Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Les populistes de Rome et les dinosaures de Bruxelles

La rédaction
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne
JPEG - 1.6 Mo

En osant toucher au suprême tabou du système de servitude monétaire maintenu par la France dans une dizaine de pays africains, au travers du Franc CFA, les dirigeants de la coalition au pouvoir en Italie avaient déjà jeté un froid ; la rencontre du vice-Premier ministre Luigi di Maio avec des Gilets jaunes à Montargis fut la goutte faisant déborder le vase. Le 7 février, Paris a décidé de rappeler l’ambassadeur français à Rome, pour « consultation », une initiative sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale.

En toile de fond de cette crise, il y a bien entendu les basses manœuvres politiciennes visant à polariser le débat, en vue des élections européennes, entre les « progressistes » et les « populistes », ce dont Macron autant que Salvini espèrent tirer parti. Ce faux débat par excellence semble toutefois de moins en moins en mesure de dissimuler la réalité de la faillite de l’UE, dont les divers « populismes » ne sont que les symptômes.

Car, avec cet affrontement direct entre deux des principaux pays de l’Union, c’est toute l’illusion d’une Europe vendue comme antidote aux égoïsmes nationaux et comme garante de la paix qui s’effondre. « Le plus europhile des pays fondateurs de l’UE, acteur majeur du traité de Rome en 1957, serait devenu l’un des plus eurosceptiques », écrit Alain Léauthier dans Marianne. « Voilà donc qu’à Rome (…) on vitupère presque chaque jour contre le ‘déficit démocratique’ de l’Union, l’arrogance d’une bureaucratie hors sol, totalement déconnectée de la grande majorité de ses 500 millions d’habitants, ou encore contre la dictature opaque de l’Eurogroupe, le pseudo-gouvernement de la zone euro qui ne rend de compte à personne ».

Le cirque du Parlement européen

Le 12 février, le débat entre le Premier ministre italien Giuseppe Conte et les élus du Parlement européen a tourné en une véritable foire, démontrant s’il le fallait que les dinosaures qui peuplent le Parlement européen ont perdu tout sens de réalité. La bonne nouvelle est que l’extinction est toute proche.

Giuseppe Conte a prononcé un discours sans concession sur l’UE, soulignant l’échec de cette dernière à unifier les peuples européens ; contrairement au début de la construction européenne, « depuis 1989, il lui a manqué une vision politique et un élan prophétique », a-t-il dit, ajoutant qu’au cours des trente dernières années la crise n’a fait que s’aggraver sous l’effet du libre-marché, de la dérégulation et de la destruction du bien commun. Les politiques d’austérité ont provoqué une contraction de la consommation, avec des « effets dévastateurs ». « La grammaire des procédures » a creusé le fossé entre Bruxelles et « les périphéries de notre continent ».

« Les peuples européens demandent à être entendus ; ils appellent à un changement dans la méthode », a estimé le Premier ministre italien. Ignorer cela ne peut que conduire à une « implosion » de l’UE. « Ignorer la désillusion et le ressentiment ne peut que nourrir un esprit de révolte aux conséquences imprévisibles ».

Par ailleurs, Conte a déclaré que l’UE devait préserver ses relations avec Washington, mais également avec Moscou et Beijing : « La Russie et la Chine font partie de la solution ». Et, alors que l’on fixe l’attention sur le chiffon rouge de la politique anti-migratoire de Salvini, il a mis de l’avant la nécessité d’adopter une nouvelle approche vis-à-vis de l’Afrique, basée sur des « partenariats d’égal à égal ». La majorité des Africains vivent « dans des conditions de pauvreté inhumaines », a-t-il lancé, tandis que la richesse du continent est siphonnée à travers les paradis fiscaux. À ce sujet, Conte a relevé l’hypocrisie de l’UE, qui donne 6 milliards d’euros à la Turquie pour contenir les migrants, mais n’accorde aucun moyen digne de ce nom au développement de l’Afrique.

Dès la fin de son discours, une pluie d’attaques et d’insultes de la part des dirigeants des différents groupes parlementaires est tombée sur le Premier ministre italien. Le paroxysme fut atteint avec l’intervention de l’ancien Premier ministre belge, Guy Verhofstadt, qui a accusé dans un laïus hystérique le gouvernement italien d’avoir « empêché l’UE de reconnaître le [putschiste vénézuélien Juan] Guaido » ; le président du groupe ALDE (les libéraux démocrates), qui avait été un chaud partisan du coup d’État ukrainien de 2014, a ensuite déploré la « détérioration politique de l’Italie » débutée avec le gouvernement Berlusconi. « Pendant combien de temps, M. Conte, resterez-vous la marionnette de Salvini et Di Maio ? », a-t-il conclu.

Face aux accusations de plusieurs députés sur le fait que son pays refuserait l’aide et les secours aux migrants en mer, Conte a affirmé que l’Italie n’a de leçon humanitaire à recevoir de personne : « Chacun sait que l’Italie a sauvé l’honneur de l’Europe dans la Méditerranée ». Puis, répondant à Verhofstadt, le Premier ministre a affirmé qu’il n’était la marionnette de personne et que « les marionnettes sont ceux qui servent les intérêts particuliers et les lobbies ».

L’Italie, une passerelle entre l’Est et l’Ouest ?

Signe qu’une prise de conscience s’opère tout de même parmi les élites françaises, l’ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine met en garde, dans Le Figaro du 15 février, contre la tendance à considérer le « populisme » comme un « virus extérieur » s’attaquant à un corps sain. « Il s’agit surtout en Occident d’un décrochage des classes populaires, puis des classes moyennes », affirme-t-il. Ces forces qui décrochent « sont passées du bistrot du village – qui a disparu – aux réseaux et aux ronds-points. Il y a dans le ‘populisme’ des idées dangereuses à combattre, et de vraies demandes. Mais les condamnations à l’eau bénite (comme pour désintégrer les vampires !) cela ne marche pas. Il faut traiter et assécher les causes ».

Bien dit. Mais aussi juste soit-il sur le constat, Védrine reste malgré tout empêtré dans des conceptions hors sol de la souveraineté européenne, et dans une approche vis-à-vis de la Russie et de la Chine qui, bien que moins idéologique comparée aux néoconservateurs, reste cohérente avec la géopolitique anglo-américaine, qui considère que les intérêts entre l’Est et l’Ouest sont fatalement antinomiques.

Dans une tribune parue le 12 février sur le site Contralinea.com, Alessandro Pagani montre que les tensions entre l’UE et l’Italie, qui se sont récemment cristallisées sur la question du Venezuela, surviennent quelques semaines avant la visite de Xi Jinping à Rome, du 19 au 21 mars. La position très courageuse du gouvernement, et surtout du Mouvement 5 étoiles — qui revient finalement à respecter le principe de non-ingérence défendu par la Charte des Nations unies —, est sans doute liée à la visite du ministre chinois des Affaires étrangères pour préparer l’arrivée du président chinois. « À cette occasion, (…) le gouvernement italien pourrait même signer un protocole d’accord pour la Nouvelle Route de la soie », fait remarquer Pagani.

JPEG - 107.5 ko
Le 13 mars à Milan, notre parti frère italien Movisol tiendra avec la région Lombarde une conférence intitulée "L’Italie sur la Nouvelle Route de la soie", à laquelle participera le secrétaire d’État Michele Geraci.

Cette possibilité représente un véritable cauchemar pour Bruxelles, d’autant plus que la Grèce, la Hongrie et le Portugal sont également sur le point de rejoindre le projet chinois. Comme nous l’avons déjà évoqué ici, le sous-secrétaire d’État italien au développement économique, Michele Geraci, joue un rôle important dans l’élaboration de cette politique de coopération avec la Chine. Geraci estime que la participation de l’Italie aux Nouvelles Routes de la soie ne remet pas en cause sa « vocation atlantique », contrairement à ce que certains prétendent.

Selon Alessandro Pagani, deux obstacles se dressent cependant devant le gouvernement pour la signature du protocole avec la Chine : le premier est de nature interne et dépend de relations ambiguës entre les deux forces gouvernementales, le Mouvement 5 étoiles et la Ligue. L’autre est européen, car Xi Jinping, avant de se rendre à Rome, visitera Paris. « Si la France devait également signer ce protocole, l’effet de l’adhésion de l’Italie à la Nouvelle Route de la soie serait sans doute mineur », écrit Pagani. On peut toujours rêver !

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard