Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

29 novembre - Corinne Lepage accuse le nucléaire d’avoir la rage Lire 28 novembre - Un panier de crabes nommé FTX Lire 25 novembre - Face à une oligarchie nihiliste, bâtir une alliance de bâtisseurs ! Lire
AccueilActualités

Rester dans l’OTAN ? la France s’interroge

Le fantôme de Charles de Gaulle réapparaît toujours en période de crise. C’était déjà ce que disaient en substance le penseur américain Lyndon LaRouche et son ami Jacques Cheminade dans leur ouvrage La France après De Gaulle paru en 1981.

Et du fait même que le 7 mars 1966, de Gaulle ait informé le gouvernement américain de sa décision de quitter le commandement intégré de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN), remettre en question le rôle de la France dans cette Alliance n’est pas considéré comme un tabou ou un acte anti-patriotique, bien au contraire.

Plusieurs voix françaises de premier plan ont récemment manifesté leur opposition à une alliance militaire « devenue folle » et prise sur le fait d’organiser un coup d’État militaire à l’échelle mondiale contre de nombreux gouvernements démocratiquement élus, y compris ceux de ses propres membres.

Ce jeudi 26 mai à 17h, l’Institut Schiller consacrera une visioconférence ouverte à tous à ce sujet (s’inscrire sur le site de l’Institut Schiller)

 Chronologie sommaire

 11 mars 2021.

Dans une lettre ouverte à Jens Stoltenberg, publiée sur le site du magazine Capital, plusieurs hauts gradés de l’Armée regroupés au sein du Cercle de Réflexion Interarmées, s’insurgent contre le projet OTAN 2030 qui affaiblit la souveraineté de la France. Ils y affirment :

Vous voudriez, pour l’avenir, justifier l’outil militaire de cette alliance en le transformant en un instrument politique, incontournable, de gestion de vastes coalitions internationales, au profit d’une véritable gouvernance planétaire, allant même jusqu’à passer outre les décisions de l’ONU et écrasant les souverainetés nationales ! Alors non, Monsieur le Secrétaire général ! Il faut stopper ce train fou, avant qu’il ne soit trop tard !

Source : Capital.fr.

 8 mai 2021.

Eric Denécé.
Eric Denécé.

Eric Denécé, le directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R), présentant ses réflexions pour une nouvelle politique étrangère lors de son intervention à la visioconférence de l’Institut Schiller, affirme :

Il est indispensable que nous quittions le commandement intégré de l’Alliance atlantique et revenions à la situation d’avant 2008. Cette organisation collective, qui a, par le passé, pleinement joué son rôle, n’a d’autre raison d’être depuis la fin de la Guerre froide que de satisfaire les intérêts américains. Certes, quitter l’organisation intégrée ne nous apportera rien, mais y demeurer nous conduit à assumer des positions collectives qui sont contraires à nos intérêts.

Source : Institut Schiller.

  19 septembre 2021.

Xavier Bertrand.
Xavier Bertrand.

Xavier Bertrand, candidat à l’élection présidentielle, appelle à « un sommet extraordinaire de l’Otan » et évoque un retrait de la France du commandement intégré de l’alliance. Il faut lors de ce sommet « poser cette question de confiance aux Américains : est-ce que vous nous respectez, où va l’alliance ? », a-t-il affirmé à l’occasion de son passage au Grand Jury sur RTL, LCI et Le Figaro.

La question est de savoir si, pour les Américains, nous comptons aussi, ou si nous sommes en deuxième division ? Et si la réponse ne nous satisfait pas, je souhaite mettre sur la table la question de la participation de la France au commandement intégré de l’Otan.

Source : Huffington Post.

  6 décembre 2021.

Plusieurs députés de la France Insoumise déposent une Proposition de résolution N° 4767 invitant le Gouvernement à retirer la France de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord..

L’exposé des motifs précise :

Cette proposition de résolution questionne l’intérêt de la France à être membre de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Seule alliance militaire intégrée au monde, l’OTAN, dont la fondation en 1949 a entraîné celle en 1955 du Pacte de Varsovie, avait vocation à disparaître à la fin de la Guerre froide. Elle n’a au contraire eu de cesse depuis trente ans de vouloir justifier son existence, au risque d’exacerber les tensions. Entérinée sommet après sommet, l’extension permanente de ses champs d’action a amené l’OTAN à intervenir, par exemple, dans les Balkans, en Afghanistan ou encore en Libye. En dépit des résultats désastreux de cette dérive, qui a notamment favorisé les conditions d’émergence de groupes armés potentiellement terroristes, l’OTAN continue d’affirmer qu’elle est une ’alliance défensive, qui ne représente une menace pour aucun pays’, et qu’elle ’garantit la liberté d’un milliard de personnes’.

Source : Assemblée nationale.

 2022

 11 février 2022.

Dans une tribune publiée par Marianne, Peter Dittus et Hervé Hannoun, tous deux anciens membres de la Banque des règlements internationaux (BRI), en qualité de secrétaire général et de directeur général adjoint, et auteurs du livre OTANexit, plaident pour une sortie de la France du commandement intégré de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord.

La crise ukrainienne actuelle est le révélateur des graves périls auxquels la France s’expose en étant arrimée à une organisation de sécurité collective défensive placée sous le commandement des États-Unis et devenue expansionniste », dénoncent-ils.

Source : Marianne

 13 février 2022.

Roland Dumas.
Roland Dumas.

Publication sur le site les-crises.fr d’un long entretien d’Olivier Berruyer avec l’ancien ministre français des Affaires étrangères Roland Dumas, où ce dernier, en tant que témoin oculaire des évènements de 1991, confirme que les Occidentaux avaient promis de ne pas élargir l’OTAN jusqu’aux portes de la Russie. Pour Dumas, l’OTAN a trahi les promesses d’une paix durable dès cette époque :

L’OTAN reste l’OTAN. Le Pacte de Varsovie a été dissous, ce qui était prévu dès le début de la paix. Mais l’OTAN n’est pas dissous et on le réarme, au contraire.

Source : Les Crises.fr

 25 février 2022.

Maurice Gourdault-Montagne.
Maurice Gourdault-Montagne.

Tribune du diplomate et ancien ambassadeur Maurice Gourdault-Montagne, ancien secrétaire général du Quai d’Orsay et ancien conseiller de Jacques Chirac entre 2002 et 2007, dans Le Figaro, où il s’inquiète :

Ne sommes-nous pas des somnambules, comme en 1914 ? (...) Nous sommes irrésistiblement entraînés par une dynamique qui peut nous échapper au moindre dérapage provoqué par une fausse manœuvre ou un malentendu sur le terrain ou encore une provocation isolée (…) Une conférence générale sur la sécurité impliquant l’Otan et la Russie et prévoyant un système de garanties de sécurité avec un nouveau régime de contrôle des armements, est plus que jamais nécessaire.

Source : Le Figaro

 10 mars 2022.

Dans un communiqué publié sur son site, Jacques Cheminade, le président de Solidarité & Progrès, met en garde :

Si l’Ukraine était admise dans l’UE, cela reviendrait à y admettre les forces de l’OTAN. En effet, l’UE est liée à l’OTAN par le titre V, article 21 et 42 du Traité de l’UE. Sur les 27 pays membres de l’UE, 21 font partie du commandement intégré de l’OTAN, au sein duquel la France est revenue en 2008. Depuis 2002, les relations entre l’UE et l’OTAN se sont intensifiées. Notamment, par la déclaration conjointe du 10 juillet 2018, le président du Conseil européen, le président de la Commission européenne et le secrétaire général de l’OTAN ’conviennent de renforcer la coopération entre l’UE et l’OTAN (...) sa qualité, son étendue et son intensité’. Plus précisément, les signataires encouragent ’la participation la plus large possible des Etats membres de l’UE qui ne font pas partie de l’Alliance aux initiatives de celle-ci’. On ne peut être plus clair et la Russie en tire les conclusions qui s’imposent.

Source : jacquescheminade.fr

 25 mars 2022.

Mahaut de Fougières, responsable politique international de l’Institut Montaigne, un groupe de réflexion proche du syndicat patronal Medef, s’inquiète, dans un article publié en anglais, de l’hostilité croissante des candidats à la présidentielle à l’égard de l’OTAN.

Source : Institut Montaigne.

 27 mars 2022.

S’exprimant devant l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), le candidat de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a précisé sa conception de la Défense nationale. Assumant une forme d’héritage du gaullisme, il a défendu sa vision d’une France militairement indépendante, en particulier du géant américain. « Il n’y a personne en Europe à part votre serviteur qui dit que l’avenir de la défense, de sa patrie (...) c’est de sortir de l’Otan et de sortir de cet engrenage militaire », a-t-il précisé. Pour lui, c’est à l’ONU de devenir le « seul organe légitime pour assurer la sécurité collective ». Il refuse donc toute construction d’une « défense européenne » qu’il assimile à « une guerre contre la Russie ».

Source : Les Echos.

 Avril 2022.

Georges Kuzmanovic.
Georges Kuzmanovic.

Huit des douze candidats à l’élection présidentielle prônent la sortie de la France du commandement intégrée de l’OTAN, voire sa dissolution. Les seuls à vouloir y rester sont Emmanuel Macron (LREM), Valérie Pécresse (LR), Yannick Jadot (EELV) et Anne Hidalgo (PS), qui ne totalisent que 20 % des électeurs inscrits au premier tour. Opposés à l’OTAN également, de nombreux candidats à la candidature, dont George Kuzmanovic (RS) et François Asselineau (UPR).

Dans un dossier, le quotidien Libération en donne un aperçu.

Pour France24, être pour ou contre l’OTAN a été « le débat surprise » de l’élection présidentielle française. D’après le journaliste sud-américain Benjamin Norton, cité par le quotidien chinois Global Times, la France est le pays d’Europe capable de « défier » l’OTAN.

Sources : Europe1, France24, Global Times.

 6 avril 2022.

Le Monde s’offre un long article moralisateur sur « les erreurs des candidats à la présidentielle sur la France dans l’OTAN ».

Source : Le Monde.

 12 mai 2022.

Henri Guaino.
Henri Guaino.

Dans une tribune publié par Le Figaro, Henri Guaino, ancien Commissaire au Plan et ex-conseiller de Nicolas Sarkozy, avertit que si la diplomatie ne reprend pas le dessus, « nous marchons vers la guerre comme des somnambules ».

Il y souligne les orientations suicidaires d’une UE sous influence de l’OTAN :

Au lieu de faire entendre sa voix pour éviter cette folie et arrêter les massacres, l’Union européenne emboîte le pas des États-Unis dans l’escalade de leur guerre par procuration. Mais que feront les Européens et les États-Unis au pied du mur de la guerre totale ? Avec les obus nucléaires et les armes nucléaires tactiques de faible puissance, la marche n’est plus si haute.

Source : Le Figaro.

 18 mai 2022.

« L’entrée dans l’Otan, ça pose un vrai problème, on peut l’empêcher ! » a lancé Henri Guaino le 18 mai sur Europe 1. Pour lui, pas de doute : la France devrait mettre son veto à ces adhésions. Ce n’est « pas un veto sec, c’est un veto qui doit se mettre dans le cadre d’une négociation sérieuse, d’un cessez-le-feu, d’une négociation sur la neutralisation de l’Ukraine », a-t-il précisé.

Marine Le Pen.
Marine Le Pen.

Pour sa part, Marine Le Pen, qui, lors de sa campagne, avait appelé à un rapprochement stratégique entre l’OTAN et la Russie après la fin des hostilités, se confie sur France Inter : « Aujourd’hui, (...) les annonces d’élargissement de l’Otan, les annonces d’élargissement de l’Union européenne n’ont pas vocation, à mon sens, à permettre de trouver les solutions de la paix. »

La lecture de la tribune de M. Guaino conforte mon inquiétude sur le risque de nous voir entraînés dans une guerre qu’en réalité personne n’aura voulu et qui, par un effet mécanique, entraînera toute une série de pays dans un conflit qui, de fait, deviendra mondial.

Sources : Europe1, Sudouest

 Les solutions

Si, pour certaines de ces personnalités, leur prise de conscience, bien que tardive, est bien réelle, il nous reste à les convaincre de se mobiliser pleinement pour les solutions.

Pour Solidarité & Progrès et son président Jacques Cheminade, depuis la dislocation de l’URSS en 1991, l’OTAN a perdu sa « raison d’être » et devrait être dissoute. Pour ce faire, comme le réclame la pétition de l’Institut Schiller (à signer en ligne), il faut convoquer de toute urgence « une grande conférence internationale » permettant d’instaurer une « nouvelle architecture de sécurité commune » en s’inspirant du Traité de Westphalie de 1648, qui mit fin à la guerre de Trente Ans.

Comme alors, cette « sécurité indivisible » commune, où celle de chacun dépend de toutes les autres, sera le fruit d’un « tout nouveau paradigme garantissant le développement économique de chaque nation sur la planète ».

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
UE : Une Allemagne otanisée réclame la suppression de la règle de l’unanimité
18 mai
Chroniques stratégiques
UE : Une Allemagne otanisée réclame la suppression de la règle de l’unanimité
Finlande et Suède dans l'OTAN ? La France doit mettre son véto !
18 mai
Actualités
Finlande et Suède dans l’OTAN ? La France doit mettre son véto !
Un général italien appelle à dissoudre l’OTAN pour sauver la paix
10 mai
Actualités
Un général italien appelle à dissoudre l’OTAN pour sauver la paix
L’enjeu de la situation en Ukraine : arrêter le train fou de l’OTAN
21 février
Déclarations
L’enjeu de la situation en Ukraine : arrêter le train fou de l’OTAN

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard