Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualités

Pour lancer sa croisade anti-chinoise, Biden veut transformer le G7 en G1

Si le président américain Donald Trump se voyait comme l’envoyé des évangélistes chrétiens, Joseph Robinette Biden se revendique catholique. D’où sans doute le goût prononcé pour les croisades qui s’installe durablement à la Maison Blanche. Les historiens se rappelleront de l’immense succès qu’eurent, au XIIIe siècle, les envoyés du pape sommant les Mongols à se convertir à sa belle religion…

En réalité, Biden, lors des grandes rencontres en Europe (sommet du G7, sommet de l’Otan et réunions avec les dirigeants des 27 de l’UE à Bruxelles), ne poursuit qu’un seul objectif : rallier à sa vaste croisade anti-russe et anti-chinoise ses alliés du G7 et de l’UE, s’érigeant en commandant-en-chef d’un G1 déterminé à mettre au pas tous les autocrates et autres hooligans de la planète à qui il lira à voix haute le Riot Act (loi anti-émeute) !

Précisons que la réforme OTAN 2030, dont on discutera ce lundi, vise explicitement à transformer l’Alliance Atlantique, en « alliance politico-militaire » agissant, non seulement dans l’hémisphère nord, mais à l’échelle mondiale sous la houlette exclusive du Pentagone. Si Biden est « de retour » dans le multilatéralisme, ce n’est pas pour écouter ou dialoguer. Il s’agit tout simplement de faire connaître les conditions de la soumission à ses alliés et celles de leur capitulation inconditionnelles à ses rivaux ou opposants.

Le but du G7 était donc d’accorder le camp « occidental » afin de permettre à Biden d’acter la réforme lors du sommet de l’OTAN le 14 juin, de s’imposer, fort du soutien « des alliés », lors de la rencontre avec Poutine le 16 juin, et de préparer un passage en force lors du G20 finance (dont font partie la Chine, la Russie et l’Inde), qui aura lieu à Venise du 9 au 10 juillet.

De Rambouillet à Cornouailles

On est loin du G7 de Rambouillet de 1975, lorsque la France avait lancé l’idée d’une rencontre informelle entre chefs d’Etats des pays les plus riches du monde à l’abri de leurs sherpas et de leurs conseillers.

A l’époque, le G7 « pesait » 70 % du PIB mondial, alors qu’aujourd’hui cette part est en dessous des 50 %. En termes de PPP (parité de pouvoir d’achat), le G7 ne représentait plus que 30 % du PIB en 2019, bien moins que celui des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud). Et ces derniers représentent 41 % de la population mondiale, alors que le G7 n’en représente que 10 %…

Au nom de « nos valeurs » ?

De jour en jour, comme avec la Russie, les rapports entre les Etats-Unis et la Chine se dégradent. Si sous Trump, le bras de fer avec la Chine se faisait initialement sur le plan des rapports commerciaux puis sur le plan des nouvelles technologies, des campagnes soutenues de China-bashing (accusations d’un piétinement de la liberté à Hong-Kong, d’existence de camp de travail forcé et d’un prétendu « génocide en cours » contre les Ouïghours dans le Xinjiang, d’un laboratoire de Wuhan à l’origine de la Covid, etc.) ont déplacé le curseur sur le plan de l’émotionnel.

La Chine, nous disent les Anglo-Américains, n’est pas seulement un « rival stratégique ». Toute coopération avec elle doit cesser, car elle ne partage pas « nos valeurs »… Le G7, reconnaissons le, a d’étranges valeurs. Par exemple, laisser croupir Assange dans une prison britannique fait partie de ses valeurs, alors que faire libérer Navalny en Russie est une priorité...

A ceci s’ajoute que la Russie et la Chine refusent de se plier à « l’ordre libéral international », c’est-à-dire qu’en gardant une politique d’État stratège, elles refusent de se soumettre à l’occupation financière instaurée par une oligarchie financière contrôlant aussi bien nos banques centrales, nos marchés, nos grands médias et nos GAFAM.

Sabordage de l’accord UE-Chine sur l’investissement

Par exemple, le 22 mars, suite à cette campagne mensongère sur les Ouïghours, menée par des moulins à fake news comme l’évangéliste Adrian Zenz, l’UE, suivie par le Royaume-Uni, a imposé des sanctions contre quatre responsables chinois, notamment des interdictions de visas et gels d’avoirs. Après une réponse chinoise symétrique au travers de mesures identiques contre des députés européens impliqués dans cette propagande, la Commission européenne, par la voix de son vice-président Valdis Dombrovski, a fini par annoncer le 4 mai 2021 la « suspension » de l’accord des investissements entre la Chine et l’UE, conclu le 30 décembre 2020 après 7 ans de négociations assidues ! « Dans la situation actuelle, avec les sanctions de l’UE contre la Chine et les contre-sanctions chinoises, y compris contre des membres du Parlement européen, l’environnement n’est pas propice à la ratification de l’accord », a-t-il expliqué à l’AFP.

De son coté, cherchant en vain à ternir le prestige (soft power) de la Chine, la présidente démocrate de la Chambre américaine des représentants, Nancy Pelosi, lors d’une audition consacrée aux droits de l’Homme, a appelé à un « boycott diplomatique » des Jeux olympiques d’hiver qui doivent se dérouler du 4 au 20 février 2022 à Beijing. « Ne faisons pas l’honneur au gouvernement chinois de recevoir des chefs d’Etat. »

Orientations du G7

Le Projet Eden à Cornouailles au Royaume-Uni, ville où s'est tenu le G7.
Le Projet Eden à Cornouailles au Royaume-Uni, ville où s’est tenu le G7.

La rencontre du 5 mai des ministres des Affaires étrangères du G7, celle des ministres de Finances avec les gouverneurs des banques centrales et le Financial Stability Board (FSB) de la Banque des Règlements Internationaux (BRI) de Bâle, ont fixé le contenu qu’adopteront enfin les chefs d’Etats réunis à Cornouailles en Angleterre en compagnie de la joyeuse Reine Elisabeth II et sa parentèle.

1. Fascisme vert et finance verte. Le G7, en droite ligne de la « grande réinitialisation » prônée par Davos et les grands gestionnaires d’actifs (BlackRock, etc.) et prenant prétexte des menaces extérieures (Chine, Russie), climatiques et pandémiques, resserre les rangs pour imposer la transition verte et une décarbonation tous azimuts nocive aussi bien pour l’homme que la nature. Alors que 90 % du continent africain tire son énergie du bois et du charbon, il sera désormais interdit d’investir le moindre dollar dans ce type de ressource.

2. Infrastructures. Pour « contrer » les Nouvelles Routes de la soie de la Chine, programme présenté comme une vilaine tentative égoïste de s’accaparer le monde, le G7 annonce vouloir lancer des grands programmes d’infrastructures dans les pays pauvres ! Le 12 juin, le site de la Maison Blanche annonce l’initiative Build Back Better World (B3W), un partenariat « transparent » organisé par les grandes « démocraties » pour combler le déficit infrastructurel mondial estimé à plus de 40000 milliards de dollars. Il s’agit de mobiliser les pays du G7 et des partenaires « ayant le même esprit » pour amener le secteur privé dans quatre domaines capitaux : le climat, la santé et la sécurité sanitaire, le numérique et l’égalité et l’équité du genre, le tout avec des investissement catalyseurs des grandes institutions financières (Banque mondiale, FMI, Banque africaine de développement, etc.). Le tout bien sûr, contrairement à l’initiative chinoise des Nouvelles Routes de la soie, en pleine conformité avec les objectifs climatiques de l’accord de Paris…

3. Pandémies. A part la promesse de donner 1 milliard de vaccins aux pays pauvres, les dirigeants du G7 affirment, avec la « déclaration de Carbis Bay » de Boris Johnson, vouloir mettre en place un mécanisme spécial pour éviter qu’une catastrophe du type Covid-19 se répète. Le premier volet de cette déclaration comprend en premier lieu une série d’engagements pour empêcher une nouvelle pandémie en réduisant le délai pour développer des vaccins, des traitements et des diagnostics, avec l’espoir que le monde soit prêt en moins de 100 jours pour faire face à une maladie soudaine. La déclaration ne tranche pas la question de la levée des brevets des vaccins. Si cette idée est bonne, sans transfert des technologies dans les pays devant faire face, elle manquera d’effets. L’autre volet portera sur un renforcement de la surveillance sanitaire, et la mise en place d’une réforme de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) afin qu’elle soit « plus puissante ». En réalité il s’agit de réduire autant que possible l’influence de la Chine, avec la Fondation Bill et Melinda Gates (trop ami avec Beijing), un des plus grands contributeurs à l’OMS.

4. Justice fiscale. Le 5 mai, l’administration Biden a imposé, lors de la réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales, un accord présenté comme « historique » instaurant un impôt minimaliste de 15 % sur les grosses multinationales dont les GAFAM. Prétendant vouloir mettre fin aux paradis fiscaux, ce projet est un énorme cadeau fiscal aux GAFAM. (Lire notre article).

5. Climat. Au cours du week-end, l’entourage du G7 a visité l’Eden Project, un bio-dôme géant construit à Cornouailles abritant une forêt tropicale humide. C’est là où, entouré de la famille royale au complet, le Prince Charles a lancé une fois de plus un appel vibrant à prendre la menace climatique autant au sérieux que la menace pandémique... Tout près de là, une nouvelle entreprise minière, British Lithium, tente d’extraire le lithium de manière écologique, une centrale houlomotrice en voie d’installation et un projet pionnier d’exploitation de l’énergie géothermique. Impossible de faire plus vert. Une œuvre d’art nouvellement érigée, construite dans le style du Mont Rushmore et à l’effigie de chacun des sept dirigeants, rappellera en permanence aux dirigeants mondiaux l’importance de l’agenda environnemental : Joe Biden, Boris Johnson, Justin Trudeau, Angela Merkel, Emmanuel Macron, Mario Draghi et Yoshihide Suga. Cependant, le « Mont Recyclemore » a été entièrement construit à partir de produits électroniques mis au rebut, tels que des iPhones, des téléviseurs et des circuits imprimés. La pression psychologique écolo-catastrophiste aura été à son maximum.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Ouïghours : Adrian Zenz au service du China-bashing
6 avril
Xinjiang
Ouïghours : Adrian Zenz au service du China-bashing
Abandon de l’Accord global Chine-UE : l’Europe se couche
11 mai
Chroniques stratégiques
Abandon de l’Accord global Chine-UE : l’Europe se couche
Sommet climat Biden : Chine et Russie marquent leurs différences
28 avril
Actualités
Sommet climat Biden : Chine et Russie marquent leurs différences
Il faut stopper ce train fou avant qu’il ne soit trop tard !
23 mars
OTAN 2030
Il faut stopper ce train fou avant qu’il ne soit trop tard !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard