Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

17 octobre - Fête internationale pour le nucléaire ! Le 20 octobre dans 32 villes Lire 15 octobre - Tract de S&P : EDF, hôpital, arrêtons la casse ! Lire 15 octobre - L’éclairage de Jacques Cheminade #15
Hôpital, EDF : Arrêtons la casse ! Lire
AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

États-Unis : après Bolton, Trump rompra-t-il avec le club des milliardaires ?

La rédaction
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Chronique stratégique du 24 septembre 2019 (pour s’abonner c’est PAR ICI)

En virant John Bolton, Trump a provoqué l’ire de toute une partie de l’establishment. Bolton, tout comme Mike Pompeo et Mike Pence, représentent des courants extrémistes très influents dans la société américaine ces trente dernières années qui ont permis à l’oligarchie financière anglo-américaine, en dévoyant la politique étrangère américaine, de maintenir le monde dans un état de guerre permanente et d’empêcher toute coopération entre les États-Unis et d’autres puissances comme la Chine et la Russie.

Le monde danse sur un volcan. Alors qu’il frappait à la porte ces dernières semaines, le krach financier est désormais entré dans la demeure, sans que personne n’ose prononcer son nom. Pour la première fois depuis la crise de 2007-2008, la Réserve fédérale américaine (Fed) a dû injecter en catastrophe plus de 300 milliards de dollars dans le marché interbancaire depuis le 17 septembre, et elle promet de poursuivre ces injections de 75 milliards par jour jusqu’au moins début octobre. Cette action, qui n’a pour objectif que de gagner du temps, ne peut que créer les conditions d’une crise bien pire.

Dans le même temps, la situation stratégique reste très tendue, en particulier depuis les frappes contre les installations pétrolières en Arabie Saoudite, que les États-Unis, sous l’impulsion du secrétaire d’État Mike Pompeo, attribuent une fois de plus à l’Iran sans apporter la moindre preuve. Hier, Macron, avant de serrer la main du Président iranien Rohani, s’est joint aux États-Unis, à la Grande-Bretagne et à l’Allemagne pour blâmer l’Iran, en pleine contradiction avec ses propres efforts, entrepris depuis le G7 à Biarritz, pour se faire le médiateur d’une détente entre Téhéran et Washington.

Reflétant la prise de conscience par une partie des élites du danger extrême de cette situation, le journal Les Échos du 19 septembre constate qu’avec l’abandon des traités limitant les armes nucléaires, « jamais, depuis la chute du mur de Berlin, le monde n’a été aussi proche d’une grave crise nucléaire ».

En réalité, le destin du monde est suspendu à la bataille interne aux États-Unis. La question est de savoir si la rupture de Trump avec le faucon John Bolton va être suivie d’une rupture avec le club de milliardaires qui contrôle en grande partie le Parti républicain, et qui a largement contribué à sa victoire en 2016. L’histoire dira si la nomination au poste de conseiller adjoint à la sécurité nationale de Matt Pottinger est un pas positif, notamment dans la perspective de sortir de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Pottinger, qui était jusqu’à aujourd’hui le conseiller du président pour l’Asie, parle couramment le mandarin et a travaillé pendant sept ans en Chine. C’est lui que Trump avait envoyé à Beijing pour représenter les États-Unis lors du Forum de la Ceinture et la Route, en avril 2017.

Toutefois, le fait que Pompeo soit toujours à son poste, à mettre de l’huile sur le feu au Moyen-Orient, montre que la question est loi d’être résolue.

De quoi Bolton et Pompeo sont-ils le nom ?

Les trois faucons Bolton, Pence et Pompeo sont représentatifs de factions politiques qui exercent un contrôle très important sur la politique américaine depuis les années 1990.

Comme le rapporte Politico, suite à son éviction, Bolton a participé à un déjeuner privé qui se donnait le mercredi 18 septembre au Gatestone Institute, un nid de néoconservateurs qu’il dirigeait avant d’intégrer l’administration Trump. Cet institut réunit les théoriciens du choc des civilisations les plus virulemment anti-musulmans parmi les cercles américains et britanniques.

Bolton a été présenté aux participants du déjeuner par Rebekah Mercer, l’héritière du milliardaire Robert Mercer, dont le hedge funds a financé la carrière récente du faucon. L’ancien conseiller à la sécurité nationale s’est ensuite lancé dans une diatribe amère contre l’ensemble des initiatives de Trump en matière de politique étrangère. Il a déploré le fait que le président ait stoppé l’attaque contre l’Iran suite à l’abattage d’un drône américain le 20 juin, et qu’il ait écouté pour cela les conseils de l’animateur de Fox News Tucker Carlson. Si cette riposte américaine avait eu lieu, a-t-il affirmé, l’Iran n’aurait pas attaqué la raffinerie de pétrole de l’Arabie saoudite. Bolton a également critiqué l’invitation faite par Trump aux Talibans afghans pour des négociations de paix à Camp David, la qualifiant « d’insulte aux familles des victimes du 11 septembre ».

En réponse aux attaques de l’ancien conseiller à la sécurité nationale, Tucker Carlson a qualifié les néoconservateurs de « gauchistes », rappelant que la première génération de néocons était des trotskystes, membres de la Quatrième Internationale, et qu’ils avaient reconverti l’idée centrale de la « révolution permanente » de Trotsky en une utopie néoconservatrice de guerre et de changement de régime permanents.

Le président Trump a également répondu publiquement à Bolton : « J’ai critiqué le fait que John et d’autres nous ont impliqués militairement au Moyen-Orient (…), a-t-il déclaré. Nous avons dépensé 7500 milliards de dollars au Moyen-Orient (…). Beaucoup de gens s’étaient montrés très critiques lorsque je l’avais nommé dans l’administration, du fait qu’il était tellement en faveur d’aller au Moyen-Orient ; par la suite, il s’est embourbé dans des sables mouvants et a fait de nous une force de police dans cette région. C’est ridicule ».

Les milliardaires Mercer et Koch

Lors de la campagne présidentielle de 2016, John Bolton, Steve Bannon, Breitbart News, la société de données Cambridge Analytica et Kellyanne Conway (actuelle conseillère de Donald Trump) ont tous profité du soutien et des largesses financières de la famille Mercer. S’intéressant d’abord à la campagne du sénateur Ted Cruz, que l’ensemble des conservateurs anglo-américains plébiscitaient, ils ont ensuite jeté leur dévolu sur Trump.

Le milliardaire Robert Mercer a fait sa fortune à Wall Street en manipulant des données pour spéculer sur les devises et autres produits grâce à la modélisation informatique. Ce libertaire fanatique jouit, par le biais de sa fille Rebekah qui gère ses affaires politiques, d’une influence considérable parmi les cercles républicains/conservateurs aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Il a parrainé la création par Bannon de ce que l’on appelle la « droite alternative » à partir de jeunes gens addicts aux jeux vidéo. Robert Mercer a été le plus grand donateur de la campagne électorale de Trump (« MAGA », ou Make America Great Again) ce qui lui a permis d’exercer une emprise importante sur l’administration Trump en 2017.

Mike Pompeo et Mike Pence représentent un autre courant très important au sein du Parti républicain : les sionistes chrétiens, un courant messianique parrainé par les tout puissants frères Koch, Charles et David (qui vient de mourir), deux milliardaires du Kansas. Depuis la présidence de George H. W. Bush, cette secte domine la droite religieuse américaine. Ses membres se font les défenseurs ardents d’Israël, mais pas en raison de leur amour pour la population israélienne. Ils prophétisent que la destruction ultime d’Israël dans l’Armageddon entraînera la seconde venue du Christ (!). En 2016, ils sont parvenus à convaincre Trump qu’il aurait besoin de ce courant pour obtenir le vote évangélique, la clé selon eux du succès du Parti républicain ces trente dernières années.

Nous vivons un moment décisif. Le fait que le système financier soit au bout du rouleau crée la possibilité ultime de libérer le gouvernement américain de l’emprise des forces oligarchiques qui le parasitent depuis plusieurs décennies, et de faire les premiers pas vers le « plan LaRouche » (du nom de l’économiste américain Lyndon LaRouche), c’est-à-dire une alliance entre les États-Unis, la Russie, la Chine et l’Inde, comme noyau de nations définissant une nouvelle architecture économique et de sécurité internationale basée sur le respect et le développement mutuel.

Vous venez de lire notre chronique stratégique « Le monde en devenir ». ABONNEZ-VOUS ICI pour la recevoir sans limitation. Vous aurez également accès à TOUS les dossiers de ce site (plus de 400 !)...

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Alain de Wailly • 25/09/2019 - 12:20

    "Anti-musulman", est-ce une source initiale des comportements ? Il semble plutôt qu’une superstition, celle des évangélistes, explique l’attitude des dirigeants cités. Si l’on ne va pas tout d’abord aux idées-sources, nous continuerons de chercher à résoudre des questions mal posées.

    • Lantrade • 25/09/2019 - 22:29

      Il me semble que "L’anti-musulmanisme" (je ne sais pas comment le dire) n’est pas présenté dans l’article comme la source initiale des comportements des faucons. Les idées-sources des évangélistes néoconservateurs sont la seconde venue du christ qui passe par un Israël unifié, si j’ai bien compris, c’est-à-dire, un état juif dans le monde. Les conseillers va-t-en-guerre de Trump agissent donc au nom de cette conception. Or, l’article a démontré les sources de financement et le rôle de la famille Mercer et le risque de guerre que les faucons peuvent engendrer. Cela, dans un contexte où l’économie des USA et celle du monde est en faillite. D’où la nécessité d’une nouvelle politique économique mondiale, basée sur le développement, la coopération internationale et entre les grandes puissances mondiales. Ce programme de paix a été élaboré par Lyndon LaRouche : il est temps de le mettre en oeuvre.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard