Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Pénurie de médicaments : syndrome d’un désastre annoncé !

Crédit : france-assoc-sante.org

par Agnès Farkas

C’est officiel, la France a un problème sanitaire : elle fait face à une pénurie de médicaments due, il faut le dire, à une gestion catastrophique de la production.

868 cas de pénuries des médicaments essentiels l’année dernière ! Un Français sur quatre s’est déjà vu refuser un médicament pour cause de pénurie. Il s’agit pourtant des médicaments d’intérêts thérapeutiques majeurs (MITM), tels que des anticancéreux, des antiparkinsoniens, des antiépileptiques, des antibiotiques, des corticoïdes, des vaccins, des traitements de l’hypertension, des maladies cardiaques, du système nerveux.

Cause du problème ? A l’origine, il y a une bonne raison. Tombées dans le domaine public après 20 ans de mise sur le marché, les molécules originales ont été transformées en médicaments génériques, beaucoup moins chers pour les malades, mais beaucoup moins rentables pour les laboratoires pharmaceutiques. C’est la raison pour laquelle près de 80% de la production de ces médicaments a été transférée aux pays en développement, l’Inde et la Chine notamment, où l’approvisionnement des pays du secteur avancé n’est pas la priorité.

Sur fond de crise de plus en plus aiguë, un collectif de 27 médecins hospitaliers a lancé un cri d’alarme dans le Journal du Dimanche du 18 août, et proposent un plan d’action pour y remédier.

Tout porte à croire qu’Agnès Buzin, notre ministre de la Santé, a pris la mesure du problème et un comité de pilotage est prévu pour le cinq septembre. Il s’agirait de reprendre le contrôle de la production pharmaceutique que nous avons perdue début des années 1990 à force de délocalisations.

Mais, pour apporter vraiment les remèdes à la « crise structurelle » à laquelle nous faisons face, il faut tout d’abord se poser la vraie question : comment un pays avancé et exemplaire en matière de santé comme la France a pu en arriver là ?

Les trois phases qui ont précédé la crise

Aujourd’hui, l’industrie pharmaceutique est devenue un marché comme les autres et même des plus rentables sur les marchés financiers. En effet, « Big pharma » est même devenue une valeur refuge car les investisseurs savent que les Etats, sous pression des citoyens, soutiendront toujours l’activité de ces sociétés. Et comme sur tout marché spéculatif qui se respecte, la rareté des biens est une assurance de leur cherté. L’innovation en matière médicale qui était une garantie de sécurité et de bien être social devient désormais, sous l’égide d’une machine à broyer financière, la source malthusienne d’une destruction accélérée du système de santé public.

Voici comment en 70 ans, la France a perdu le contrôle de l’industrie pharmaceutique. Ce que nous résumerons en trois périodes fondamentales :

  • 1950-1980 : Nous sommes au sein des dites « Trente Glorieuses ». Soutenue par l’Etat, l’industrie pharmaceutique invente les 100 molécules salvatrices (princeps) qui ont changé la vie des hommes (pénicilline, anticancéreux, aspirine, antibiotiques, insuline…).
  • 1985-2000 : Panne sèche dans l’innovation. Du coup, le nombre de molécules nouvellement découvertes dans le secteur de la biologie d’organes a diminué des ¾ sur une période de 20 ans. C’est là qu’entre le loup du capitalisme financier dans la bergerie des laboratoires. De purs managers en prennent la direction.
    Tout d’abord, il faut rentabiliser l’existant et, c’est ici que l’industrie va renier ses missions de santé publique pour gagner beaucoup d’argent en augmentant arbitrairement les prix sur ses « innovations » anciennes tombées pourtant dans le domaine public ! Elle se lance dans la commercialisation de quasi-copies ou « me-too » (moi aussi je sais faire) des anciennes molécules (princeps) dont les brevets sont arrivés à expiration. La rente l’emporte sur l’innovation.
    Ensuite, dans ce nouveau système, il faut assurer un minimum de bénéfice (15%) à court terme, ce qui est radicalement antinomique avec une recherche de nouveaux médicaments qui demande le « long terme », souvent 12 ans de recherche et d’expérience « au lit du malade » au sein des CHU (Centres hospitaliers universitaires). C’est un travail sur le terrain des maladies.
    Enfin, c’est l’abandon de la recherche sur la simple biologie d’organe qui, pour eux, a fait son temps, au profit de la toute nouvelle biologie moléculaire et cellulaire, touchant au génome, où les profits s’annoncent particulièrement juteux. Désormais, on scrute le génome à la recherche de ses imperfections et aussi des maladies nouvelles et rentables. Les « médicaments innovants » foisonnent et sont immédiatement rentabilisés au sein des marchés boursiers. Un pont d’or pour Big pharma...
    Pour dynamiser le processus, on crée de nouveaux concepts comme les pré-maladies – pré-cancer, pré-diabète, pré-Alzheimer, pré-cholestérol – et des médicaments à prix élevé pour des « traitements préventifs », les laboratoires parviennent à tripler leurs marchés lucratifs. En scrutant un génome qui dévoilerait des failles héréditaires – un ou plusieurs de vos parents ont été d’atteints d’Alzheimer, ou de cancer du sein, que vous auriez donc 85% d’attraper aussi – la liste peut être très allongée à souhait. C’est toute une organisation qui se met en branle pour donner des traitements préventifs souvent onéreux à des malades potentiels qui n’attraperont peut-être jamais ces maladies !
  • 2000-2019 : Fin de partie du système précédent, usé jusqu’à la corde de sa rentabilité ! La démultiplication des me-too à prix surestimé ne peut plus concurrencer la progression des génériques à prix bien plus bas qui leur font concurrence. Depuis la fin du XXe siècle, la production des génériques a été délocalisée dans des pays à main-d’œuvre à très bas salaire en Afrique ou l’Asie, pour qui la priorité était de produire pour leur population, à un prix défiant toute concurrence.
    Pire encore, la très complexe biologie cellulaire et moléculaire a des revers… les mêmes fonctions étant parfois exercées par des molécules différentes du vivant et des circuits différents du génome. C’est la faille constatée dans la recherche génomique où on a longtemps cru à l’adage « un gène = une fonction », on parle aujourd’hui même d’épigénétique, c’est à dire de fonctions influant sur le génome provenant de l’environnement externe de l’individu. Alors, bien malencontreusement, on finit par comprendre que ces gènes sont bien difficiles à contrôler et que la part d’inconnu est plus grande qu’attendue – le vivant n’est pas un mécano – ce qui rend les applications thérapeutiques souvent plus aléatoires, bien évidemment. Surtout lorsqu’on remplace le laborantin par la modélisation par ordinateur pour sélectionner de nouvelles molécules pharmaceutiques cibles.
    De plus, les dernières thérapies innovantes sont désormais à prix exorbitant, comme, par exemple, dans le cas des cancers ciblés et donc spécifiques : un cancer = une molécule = une production réduite du médicament. Les laboratoires justifient le prix élevés des nouvelles molécules, 100 fois plus chères, alors qu’en réalité, elles ne coûtent à développer que 5 à 10 fois plus qu’auparavant : une mine d’or pour l’industrie pharmaceutique financée par l’Etat. Elle obtient ainsi les remboursements de la Sécurité sociale sans que des commissions d’enquête interviennent sur les essais cliniques qui sont, jusqu’à ce jour, assurés par la seule et même industrie pharmaceutique. Ce qui préjuge bien des abus.

2019, fin de partie

Aujourd’hui, lorsqu’une molécule n’est « plus rentable », le laboratoire stoppe sa production sans tenir compte des conséquences sur les malades. Les lois du marché régneront en maître tant que les gouvernements danseront sur l’air de la rentabilité à court terme. C’est une des cause de la pénurie actuelle. Une pénurie qui, souvent, n’est pas compensée par la production de génériques car depuis le début des années 90, la France n’en produit quasiment plus car aujourd’hui, l’Inde et la Chine sont les premiers producteurs au monde de génériques. De plus, le prix des génériques sur le marché français a été artificiellement gonflé pour ne pas faire concurrence aux « molécules innovantes ».

Aujourd’hui, la France compte reprendre en partie à son compte la production des princeps et de leurs génériques. Alors, bien sûr, « Il faut relocaliser la production en Europe » comme le réclament le collectif de médecins hospitaliers dirigé par le professeur Jean-Paul Vernant, c’est un réel gage de santé publique que nous ne pouvons qu’appuyer :

« Afin de prévenir les pénuries, nous soutenons l’idée que :

  • soient imposées dans l’urgence, aux laboratoires pharmaceutiques titulaires de l’autorisation de mise sur le marché, la constitution et la gestion de stocks de MITM (médicaments d’intérêts thérapeutiques majeurs sous forme de produits finis. En effet les laboratoires travaillent, par soucis d’économie, à flux tendu – comme les industriels de l’électroménager ! Le plus souvent responsables des pénuries, ils sont les mieux à même d’en connaître les causes et d’en prévoir la survenue. Plusieurs mois de stocks permettraient d’amortir les défauts d’approvisionnement. La pénurie avec ses conséquences pour les malades serait ainsi prévenue.
  • soit rapatriée en Europe la production des principes actifs – ils y étaient encore fabriqués il y a une quinzaine d’années. Le coût du principe actif ne représentant qu’une très faible part du produit fini, cette relocalisation ne devrait pas pénaliser significativement le prix des médicaments.
  • soit créé un établissement pharmaceutique à but non lucratif, si possible Européen, sinon Français, comme aux États-Unis. Là-bas, à l’initiative de médecins indignés par les conséquences des multiples pénuries pour les malades et choqués par les augmentations itératives de prix, plus de 500 établissements hospitaliers se sont réunis pour fonder un établissement pharmaceutique de ce type produisant des médicaments passés dans le domaine public. La création d’une telle structure permettra de prévenir les pénuries et sera le garant de la qualité des médicaments et de prix justes et pérennes. »

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

S&P et Jacques Cheminade se battent depuis plusieurs décennies pour re-nationaliser la Banque de France, afin qu’elle redevienne une Banque « du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

En savoir plus
Au fond du « trou de la sécu » : Sécurité sociale, dette et spéculation
10 juillet
Actualité
Au fond du « trou de la sécu » : Sécurité sociale, dette et spéculation
Le droit aux soins pour tous est un principe garanti par notre Constitution
9 mars 2017
Santé
Le droit aux soins pour tous est un principe garanti par notre Constitution
Urgences : écoutons les propositions du Samu !
12 juin
Document de fond
Urgences : écoutons les propositions du Samu !
Crédit national pour l’équipement
de l’homme et de la nature
9 mars 2017
Instaurer un Crédit National pour l’équipement de l’homme et de la nature
Crédit national pour l'équipement de l'homme et de la nature

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard