Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

30 janvier - Appel : Prenons congé de l’OTAN, préparons sa dissolution Lire 30 janvier - Visioconférence internationale de l’Institut Schiller Lire 27 janvier - Réunion à Paris le mercredi 15 février avec Jacques Cheminade Lire
AccueilActualités

Une CGT peut en cacher une autre

A quelques jours des différentes mobilisations contre la réforme de la retraite que cherche à imposer Macron à une majorité de Français qui s’y opposent, une réunion intitulée « Quelle CGT et pour quoi faire ? », a esquissé la trajectoire possible d’un nouvel élan, non seulement pour cette grande confédération, mais pour l’action syndicale en France.

Devant une salle comble, au grand étonnement des organisateurs, plusieurs responsables de la CGT, loin de la caricature qu’on nous sert quotidiennement dans des médias asservis au pouvoir dominant, ont rappelé les grands enjeux, identifié les responsabilités des uns et des autres (surtout les leurs) et tracé les pistes d’un renouveau.

Deux offres syndicales

Reprenant l’essentiel de son livret très complet Quel syndicalisme en France au XXIe siècle (Problématiques sociales et syndicales, N° 10, septembre 2022), l’historien Stéphane Sirot a rappelé qu’en France, la substance de la démarche syndicale se partage historiquement entre « deux grandes propositions » que nous résumons ici (en simplifiant faute de place) :

  • La première est celle portée par la CGT, organisation fondée en 1895, dont la mise en œuvre a été synthétisée dans la « Charte d’Amiens » de 1906.

    Sur la longue durée, précise Sirot, elle (…) privilégie les pratiques de rapport de force, au premier rang desquelles la grève, assume l’existence de la lutte de classes, considère légitime son immixtion dans le champ politique, y compris dans l’idée à terme d’un changement de société, tout en luttant et en négociant au quotidien pour l’amélioration des conditions de vie immédiates des travailleurs.

    Avec cette approche, et c’est bien cela qui irrite l’oligarchie, un syndicat s’érige en contre-pouvoir. Lorsqu’on fait aujourd’hui le bilan des luttes qui ont réussi, force est de constater que c’est cette démarche qui s’avère la plus payante.

    Si le syndicalisme se conçoit comme un contre-pouvoir, cela signifie qu’il se place en situation non seulement de faire équilibre, mais également de s’opposer à l’ordre dominant, pour influer sur ses décisions ou imposer ses propres propositions, voire pour faire valoir un projet de société spécifique. En ce sens, il n’existe pas seulement pour adoucir les chocs sociaux, mais aussi pour les susciter ; de la même façon, il n’est pas seulement un outil de tempérance, mais un bâtisseur de rapports de force ; enfin, sa fonction ne consiste pas à rechercher la pérennisation du système, mais à proposer un contre-modèle.

  • La deuxième est celle portée par la CFDT, née en 1964, se réclamant de « l’humanisme chrétien » façon jésuite, non plus pour combattre le capitalisme, mais « toutes les formes d’abus du pouvoir, d’autoritarisme, de totalitarisme » en vue d’établir une paix sociale. A cette fin, pour la CFDT, il fait délaisser les actions classiques que sont la grève, les manifestations de masse et les journées d’actions, au profit d’un « syndicalisme de lobbying ». Il ne s’agit plus de mettre en échec des lois néfastes, mais de chercher à modifier en amont les projets ou propositions de lois, par des contacts avec des responsables politiques, ou en rédigeant des amendements pour des parlementaires….

    En clair, avec cette approche, les syndicats se résignent à s’institutionnaliser en simples « partenaires sociaux » des puissances dominantes et se soumettent à l’ordre du jour de ces derniers. « Cette espèce de domestication du temps social par le temps politique contribue à les rendre asymétriques, au profit du dernier nommé », précise Sirot, avant de rajouter qu’« à force de fonder de plus en plus exclusivement son action sur la recherche de compromis bien plus souvent perdants que gagnants, ce syndicalisme de lobbying démontre à l’envi son inefficacité. Surtout, d’évidence, lorsqu’il est en mal de partenaires, à l’instar de ces dernières années, face à la verticale du pouvoir par Emmanuel Macron ».

Émiettement

Au fait que la CGT, en abandonnant son ADN, a eu tendance à s’aligner sur ce courant « réformiste » que certains qualifient carrément de « collabo de classe », s’ajoute le constat d’une désyndicalisation croissante, surtout des jeunes. L’explosion de la sous-traitance dans les chaînes de production des valeurs a émietté tout autant l’appartenance administrative et mentale à des structures syndicales.

L’augmentation spectaculaire de l’offre syndicale cache mal un émiettement soigneusement entretenu. Dans l’après-guerre et surtout dans le contexte hystérique de la Guerre froide, en Europe, toute force s’érigeant en défense des intérêts nationaux (gaullisme, communisme, etc.) était d’emblée la cible d’attaques et de manœuvres de la part de Londres et Washington.

A Paris, le fameux Irving Brown, dirigeant des syndicats américains AFL-CIO et ayant accès aux fonds de contrepartie du Plan Marshall, sous la tutelle du patron de la CIA Alan Dulles (dont le rôle dans l’élimination de Jean Moulin est désormais un fait documenté), fera ce qu’il faut pour susciter une scission conduisant à la naissance de la CGT-FO en 1947. Refusant pendant des années de choisir entre rester dans la CGT ou se rallier à FO, la grande Fédération de l’Education nationale (FEN) finira en 1992 par se diviser en FSU et UNSA.

Comme résultat, aujourd’hui, la France n’a jamais compté autant d’organisations syndicales d’envergure nationale et le plus souvent interprofessionnelle, avec aussi peu de syndiqués : cinq organisations sont dites représentatives au niveau national et interprofessionnel. Il s’agit, selon l’ordre de la dernière mesure d’audience électorale dans le secteur privé, soit le cycle 2017-2020 :

  • 30,33 % pour la CFDT (1400 syndicats, environ 600 000 adhérents) ;
  • 28,56 % pour la CGT, mais toujours première dans la fonction publique (22 000 syndicats, environ 600 000 adhérents) ;
  • 17,93 % pour la CGT-FO ;
  • 12,28 % pour la CFE-CGC ;
  • 10,90 % pour la CFTC.

S’ajoutent à ces confédérations deux structures n’atteignant pas les 8 % nécessaires pour rejoindre le cercle des syndicats représentatifs : l’UNSA et Solidaires. A cela il faut ajouter la FSU et une myriade de syndicats autonomes catégoriels de moindre envergure.

Retour aux fondamentaux

Au-delà de ces analyses historiques, les responsables de la CGT, s’inscrivant en faux contre la direction confédérale de Philippe Martinez et en vue d’un retour aux fondamentaux, ont eu le courage de reconnaître les erreurs commises à ne plus répéter.

Aujourd’hui, la CGT est hélas trop souvent perçue comme une organisation qui, au lieu d’aller sur le terrain défendre les chômeurs, les pauvres et les travailleurs pauvres, ne défend que les statuts de ceux qui en ont un.

Sa première erreur a consisté à vouloir sortir de son isolement en devenant un partenaire social institutionnel comme les autres, cherchant avant tout à sanctuariser son statut et les avantages qu’il offre, au lieu de défendre l’intérêt général de citoyens de plus en plus avides de mouvements sociaux échappant au monde syndical et s’organisant en dehors : pétitions sur Change.org, Nuit debout, collectif inter-urgences à l’Hôpital, Stylos rouges à l’Education nationale et même, dans le monde des entreprises, Mc Droits chez McDonald’s, l’association La Base à la RATP et enfin, à partir de 2018, les Gilets jaunes...

Rappelant la frilosité de la Confédération nationale à rejoindre les manifestations des Gilets jaunes, qu’ils auraient même qualifiés de « petits patrons » et de « fachos », plusieurs orateurs ont souligné comment dès cette époque, sur cette question fondamentale, la base de la CGT s’est trouvée totalement en porte-à-faux avec sa direction à Montreuil.

Du combat social au combat sociétal

Autre écueil, la tendance croissante à abandonner un combat social au sein des entreprises où les rapports de force le requièrent, pour un combat sociétal se déroulant hors des murs de l’usine.

A titre d’exemple, la parution d’un document de 24 pages, cosigné par une vingtaine d’ONG dont Oxfam, les Amis de la Terre, Alternatiba ou encore la Confédération paysanne. Véritable catalogue de 34 mesures en faveur d’une transformation écologique radicale, ce document porte également la signature du secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez.

Connu pour avoir « présidentialisé » la direction de la confédération, Philippe Martinez a systématiquement écarté l’idée d’une direction plus collégiale, plus en accord avec l’idée même d’une confédération. Avant de signer ce texte, il n’a consulté personne, pas même le Comité confédéral national (CCN) qui regroupe tous les dirigeants des fédérations.

Or, le manifeste affirme tout de go que

les entreprises et acteurs financiers actifs dans les secteurs carbonés et destructeurs de la biodiversité doivent cesser de bénéficier d’exemptions fiscales, d’aides et subventions publiques (…) Aucun investissement public ou garanti par l’État ne doit soutenir le secteur des énergies fossiles ni le développement de nouveaux projets nucléaires...

Selon l’Express, Sébastien Menesplier, le secrétaire général de la très puissante Fédération nationale des mines et de l’énergie (FNME), très active chez EDF, ne décolère pas. Trois jours plus tard, dans un courrier qu’il adresse à Philippe Martinez et à sa garde rapprochée, il s’emporte :

Dans le document, décroissance et sobriété sont de mise et ces propositions reviendraient à tirer un trait sur des dizaines de milliers d’emplois...

Comme le rappelle l’Express :

A la CGT, on ne rigole pas avec l’atome. Les fantasmes de la décroissance heureuse ne font pas recette dans un syndicat biberonné au nucléaire et à la révolution industrielle. (…) ‘La CGT s’est vue pendant des décennies comme cogestionnaire du programme nucléaire’, affirme Raymond Soubie. Main dans la main avec la direction d’EDF, elle milite depuis des années pour qu’un programme de plusieurs nouveaux EPR soit lancé dans l’Hexagone.

Alors, des textes de ce genre, c’est carrément une déclaration de guerre. « Si l’on veut singer la CFDT sur l’écologie, on va disparaître », reconnaît Emmanuel Lépine, le patron de la Fédération de la chimie.

« Pour apparaître en moteurs plutôt que de sembler inscrites dans le sillage d’ONG, d’associations ou de personnalités dont la popularité leur est supérieure, il est indispensable pour les syndicats non seulement de se renforcer qualitativement, mais aussi de disposer d’un contre-projet de société suffisamment solide, global et original. Pour cela, encore faut-il pleinement assumer de faire de la politique », souligne de son côté Sirot.

Une lutte de classes au service de l’intérêt général

On n’est plus dans la « lutte sociale », estime Cédric Liechti (CGT Energie, Paris), mais dans une « guerre sociale », avec des dirigeants qui souhaitent la mise à mort d’un syndicat du type CGT.
Le problème, rappelle-t-il, c’est que « les gens de mon âge (47 ans) n’ont jamais connu de vraies avancées sociales (du type congé payés, etc.) ».

Du coup, ils ne connaissent, au mieux, que la défense des « acquis ». Aujourd’hui, la CGT ne doit plus attendre de voir arriver ce que tout le monde avait déjà prévu. Il faut une stratégie offensive. Sans adhésion partagée à l’idée d’une société qui améliore la situation de tous, le dialogue social n’est qu’un vaste enfumage.

La bonne nouvelle, a-t-il poursuivi, c’est que l’expression « lutte de classes », qui faisait sourciller il n’y a pas si longtemps encore car perçue comme issue d’une réalité du passé, ne l’est plus aujourd’hui.

Dans le peuple, la perception est largement partagée qu’une proportion importante des richesses produites par tous est accaparée par une poignée de milliardaires et une caste oligarchique régnant au-dessus des États.

La forte mobilisation du 19 janvier contre la réforme des retraites confirme l’immense potentiel d’une dynamique de renouveau. Ces Français qu’on disait léthargiques à toute mobilisation, ils sont de retour !

Du 27 au 31 mars 2023 à Clermont-Ferrand, se tiendra le 53e Congrès de la CGT. Martinez ayant annoncé qu’il ne se représenterait pas pour un nouveau mandat, la porte est ouverte pour un sursaut. Mais ce dont on a besoin pour cela, ce n’est pas d’une révolution de palais mais d’un retour aux fondamentaux, à la CGT comme chez les autres syndicats, par leur ancrage dans le monde réel, appelés plus que jamais à jouer un rôle constructif pour le monde de demain.

Ce qui était frappant lors de cette conférence à la Sorbonne, alors qu’on dépeint souvent la CGT comme une bande d’excités et de gros bras, c’était sa haute teneur intellectuelle autant que la forte détermination qui animait les orateurs, leur intention de transformer en réalité, sans rage et en assumant pleinement leurs responsabilités, un espoir partagé, celui d’un monde plus juste pour tous.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Les attaques contre les syndicats, le précédent nazi
14 mars 2011
Brèves
Les attaques contre les syndicats, le précédent nazi
Jacques Cheminade expose son projet éducatif devant le Syndicat général des lycéens (SGL)
21 janvier 2017
Notre actu
Jacques Cheminade expose son projet éducatif devant le Syndicat général des lycéens (SGL)

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard