Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Les ultra-verts annoncent un « automne plus chaud » que le climat

La rédaction
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Chronique stratégique du 30 juillet 2019 (pour s’abonner c’est PAR ICI)

Le groupe « Extinction Rebellion » (XR), lancé en octobre 2018 depuis le Royaume-Uni par des membres de l’Institut Royal des Affaires Internationales (RIIA, ou Chatham House), c’est-à-dire le principal groupe de réflexion du Foreign Office et temple suprême de la géopolitique anglo-américaine, annonce sa volonté d’être au cœur de la première phase d’une action appelée à devenir de plus en plus violente, contre tout ce qui représente la civilisation industrielle, au nom de « l’urgence climatique ».
Statue de Jean-Sébastien Bach à Leipzig. Sur le masque, le signe XR, le X reprenant le graphisme d'un sablier comme symbole de l'urgence climatique.
Statue de Jean-Sébastien Bach à Leipzig. Sur le masque, le signe XR, le X reprenant le graphisme d’un sablier comme symbole de l’urgence climatique.
Crédit : XR Deutschland

Au petit matin du 22 juillet, les habitants de Leipzig, en Saxe allemande, ont découvert que la célèbre statue de Jean-Sébastien Bach à la Thomaskirchhof, celle de Felix Mendelssohn à la Thomaskirche et celle du grand poète Goethe sur le Naschmarket avaient toutes trois été grimées, avec des masques et des tags, par des activistes d’« Extinction Rebellion » (XR). Ce groupe se fait connaître depuis quelques mois, notamment dans le cadre du mouvement « Youth for climate », ou encore « Fridays for future », qui embarque chaque vendredi une partie de la jeunesse dans des grèves scolaires « pour le climat ».

Assurant qu’il ne s’agissait que d’une simple « action artistique », les membres de ce groupe ont exigé que la ville de Leipzig proclame immédiatement un état d’urgence climatique. « Nous voulons attirer l’attention sur le fait que tout ce que ces statues sont censées nous rappeler, et ce pour quoi ces personnes ont œuvré, est en jeu en raison de la catastrophe climatique », ont-ils expliqué sur Instagram.

D’autres actions sont prévues pour l’automne prochain, notamment le 7 octobre à Berlin, où de nombreux militants de toute l’Allemagne et de l’Europe de l’Est devraient se rendre, ainsi que d’autres évènements de partout en Europe, annonçant un automne très chaud.

Sabotage vert

Si XR appelle officiellement à la non-violence, elle vient à la suite du manifeste de « Deep Green Resistance » (DGR), écrit en 2018 par l’écrivain américain Derrick Jensen, Keith Lierre et Aric Mbay. Mouvement radical pratiquant l’ « action directe » dès 2011, DGR rejette explicitement tout concept de « civilisation » – par nature « écocidaire » – et prône le retour à un état primitif de vie sociale, avec une population humaine réduite au niveau où elle était il y a des dizaines de milliers d’années.

« La civilisation, d’autant plus la civilisation industrielle, n’est pas et ne sera jamais soutenable, peut-on lire dans le manifeste. Notre mode de vie – la civilisation industrielle – est fondé sur une violence étendue et permanente. Il a besoin de cette violence et s’effondrerait sans ». Selon eux, face à la violence de cette civilisation industrielle, la contre-violence se justifie. DGR appelle donc ouvertement à des actions de sabotage contre tout ce qui est lié à la civilisation humaine, c’est-à-dire les infrastructures, l’industrie et l’agriculture.

Sur son site, DGR annonce le début de la « Guerre Ecologique Décisive » dont le but, dans la phase IV, est « de démanteler autant que possible l’infrastructure industrielle basée sur les combustibles fossiles » :

La Guerre Écologique Décisive (GED) est la stratégie d’un mouvement qui a trop longtemps été sur la défensive. C’est le cri de guerre de personnes qui refusent de perdre une bataille de plus, le dernier ressort d’un mouvement isolé, coopté, et las de ne jamais voir la fin des batailles légales et blocus.

L’information dans la stratégie GED est un dérivé de stratégies militaires, et tactiques manuelles, d’analyse des mouvements de résistances historiques, d’insurrection, et de libération nationale. Les principes planifiés dans ces pages sont acceptés à travers le monde comme les principes solides d’une guerre asymétrique, ou un des camps est plus puissant que l’autre. Si aucun combat n’a jamais été asymétrique, celui-ci l’est.

Les stratégies et tactiques expliquées dans la GED sont enseignées à des officiers militaires dans des lieux tel que la Military Academy à West Point pour une simple raison : elles sont extrêmement efficaces.

En France, DGR s’organise autour d’un certain Nicolas Casaux, du collectif Le Partage. Sa page Facebook compte plus de 28 000 abonnés et se greffe de manière opportuniste à quelques luttes existantes (dont paradoxalement, les Gilets jaunes).

Rejetant explicitement le principe de la non-violence de Martin Luther King et de Gandhi, décrit comme un « mythe » destiné à tromper les gens, DGR préconise pour atteindre ses objectifs une stratégie en plusieurs étapes, allant de la formation et l’entraînement des recrues au passage à l’acte à grande échelle, à travers des « actions militantes directes » de blocage, de perturbation et de sabotage contre des infrastructures industrielles.

Autant c’est une noble cause de défendre et promouvoir un développement harmonieux de l’homme et de la nature, autant il paraît plus qu’étrange de s’attaquer à des infrastructures dont dépent la vie de millions de personnes, surtout au moment où nos routes, voies ferrées, ponts, hôpitaux, écoles, etc, tombent littéralement en ruine, sous l’effet d’une austérité budgétaire induite par le même capitalisme financier que l’on prétend vouloir combattre !

Des écolos bien techno

Revenons maintenant au groupe Extinction Rebellion. Le 15 juillet, XR a organisé plusieurs manifestations dans cinq grandes villes britanniques, Londres, Cardiff, Leeds, Bristol et Glasgow, chacune sur un thème différent – augmentation du niveau des mers, inondations, incendies, mauvaises récoltes et phénomènes météorologiques extrêmes.

Le Guardian de Londres évoque deux activistes ayant participé à ces événements, et dont le profil, si l’on creuse un peu, ne correspond pas exactement au brave jeune écolo anti-système auquel on pourrait s’attendre. Le premier, Roc Sandford, 61 ans, est cité : « Je m’implique car j’ai des enfants et je ne veux pas qu’ils meurent de faim ou d’un effondrement social. Si vous considérez ce que disent les scientifiques, c’est ce qui vient ». Ce que ne rapporte pas le quotidien, c’est que Sandford est un millionnaire qui vit entre sa maison à Londres et celle sur une île des Hébrides, où il passe trois mois par an, « déconnecté ».

L’autre personnage est Alex Evans, 43 ans, le leader de XR à Leeds. De même, le Guardian ne mentionne pas le fait que Evans a travaillé en tant que consultant auprès de plusieurs organisations malthusiennes, dont l’International Sustainability Unit du Prince de Galles, ou encore le bureau du Secrétaire général des Nations unies – pour qui il a rédigé en 2011 le panel de haut niveau de l’ONU sur la durabilité globale. Evans a également été conseiller du Premier ministre travailliste de l’époque, Gordon Brown, ainsi que des ministres Hilary Benn et Valerie Amos.

Quelques jours auparavant, le 4 juillet, un débat se tenait au Chatham House — le think-tank par excellence de l’Empire britannique depuis 1920 — sur le thème « Action pour le climat : le moment pour la désobéissance civile ? » L’encart de présentation du débat expliquait : « En dépit d’une part croissante de la population de plus en plus consciente de l’urgence climatique, les scientifiques et activistes écologistes doivent se battre pour convaincre un plus large public, les politiques et les entreprises afin de pousser les mesures disruptives et ambitieuses nécessaires. (…) Au cours des derniers mois cependant, un nouveau sens d’urgence a été injecté dans le débat environnemental par des mouvements, notamment Extinction Rebellion à Londres, ainsi que le Youth for Climate au niveau international ».

Parmi les orateurs se trouvaient Farhana Yamin, membre de XR ainsi que du Département de l’Énergie, de l’Environnement et des Ressources du Chatham House.

Un bon coup de « greenwashing » pour renflouer le système financier ?

XR contient tous les ingrédients d’une vaste campagne de communication, organisée depuis les États-majors du complexe militaro-financier, afin de coopter toute une jeunesse confrontée à une société sans avenir. Nous avions déjà évoqué le fait que la jeune Greta Thunberg, qui a participé aux manifestations de XR, est un véritable produit marketing fabriqué par sa mère Marlena Ernman, la célèbre chanteuse suédoise, et par les membres de deux familles milliardaires suédoises, les Persson et les Rentzog, tous spécialistes de la finance « verte ».

L’écologiste allemande Luisa-Marie Neubauer, cheffe de file des Fridays for future en Allemagne, a également joué un rôle fondamental dans la promotion de Greta. Neubauer est membre de la fondation « One » de Bill et Melissa Gates, où l’on trouve des personnalités très connues comme Bono et surtout George Soros. Le milliardaire est célèbre pour avoir mené des opérations spéculatives contre les monnaies de plusieurs pays, dont la Livre Sterling anglaise ou la Lire italienne, et pour avoir organisé des « révolutions de couleur » dans plusieurs pays d’Europe de l’Est, par le biais de sa fondation « Open Society », dans l’objectif de placer des gouvernements servant docilement la cause néolibérale occidentale.

À la veille du krach financier, tandis que les banques centrales américaines et européennes lancent un nouveau round de « morphine monétaire », le « greenwashing » est une double aubaine pour l’oligarchie financière  : d’une part en raison de la manne financière considérable que cela représente, et d’autre part car elle lui permet de détourner l’attention d’une population de plus en plus révoltée, partout en Occident, contre les effets destructeurs du renflouement bancaire et de l’austérité sociale.

Vous venez de lire notre chronique stratégique « Le monde en devenir ». ABONNEZ-VOUS ICI pour la recevoir sans limitation. Vous aurez également accès à TOUS les dossiers de ce site (plus de 400 !)...

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • BONIN Stéphane • 30/07/2019 - 19:24

    Un remarque que nombres ont du avoir : la gamine Gréta, de Suède, invitée à l’ Assemblée Nationale par des députés....................qui ont de suite voté le CETA, ce qui justement (selon le GIEC) va augmenter les gazs à éffet de serre, tout l’ inverse de ce que préconise la gamine Suédoise.........qui n’ a nullement déconseillé ces chers députés de le voter !

    Dans ces conditions, franchement le crédit qu’ on à mes yeux ces intégristes/terroristes "verts", c’ est zéro pointé !

    • Maria Dekyi • 06/08/2019 - 00:54

      Mr le Ceta a été voté avants que Greta puisse parler. Quelqu’un a décidée de le soumettre a votation en tout vitesse. Mr Mondialisation a d’ailleurs écrit un article qui explique très concrètement comment ça c’est fait. Je vous rappelle que c’est pas Greta qui a voté a faveur du Ceta...

    • BONIN Stéphane • 06/08/2019 - 18:14

      Faux, le CETA a été voté l’ après-midi, après l’ audition matinale de la gamine Suédoise . Ou, alors, nos journalistes racontaient n’ importe quoi............ce qui ne serait pas la première fois, d’ ailleurs.

      Enfin, oui ce n’ est pas Gréta qui a voté ce texte (où ai je dis ça ?), mais, à l’ heure "du tout info", elle devait bien savoir ce que nos députés allaient faire par la suite !

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Le « green deal », castrateur du progrès humain et de l’exploration spatiale
19 juillet
Chroniques stratégiques
Le « green deal », castrateur du progrès humain et de l’exploration spatiale
Quand les verts et le climat accouchent du malthusianisme noir
27 juillet
Science
Quand les verts et le climat accouchent du malthusianisme noir
Le progrès, notre pari humain
26 juillet
Science
Le progrès, notre pari humain
S&P pour une écologie humaine
7 décembre 2017
Polémiques
S&P pour une écologie humaine

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard