Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

3 août - OPÉRATION SPÉCIALE : Sponsorisez l’envoi de notre feuille de route aux élus locaux ! Lire 30 juillet - Fusion nucléaire : le projet ITER, une promesse de paix Lire 26 juillet - Retour au Plan ou suite du plan-plan ? Lire
AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

John F. Kennedy, Robert Boulin... Ces fantômes qui hantent l’empire financier transatlantique

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

« Nous vivons dans un pays sous occupation », a affirmé Jacques Cheminade pendant la campagne présidentielle. Pour ceux qui auraient trouvé cela excessif, l’occasion leur est donné aujourd’hui de mieux comprendre ce qu’il entendait par là, grâce au retour coïncidant des fantômes de JFK et de Robert Boulin dans les consciences, suite à la diffusion du documentaire de Benoît Colombat « Révélations sur un crime d’État », le 26 octobre dans l’émission Envoyé Spécial sur France 2 , et suite à la presque déclassification par le président Trump des fichiers concernant l’assassinat de Kennedy.

N’est-il pas remarquable que dans ces deux affaires, qui n’ont a priori aucun lien direct, l’on puisse situer deux personnages placés au cœur des appareils d’État, bien qu’à des niveaux de responsabilité sans commune mesure ? Dans l’affaire Boulin, à un niveau d’exécution, le procureur général de Versailles de l’époque, Louis-Bruno Chalret, barbouze judiciaire des réseaux du Service d’Action Civique (SAC, le service de sécurité du parti gaulliste) et de la Françafrique, a joué dans la nuit du 29 au 30 octobre 1979, où le corps de Robert Boulin a été retrouvé, le rôle de chef d’orchestre et de coupe-circuit, dessaisissant les gendarmes de l’enquête et verrouillant l’autopsie, afin de maquiller l’assassinat en suicide. On ne peut encore savoir au nom de qui il agissait, mais son rôle d’exécutant est prouvé. Dans l’élimination de Kennedy, à un niveau de responsabilité incommensurablement plus élevé, l’ancien directeur de la CIA Alan Dulles (limogé par JFK en 1961 suite à l’affaire de la Baie des Cochons), avocat d’affaires du fameux cabinet Sullivan & Cromwell (tout comme son frère John Foster), le bras armé des intérêts impérialistes de Wall Street et de la City, a pris le contrôle de la Commission Warren, créée pour enquêter sur l’assassinat du président américain, imposant la thèse du tireur solitaire. Avec, bien entendu, la collaboration du directeur du FBI, Jay Edgar Hoover, qui haïssait les frères Kennedy.

Assassiné par une police politique au service de la pègre

Il est désormais évident que Robert Boulin, alors ministre du Travail sous la Présidence de Giscard et pressenti pour devenir Premier ministre, a été assassiné en raison de son intention de déballer tout ce qu’il savait à propos des financements occultes des partis politiques français et sur la corruption liée à de gros contrats dans le nucléaire, l’armement et le pétrole. [1] Bertrand Boulin avait conservé une note de son père datée de 1979, dans laquelle il avait répertorié les dossiers confidentiels qu’il avait sans doute en main le jour de son assassinat : « 1) Groupe DASSAULT – fonds publics alloués, 2) Elf Aquitaine. Transactions. CER, 3) Sécurité sociale. Détournements, 4) Arabie Saoudite. Avions et dons. »

Cela dépasse sans doute largement le cadre des rivalités entre Chirac et Giscard. Dans cette période très trouble des années 1970, la République française est de plus en plus gangrenée par un vaste système de crime organisé et de corruption, dans lequel le SAC est devenu une pièce maîtresse. [2] En 2010, l’ancien ministre gaulliste Jean Charbonnel expliquait que « le SAC du gaullisme était en voie d’être remplacé par le SAC des truands ». Le SAC a non seulement infiltré le mouvement gaulliste mais également l’appareil d’État, les services secrets, la justice et la police. L’attaché de presse de Robert Boulin, Patrice Blank, soupçonné d’avoir déposé des fausses déclarations de Boulin sur son intention de se suicider, dans une poubelle au domicile du ministre, faisait sans doute lui-même partie de ce système, étant membre du conseil d’administration de la banque Fiba, la banque d’Elf-Gabon.

Lucien Aimé-Blanc, ancien commissaire de police à la BRI, rapporte que le procureur Louis-Bruno Chalret, qui a maquillé le meurtre de Boulin en suicide, était au cœur de ce système : « C’était une barbouze qui se trouvait dans un cabinet noir. En fait, c’était un patron des polices parallèles de cette époque-là. (…) C’était le monsieur interventions secrètes ». En se basant sur des documents d’écoutes du procureur de Versailles, Aimé-Blanc avait pu se rendre compte que le magistrat était plusieurs fois intervenu en faveur de grands voyous français, principalement parisiens, les faisant libérer et aménager leurs peines. Un rapport avait d’ailleurs été remis aux hautes autorités à ce sujet, en novembre 1966, mettant en cause l’avocat Pierre Lemarchand, député de l’Yonne dont le nom est évoqué dans l’affaire Ben Barka, le procureur Louis-Bruno Chalret et des « membres de la pègre ». Mais aucune suite n’avait été donnée au rapport.

Contexte international : la stratégie de la tension

L’assassinat de Boulin s’inscrit dans une série d’assassinats à l’échelle mondiale, se situant dans le contexte de la « stratégie de tension » déclenchée par le système anglo-américain dans cette période. Il s’agit alors pour les intérêts financiers de Wall Street et de la City de casser toute opposition politique à la dérégulation du système financier et monétaire, qui a substitué au dirigisme économique des « Trente Glorieuses » un véritable casino financier mêlant pillage spéculatif et crime organisé. Ainsi, la vague d’assassinats (JFK, Marthin Luther King, Bob Kennedy, etc.) qui a brutalement frappé les États-Unis dans les années 1960, a entraîné la République américaine dans une logique de guerres impérialistes et d’effondrement économique.

En Europe, l’assassinat d’Aldo Moro en 1978 par les Brigades rouges, dont on sait aujourd’hui qu’elles avaient été infiltrées, a empêché l’arrivée au pouvoir en Italie d’une coalition de gauche Berlinguer-Moro. Enfin, en France, la mort de Boulin représente l’apothéose de ce qui apparaît comme une véritable purge visant à écarter les « gaullistes de gauche » fidèles à l’esprit du Conseil National de la Résistance. Robert Boulin était en effet un véritable gaulliste, attaché au principe d’indépendance nationale, et qui faisait référence au New Deal de Franklin Roosevelt comme porte de sortie de la crise économique.

Aujourd’hui

Comme le révèle le documentaire de Benoît Colombat, la justice française connaît désormais le nom des deux commanditaires politiques de l’assassinat de Robert Boulin. C’est la femme de Jean Charbonnel, décédé depuis peu, qui les a communiqué, suite à la réouverture de l’enquête sur l’affaire Boulin en 2015. Charbonnel connaissait ces noms grâce à Alexandre Sanguinetti, co-fondateur du SAC mais véritablement gaulliste de conviction, qui s’était confié à lui quelques semaines après la mort de Boulin.

La famille Boulin, qui se bat depuis près de 40 ans pour rétablir la vérité, doute que la justice soit prête à agir. « Si on ne veut pas avancer, c’est parce que l’on ne veut pas que la vérité soit faite », affirme Eric Burgeat, le gendre du ministre assassiné. « Et si 40 ans après, on ne veut pas que la vérité soit faite, c’est que les mêmes intérêts qu’il y avait il y a 40 ans sont là, toujours. C’est une affaire d’État ! Un crime d’État ». L’omerta est en effet toujours là, malgré le fait que tous ceux qui se sont sérieusement penchés sur l’affaire reconnaissent maintenant que la thèse du suicide ne tient pas. Presque seul parmi ceux qui devraient être bien informés, le Canard Enchaîné, qui a joué un rôle central dans la campagne de calomnies lancée contre Boulin quelques semaines avant sa mort, continue à soutenir la thèse du suicide en accusant de « complotisme » ceux qui la remettraient en cause...

Outre-atlantique, suite à la décision de Trump de ne pas déclassifier l’intégralité des 3100 fichiers sur l’assassinat de JFK, l’ancien analyste de la CIA Ray McGovern exprime également des doutes similaires à ceux de la famille Boulin : « La concession malheureuse de dernière minute accordée par Trump au ’Deep State’, qui freine des quatre fers (...), reflète tout simplement le fait que lui aussi se trouve empêtré dans les mailles de ce que les Soviétiques appelaient ’les organes de la sécurité d’État’ ».

Nous ne sommes plus dans les années 1970. Si les forces financières sont toujours là, leur système est aujourd’hui irrémédiablement en banqueroute, et la voie s’ouvre pour une profonde remise en question. C’est dans ce type de moment que les langues peuvent se délier, malgré l’omerta incestueuse qui règne encore entre tous ceux qui ont participé aux turpitudes politiques.

Le plus important reste, par-delà ces épisodes criminels, de mettre aujourd’hui en place un système de « détente, d’entente et de coopération » qui, tant à l’échelle nationale qu’internationale, doit créer les conditions d’un développement mutuel propre à diminuer les risques de tels épisodes.


[1Rappelons ici que Pierre Beregovoy s’est trouvé acculé au suicide après avoir dénoncé les affaires de corruption et menacé de donner des noms dans un discours prononcé devant le Parlement.

[2La nébuleuze « barbouze » de la Guerre d’Algérie – côté OAS et côté MPC – est le « bruit de fond » de la stratégie de tension contre la France, l’infiltration par des réseaux internationaux de trafic de drogue et de trafic d’armes l’ayant rendue vulnérable aux opérations des services de renseignement étrangers.

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • BONIN Stéphane • 04/11/2017 - 11:55

    Un monde financier occidental pourri jusqu’ à la moëlle ! Et qui fait tout pour se maintenir, y compris en s’ auto-détruisant...........au risque de mettre dans la misère (noire !) des milliards d’ être humains ! Hélas, les gens sont incapables d’ entendrent ça !

    Répondre à ce message

  • Michel Langevin • 02/11/2017 - 20:16

    Concernant l’assassina de Kennedy et les attentats contre de Gaule voir DOPE INC

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Réouverture du cas Robert Boulin, un espoir pour la République
22 octobre 2015
Actualités
Réouverture du cas Robert Boulin, un espoir pour la République
Affaire Boulin, une exigence de vérité
31 mars 2010
Brèves
Affaire Boulin, une exigence de vérité
Affaire Boulin : Le dormeur du val
16 février 2011
Revue de livre
Affaire Boulin : Le dormeur du val
Manipulation par la terreur : non à la mise en place de régimes d'exception
1er mars 2004
Politique
Manipulation par la terreur : non à la mise en place de régimes d’exception
50 ans après : Pourquoi ont-ils tué Kennedy ?
22 novembre 2013
Politique
50 ans après : Pourquoi ont-ils tué Kennedy ?

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard