Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

4 octobre - Jeudi 6 octobre, prochain éclairage de Jacques Cheminade Lire 4 octobre - Sabotage de Nord Stream, dollar : l’Europe dans le viseur des États-Unis ? Lire 3 octobre - Notre projet pour la France - discours de Jacques Cheminade Lire
AccueilActualités

Vers une renaissance des voies navigables de Serbie

En 2013, à l’occasion de la Conférence mondiale sur les canaux et les voies navigables qui s’est tenue à Toulouse, nous avons eu le plaisir d’échanger avec l’ingénieur serbe Krsta Paskovic, fondateur et coordinateur principal de l’association Danube Propeller.

Passionné de la voie d’eau, Paskovic plaide ardemment pour la réalisation du « Canal de la Morava », une connexion fluviale de 651 km imaginée à la fin du XIXe siècle, visant à relier le port grec de Thessalonique au grand axe de transport fluvial Rhin-Main-Danube.

Aujourd’hui, parrainé par le ministère serbe du Commerce, du Tourisme et des Télécommunications et avec le soutien bienveillant de l’association Inland Waterways International, Krsta Paskovic a fait paraître un véritable manuel du tourisme fluvial et de son potentiel en Serbie.

Publié en serbe, l’ouvrage vient d’être publié en anglais sous le titre Fundamentals of Nautical Tourism & Potential Development in Serbia. (Commander le livre sur le site de l’IWI)

Pour partager cet enthousiasme, voici la traduction exclusive en français de la préface de l’auteur.

Préface

Histoire de la vie d’un passionné de nautisme

Par Krsta Paskovic

Krsta Paskovic, fondateur et coordinateur principal de l'association Danube Propeller.
Krsta Paskovic, fondateur et coordinateur principal de l’association Danube Propeller.

Avec ce modeste livre, je voudrais faire découvrir au lecteur une nouvelle branche du tourisme qui n’est pratiquement pas reconnue en Serbie. Le tourisme sur voies navigables s’est développé rapidement depuis les années 1960, mais, à ma connaissance, il n’existe aucun livre en serbe traitant ce secteur spécifique. Conscient que les recherches actuelles sur ce sujet sont très sommaires, j’ai entrepris de rassembler des informations provenant de nombreuses sources ainsi que de ma propre expérience.

Dans la littérature disponible, en particulier dans les pays voisins, le nautisme et la navigation sont généralement traités sans analyser l’élément essentiel qui conditionne l’expérience de navigation. La littérature nautique traite principalement de la navigation sur les mers et les océans, tandis que les rivières, les canaux et les lacs ne sont mentionnés qu’occasionnellement, et avec une attention exagérée pour les marinas et les ports de plaisance. Ces derniers sont bien sûr importants, mais mes recherches, y compris les conversations que j’ai eues avec des marins expérimentés d’une douzaine de pays, montrent qu’en terme d’attrait, cet aspect ne vient qu’en troisième position.

Le facteur principal reste l’attrait de l’espace aquatique lui-même, car sans un espace aquatique adéquat offrant des dimensions suffisantes pour la navigation, il n’y aurait pas de tourisme nautique.

Le deuxième facteur est le bateau, choisi par le propriétaire pour son type d’utilisation préféré : le tourisme nautique se développe parce que les gens possèdent des bateaux.

Enfin, troisième élément, le réseau de marinas et de ports de plaisance, qui sont des pôles touristiques créés en raison de la demande des propriétaires de bateaux.

De nombreux pays aimeraient disposer d’un espace aquatique intérieur pour développer de telles activités, mais la configuration de leur territoire rend la chose impossible.

D’autres, bénéficiant d’une combinaison de richesses naturelles, de ressources en eau et d’un climat favorable, ainsi que d’une approche de qualité des sports et loisirs nautiques, ont développé le tourisme maritime ou côtier, ainsi que le tourisme fluvial sur les rivières, canaux et lacs.

Dans la plupart des pays d’Europe orientale, le tourisme nautique était considéré comme le privilège des riches, et ce n’est qu’à la fin du XXe siècle que cette activité économique a commencé à se démocratiser.

En République de Serbie, on considérait jusqu’à récemment que, puisque notre pays n’a pas de littoral ni d’accès à la mer, le tourisme nautique ne pouvait pas être développé. Les rivières, canaux et lacs de Serbie n’étaient pas reconnus comme une ressource en eau offrant un réel potentiel pour un tourisme de ce type.

C’est pourquoi j’ai entrepris d’écrire ce livre pour expliquer ce qu’est la navigation de plaisance [« l’essence du nautisme » selon la traduction littérale du serbe], puis de me concentrer sur le tourisme fluvial et l’industrie correspondante (construction navale, maintenance, aménagement, propulsion, réparations et services des bateaux).

Le chapitre suivant s’intéresse à toutes les formes de navigation, aux sports nautiques et aux activités de loisirs aquatiques. Ensuite, le potentiel de la Serbie pour le développement du tourisme nautique y est décrit.

L’objectif de ce livre est de considérer les bateaux et le tourisme nautique sous un nouvel angle, principalement comme une activité économique qui pourrait employer des milliers d’habitants de la région danubienne de la Serbie et au-delà. Sur la base de mon analyse détaillée, ayant pris connaissance de l’industrie nautique et des associations de plaisanciers en France, en Angleterre, aux Pays-Bas, en Italie et aux États-Unis, j’ai réalisé que la Serbie possède également un réel potentiel pour développer cette activité économique.

Un large éventail de professions et de profils d’emploi seraient engagés dans ce domaine :

  • gestionnaires de bateaux (skippers et capitaines), instructeurs pour la navigation et les sports et loisirs nautiques, équipiers et guides touristiques ;
  • ingénieurs et techniciens en mécanique, en électronique et bien d’autres techniciens de service ;
  • aménageurs du territoire, ingénieurs hydrauliques et civils, architectes et ingénieurs en développement durable ;
  • agents de développement touristique, guides et autres.

Au fil des pages, le lecteur pourra se faire une idée de l’immense éventail de possibilités d’emploi qu’offre ce secteur. C’est une leçon que j’ai apprise lors des nombreux salons nautiques auxquels j’ai participé à Gênes, Paris, Londres, Düsseldorf, etc.

Ce livre est principalement destiné aux étudiants des écoles secondaires et supérieures, aux institutions de culture physique, de sports et de loisirs, à la navigation et au transport maritime, au tourisme, au développement urbain et d’autres domaines complémentaires.

Pour tous les lecteurs, il vise à donner un aperçu de la richesse des voies navigables en Serbie. Notre pays peut soutenir une économie du tourisme et des loisirs aquatiques, ajoutant une toute nouvelle dimension à l’offre touristique existant dans de nombreuses régions.

Avant tout, je me réjouis de l’émergence de la région du Danube moyen - la Serbie et les pays voisins - sur le marché mondial du tourisme, avec ses rivières, ses canaux et ses lacs comme l’une de ses caractéristiques déterminantes. Cela implique une planification minutieuse des aménagements le long des berges et des rives, tant dans les zones urbaines que rurales, et de nouvelles façons de traiter les rives dans l’optique de la biodiversité et d’une meilleure qualité de l’eau, de rives propres et bien cultivées, d’une eau propre et non polluée. Ces nouvelles approches nécessitent moins d’investissements (sans utiliser de béton, par exemple).

L’Association des voies navigables intérieures (IWA)

Le Royaume-Uni, qui s’efforce de rapprocher ses canaux et ses rivières de la population anglaise en termes de marketing, a lancé il y a près de 40 ans « Let’s revive the waterways of England », un slogan toujours d’actualité.

Cela signifie que les canaux négligés et abandonnés ont été restaurés et que les fronts de mer des villes sont devenus des endroits attrayants, la pollution des canaux a été arrêtée, et tout cela a été réalisé grâce à la navigation de plaisance intérieure. Le principal avantage de la navigation de plaisance est le développement durable des rivières, des canaux et des lacs.

C’est peut-être cette vision, ce fantasme ou cette illusion, née dans les années 1990, de faire revivre les voies navigables en Serbie, qui m’a poussé à plaider depuis près de 30 ans pour le développement du « tourisme fluvial » comme moyen de valoriser les zones urbaines et rurales de la région serbe du Danube.

Indirectement, le problème des inondations pourrait être réduit, l’ambiance du bassin du Danube serbe serait améliorée et des milliers d’habitants de cette région pourraient trouver un emploi.

Cela pourrait signifier le développement de plusieurs milliers de petites entités commerciales en Serbie, car ce secteur économique repose sur les petites entreprises partout dans le monde. Pour lancer ce développement, il suffit que la République de Serbie reconnaisse ce secteur économique comme un facteur potentiel de bien-être pour ses habitants et lui accorde un statut spécial. Cette question est abordée dans les sections sur le potentiel nautique de la Serbie et sur les observations et commentaires spéciaux.

Enfin, j’aimerais ajouter que les informations présentées dans ce livre ne sont qu’une partie de mes vastes archives sur la navigation de plaisance et le tourisme nautique, que je collecte depuis plus de 30 ans. Si le programme de développement de l’économie et du tourisme nautique se concrétise, je pense que la Serbie changera d’image. Les villes et villages riverains feront preuve d’une nouvelle dynamique, seront mieux structurés et offriront des paysages plus attrayants, ce qui se traduira par une meilleure qualité de vie pour les habitants de la région danubienne de la Serbie.

C’est pourquoi tant d’efforts ont été déployés pour rendre cet ouvrage informatif, éducatif et, espérons-le, inspirant.

Quelques projets de renaissance de la voie fluviale promus par S&P.
Quelques projets de renaissance de la voie fluviale promus par S&P.

Entretien (en EN) avec l’auteur (2013)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Forget • 27/08/2022 - 15:57

    Merci de privilégier la diffusion de documents en français qui est la langue commune de la République !

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Approfondir

Refonder l’Europe

L’Europe n’est pas l’Union européenne (UE) ! L’UE est devenue la caricature destructrice de ce que devrait être une Europe progressant dans l’intérêt mutuel des peuples et des nations qui la composent. C’est pourquoi il faut la dissoudre.

En savoir plus
Transport fluvial et croissance de demain - entretien vidéo avec Michel Rocard
10 octobre 2013
Focus
Transport fluvial et croissance de demain - entretien vidéo avec Michel Rocard
En défense du transport fluvial
4 septembre 2012
Économie
En défense du transport fluvial
L'autre secret du « miracle économique » chinois : le transport fluvial
2 février 2018
Économie
L’autre secret du « miracle économique » chinois : le transport fluvial

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard