Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

24 novembre - Haut Karabakh : « La Méthode Poutine » Lire 21 novembre - La face cachée du Great Reset Lire 20 novembre - L’origine douteuse des « caricatures de Mahomet » Lire
AccueilActualités

Sergueï Lavrov rend honneur à Charles de Gaulle

Le nom de Charles De Gaulle, dont nous célébrons le 130e anniversaire cette année, est totalement lié à l’alliance France-Union soviétique qui, durant la seconde guerre mondiale, a contribué à la défaite du Nazisme, écrit Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires Etrangères. De Gaulle a été aussi l’inspirateur du projet de Grande Europe avec la Russie. Au nom de ce passé, Lavrov appelle Emmanuel Macron à passer aujourd’hui des discours raisonnables aux mesures pratiques en coopérant notamment avec l’Union économique eurasiatique et avec la Nouvelle Route de la soie.

Voici le texte publié par Sergueï Lavrov, le 13 juin, sur le site du ministère des Affaires étrangères :

Cette année, les Français célèbrent une date importante de leur histoire, le 130e anniversaire de la naissance de Charles de Gaulle.

Pour nous autres Russes, le nom du général français est inséparablement lié à notre victoire commune dans la Seconde Guerre mondiale, dont nous célébrons le 75e anniversaire cette année. Car c’est bien Charles de Gaulle en personne qui, en juin 1940, appela les Français à la lutte contre le fascisme, pour la liberté et l’indépendance nationale de leur pays.

Quoi qu’il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas, clama-t-il.

Ainsi, c’est en grande partie grâce à ses efforts que la France entra dans la coalition anti-hitlérienne et en devint membre actif.

La France Libre et l’Union soviétique

Ce fut aussi le Général qui, dès juillet 1941, lança les débuts de la coopération entre la « France libre » et l’Union soviétique, au nom de la lutte contre l’ennemi commun. À son tour, Moscou fut parmi les premiers à reconnaître le « Comité national français » créé par Charles de Gaulle à l’étranger.

Aujourd’hui, nous gardons précieusement la mémoire de la fraternité d’armes russo-françaises datant de cette guerre et nous nous souvenons de l’exploit des chasseurs de l’escadrille Normandie-Niemen qui, pilotant des avions soviétiques, se battirent contre les nazis sur le front de l’Est. Nous en sommes reconnaissants à la France, comme nous le sommes de perpétuer la mémoire de nos compatriotes qui rejoignirent durant cette guerre les rangs de la Résistance française.

Charles de Gaulle fut toujours un partisan convaincu des relations mutuellement respectueuses entre nos deux États, dont il devint plus tard architecte. En 1944, il entreprit un long voyage en passant par Téhéran et Bakou pour rejoindre l’Union soviétique. Son espoir d’obtenir le soutien de l’URSS se réalisa sous la forme du « Traité d’alliance et d’assistance mutuelle » entre la France et l’Union soviétique, signé le 10 décembre 1944 pour vingt ans. Le ministre des Affaires étrangères britannique de l’époque, Anthony Eden, a très bien saisi l’importance de ce document historique, en affirmant :

« Le rétablissement de l’amitié franco-russe, élevée au rang de politique d’État, signifie en fait le retour de la grandeur nationale de la France et de la Russie. »

Les dirigeants soviétiques furent aussi prophétiques dans leur vision de ce document : « Au nom des générations futures, il faut absolument écarter toute tentative de détruire notre alliance qui se forme. » Néanmoins, avec la démission de Charles de Gaulle en 1946 et le début de la Guerre froide, le potentiel du Traité n’a pu être réalisé.

Relations fortes après 1958

Cependant, de retour sur l’avant-scène politique française, en 1958, le général renoue le fil de relations fortes avec l’Union soviétique, car il y voit non seulement le gage de prospérité des deux peuples, mais aussi un facteur majeur de la détente des tensions internationales et de la stabilité régionale et globale.

Charles de Gaulle est à l’origine de l’idée d’une « Grande Europe » de l’Atlantique à l’Oural, une Europe en paix, sans ligne de partage ni d’affrontement entre les blocs. En 1966, il entreprend sa visite historique en URSS (voir image), qui donne une puissante impulsion au développement de la coopération bilatérale dans tous les domaines, y compris la politique, l’économie, la culture et l’exploration de l’espace. Lors de cette visite, il parla beaucoup de l’importance d’une entente et d’une coopération « dans toute l’Europe, qui devrait assurer elle-même sa sécurité ». Son rêve le plus cher était que « notre vieux continent puisse mettre fin à ses divisions et, une fois uni, reprendre le rôle qui fut toujours le sien, celui d’assurer la stabilité, le progrès et la paix dans le monde ».

La fin de l’affrontement bipolaire, survenue au seuil des années 80-90 du siècle dernier, fut, sans aucune exagération, une occasion historique de mettre en œuvre ces nobles idées du Général. La Russie, pour sa part, a fait le maximum pour que l’Europe, qui a survécu à deux guerres mondiales, puis à la « guerre froide », puisse s’engager enfin sur la voie du bien-être, de la coopération mutuellement avantageuse et du développement pacifique et durable pour le bien de notre génération et des générations futures. Moscou s’est toujours prononcé pour renforcer le rôle fédérateur des institutions européennes comme l’OSCE. C’est bien la Russie qui proposa de conclure un « Traité pour la sécurité européenne » et d’œuvrer ensemble pour créer un espace commun de paix, de stabilité et de coopération économique et humanitaire de l’Atlantique au Pacifique.

L’Occident a malheureusement choisi la Guerre froide

Hélas, dans la communauté occidentale, la ligne qui l’a emportée est celle de ceux qui, s’attribuant le droit de décider du sort de l’humanité, ont fait le choix myope du « NATO-centrisme », des jeux géopolitiques « à somme nulle » et de la logique « meneur-suiveur ».

Il suffit de se rappeler les bombardements de la Yougoslavie, l’élargissement de l’OTAN vers l’Est, en dépit des engagements pris, à l’époque, envers les dirigeants de l’Union soviétique, du soutien des nombreuses capitales européennes au coup d’État anticonstitutionnel en Ukraine et des sanctions unilatérales introduites par la suite contre la Russie.

Quel en est le résultat et où en sommes-nous aujourd’hui ?
La région euro-atlantique fait face à une crise de confiance majeure. Une véritable Europe unie ne s’est toujours pas constituée. L’énorme potentiel de coopération entre la Russie et l’Union européenne stagne. Les milieux d’affaires européens, français compris, essuient des pertes financières. Je suis certain que ce scénario est très loin de la vision gaullienne, car le Général était parfaitement conscient de la nature stérile et contre-productive d’une « Europe sans la Russie ».

En même temps, nous sommes persuadés que la possibilité de concevoir une nouvelle architecture de paix et de stabilité sur notre continent commun n’est toujours pas révolue. La solution la plus simple et la plus efficace à ce problème, à l’heure actuelle, serait la jonction des potentiels de différents projets intégrateurs, en cours de réalisation dans l’espace eurasiatique de Lisbonne à Jakarta. C’était notamment le sens de l’initiative du président Vladimir Poutine, lorsqu’il parlait du « Grand partenariat eurasiatique », un vaste espace d’innovation, tenant compte des intérêts de tous les États sans exception, qu’ils soient ou non membres des différentes structures multilatérales.

D’ailleurs, cette idée commence déjà à prendre forme à travers la jonction entre l’Union économique eurasiatique et l’initiative chinoise de « la Nouvelle Route de la soie », également connue comme « une Ceinture et une Route ».

Je crois que les partenaires européens auront tout à gagner à se joindre à l’effort des autres. Ce travail commun pourrait non seulement rendre nos économies plus concurrentielles, mais serait aussi la première pierre du fondement d’un système de sécurité égale et indivisible pour tous sur notre continent.

La réalité des relations internationales qui se traduit par la formation continue d’une nouvelle architecture universelle, une architecture multipolaire, plus juste et plus démocratique à la fois, exige une certaine clairvoyance politique et le rejet de la philosophie de dominance globale, des « cordons sanitaires » et autres « rideaux de fer ». Notre maison européenne commune a besoin de travaux. Si nous voulons que ses habitants puissent vivre dans la paix et la prospérité, que leur sécurité ne dépende pas de préjugés géopolitiques douteux, soufflés d’outre-Atlantique, c’est à nous tous de la construire ensemble. « Nous sommes convaincus qu’un vaste partenariat entre Moscou et Paris, qui partagent, en tant que membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, une responsabilité particulière pour la paix universelle, contribuerait à assainir la situation à l’échelle européenne et aussi planétaire ». À ce titre, nous ne pouvons que saluer l’initiative du président de la République, Emmanuel Macron, d’un système de sécurité européenne qui serait conçu non pas « contre », mais « avec » la Russie. Ce qui compte maintenant, c’est que les bonnes intentions et les discours raisonnables se traduisent enfin par des mesures pratiques, que la conscience politique évolue vers les principes du droit international et de la collégialité. La Russie, quant à elle, a toujours été et reste prête à une telle coopération à condition qu’elle soit honnête et se fasse sur un pied d’égalité.


Traduction de Nicolas Tikhobrazoff, pour le magazine Revue politique et parlementaire. (Sous-titres et surlignées ajoutés par notre rédaction).

La nouvelle visio-conférence, "Prospérer ou périr", organisée par l’Institut Schiller le samedi 27 juin, abordera notamment ces questions. Elle dessinera les pistes de ce qui sera nécessairement un changement de paradigme. (Inscriptions sur le site de l’Institut Schiller).

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

Comme nos voisins italiens, espagnols et portugais, nous devrions nous aussi participer à la « Nouvelle route de la soie » qui transforme à grande vitesse le monde ! Par-delà la frénésie des médias toujours prêts à vous vendre la peur de la Chine, vous devez comprendre la portée de cette dynamique.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard