Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

26 octobre - UE, Climat :
le putsch juridique contre notre souveraineté Lire
21 octobre - LIVRES : Covid-19, la pandémie, vue du terrain Lire 19 octobre - Squid Game,
le jeu de l’oligarchie Lire
AccueilActualités

Sommet climat Biden : Chine et Russie marquent leurs différences

Le président Biden avait clairement annoncé les objectifs de son « Sommet climat » des 22-23 avril, auquel il avait convié 40 chefs d’Etat de la planète : son pays entendait non seulement rejoindre l’Accord de Paris, mais bien « diriger » l’action mondiale contre le réchauffement climatique.

Et peu importe que les Etats-Unis, ayant louvoyé sur cette question comme aucun autre, n’aient donc aucune leçon à donner…

Rappelons qu’avant la dénonciation par Trump de l’Accord de Paris, l’administration Bush avait abandonné en 2001 le protocole de Kyoto (adopté par Clinton en 1997) et qu’en 2010, le Congrès avait rejeté les engagements pris par Obama à Copenhague en 2009.

Face à cette nouvelle tentative d’embrigader le monde, la Chine et la Russie auront fait monter la pression jusqu’au bout, en n’annonçant qu’à la dernière minute leur participation à ce Sommet climat. L’enjeu était de taille ! Il aurait suffi que la Chine, considérée comme le premier émetteur de gaz à effet de la planète, décide de pratiquer la politique de la « chaise vide » et le sommet de M. Biden serait devenu totalement insignifiant. Sur ce qui reste l’un des derniers sujets où les Etats-Unis se déclarent encore prêts à coopérer avec ces deux pays, au milieu d’un vacarme de guerre général, Vladimir Poutine, le 19 avril, et Xi Jinping, le 21 avril, ont finalement accepté l’invitation.

Non sans avoir mené auparavant quelques opérations de flanc pour montrer qu’ils ne sont pas dupes des manœuvres de Joe Biden, mais aussi pour défendre leurs propres intérêts.

Le 21 avril, veille du Sommet, dans son discours annuel à la Fédération de Russie, Vladimir Poutine a dénoncé ceux qui, partout dans le monde, « semblent s’être habitués à la pratique des sanctions économiques illégales, politiquement motivées, et aux tentatives de certains acteurs brutaux d’imposer par la force leur volonté sur les autres ». Sur sa lancée, Poutine a aussi évoqué devant les responsables russes, la tentative par ces mêmes acteurs d’orchestrer un coup d’Etat en Biélorussie, et même d’en assassiner le Président. « Nous voulons maintenir de bonnes relations avec tout le monde », a dit Poutine en résumé, mais « ceux qui prendraient nos bonnes intentions pour de l’indifférence ou de la faiblesse (…) doivent savoir que la réponse de la Russie sera asymétrique, rapide et dure ».

Quant à la Chine, elle a bien fait comprendre ces derniers jours qu’elle compte jouer un rôle mondial dans la lutte contre le changement climatique, de sorte que cette politique ne devienne pas, pour l’Occident, un prétexte pour assurer sa prééminence dans le monde, mais favorise au contraire la modernisation des pays en développement.

Sommet video Macron, Merkel, Xi Jinping

Signe de ce nouveau monde qui émerge, au moment même où John Kerry, représentant spécial des Etats-Unis pour le climat, était en Chine pour consultations sur cette question, Angela Merkel, Emmanuel Macron et le président Xi Jinping tenaient leur propre Sommet climat, le 16 avril, à l’invitation du Président français. Il s’agissait pour eux de préparer, en toute indépendance des Etats-Unis, les grandes échéances « climat » de 2021, dont la première était le sommet de Joe Biden.

Dans son édition du 15 avril, le quotidien chinois Global Times (qui reflète la vision du gouvernement chinois) n’y est pas allé par quatre chemins, citant des « experts chinois » pour qui, par ce sommet à trois, la Chine et les puissances européennes ont fait savoir à Washington « qui dirige » la coopération mondiale sur les questions climatiques. Ajoutant que les Etats-Unis devraient au minimum « payer la dette » et convaincre le monde qu’ils ne failliront pas, « une fois de plus », à leur promesse, a assené le quotidien.

Si les trois participants à cette vidéo-conférence se sont réjouis de la rencontre, chacun a pu y exprimer ses positions avec une certaine franchise. Le président Xi a taclé certaines positions américaines mais aussi européennes : « La réponse au changement climatique est la cause commune de l’humanité », a-t-il déclaré à ses interlocuteurs, selon un compte-rendu de CCTV. « Elle ne doit pas devenir un enjeu géopolitique, la cible d’attaques venant d’autres pays ou encore un prétexte pour édifier des barrières commerciales », a-t-il poursuivi, visant, sur ce dernier point, le projet de taxe carbone actuellement envisagée dans l’Union européenne. Cette taxe, mise à l’étude en mars, pénaliserait certaines importations (électricité, ciment, acier, aluminium, verre, etc.) de pays hors-UE, comme la Chine, ayant des normes climatiques moins strictes.

Les Européens n’ont pas hésité à demander à Beijing d’aller plus loin dans la réduction de ses émissions, en arrêtant « de financer les centrales à charbon », ce qui poussa le président Xi Jinping à aller au fond des choses, expliquant que c’est aux pays développés, déjà industrialisés, de faire le plus d’efforts, tout en apportant aux pays en développement une aide économique et financière pour moderniser leurs économies.

Le climat, une arme géopolitique ?

Dans son éditorial du 18 avril, le Global Times a élaboré plus avant la vision du Président chinois, posant d’abord la question clé : peut-on faire confiance aux Etats-Unis sur ce dossier ?

L’ambiance entre les grandes puissances n’est pas bonne. (...) Les Etats-Unis veulent montrer leur autorité en travaillant avec la Chine et la Russie sur le défi climatique, tout en faisant obstruction aux deux dans d’autres domaines. Ce n’est pas ainsi que devraient être les relations entre grandes puissances.

A l’intention des Etats-Unis, le Global Times rappelle que l’action climat de l’ONU engage les « intérêts fondamentaux de toute l’espèce humaine, ainsi que les arrangements spécifiques adoptés pour réduire les émissions dans chaque pays, selon les intérêts de chacun ». Pour le Global Times, c’est un problème qui concerne avant tout

les pays développés car ils ont déjà achevé leur industrialisation. (…) Les pays en développement sont encore dans le processus d’industrialisation et certains viennent seulement de s’y engager. Le niveau de vie des populations est encore bas dans ces pays et il est particulièrement important de créer plus de ressources pour améliorer leur niveau de vie à travers une industrialisation accrue. Leur droit à la subsistance diffère donc de celui des pays développés.

La question est de savoir si « Washington, en vue de ses propres intérêts, utilisera sa force nationale comme levier pour obliger d’autres pays à accepter d’aller plus loin. Les pays devraient être vigilants », ajoute Global Times, notant que

si le monde adopte aujourd’hui la neutralité carbone, le développement économique du monde se perpétuera tel qu’il est aujourd’hui (…) et l’écart entre pays développés et sous-développés deviendra alors permanent.

A titre d’exemple, Global Times note que « si la Chine et les États-Unis sont les plus grands émetteurs, il y a d’énormes différences au niveau de leurs populations et de leur développement économique. Malgré tout, les Etats-Unis veulent que la Chine prenne plus de responsabilités dans la réduction des émissions. (...) »

« N’y a-t-il pas de lien entre ces pressions venant de Washington, dans le cadre du réchauffement climatique, et les initiatives directement géopolitiques des Etats-Unis contre la Chine ? » demande Global Times.

« Nous devons promouvoir l’idée que les intérêts communs de l’humanité sont définis conjointement par les intérêts des peuples de tous les pays, plutôt que par une poignée de pays qui veulent monopoliser cette définition. »

Au sommet Biden, Russie et Chine font entendre leur voix

Même si, en dehors des questions climatiques, l’ambiance est à la guerre mondiale, la Chine et la Russie mirent à profit cette invitation pour présenter leurs propres visions et projets. Le discours du président Xi Jinping s’avéra particulièrement inspirant et juste, s’adressant non à tel ou tel pays en particulier, mais à toute l’humanité. L’unité doit prévaloir entre l’homme et la nature, a-t-il dit, rappelant que « depuis toujours, la civilisation chinoise préconise l’unité entre le Ciel et l’homme, le respect des lois de la nature et la coexistence harmonieuse », et appelant la communauté internationale à « agir de concert pour construire ensemble un avenir partagé pour l’homme et la nature ».

Pour lui, cette relation de respect ne peut être atteinte que par l’innovation.

Nous devons suivre le courant de la révolution technologique et de la transformation industrielle de l’époque, saisir les immenses opportunités de développement générées par la transition verte, et valoriser le rôle moteur de l’innovation dans nos efforts visant à favoriser la restructuration et la montée en gamme économiques, énergétiques et industrielles, en vue d’assurer un développement économique et social durable basé sur la protection de l’environnement au niveau planétaire.

Dans ce contexte, le Président chinois présenta la notion de responsabilités différenciées entre pays développés et pauvres.

Les pays en développement font face à de multiples défis tels que la lutte contre la COVID-19, le développement de l’économie et la réponse au changement climatique. Nous devons reconnaître pleinement leur contribution à la lutte contre le changement climatique et prendre en considération leurs difficultés et préoccupations particulières. Les pays développés doivent faire preuve d’une plus grande ambition et prendre des mesures plus énergiques, et en même temps, aider effectivement les pays en développement à accroître leurs capacités et résilience face au changement climatique, leur fournir des soutiens en matière de fonds, de technologies et de renforcement de capacités, s’abstenir d’ériger des barrières commerciales vertes et contribuer à l’accélération de la transition verte et bas carbone dans les pays en développement.

Quant à Vladimir Poutine, il annonça que grâce à la restructuration de son industrie et de son secteur énergétique, la Russie avait déjà réduit de moitié ses émissions depuis 1990, passant de 3,1 milliards à 1,6 milliard de tonnes d’équivalent C02, de sorte que 45 % de son énergie provient de sources propres, dont le nucléaire.

Ce sommet Biden aura donc eu le mérite de permettre à chaque camp de présenter sa vision sur le problème du climat et aux pays en voie de développement de comprendre où se trouve leur intérêt. La suite sera décisive pour voir si le monde pourra s’acheminer pacifiquement vers un nouvel ordre économique international, ou sombrer au contraire dans un nouveau conflit mondial.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Le visage hideux de la géopolitique du climat
7 octobre 2020
Politique
Le visage hideux de la géopolitique du climat
L'OTAN de Biden contre la Russie et la Chine - EJC #50
18 mars
Analyses
L’OTAN de Biden contre la Russie et la Chine - EJC #50
L'indispensable coopération Chine-Etats-Unis
12 avril
Partenaires
L’indispensable coopération Chine-Etats-Unis

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard