Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

2 juillet - Action devant le ministère de la Santé : « Trions les dettes, pas les patients ! » Lire 1er juillet - Solidarité & Progrès dénonce l’annexion unilatérale par Israël de la Cisjordanie Lire 30 juin - Jacques Cheminade réagit aux résultats des municipales pour Mandarin TV Lire
AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

« Dette odieuse » : l’Argentine retourne au combat !

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Chronique stratégique du 25 février 2020 (pour s’abonner c’est PAR ICI)

20 ans après le combat du péroniste Nestor Kirchner, l’Argentine engage de nouveau le bras de fer contre le FMI et les « fonds vautours », pour se libérer de la dette « odieuse ». Un effet miroir pour nous en Europe, où nos gouvernements pratiquent, via l’Union européenne, la même politique d’austérité budgétaire destructrice préconisée par le FMI.

Depuis le 10 décembre 2019, les « péronistes », qui ont mené historiquement la résistance contre le néocolonialisme financier, sont revenus au pouvoir en Argentine, avec le nouveau président Alberto Fernández. Il s’agit de l’ancien chef de cabinet du Président Nestor Kirchner et ensuite de sa femme, Cristina Fernández de Kirchner, qui revient aujourd’hui comme vice-présidente.

Très vite, la bataille s’est ouverte sur le remboursement de la dette publique argentine, aujourd’hui estimée à plus de 311 milliards de dollars (dont 44 milliards de dollars au FMI), soit plus de 90 % du PIB. Cette situation calamiteuse résulte de la politique du président précédent, le néolibéral Mauricio Macri, qui a plongé de nouveau la seconde économie du continent sud-américain dans une grave crise économique et sociale.

La dette odieuse et les fonds vautours

Vingt ans après la pire crise économique de son histoire, on croyait l’Argentine débarrassée de sa dette et des « fonds vautours » qui l’encerclent de nouveau ; son retour en 2017 sur les marchés, censé être un gage de bonne santé économique, avait même été plébiscité par l’ensemble du monde libéral. Pourtant, le même engrenage s’est enclenché sous la présidence Macri.

Dès son arrivée au pouvoir en 2015, le chouchou des marchés a livré l’Argentine aux « fonds vautours ». [1] Ces fonds spéculatifs, dont les plus importants sont BlackRock Inc. et Fidelity Investments, détiennent 7 % de la dette argentine ; en 2003, ils avaient refusé le plan de restructuration négocié par le gouvernement Kirchner, qui a résisté pendant douze ans à leurs tentatives d’obtenir leur livre de chair. Macri, lui, a accepté toutes les demandes d’une justice américaine donnant raison aux fonds vautours, leur permettant d’empocher 4,6 milliards de dollars, soit un bénéfice de 300 % ! Puis il a emprunté massivement sur les marchés financiers (dont un emprunt sur 100 ans avec des taux d’intérêts de 7,25 % par an) en promettant que les recettes néolibérales – privatisations, austérité budgétaire, dérégulations, etc – allaient rapidement rendre le pays attractif (le ruissellement si cher à notre président...).

En 2018, la récession s’est de nouveau abattue sur l’Argentine. En catastrophe, Macri a fait appel au FMI, qui lui a consenti un prêt de 57 milliards de dollars, le plus important de l’histoire du Fonds, après celui de 30 milliards à la Grèce en 2010 ; Ce prêt a été contracté en violation totale des statuts du FMI, comme l’a dénoncé Kristina Fernandez de Kirchner, puisqu’il n’a servi qu’à encourager la fuite des capitaux (27 milliards de dollars en 2019 et 88 milliards sur l’ensemble du mandat de Macri) et les opérations spéculatives. [2]

Il s’agit donc bien d’une « dette odieuse », c’est-à-dire une dette contractée par des dirigeants contre l’intérêt du peuple. En deux ans, tandis que la dette a augmenté de 52 % à 88 % du PIB, la production, l’emploi et les exportations se sont effondrés dramatiquement, l’inflation s’est envolé à 53 % et la pauvreté est passée de 27 % à 40 % de la population. La famine frappe les populations indigènes du Chaco, dans le Nord du pays, où huit enfants Wichi sont morts de dénutrition fin janvier. « Nous ne pouvons pas payer », a martelé le ministre du Développement social Daniel Arroyo alors qu’il évoquait cette tragédie devant les délégués du FMI se trouvant à Buenos Aires le 12 février, faisant écho aux paroles prononcées en 2003 par Nestor Kirchner lorsqu’il avait dit non aux créanciers : « Les morts ne paient pas les dettes ! »

Le gouvernement Fernández-Kirchner à l’offensive

Le 12 février, une délégation du FMI à débarqué à Buenos Aires pour une semaine de négociations. Dans le même temps, BlackRock et Fidelity ont formé un cartel des créanciers de l’Argentine afin de forcer le pays à rembourser sa dette au prix fort.

Face à cela, le nouveau gouvernement argentin est déterminé à se battre. Du fait des expériences passées, la population est consciente du rôle néfaste du FMI et des fonds vautours, et le sujet de la dette a occupé le centre des débats électoraux (on ne peut pas en dire autant en France). « Nous ne laisserons pas des fonds d’investissements étrangers définir les lignes directrices de notre politique macroéconomique », a déclaré le 12 février le ministre argentin des Finances Martín Guzmán. Sans donner les détails du plan envisagé par le gouvernement, le ministre a réaffirmé son refus catégorique des compressions budgétaires demandées par le FMI. « Il n’y a pas de pire option que l’austérité en période de récession » , a-t-il lancé.

Cependant, Fernández et Kirchner savent qu’ils ne peuvent pas se lancer dans une attaque frontale contre les créanciers. Début février, le nouveau président s’est rendu en Europe afin d’obtenir le soutien des gouvernements dans ses négociations avec le FMI, auprès duquel il compte obtenir un prolongement de deux ans des délais de remboursement, afin de relancer l’économie réelle argentine. Il a obtenu le soutien de la chancelière allemande et du président français. Emmanuel Macron, qui impose justement aux Français le type de politique d’austérité suicidaire préconisée par le FMI, a apporté son soutien à demi-mot, sans pavaner, et sans que les médias n’en fassent grand cas. Sa proximité avec le dirigeant de BlackRock, Larry Fink, y serait-elle également pour quelque chose ? Macron aime l’Argentine, mais « en même temps » BlackRock, le « fond vautour » qu’il a recruté à son plan de verdissement de la finance mondiale !

La doctrine Drago pour en finir avec le néocolonialisme

La situation de l’Argentine, loin d’être une anomalie, est une illustration du problème global, qui provient de la mise en place dans les années 1970 d’un système de pillage financier, une nouvelle forme de colonialisme se cachant derrière le masque du « libéralisme ». Par-delà les institutions de Bretton Woods, une finance prédatrice s’est érigée en pouvoir mondial, cherchant à se substituer aux gouvernements, et utilisant pour cela le chantage de la dette. Aujourd’hui, 40 % des pays en développement sont en proie à une crise similaire de la dette, en premier lieu (le territoire américain) Porto Rico, le Salvador ou encore la Zambie.

Les pays industrialisés, qui se sont vu privés de leur souveraineté monétaire – grâce à la collaboration de leurs gouvernements successifs —, ont été progressivement soumis au même régime.

Cet impérialisme est inacceptable au XXIe siècle. Conscient de cela, le Pape François a tenu le 5 février une réunion au Vatican en présence des dirigeants du FMI et de la Banque mondiale, de plusieurs lauréats du prix Nobel de l’Économie, ainsi que du ministre argentin des Finances Martin Guzmán. Rappelons que François est argentin, et qu’il a dénoncé à plusieurs reprises le fait que « cette économie tue » ; depuis son arrivée, les termes de « fonds vautours » ont été intégrés dans le vocabulaire de l’église catholique.

Au-delà du Pape, l’Argentine et le continent sud-américain ont un long passé de lutte contre l’impérialisme financier. En 1860, le président mexicain Benito Juarez refusa les termes du remboursement d’une dette illégitime héritée par ses prédécesseurs auprès des empires coloniaux français, anglais et espagnol. Rappelons d’ailleurs que c’est la France qui convainquit la Grande-Bretagne et l’Espagne de mener une expédition militaire pour forcer le gouvernement Juarez à payer.

Quarante ans plus tard, le ministre argentin des Affaires étrangères Luis María Drago, s’inspirant de Juarez, força les créanciers du pays à faire leurs recours devant les tribunaux du pays débiteur et non pas devant ceux du pays créancier. En 1902, il définit la « doctrine Drago », principe selon lequel aucun créditeur ne peut collecter une dette au dépens de l’existence, de la souveraineté et de l’indépendance d’un pays. Du coup, le crédit et la dette ne sont plus qu’un aspect d’un développement mutuel librement consenti et au service d’un bien-être futur.

En 1982, tandis que la Grande-Bretagne menait une guerre néocoloniale contre l’Argentine pour garder le contrôle des îles Malouines, l’économiste américain Lyndon LaRouche publia un document intitulé « Opération Juarez », suite à sa rencontre avec le président mexicain Lopez Portillo. Le Mexique était alors aux prises avec une désastreuse crise de la dette, et subissait de terribles pressions de la part de la communauté financière internationale. Suivant les conseils de LaRouche, Portillo adopta en août-septembre 1982 une série de décrets présidentiels comprenant un moratoire sur la dette et des contrôles de capitaux ainsi que la nationalisation de certaines banques. Ajoutons que LaRouche rencontra le président argentin Raul Alfonsin en juin 1984 pour amener l’Argentine à soutenir cette démarche.

Aujourd’hui, il ne faut pas compter sur le Pape, et encore moins sur Macron, pour libérer l’Argentine de la dette odieuse. C’est à nous, citoyens européens, qu’il revient de sortir de la « vallée des paumés » et de nous battre contre cette finance criminelle.

Vous venez de lire notre chronique stratégique « Le monde en devenir ». ABONNEZ-VOUS ICI pour la recevoir sans limitation. Vous aurez également accès à TOUS les dossiers de ce site (plus de 400 !)...


[1Les fonds vautours, ou « créanciers procéduriers », comme on les désigne dans le langage des institutions financières internationales, sont des fonds hyper-spéculatifs spécialisés dans l’exploitation des voies judiciaires pour engranger d’énormes profits (300 à 3000 %). Ils rachètent des titres de dette publique à bas prix sur le marché secondaire, en vue d’entamer une procédure de poursuites judiciaires afin d’obtenir le remboursement de la totalité de la dette à la valeur nominale.

[2L’Article IV du FMI stipule qu’aucun pays ne peut utiliser l’argent pour une fuite systématique des capitaux.

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Suivez le parcours pédagogique : La dette odieuse dans le monde
Lire l'article suivant :
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard