Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

3 juin - Vendredi 5 juin - DIRECT Cheminade/Senny : Une coalition contre l’ECO et la dette Lire 30 mai - Comment participer à un complot humaniste - Lecture de la feuille de route Lire 30 mai - Bill Gates et le monde qui vient Lire
AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Covid-19 : l’UE rongée par sa propre gangrène financière

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Chronique stratégique du 31 mars 2020 (pour s’abonner c’est PAR ICI)

Soudain, la pandémie de Covid-19 s’étendant sur notre continent, les plaies de l’Union européenne sont réapparues béantes et plus vivaces que jamais. Et, alors que dans le monde une solidarité et une coopération s’organisent sous l’impulsion de la Chine, la Russie, Cuba, etc, le sommet du Conseil européen du 26 mars s’est conclu dans les divisions et les ressentiments. Pour sortir de cette impuissance affligeante, l’Europe, berceau de l’humanisme et de la république, va devoir briser les chaînes qui la lie à la finance prédatrice de la City de Londres.

« A quoi sert l’Europe aujourd’hui ? Aucune coordination des pays européens ; les frontières se ferment, on se bat pour obtenir des masques ; (…) et on est obligé de faire un pont aérien avec la Chine ! Nous ne sommes pas un pays du Tiers-monde, dans la zone économique européenne ! » a lancé Christophe Prudhomme, le porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France, dans un coup de colère résumant aussi bien sa naïveté que la réalité de la situation européenne.

Plus que jamais, la question se pose de savoir comment les économies européennes vont pouvoir survivre au confinement d’une grande partie des populations et à l’arrêt brutal de l’activité que cela a induit. Et il est clair que l’immense péril économique qui se profile devant nous ne pourra pas être affronté dans le cadre de cette UE, qui a été conçue depuis l’Acte unique de 1987 comme une courroie de transmission du système financier dérégulé et prédateur anglo-saxon. Après avoir effacé depuis 40 ans la prééminence des États pour faire triompher les marchés, après 63 appels à la réduction des budgets de la santé, et après avoir enterré le rapport de prévision pandémique de Michel Barnier, l’UE redécouvre l’utilité d’un État providence.

La Tour de Babel européenne tremble de tous ces membres

Toutes les divisions et dissensions, qui avaient été mises sous le tapis suite aux crises des dettes des années 2010, sont brutalement remontées à la surface. Le constat est fait, y compris par ceux qui ont été les artisans de la construction européenne. L’ancien président de la Commission Jacques Delors, amer, a averti au lendemain du Conseil européen que le manque de solidarité fait « courir un danger mortel à l’Union européenne ».

Le vendredi 20 mars, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé le déclenchement de la « clause dérogatoire générale ». Cette clause, après le feu vert accordé par les 27 ministres des Finances et le Conseil européen, entraîne la suspension de toutes les règles budgétaires de l’UE, afin de permettre aux États membres de dépenser autant qu’ils le veulent pour lutter contre le coronavirus. Avant tout, c’est la fameuse barre à hauteur de 3% du PIB pour le déficit public qui sera levée. Ce qui permettra aux États de voler au secours des populations et des entreprises.

C’est pourtant bien autour des dogmes budgétaires qu’est réapparu, lors du Conseil européen du 26 mars, la fracture entre les pays du Sud et les pays du Nord. D’un côté, les pays du Sud – autrefois cyniquement nommés les « PIIGS », pour Portugal, Italie, Irlande, Grèce et Espagne –, rejoint par la France, la Belgique et la Slovénie, appellent à la mutualisation des dettes à travers les « coronabonds », c’est-à-dire l’émission — une première —, par une institution européenne ou par le MES (Mecanisme européen de stabilité), d’obligations à long terme permettant de financer la relance post-confinement. Proposition rejetée catégoriquement par les pays du Nord, emmenés par l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Autriche (qui ont des conditions d’emprunt plus favorables que les pays du sud). Pour eux, pas besoin d’inventer des nouveaux types d’obligations, il suffirait d’activer le mécanisme existant du MES. Ce fond, créé en 2012 pour « sauver » la zone euro, mettrait 410 milliards à disposition des pays sous forme d’aides accordées en contrepartie de plans drastiques d’austérité. Ce qui reviendrait à administrer une saignée à un cheval se vidant déjà de son sang.

Au lendemain du sommet du 26 mars, Emmanuel Macron et le Premier ministre italien Giuseppe Conte ont fait front commun. « La France se tient aux côtés de l’Italie, a déclaré le président français. (…) Nous n’allons pas dépasser cette crise sans une solidarité européenne forte, au niveau sanitaire, mais aussi budgétaire. L’Union européenne, la zone euro, se résume[-t-elle] à un ensemble de règles qui permettent à chaque État d’agir seul ? Ou alors on agit ensemble pour financer nos dépenses, nos besoins, au cœur de cette grande crise ? Je souhaite qu’on fasse pleinement le choix de solidarité ». Une belle parole qui aurait mérité l’envoi de quelques équipes de médecins pour épauler leurs confrères italiens. De son côté, Conte a mis en garde : « L’ensemble de la construction européenne risque de perdre sa ’raison d’être’. L’inertie laisserait le coût immense d’une économie dévastée à nos enfants ».

Quand la « rigueur » ne cache plus le malthusianisme

Partout à travers l’Europe, les serviteurs de la doxa néolibérale se démènent pour faire accepter comme une nouvelle « normalité » l’idée qu’il faille trier, non pas entre les bonnes et les mauvaises dettes qu’il faut enterrer, mais entre ceux méritant de vivre et ceux envoyés au cimetière. Parmi ceux-là, on trouve les dirigeants néerlandais, qui ont fait le choix dans leur pays de « l’immunité collective », c’est-à-dire de laisser la plus grande partie possible de la population contracter le Covid-19 afin de (prétendument) pouvoir résister à la seconde offensive du virus. Une barrière immunitaire obtenue à faible coût financier mais aussi grâce à un nombre de morts conséquent. Choix assumé de faire mourir des dizaines, voire des centaines de milliers de personnes âgées.

C’est ainsi que le Premier ministre néerlandais Mark Rutte et son ministre des Finances Wopke Hoeskra ont émis de fortes critiques à l’encontre de l’Italie et de l’Espagne (et implicitement la France), les jugeant « incapables de maîtriser leurs finances ». Wopke Hoekstra a même suggéré l’ouverture d’une enquête européenne pour déterminer pourquoi certains États membres n’ont pas de marge budgétaire pour affronter la crise sanitaire. Ces critiques ont suscité une grande indignation. Le Premier ministre portugais Antonio Costa a qualifié Hoekstra de « répugnant », et en Italie, de nombreux appels ont été fait au boycott des produits néerlandais.

En Espagne, le scandale a été amplifié par la publication d’une tribune dans le quotidien El Espanol. Frits Rosendaal, un professeur d’épidémiologie néerlandais, y affirme que la raison pour laquelle les hôpitaux espagnols et italiens sont dépassés est qu’ils ne refusent pas l’accès aux plus vieux aux unités de soins intensifs (USI) et de réanimation. « En Italie, la capacité en USI est gérée très différemment. Là-bas, ils incluent des gens que nous n’inclurions pas car elles sont très vieilles. Les plus vieux ont une place très différente dans la culture italienne », écrit Rosendaal.

Le rapprochement entre cette vision pro-euthanasie et les leçons de « bonne » gestion budgétaire des dirigeants néerlandais n’a échappé à personne. Tout en évoquant les cas de deux Espagnols très âgés – l’un de 106 ans et l’autre de 84 ans – ayant quitté l’USI après avoir vaincu le virus, Anatolio Diez Merino, le dirigeant de l’Association espagnole des retraités de la Fédération nationale du travail (UGT), n’a pas hésité à comparer cette façon de pensée à celle des Nazis. « L’Europe du Nord ne laissera rien entraver l’empressement à accumuler l’argent de ceux qui les payent », a-t-il déclaré.

Perdre une personne âgée, ce n’est pas seulement perdre une personne ’trop âgée’ ; c’est perdre une expérience, une connaissance, poursuit Diez Merino. C’est perdre notre histoire vivante ; (…) c’est briser la chaîne de communication intergénérationnelle, la chaîne de la vie, et si nous perdons tout cela ou si nous l’oublions, nous faisons partir en fumée des années de lutte, d’apprentissage et d’expérience de vie.

En France, plusieurs voix se manifestent pour propager cette banalisation du triage humain, y compris parmi les responsables du secteur de la santé. Suite aux propos du directeur général de l’AP-HP Martin Hirsch, que nous avions évoqué dans notre chronique du 17 mars, Karine Lacombe, cheffe du service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine, Emmanuel Hirsch, professeur d’éthique médicale à la faculté de médecine de l’université Paris-Saclay, ainsi que l’éminent professeur Axel Kahn, ont affirmé qu’il ne fallait pas accueillir les vieux dans les USI.

Heureusement, la résistance s’organise. Le Pr Christian Perronne a notamment lancé un appel contre le triage des malades, rejoint ensuite par nombreux de ses collègues.

Disons-le crûment : cette vision comptable de la vie humaine est la même qui avait été appliquée en Allemagne nazie, à travers la politique économique « schachtienne » (du nom du ministre nazi de l’Économie Hjalmar Schacht), qui avait aboutit, dans sa forme extrême, et ceci pour permettre à Hitler de payer sa dette et garder des bonnes relations avec la Banque des règlements internationaux (BRI), à la logique cynique et criminelle des camps de concentration. Nous devons la rejeter catégoriquement, temps de crise ou pas.

Vous venez de lire notre chronique stratégique « Le monde en devenir ». ABONNEZ-VOUS ICI pour la recevoir sans limitation. Vous aurez également accès à TOUS les dossiers de ce site (plus de 400 !)...

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lantrade • 04/04/2020 - 00:27

    Excellent article ! Mais vous avez tellement raison bon sang ! Ce malthufascisme me révolte.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Approfondir

Refonder l’Europe

L’Europe n’est pas l’Union européenne (UE) ! L’UE est devenue la caricature destructrice de ce que devrait être une Europe progressant dans l’intérêt mutuel des peuples et des nations qui la composent. C’est pourquoi il faut la dissoudre.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard