Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

20 mai - Odile Mojon interviewée par lepetitjournal.com Lire 20 mai - Sébastien Périmony interviewé par lepetitjournal.com Lire 18 mai - Visioconférence de l’Institut Schiller, le 26 mai à 17 heures Lire
AccueilActualités

Un général italien appelle à dissoudre l’OTAN pour sauver la paix

Parmi les réponses données par le général italien Fabio Mini lors de différents entretiens avec la presse italienne, notamment l’Antidiplomatico et la page Facebook de Michele Santoro, nous avons retenu les suivantes.

A l’Académie militaire de Modène et à l’École d’application de Turin, Fabio Mini a obtenu un diplôme en sciences stratégiques, puis s’est spécialisé en sciences humaines à l’Université du Latran et en négociation internationale à l’Université de Trieste.

Entre autres fonctions, il a été porte-parole du chef d’état-major de l’armée italienne et, de 1993 à 1996, il a été attaché militaire à Pékin. Il a également dirigé l’Institut supérieur d’état-major interarmées (ISSMI).

Général de corps d’armée, il a été chef d’état-major du Commandement de l’OTAN pour l’Europe du Sud et, à partir de janvier 2001, il a dirigé le Commandement interarmées pour les opérations dans les Balkans. D’octobre 2002 à octobre 2003, il a été commandant des opérations de maintien de la paix dirigées par l’OTAN, dans le cadre de la mission KFOR (Kosovo Force).

Source :
https://www.nogeoingegneria.com/opinioni/gen-fabio-mini-la-nato-andrebbe-sciolta-per-realizzare-una-nuova-struttura-di-sicurezza-regionale/

Général Fabio Mini : il faut dissoudre l’OTAN pour créer une nouvelle structure de sécurité régionale

Question : Sommes-nous à la veille d’une guerre mondiale ?

Le général Fabio Mini : Du point de vue opérationnel, et compte tenu de la nature et de la multiplicité des actions menées contre les adversaires, nous sommes au cœur d’un conflit mondial. Les alignements entre l’Ouest et l’Est parlent d’eux-mêmes, et le fait que l’on ne nous présente que les images d’un conflit « militaire » ne signifie pas que la guerre se limite à cela. Les guerres qui chevauchent et incluent les opérations en Ukraine, qu’elles soient économiques, financières, cybernétiques, démographiques, d’information et de propagande, ne sont pas des métaphores. Ce sont de véritables guerres qui provoquent des dégâts plus importants que les guerres conventionnelles. Et ils sont mondiaux.

Vous avez été chef d’état-major du Commandement de l’Europe du Sud et du Commandement interarmées pour les opérations en ex-Yougoslavie, ainsi que commandant de la force internationale dirigée par l’OTAN au Kosovo. Pourquoi l’OTAN devrait-elle être dissoute ?

L’OTAN, dans sa configuration actuelle, devrait être dissoute afin de créer une nouvelle structure de sécurité régionale, plus étroitement liée aux Nations unies plutôt qu’à un seul État membre, et plus représentative de l’Europe dans le domaine de la gestion de la sécurité internationale.

En fait, l’OTAN empêche l’Europe de disposer de sa propre capacité de défense et de sécurité. Elle n’est plus une alliance défensive depuis plus de 20 ans. Elle est devenue une menace pour la sécurité en Europe ;

aux intérêts de ses alliés, elle fait passer ceux des États-Unis et même ceux d’États qui incitent à la guerre aux dépens de la sécurité européenne. Chacune de ces raisons est justifiée par une violation flagrante du Traité de l’Atlantique. Donc, si vous voulez continuer à les ignorer, il serait plus honnête de modifier entièrement les termes du traité.

  • En effet, l’article 1 engage les parties à respecter le statut des Nations unies et à régler par des moyens pacifiques tout différend international affectant la paix et la sécurité. L’élargissement a été dès le départ un différend international affectant la paix et la sécurité.
  • Les articles 5 et 6 sur la défense mutuelle font référence aux territoires des différents États membres menacés par une attaque armée. Or l’Ukraine n’est pas incluse, mais nous lui envoyons des armes et d’autres choses.
  • L’article 7 stipule que le Traité ne doit pas porter atteinte ni être considéré comme pouvant le faire, de quelque manière que ce soit, aux droits et obligations découlant de la Charte des parties membres des Nations unies, ou à la responsabilité principale du Conseil de sécurité en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationales.

Comme la Serbie, la Russie est membre des Nations unies, et la politique de l’OTAN a violé ses droits, sapant la paix et la sécurité dans le monde entier. Enfin, je crois que les pays européens de l’OTAN ont renoncé à l’égalité de dignité, non pas à cause des États-Unis, mais par choix et par convenance. Les États-Unis ont fait leur travail et sauvegardé leurs propres intérêts. Et ces intérêts n’ont jamais coïncidé avec ceux de l’Europe, pas même pendant la Guerre froide, lorsque se préparait la guerre chaude, qui aurait lieu en Europe et non aux États-Unis.

Et lorsqu’il était clair que les États-Unis ne lèveraient pas le petit doigt pour sauver l’Europe, à moins qu’elle ne soit directement attaquée sur son propre continent, aucun État européen ne s’est opposé à l’appel aux armes de l’OTAN pour des actions qui se sont déroulées en dehors de sa zone de responsabilité et pour les raisons d’autres personnes.

Elle ne s’est pas non plus opposée à l’adhésion à l’OTAN de pays qui ne remplissaient pas les conditions requises mais portaient un lourd fardeau d’insécurité. Nous avons été déloyaux envers les États-Unis en ne les tirant pas par le collier lorsqu’il s’agissait d’entreprises insignifiantes. La loyauté d’un ami se voit dans sa capacité à le modérer, et non dans sa capacité à l’exciter ou à le soutenir passivement.

Je pense qu’en fin de compte, une OTAN restructurée et révisée serait également bénéfique pour les Américains, avec ou sans leur participation.

Le plan du Kremlin n’était-il pas d’occuper l’Ukraine et de déloger Zelensky ?

Les deux ne sont pas liés. L’objectif de l’invasion de l’Ukraine n’a jamais été d’occuper l’ensemble du territoire. Non pas parce que la Russie ne le voulait pas, mais parce que les forces utilisées et les méthodes opérationnelles adoptées ne l’ont pas permis.

La chute de Zelensky était un objectif pendant les mois précédant l’invasion et dans les premières 48 heures. Lorsque cette tentative (qu’il fallait réaliser avec l’aide d’une partie des forces armées ukrainiennes), cette option a été écartée et il est clairement apparu que Zelensky était considéré comme un interlocuteur plus fiable que de nombreux candidats pro-russes.

L’attitude de Zelensky a changé sous la pression de la partie la plus extrémiste de son entourage et celle des Britanniques et des Américains qui ont promis de le soutenir dans sa lutte pour son pays jusqu’au dernier Ukrainien...

Poutine est l’agresseur et l’Ukraine l’agressé. Poutine ne devrait-il pas être vaincu et puni ?

Ce sont là encore deux choses différentes. Vaincre Poutine signifie vaincre les forces sur le terrain en espérant que son successeur au Kremlin sera moins nationaliste et agressif. Le punir pour l’agression dépend du résultat. S’il perd, il sera puni sans pitié. S’il gagne et parvient à conserver les territoires occupés de quelque manière que ce soit, il n’y aura pas de procès, comme il n’y en a jamais eu pour un agresseur victorieux.

Les accords de Minsk, qui prévoyaient l’autonomie du Donbass, n’ont pas été appliqués. Merkel et Macron en étaient les garants. Comment ont-ils agi ?

Mal et d’une manière très ambiguë. Ils ont tous deux fermé les yeux sur les ravages que Kiev causait au Donbass, qui à l’époque n’était pas séparatiste mais autonomiste au sein de l’Ukraine. Kiev a interprété l’attitude de l’Europe comme une approbation des répressions et des mesures anticonstitutionnelles qu’elle mène dans le Donbass.

Pensez-vous qu’il soit possible de trouver une solution commune conduisant à un cessez-le-feu et à la paix ?

Encore une fois, ce sont deux choses différentes. Je pense qu’une trêve est possible à tout moment et ne peut durer que si elle est respectée par les parties. Pour la paix, au sens où il s’agit de parvenir à un accord définitif sur l’état de la sécurité ukrainienne et russe et de rétablir des formes de coopération et de coexistence, je pense que c’est très difficile. Le principal obstacle est que les États-Unis ne veulent absolument pas d’un accord entre les deux pays. Ils veulent anéantir la capacité d’attaque de la Russie, ce qui équivaut à éliminer sa capacité défensive.

Quelle est votre opinion sur l’Europe ?

Négative. L’Union européenne n’a pas montré de réel intérêt pour la situation ukrainienne. Elle s’est alignée sur les intérêts du pur exercice du pouvoir de l’OTAN. Nous en sommes au paradoxe suivant : l’identité européenne et un minimum de sauvegarde de la sécurité de notre continent sont confiés aux souverainistes. La « vieille Europe » des pays fondateurs est prise en otage par la « nouvelle Europe » composée de tous les pays de l’Est et du Nord qui ne veulent pas d’Europe, mais d’une revanche sur la Russie. C’est pourquoi ils sont choyés et soutenus financièrement et militairement par les États-Unis et l’OTAN.

Biden et Johnson sont des protagonistes de la radicalisation. N’y a-t-il pas déjà une guerre entre l’OTAN et la Russie ?

Certainement et c’est le plus dangereux. Théoriquement, l’OTAN pourrait s’abstenir à s’y engager parce que l’unanimité serait requise et qu’il n’y aurait pas d’unanimité si un seul pays membre s’y opposait. Malheureusement, avec le système actuel et la pression des États-Unis, personne ne s’y opposera. (…) L’arrêt de la guerre ne peut venir que d’un retour en arrière des États-Unis ou d’une scission de l’OTAN. Je ne considère ni l’un ni l’autre comme probables, même s’il est désormais clair que l’axe de guerre Washington-Londres perturbe de nombreux pays européens. Si quelque chose arrive, ce sera après la guerre ukrainienne. Mais il pourrait être trop tard.

L’OTAN veut-elle la déposition de Poutine ?

L’OTAN, en tant qu’assemblée des pays membres de l’Alliance, n’a pas d’objectifs propres, et encore moins d’objectifs différents de ceux des États-Unis. En tant qu’organisation bureaucratique politico-militaire, son seul intérêt est de préserver les rôles, les prérogatives, les chaises et les sièges. C’est pourquoi elle plaide la « cohésion interne » depuis 1991. Toutes les opérations militaires menées depuis lors ont eu pour objectif « déclaré » de démontrer la cohésion de l’Alliance. Gagner ou perdre, stabiliser ou déstabiliser n’avait aucune importance face à cet objectif maximal, qui était en fait et en droit la participation collective aux opérations américaines.

Certains prétendent qu’en Ukraine, les États-Unis expérimentent une guerre basée sur la coordination de renseignements satellitaires provenant de drones et de téléphones. Une guerre qui, si elle était gagnée, rendrait les Américains invincibles.

Toutes les guerres sont des expériences et celle qui se développe par les canaux d’information n’est pas la plus moderne. Les Américains peuvent l’emporter en Ukraine, mais cela ne les rend pas imbattables. L’invincibilité par la supériorité de la force est une chimère d’ignorants et de brutes. La véritable invincibilité s’obtient par la coopération.

Quelle est la situation sur le terrain, d’un point de vue militaire, et comment pourrait-elle évoluer ?

A la lumière des déclarations de soutien de tout l’Occident à l’égard de l’Ukraine, un durcissement des positions se profile, qui empêchera toute solution négociée. Sur le terrain, les Russes vont consolider les positions qu’ils ont acquises. Ils réagiront aux tentatives de provocation extérieure, comme c’est déjà le cas en Transnistrie, et élèveront le niveau opérationnel de l’affrontement. Cela signifie le gel des positions territoriales et l’intensification des opérations aériennes et de missiles sur des cibles militaires dans toute l’Ukraine. Cela peut durer longtemps et en tout cas, à court terme (d’ici un an), je ne vois pas de renversement possible de la situation sur le terrain conduisant à l’expulsion des Russes. C’est ce que me dit ma boule de cristal.

Il y a ceux qui disent que le danger de guerre nucléaire est un canular de Poutine. Qu’en pensez-vous ?

On dit beaucoup de choses. Je ne m’inquiète pas de ceux qui annoncent une guerre nucléaire. (...) Je m’inquiète plutôt de ceux qui le nient. Lorsque la guerre nucléaire n’était que stratégique, l’équilibre de la terreur fonctionnait, non pas parce que les deux blocs déclaraient qu’ils ne voulaient pas tirer le premier coup, mais en raison de l’inverse : les deux blocs savaient que, dans certaines circonstances, ils tireraient les premiers.

Maintenant que le seuil nucléaire a été abaissé au niveau tactique, et que ces armes d’une puissance comprise entre 0,3 et 50 kilotonnes n’ont même pas besoin de l’approbation d’un parrain, la guerre nucléaire est non seulement possible, elle est probable. Et que 50 kilotonnes sur Kiev ou Moscou ne puissent pas déclencher une escalade au niveau stratégique est une pieuse illusion. Ou alors, c’est bien un canular.

Que doivent faire le gouvernement italien et l’Europe en général dans ce contexte ?

Négocier, mettre fin à la pensée unique et à la propagande, aider l’Ukraine à retrouver la raison et la Russie à sortir du tunnel du syndrome d’encerclement, non pas par des discours mais par des actions concrètes. Et lorsque la crise sera terminée et si elles sont, espérons-le, toujours vivantes, l’Italie et l’Europe devront faire un sérieux effort pour acquérir l’autonomie, la dignité et l’indépendance stratégique qui garantiront la sécurité européenne indépendamment des intérêts des autres.

Pour approfondir :
propos du général Mini publiés en 2015 par l’hebdomadaire américain EIR :
https://larouchepub.com/eiw/public/2015/eirv42n32-20150814/08-10_4232.pdf

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Chassin • 12/05/2022 - 09:33

    Très juste.

    Répondre à ce message

  • Place Octave • 11/05/2022 - 15:50

    Du coup on sort de l’OTAN ou juste de son commandement ?

    Répondre à ce message

  • Rachid ELAÏDI • 11/05/2022 - 15:11

    On peut même raisonner autrement par une création et accélération d’une armée proprement européenne qui est la meilleure manière de convaincre L’UE à ne pas contribuer deux fois au budget de la défense européenne qui peut avoir des alliances avec des américains et des japonais. Stoltenberg n’a rien fait de bon il n’a fait que souffler sur la braise d’une guerre à la Poutine

    Répondre à ce message

  • Hediguer • 15/05/2022 - 23:02

    Analyse très intéressante et qui semble suffisamment cohérente pour être applicable. E
    n clair, effectivement sortir l’OTAN de l’Europe semble coherent.
    Les USA ET la Russie tiennent l’EUROPE en “otage”, il y a donc deux façons de se libérer.

    Les USA sont loin et leur pilote (GB) est de facto sorti de l’UE via les urnes. Donc l’UE PEUT s’affranchir des USA si elle le décide tout en restant partenaire géostratégique.
    La logique serait qu’elle soit proche des USA pour la géostratégie mondiale et de la Russie pour la géostratégie loco-régionale…

    Quadrature du cercle, les USA semblent préférer le tout ou rien, la RUSSIE se défend de l’ingérence des USA via l’OTAN.
     ????
    Rien n’est simple.

    Faisons confiance à l’intelligence des Russes et des Américains, en fait au final , ils ont tous à perdre d’une escalade, car les Européens seraient tellement impactés qu’ils n’auront plus confiance qu’en les Chinois.

    Vaste programme s’il en est,

    Pas simple tout cela mais passionnant !

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Approfondir

Refonder l’Europe

L’Europe n’est pas l’Union européenne (UE) ! L’UE est devenue la caricature destructrice de ce que devrait être une Europe progressant dans l’intérêt mutuel des peuples et des nations qui la composent. C’est pourquoi il faut la dissoudre.

En savoir plus
En 2019, un think-tank de l’Armée américaine a écrit le script du conflit en Ukraine
7 mai
Actualités
En 2019, un think-tank de l’Armée américaine a écrit le script du conflit en Ukraine
CGTN interroge Karel Vereycken sur la guerre Russie-Ukraine : le rôle de l'OTAN
6 mai
Passages médias
CGTN interroge Karel Vereycken sur la guerre Russie-Ukraine : le rôle de l’OTAN
Scott Ritter : l'Ukraine gagne la guerre sur Twitter mais perd dans le monde réel
5 mai
Actualités
Scott Ritter : l’Ukraine gagne la guerre sur Twitter mais perd dans le monde réel
Livraison d’armes lourdes en Ukraine : pourquoi nous sommes devenus des 'cobelligérants'
2 mai
Chroniques stratégiques
Livraison d’armes lourdes en Ukraine : pourquoi nous sommes devenus des ’cobelligérants’ 
NOUVELLE VIDEO !

Ukraine Russie : à quoi ressemblera la paix
8 avril
Analyses
NOUVELLE VIDEO !
Ukraine Russie : à quoi ressemblera la paix

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard