Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

4 octobre - Jeudi 6 octobre, prochain éclairage de Jacques Cheminade Lire 4 octobre - Sabotage de Nord Stream, dollar : l’Europe dans le viseur des États-Unis ? Lire 3 octobre - Notre projet pour la France - discours de Jacques Cheminade Lire
AccueilActualités

Sergey Glazyev : pourquoi Lyndon LaRouche a été un visionnaire

Sergey Yurievich Glazyev (né en 1961 à Zaporijia, en République socialiste soviétique d’Ukraine) est un homme politique et un économiste russe, membre du Conseil financier national de la Banque de Russie et, depuis 2008, membre à part entière de l’Académie des sciences de Russie.

Il a été ministre des Relations économiques extérieures dans le cabinet de Boris Eltsine de 1992 à 1993, membre de la Douma (parlement) de 1993 à 2007, l’un des leaders du bloc électoral Rodina de 2003 à 2004, candidat à la présidence de la Fédération de Russie en 2004 et conseiller du Président de la Fédération de Russie sur l’intégration économique régionale de 2012 à 2019.

Son livre Genocide : Russia and the New World Order a été publié en 1999 par l’hebdomadaire américain Executive Intelligence Review (EIR) et est disponible en accès libre sur Archive.net.

En tant que député, il a dirigé le Comité de la politique économique de la Douma. A ce titre, en 2001, il avait invité Lyndon LaRouche (1922-2019) à s’exprimer lors d’auditions qu’il avait organisées sur la manière de protéger et de développer l’économie réelle face à une crise financière mondiale.

Depuis 2021, il est le commissaire à l’intégration et à la macroéconomie au sein de la Commission économique eurasiatique, l’organe exécutif de l’Union économique eurasiatique (UEE).

A l’occasion du centenaire de l’anniversaire de Lyndon LaRouche, il a envoyé ce message à titre personnel.

Vidéo

Lyndon et Helga Zepp-LaRouche, prenant la parole devant une commission de la Douma à l'invitation de Sergey Glazyev.
Lyndon et Helga Zepp-LaRouche, prenant la parole devant une commission de la Douma à l’invitation de Sergey Glazyev.

Transcription

Sergey Glazyev.
Sergey Glazyev.

Cette année, des hommes de progrès, dans le monde entier, célèbrent le centenaire de la naissance du brillant penseur et, je n’hésiterais pas à le dire, d’un prophète de notre temps, Lyndon LaRouche.

Malheureusement, nous ne pouvons plus converser avec lui, et il est dommage qu’il n’ait pas vécu pour voir le jour où ses avertissements sur le crash du système financier mondial se sont réalisés.

Il y a 30 ans déjà, et peut-être même avant, Lyndon LaRouche attirait l’attention sur le fait que le gonflement des bulles financières, notamment les bulles de produits financiers dérivés, et la création de « pyramides » financières entraîneraient inévitablement l’effondrement du système financier mondial. Et il a proposé d’adopter des mesures opportunes pour éviter cet effondrement.

Si les dirigeants des nations du monde avaient écouté la voix de Lyndon LaRouche, nous aurions peut-être réussi à éviter les bouleversements sociaux auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui à cause de l’effondrement du système financier et économique mondial, qui repose sur l’émission illimitée de dollars et autres monnaies de réserve occidentales.

Ces bulles financières ne diminuent pas. Nous avons vu que les tentatives de les dégonfler se terminent par le gonflement de nouvelles bulles. Même le krach de 2008, qui a effacé des dizaines de milliers de milliards de dollars d’épargne des gens, y compris les fonds de pension, n’a pas empêché les bulles financières de croître à nouveau en raison de l’émission illimitée des monnaies de réserve mondiales, à la faveur du dispositif appelé assouplissement quantitatif (QE).

Lyndon LaRouche a proposé une annulation mutuelle de ces dettes, en respectant le principe d’équité et d’efficacité.

En fait, ce que nous constatons aujourd’hui, c’est que les émetteurs des monnaies de réserve mondiales refusent tout simplement d’assumer leurs responsabilités. On aurait pu prévoir que si les pays qui ont pris la voie du gonflement des bulles financières, abusant de leur monopole sur le droit d’émettre une monnaie mondiale, se retrouvaient dans une situation où l’ampleur de ces pyramides financières dépassait largement la capacité du pays à en assurer le service, la question se poserait inévitablement de savoir comment répudier ces dettes. Déclarer simplement faillite face au monde entier ou trouver d’autres moyens d’effacer leurs obligations - les répudier ?

Les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’UE et le Japon ont emprunté cette deuxième voie. Ils ont saisi et bloqué unilatéralement les réserves de la Russie libellées en devises étrangères. Cela signifie qu’ils refusent de remplir leurs obligations envers la Russie.

La Russie a investi – en fait, elle a accordé un crédit à ces pays pour un montant de plus de 400 milliards de dollars (il s’agit de la composante du secteur public et des réserves en devises du gouvernement) – plus environ un autre trillion de dollars appartenant à des acteurs privés, situés dans les juridictions des émetteurs occidentaux de devises de réserve mondiales.

Les tentatives de blocage de ces fonds signifient essentiellement un défaut de paiement, mais sur ce qui est dû à l’un de leurs créanciers. Jadis, on appelait cela de la piraterie, ou du vol.

Bien entendu, ces mesures extraordinaires, qui sont totalement contraires au droit international et violent toutes les règles de décence imaginables, ainsi que les normes de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et du Fonds monétaire international (FMI), peuvent être contestées devant les tribunaux. Mais, d’une part, on se heurterait à la volonté nationale du pays émetteur, qui peut être celle d’un pirate ou d’un bandit, comme nous le constatons actuellement.

D’autre part, leur action ne sauvera pas le système, car même si les USA et leurs alliés européens refusent de remplir leurs obligations envers la Russie, cela ne représente qu’un faible pourcentage des obligations financières que les émetteurs de la monnaie de réserve mondiale ont envers le monde entier et leurs propres marchés intérieurs.

Le monde est donc en train de plonger dans le chaos, conformément au scénario, le scénario négatif, dont Lyndon LaRouche parlait dans les prévisions qu’il a faites il y a 30 ou 40 ans.

À l’époque, il proposait qu’au lieu de gonfler les bulles financières, les pays émetteurs de la monnaie de réserve mondiale, avec leurs partenaires et d’autres pays, investissent dans la construction d’infrastructures mondiales, ce qui réduirait le coût du commerce, augmenterait l’efficacité des liens économiques internationaux et, globalement, contribuerait à accroître la connectivité dans le monde. Il voyait donc le processus de mondialisation comme un processus d’expansion de la coopération entre les pays, plutôt que comme une tentative de certains pays d’exploiter les autres.

Quant à la mondialisation libérale qui conduit aujourd’hui à l’effondrement du système financier mondial, LaRouche la critiquait sévèrement. Il proposait un modèle différent de mondialisation, basé sur les principes de l’économie physique : en particulier, le fameux projet que lui et sa femme, Helga Zepp-LaRouche, ont soumis à la discussion internationale, le « pont eurasiatique ». Il s’agit d’un projet splendide et intéressant qui, après de nombreuses années, a commencé à être mis en œuvre à travers l’initiative chinoise Ceinture et Route [connu comme les Nouvelles Routes de la soie, ndt.], que nous soutenons en la reliant à l’Union économique eurasiatique (UEE).

Lyndon LaRouche regardait des décennies à l’avance. Il a mis en garde les États-Unis et leurs partenaires contre l’effondrement inévitable de leur politique d’expansion financière, dans laquelle les intérêts des spéculateurs éclipsent l’intérêt national et le développement de l’économie.

Les spéculateurs mondiaux et l’oligarchie mondiale, qui sont des parasites de l’émission monétaire des monnaies mondiales, le détestaient à cause de cela. Il fut persécuté et emprisonné. Il s’est présenté plusieurs fois à la présidence des États-Unis, et si Lyndon LaRouche avait été élu président, le monde se développerait aujourd’hui de manière stable. On n’aurait pas ce chaos grandissant, on n’aurait pas les guerres mondiales et les provocations faites par l’oligarchie mondiale pour effacer ses dettes.

Il y a un proverbe russe qui dit : « La guerre efface tout. » Pour effacer ses dettes envers la Russie, ainsi qu’envers l’Europe, Washington a provoqué la guerre en Ukraine et continue d’intensifier l’affrontement. Les choses en sont arrivées au point où les agents d’influence de Washington bombardent une centrale nucléaire pour faire monter la température du conflit et créer la base d’un clash entre la Russie et l’ensemble de l’OTAN : une agression de l’OTAN contre la Russie.

Ce moment cauchemardesque, avec l’effondrement de tout le système du droit international et de la coopération internationale, l’effondrement du système financier, aurait pu être évité si le Parti démocrate avait soutenu la candidature de LaRouche à la présidence il y a de nombreuses années. Mais malheureusement, l’histoire ne reconnaît pas le subjonctif. Ou, comme nous avons tendance à le dire, nul n’est prophète en son pays.

La voix de LaRouche a été parfaitement entendue ; on se souvient de lui. Dans pratiquement tous les grands pays du monde qui se développent aujourd’hui avec succès - surtout l’Inde et la Chine - il y a des partisans de LaRouche. Ils ont utilisé sa pensée et ses idées pour édifier leurs miracles économiques. Ce sont les principes de l’économie physique défendus par LaRouche qui sous-tendent aujourd’hui le miracle économique chinois et la politique de développement économique de l’Inde. Les partisans de LaRouche dans ces pays exercent une influence fructueuse, très positive et constructive sur l’élaboration de la politique économique dans ces nations leaders du nouveau paradigme économique mondial.

Nous ne devons pas oublier l’héritage créatif de Lyndon LaRouche, qui démontre l’interconnexion entre les événements qui se déroulent aujourd’hui et leurs racines il y a plusieurs siècles. J’ai toujours été impressionné par l’étendue de son érudition. Lyndon LaRouche a regardé l’oligarchie mondiale parasitaire depuis ses origines et a retracé comment ces familles oligarchiques étaient des parasites du commerce, d’abord à Venise. Puis elles se réinstallèrent en Hollande et continuèrent à bâtir leur pouvoir financier, à travers le commerce international et la spéculation mondiale. Elles se déplacèrent ensuite vers l’Angleterre, avant de prendre le contrôle du système politique des États-Unis.

Lyndon LaRouche voyait toute l’histoire du monde à travers le prisme de la lutte entre le Bien - les intérêts nationaux, les intérêts d’amélioration du bien-être général - et les forces du Mal - l’oligarchie financière mondiale, qui entrave le développement des pays, s’efforce d’extraire des superprofits spéculatifs du commerce et de la coopération économique, trompe le monde entier en gonflant des bulles spéculatives, et abuse de ses positions de pouvoir dans les pays où elle domine le système politique. Nous voyons comment l’oligarchie financière américaine d’aujourd’hui déclenche une guerre mondiale hybride, allant jusqu’à risquer une catastrophe nucléaire, afin de maintenir son hégémonie mondiale.

Les avertissements de Lyndon LaRouche se réalisent. L’important, c’est que ces avertissements ne sont pas abstraits. Ce ne sont pas simplement des lignes sur un graphique. Je me souviens de la fameuse [triple] courbe où il montrait l’écart croissant entre la taille de l’économie [réelle] mondiale et la taille du système financier mondial. Il fut le premier à noter cette disproportion, qui n’était pas aussi grande il y a 30 ans ; elle aurait encore pu être surmontée en transformant les agrégats financiers excédentaires en secteur réel - en projets d’investissement réels. Aujourd’hui, c’est un abîme gigantesque. Il est impossible de transformer des millions de milliards de dollars de bulles financières en investissements dans le secteur réel de l’économie. Il n’existe tout simplement aucun mécanisme pour cela. Aucun n’a été créé, parce que l’oligarchie financière parasitaire, qui détestait LaRouche, qui a toujours essayé de le faire taire, qui l’a persécuté et a tenté de le garder enfermé, a fini par acquérir le monopole du pouvoir politique aux Etats-Unis. Et aujourd’hui, elle utilise son influence politique à Washington pour forcer tous les pays du monde à obéir à sa volonté. Elle continue à dominer le monde et à exercer son hégémonie pour extraire des superprofits d’opérations spéculatives.

Il s’avère que Lyndon LaRouche avait raison.

Aujourd’hui, nous nous appuyons sur son travail, ses écrits, pour formuler des propositions en vue d’une transition très rapide vers un nouveau paradigme économique mondial. C’est ce que nous appelons un modèle d’économie mondiale intégrée, dans lequel le capital financier sera subordonné à la tâche de développer l’économie, et dans lequel les principes de l’économie physique porteront leurs fruits.

Comme on peut le constater, les pays qui empruntent cette voie connaissent le succès.

Il ne fait aucun doute que l’oligarchie financière américaine au pouvoir est en train de perdre la guerre mondiale hybride qu’elle a déclenchée contre toute l’humanité. On peut seulement regretter que le prix à payer en soit aussi élevé. Cela inclut les vies perdues à cause de la guerre que l’oligarchie financière américaine et européenne a organisée contre la Russie sur le territoire de l’Ukraine.

Nous devons rassembler toutes nos forces pour combattre ce mal, et l’héritage créatif de Lyndon LaRouche aide en cela.

Que sa mémoire vive à jamais.

Lien vers la page spéciale centenaire de la naissance de Lyndon LaRouche.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Angaman Kassy Roger • 17/09/2022 - 15:47

    Beaucoup de courage à tous ceux et celles qui sont en lutte pour le bien de notre humanité. Ns.sommes le sel de la terre. Notre volonté est plus forte. Focalisons ns sur l’amour et la foi . Ns vaincrons les ténèbres. La Russie et ta les peuples opprimés triompheront

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Centenaire de la naissance de Lyndon LaRouche (1922-2019)
29 août
Célébrations du 8 septembre 2022
Centenaire de la naissance de Lyndon LaRouche (1922-2019)
La remise jubilaire des dettes : une pratique ancestrale !
7 juin 2017
Économie
La remise jubilaire des dettes : une pratique ancestrale !
Couloir international de transport Nord-Sud, dé-dollarisation et NBW
28 juillet
Actualités
Couloir international de transport Nord-Sud, dé-dollarisation et NBW

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard