le 19 août sur le site Consortium News. Entre 2013 et 2017, le nombre de transactions suspectes rapportées par les agences d’application des lois est passé de 32 907 à 92 115. Il n’y a eu que très peu de poursuites judiciaires, et leur nombre a même diminué, passant de 167 à 103. Dans cette période, une seule personne a été condamnée à plus de 6 ans de prison, en 2017. (…) La loi d’extradition proposée concernait 46 types de crimes, qui sont considérés comme de graves infractions dans le monde entier. Cela incluait les meurtres, les viols, les crimes sexuels, (…). Cela incluait également la criminalité commerciale et financière ».

« Plusieurs mois avant les manifestations, la communauté financière s’est opposée à cette loi, poursuivent les auteurs. Les deux partis proches des milieux financiers ont demandé au gouvernement d’exempter les crimes en col-blancs cités dans la liste. Les poids lourds financiers de la ville ont exercé une pression croissante. La Chambre américaine du Commerce, AmCham, une organisation vieille de 50 ans qui représente 1200 entreprises américaines faisant des affaires à Hong-Kong, s’est opposée également à cette loi ».

Et que disait AmCham ? : « Tout changement dans les accords d’extradition étendant substantiellement les possibilités d’arrestation et de perquisition (…) contre des responsables des entreprises internationales résidant ou transitant à Hong-Kong en raison de suspicions de crimes économiques allégués par le gouvernement central (…) dégraderait l’image de Hong-Kong comme havre de paix et de sécurité pour les opérations commerciales internationales ».

Steve Bannon, l’ancien conseiller de Trump, que l’on peut voir partout apporter son soutien aux manifestants de Hong-Kong, a personnellement bénéficié des opportunités offertes par ce « havre de paix et de sécurité ». Comme le raconte le livre de Joshua Green, Devil’s bargain (Le pacte du diable), après avoir fait ses armes dans la banque Goldman Sachs, l’homme d’affaire a rejoint en 2005 la société IGE (Internet Gaming Entertainment) pour participer à une escroquerie, dans laquelle une main-d’œuvre hongkongaise sous-payée était exploitée pour créer des biens virtuels sur des jeux vidéo comme World of Warcraft, qui étaient ensuite revendus à des gamers fortunés en Occident. Grâce à ces « ateliers de misère virtuels », Bannon a amassé des millions qui lui ont permis de créer le site d’extrême-droite Breitbart News et, soit dit en passant, de jouer un rôle non négligeable dans l’élection de Donald Trump en 2016. Autant pour les belles valeurs de « démocratie » et de « liberté » !!

Finissons-en avec l’hypocrisie

Cette tentative de révolution de couleur contre la Chine a peu de chance d’aboutir. Car, quoi qu’on pense du Parti communiste chinois, la population chinoise dans sa grande majorité soutient la politique de développement économique suivie depuis quatre décennies et qui, rappelons-le, a sorti plus de 700 millions de personnes de l’extrême-pauvreté.

Au-delà de cela, le fantasme ultralibéral de l’hégémonie occidentale, maintenue à coup de démocratie, de liberté et de bombes, bute aujourd’hui contre une dure réalité : l’émergence d’un monde nouveau qui échappe de plus en plus à son contrôle, et qui, avec la Chine, la Russie et l’Inde, et les 130 autres pays participant aux Nouvelles Routes de la soie, représente plus des deux tiers de la population mondiale.

L’hypocrisie doit cesser. Si les difficultés des Hongkongais sont réelles – dettes étudiantes, manque de logements dignes, bas salaires, emplois précaires, etc – ce ne sont certainement pas les pays occidentaux qui pourront les résoudre, eux qui ne parviennent même pas à résoudre leurs propres problèmes et qui, lorsque leurs populations se soulèvent pour protester contre la dégradation des conditions de vie, emploient des moyens de répression qui n’ont pas grand-chose à envier à ceux des forces de police de Hong-Kong.

Vous venez de lire notre chronique stratégique « Le monde en devenir ». ABONNEZ-VOUS ICI pour la recevoir sans limitation. Vous aurez également accès à TOUS les dossiers de ce site (plus de 400 !)...

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • CHARLES DURAND • 23/09/2019 - 22:46

    Il se pourrait que Pékin profite de cette occasion pour laisser pourrir la situation. Après avoir été la perle du monde chinois et un centre financier dont la Chine continentale ne pouvait se passer, l’heure est peut-être de focaliser le projecteur sur d’autres pôles côtiers tout aussi intéressants sans présenter l’exceptionnalisme hongkongais. Hong Kong n’est plus un pôle industriel depuis longtemps mais demeure un pôle financier que la Chine n’aura plus intérêt à mettre en avant dès que le renminbi sera convertible en or. Changhaï pourra alors sans aucun problème prendre la place de Hong Kong. Ainsi, on peut penser que Pékin veuille que la situation à Hong Kong se pourrisse jusqu’à ce que les grandes banques décident d’émigrer sous d’autres cieux moins turbulents. Tout alors rentrera dans l’ordre et les débiles mentaux qui brandissent les drapeaux anglais et étasunien rentreront dans le rang car ils auront à se préoccuper sérieusement d’un avenir économique qu’ils auront eux-mêmes saboté !

    Charles Durand

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard