Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

3 décembre - Vendredi 4 décembre à 20h30 : discussion avec Benoît, youtubeur S&P Lire 2 décembre - 12-13 décembre : visio-conférence internationale de l’Institut Schiller Lire 1er décembre - Great Reset et cryptomonnaies : la dictature verte des Banques Centrales - FVQC HS#5 Lire
AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Un coup d’État militaire contre Trump est en préparation

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Chronique stratégique du 16 septembre 2020 (pour s’abonner c’est PAR ICI)

Les 5 et 12 septembre, lors de deux conférences internet de l’Institut Schiller, le colonel Richard Black (cr), ancien sénateur de l’État de Virginie, a demandé à Mark Esper, le ministre américain de la Défense, de prendre des mesures disciplinaires contre des hauts officiers de l’armée américaine qui préparent ouvertement un coup d’État militaire contre le président Donald Trump.

Tous les signes sont là

Pour Richard Black, Les États-Unis sont sujets à une menace intérieure, et non pas extérieure, incarnée par la Chine et la Russie, comme les médias tentent de le faire croire. Pour cet ancien haut gradé, qui dirigeait le service du droit pénal au Pentagone, tous les signes sont là indiquant qu’un coup d’État militaire est en préparation.

Le 9 septembre, le Washington Post a publié des extraits du nouveau livre de Bob Woodward dans lesquels on apprend qu’en mai 2019, le général James Mattis avait prévenu Dan Coats, à l’époque le directeur du Renseignement national, que « le temps pourrait venir où il faudra agir collectivement » car Trump est « dangereux et inapte ». Rappelons que Mattis a démissionné de son poste à la tête du Pentagone en décembre 2018, refusant d’appliquer la décision de Trump de retirer les troupes de Syrie.

Richard Black a également évoqué la lettre ouverte de deux lieutenants-colonels à la retraite, John Nagle et Paul Yingling, à l’intention du général Mark Milley, le chef d’état-major des armées américaines, publiée le 11 août dans la revue militaire en ligne Defense One, un média lié au Atlantic Council et au complexe militaro-industriel. Dans cette lettre, les deux officiers exhortent Milley, le cas échéant, à recourir à la force militaire : « Si Donald Trump refuse de quitter ses fonctions à l’expiration de son mandat constitutionnel, l’armée américaine doit le démettre de ses fonctions par la force, et vous devez donner cet ordre », écrivent-ils.

Le Journal du Dimanche est l’un des rares médias à en avoir fait écho en France. Dans son édition du 6 septembre, il évoque l’existence d’un scénario échafaudé en juin dernier par le Transition Integrity Project (TIP) dans lequel, en cas de refus du président Trump de quitter la Maison-Blanche, « l’armée indique qu’elle saura prendre ses responsabilités constitutionnelles », l’état-major menaçant de démissionner collectivement. Cependant, le JDD ne précise pas que le TIP a été fondé fin 2019 par des responsables de l’administration Obama, tel que le professeur Rosa Brooks, l’ancienne assistante de la sous-secrétaire à la Défense Michele Flournoy, déjà pressentie pour devenir la ministre de la Défense sous Biden. En janvier 2017, soit quelques jours après l’inauguration de Donald Trump, Brooks avait publié une tribune dans le magazine Foreign Policy, dans laquelle elle suggérait plusieurs moyens de virer Trump de la Maison-Blanche.

Joe Biden lui-même a ouvertement exprimé le souhait de voir l’armée intervenir dans le cas où Donald Trump refuserait de quitter son poste. En juin, lors d’une interview au Daily Show, il a déclaré : « Je vous le promets, je suis absolument convaincu qu’ils vont l’escorter hors de la Maison Blanche avec une grande diligence ».

La gangrène du Pentagone

La révolte des généraux est devenue visible cet été, lorsque Trump a menacé en juin d’invoquer l’Insurrection Act de 1808 afin de déployer la Garde nationale dans les villes où les autorités locales seraient dépassées par les émeutes.

James Mattis, Colin Powell – dont on se souvient des mensonges sur les armes de destruction massive irakiennes – le général (cr) John Kelly, et d’autres, rejoints par le chef du Pentagone lui-même, Mark Esper, sont tous montés au créneau pour dénoncer le plan de Trump. Le 5 juin, Leon Panetta et Chuck Hagel, deux anciens secrétaires à la Défense de l’administration Obama, se sont associés à 87 officiers militaires à la retraite dans une lettre ouverte publiée par le Washington Post, se disant « alarmés par la façon dont le président menace d’ordonner aux membres de l’armée US de violer les droits constitutionnels des citoyens ».

Pourtant, comme l’a rappelé Richard Black, l’Insurrection Act autorise bien le président américain à déployer l’armée sur le territoire américain pour mettre un terme aux troubles civils, à l’insurrection et à la rébellion ; cette loi fédérale a même été invoquée 22 fois depuis 1808, par plusieurs présidents, dont Thomas Jefferson, Andrew Jackson, Ulysse Grant, Franklin Roosevelt, Dwight Eisenhower, JFK, Lyndon Johnson et George Bush père – ce que ne peuvent ignorer les généraux.

Les déclarations de ces responsables militaires semblent calculées pour saper l’autorité du président, a affirmé Black. En suggérant que l’invocation de l’Insurrection Act est illégale et en minimisant la terreur urbaine généralisée, ils ont donné leur imprimatur à un comportement violent et criminel. L’article 88 du Code militaire interdit aux officiers à la retraite d’utiliser des mots méprisants à l’encontre du président des États-Unis. (…) La diffusion coordonnée de remarques cinglantes par de hauts fonctionnaires, associée à la publication d’une lettre préconisant un coup d’État militaire, fait apparaître la profonde gangrène qui ronge le Pentagone et notre structure constitutionnelle. A ma connaissance, ni le secrétaire à la Défense ni les chefs de service n’ont pris aucune mesure contre ces appels publics à l’insurrection militaire.

Il faut souligner au passage que l’article 88 est également valable pour les militaires exprimant ouvertement leur soutien au président Trump, comme l’a fait un groupe de 235 officiers à travers une lettre ouverte publiée le 14 septembre. De son côté, le chef d’État-major Mark Milley s’est fermement désolidarisé de ces initiatives, déclarant vendredi devant les élus du Congrès que l’armée ne jouera aucun rôle lors des élections de novembre et n’aidera pas à régler les différends si les résultats sont contestés. « La Constitution et les lois des États-Unis et des États établissent des procédures pour la tenue d’élections et pour la résolution des différends sur le résultat des élections. Je ne vois pas l’armée américaine comme faisant partie de ce processus », a-t-il affirmé.

Le fait que le colonel Richard Black et deux lanceurs d’alertes et anciens responsables de la NSA, William Binney et Kirk Wiebe, s’affichent aux côtés du Comité d’action politique de Lyndon LaRouche pour dénoncer haut et fort ce danger de coup d’État militaire, indique une prise de conscience tardive mais réelle de l’ampleur du danger. A nous de lui donner l’écho que mérite leur message.

Vous venez de lire notre chronique stratégique « Le monde en devenir ». ABONNEZ-VOUS ICI pour la recevoir sans limitation. Vous aurez également accès à TOUS les dossiers de ce site (plus de 400 !)...
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lantrade • 16/09/2020 - 23:06

    Pourquoi Trump refuserait-il de quitter ses fonctions s’il n’était pas réélu ?

    • Ouallonsnous ? • 18/09/2020 - 10:13

      Il s’agit d’une fausse nouvelle lancée par les "faucons" de l’état profond pour justifier leurs menées vers le chaos

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard